Banquemondiale-Annonces du Groupe de la Banque mondiale au One Planet Summit

 

 

De nouveaux plans ambitieux viendront renforcer l’action climatique en Afrique avec notamment 22,5 milliards de dollars de financements supplémentaires

 

 

NAIROBI, 13 mars 2019 — À travers plusieurs annonces effectuées lors du One Planet Summit, le Groupe de la Banque mondiale confirme sa volonté d’accroître son soutien aux mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique en Afrique. Cette troisième édition du One Planet Summit se tient sous l’égide du président de la République du Kenya, Uhuru Kenyatta, du président de la République française Emmanuel Macron, de la présidente par intérim du Groupe de la Banque mondiale Kristalina Georgieva et de la vice-secrétaire générale des Nations Unies Amina Mohammed. 

 

 

À la faveur du soutien solide et constant apporté à l’IDA, son fonds pour les pays les plus pauvres, le Groupe de la Banque mondiale mobilisera 22,5 milliards de dollars de financements pour des mesures d’adaptation et d’atténuation en Afrique entre 2021 et 2025 — soit plus du double de ses engagements dans des projets climatiques depuis cinq ans. Ce financement s’inscrit dans le cadre des cibles en faveur de l’action climatique d’ici 2025 (télécharger le pdf) définies par l’institution et présentées en décembre 2018 à la COP24 des Nations Unies, en Pologne. Il s’agit d’aider les pays africains à affronter les conséquences du changement climatique tout en ouvrant de nouvelles perspectives d’investissement. L’IFC et la MIGA, les branches du Groupe qui se consacrent au secteur privé, continueront également d’intensifier fortement leurs activités dans ce sens.

 

 

Bien conscient qu’un certain nombre de pays africains sont parmi les plus exposés du monde aux chocs et stress climatiques, le Groupe de la Banque mondiale va engager plus de la moitié de cette enveloppe de 22,5 milliards de dollars (soit entre 12 et 12,5 milliards de dollars) dans des mesures de soutien à l’adaptation et la résilience sur le continent. Un choix qui s’inscrit dans la lignée de ses nouveaux engagements financiers en faveur du climat et de l’orientation future de son « Business Plan » pour le climat en Afrique (voir les documents disponibles en français sur le site dédié).

 

 

Parmi les actions prévues en 2019, la Banque mondiale offrira notamment au gouvernement éthiopien un programme de soutien axé sur les résultats pour améliorer l’adaptation et la résilience. Cette opération (en cours d’élaboration) est d’une ampleur encore inédite pour l’institution sur le continent puisqu’elle financera à hauteur de 500 millions de dollars l’optimisation des systèmes de gestion des bassins versants et d’administration foncière.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le 'Made in Africa' INTERHOLCO, du bois durable au bout des doigts pour des projets d'avenir

Dans son nouveau site web, finalement disponible en langue française, INTERHOLCO présente son 'Made in Africa' : le « bois durable » garantit non seulement la protection de la forêt mais aussi des milliers d'animaux et de plantes faisant parties de son écosystème. Notre récolte à impact réduit permet de limiter l’empreinte de notre activité au minimum nécessaire.

En savoir plus...

Forestsnews-Une nouvelle plateforme en ligne pour promouvoir la coordination dans le bassin du Congo

L’Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC) – dont la mission est de fournir des données aux décideurs pour promouvoir des politiques fondées sur des preuves – a récemment lancé une plateforme interactive de recensement et suivi de projets. Cet outil en ligne permet aux utilisateurs d’accéder aux données et aux projets de la région, de promouvoir la collaboration et de mettre fin au gaspillage de ressources.

En savoir plus...

Lenouveaugabon-La CEEAC appuie l’Assemblée nationale du Gabon dans le processus de protection de la faune en Afrique centrale

( Le Nouveau Gabon) - Le parlement gabonais va organiser, au cours de ce mois d’avril, un atelier sur l’entraide judiciaire en matière de protection de la faune en Afrique centrale. Dans ce cadre, l'institution a sollicité et reçu l’appui du Secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) pour la réussite de cette initiative.

En savoir plus...

UN-Journée internationale de la Terre nourricière, 22 avril 2019

La Journée internationale de la Terre nourricière est célébrée chaque année pour nous rappeler que la Terre et ses écosystèmes nous soutiennent et nous nourrissent durant toute notre vie. C'est pourquoi il devient de plus en plus crucial de sensibiliser les habitants de la planète aux problèmes qui l’affecte, en rappelant notamment les différentes formes de vie qui s’y développent.

En savoir plus...

AICED Rapport : « La problématique de la non-autonomisation de peuples autochtones riverains du PNVi : ses conséquences et proposition pour la protection de ses écosystèmes »

Les pygmées sont considérés comme un peuple minoritaire en RDCongo.  À cause de leur vie nomade, ils sont dispersés presque dans toutes les provinces environnantes des forets de la RD Congo en général et le Parc National des Virunga (PNVi) en particulier et sont aussi victimes de la discrimination. Ces peuples autochtones riverains du PNVi ont d’autres difficultés particulières.

En savoir plus...

uottawa-Cours en finance climat 2019

Ce cours a pour objectif de fournir aux participants les outils, méthodes et approches permettant d’accéder au financement de l’action pour le climat et d’investir dans des mesures d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques. Il analysera le paysage mondial de la finance verte et présentera les options et les défis en matière de financement de contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays en développement et des économies en transition. DATES : 12-21 août 2019. DATE LIMITE D'INSCRIPTION: 30 juin 2019

En savoir plus...

Euredd-Les petits producteurs sèment l’espoir

Lorsque la sécheresse a frappé le sud-ouest de la Côte d’Ivoire en 2015, une grande partie de la récolte de cacao, la principale matière première agricole du pays, a été perdue et des milliers de petits producteurs ont vu leur gagne-pain menacé. « J’ai presque perdu toute ma plantation de cacao, sauf aux endroits où j’avais de grands arbres », déclare Kouassi Akoura Apollinaire Yao, un jeune fermier qui exploite une plantation de deux hectares près de Méagui, 400 km à l’ouest d’Abidjan, la capitale du pays. « C’est l’ombrage qui a permis de sauver ces plants. »

En savoir plus...

Newsletter du Projet Régional de Financement durable des Aires Protégées du Bassin du Congo

A lire : La Conservation de la Biodiversité du bassin du Congo facilitée par la lutte contre la fraude et la corruption ; Ensemble pour la Conservation de la Biodiversité : le projet régional rencontre l’OCFSA ; 2018 : une année d’action dans six pays pour le financement durable des Aires Protégées …

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019