gabonreview-Pêche INN au Gabon : Sea Shepherd et l’ANPN en croisade

 

 

Organisé par Sea Shepherd Legal, le cabinet juridique de l’ONG environnementale Sea Shepherd Global, en collaboration avec l’ANPN, un atelier sur la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, dite «pêche INN» s’est ouvert, mardi 19 février, à Libreville. Il est prévu durer jusqu’à jeudi 21 février prochain, et voit la participation des représentants des ministères gabonais de la Mer, de l’Environnement et de la Justice. Durant trois jours, les participants entendent mettre en exergue «le patrimoine national du Gabon» et proposer «des politiques et pratiques visant à éliminer la pêche INN dans les eaux gabonaises».

 

 

Au cours de la première journée, Lee White, secrétaire exécutif de l’ANPN, a planté le décor en présentant «les trésors» de la biodiversité du Gabon, non sans énumérer «les menaces» auxquelles celle-ci est confrontée du fait de l’activité humaine. Il a mis l’accent sur l’importance de la protection des aires marines qui, selon lui, «permettra aux pêcheurs plus de poissons dans les années à venir». Mais pour y parvenir, estime-t-il, «il nous faut des institutions de protection fortes, au risque de tout perdre».

 

 

Emboitant le pas à Lee White, Catherine Pruett a quant à elle précisé que cet atelier vise notamment à «aider les Gabonais à avoir conscience des menaces liées à la pêche INN et de renforcer l’action des autorités judiciaires, pour leur permettre de faire face efficacement au phénomène». Selon le directeur exécutif, cofondateur de Sea Shepherd Legal, sur les 120 à 130 millions de tonnes de poissons prélevés dans les eaux à travers le monde, 25% sont capturés illégalement et 30% ne sont pas déclarés.

 

 

S’il estime la pêche INN dans le monde à 23 milliards de dollars chaque année, revue au contexte local, Koumba Kombila, informe que celle-ci est pratiquée par de plus en plus de bateaux étrangers, qui «viennent voler le poisson dans les eaux gabonaises». Pour le numéro 2 du Conseil national de la Mer (CNM), les conséquences de la pêche INN sont nombreuses, y compris pour la pêche artisanale sur le plan local. Celles-ci vont de la diminution des stocks à l’appauvrissement des populations, en passant par la réduction des tailles de capture, le non-respect des zones de pêche, l’augmentation des prix sue le marché et même la montée du braconnage. «C’est un cercle vicieux qui, on l’a vu, conduit à des tensions sociales».

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le 'Made in Africa' INTERHOLCO, du bois durable au bout des doigts pour des projets d'avenir

Dans son nouveau site web, finalement disponible en langue française, INTERHOLCO présente son 'Made in Africa' : le « bois durable » garantit non seulement la protection de la forêt mais aussi des milliers d'animaux et de plantes faisant parties de son écosystème. Notre récolte à impact réduit permet de limiter l’empreinte de notre activité au minimum nécessaire.

En savoir plus...

Forestsnews-Une nouvelle plateforme en ligne pour promouvoir la coordination dans le bassin du Congo

L’Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC) – dont la mission est de fournir des données aux décideurs pour promouvoir des politiques fondées sur des preuves – a récemment lancé une plateforme interactive de recensement et suivi de projets. Cet outil en ligne permet aux utilisateurs d’accéder aux données et aux projets de la région, de promouvoir la collaboration et de mettre fin au gaspillage de ressources.

En savoir plus...

Lenouveaugabon-La CEEAC appuie l’Assemblée nationale du Gabon dans le processus de protection de la faune en Afrique centrale

( Le Nouveau Gabon) - Le parlement gabonais va organiser, au cours de ce mois d’avril, un atelier sur l’entraide judiciaire en matière de protection de la faune en Afrique centrale. Dans ce cadre, l'institution a sollicité et reçu l’appui du Secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) pour la réussite de cette initiative.

En savoir plus...

UN-Journée internationale de la Terre nourricière, 22 avril 2019

La Journée internationale de la Terre nourricière est célébrée chaque année pour nous rappeler que la Terre et ses écosystèmes nous soutiennent et nous nourrissent durant toute notre vie. C'est pourquoi il devient de plus en plus crucial de sensibiliser les habitants de la planète aux problèmes qui l’affecte, en rappelant notamment les différentes formes de vie qui s’y développent.

En savoir plus...

AICED Rapport : « La problématique de la non-autonomisation de peuples autochtones riverains du PNVi : ses conséquences et proposition pour la protection de ses écosystèmes »

Les pygmées sont considérés comme un peuple minoritaire en RDCongo.  À cause de leur vie nomade, ils sont dispersés presque dans toutes les provinces environnantes des forets de la RD Congo en général et le Parc National des Virunga (PNVi) en particulier et sont aussi victimes de la discrimination. Ces peuples autochtones riverains du PNVi ont d’autres difficultés particulières.

En savoir plus...

uottawa-Cours en finance climat 2019

Ce cours a pour objectif de fournir aux participants les outils, méthodes et approches permettant d’accéder au financement de l’action pour le climat et d’investir dans des mesures d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques. Il analysera le paysage mondial de la finance verte et présentera les options et les défis en matière de financement de contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays en développement et des économies en transition. DATES : 12-21 août 2019. DATE LIMITE D'INSCRIPTION: 30 juin 2019

En savoir plus...

Euredd-Les petits producteurs sèment l’espoir

Lorsque la sécheresse a frappé le sud-ouest de la Côte d’Ivoire en 2015, une grande partie de la récolte de cacao, la principale matière première agricole du pays, a été perdue et des milliers de petits producteurs ont vu leur gagne-pain menacé. « J’ai presque perdu toute ma plantation de cacao, sauf aux endroits où j’avais de grands arbres », déclare Kouassi Akoura Apollinaire Yao, un jeune fermier qui exploite une plantation de deux hectares près de Méagui, 400 km à l’ouest d’Abidjan, la capitale du pays. « C’est l’ombrage qui a permis de sauver ces plants. »

En savoir plus...

Newsletter du Projet Régional de Financement durable des Aires Protégées du Bassin du Congo

A lire : La Conservation de la Biodiversité du bassin du Congo facilitée par la lutte contre la fraude et la corruption ; Ensemble pour la Conservation de la Biodiversité : le projet régional rencontre l’OCFSA ; 2018 : une année d’action dans six pays pour le financement durable des Aires Protégées …

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019