Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

 

Bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

Amendement de la loi forestière chinoise - Des changements pour le BC.pdf

 

 

« Pendant 20 ans nous avons exhorté la Chine à interdire l’utilisation du bois illégal- aujourd’hui c’est arrivé », « Une nouvelle loi en Chine interdit le bois illégal », « Chine-Un amendement à la loi sur les forêts incluant l’interdiction du bois illégal » ! A la lecture de ces titres, il apparait clairement que l’amendement récent de la loi forestière chinoise était longuement attendu par les organisations de la société civile œuvrant sur les questions de légalité forestières En effet, selon le rapport Appetite for destruction. China’s trade in illegal timber, la Chine était le plus grand commerçant de bois illégal dans le monde4. Bien plus, malgré l’engagement de l’administration chinoise des forêts sur cette question, la législation n’interdisait pas encore explicitement l’utilisation de bois illégal5.

 

Ainsi, l’article 65 qui a été amendé dans la loi forestière chinoise représente une avancée notable. Dans la version anglaise de cette loi6, cet article dispose que les entreprises transformatrices de bois doivent établir des comptes à l’entrée et à la sortie des matières premières et des produits. Par ailleurs, il pose qu’aucune unité ni individu ne peut acheter, transformer ou transporter du bois dont il ou elle sait pertinemment qu’il a été coupé illégalement dans des régions forestières.

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

 

 En effet, les exportations de bois du bassin du Congo vers la Chine ont connu une augmentation de 60%, passant de 652 millions de dollars à 1, 041 milliards de dollars en 2017, faisant ainsi du bois le produit le plus exporté après le pétrole10. Or, selon une étude d’Interpol et du Programme des Nations unies pour l’Environnement entre 50 et 90% des bois issus de pays tropicaux, à l’instar de ceux du bassin du Congo, sont illégaux11 malgré la mise en place d’un cadre juridique national12 et sous-régional13 de protection des forêts.

 

 De ce fait, il existe un réel intérêt à analyser les implications d’une telle loi pour le bassin du Congo. De plus, un volume considérable de bois est commercialisé de la Chine vers l’Europe dont la part des exportations illégales est estimée à moins de 50%.

 

 

Une portée théorique évidente pour la réduction de la criminalité forestière due à la demande des opérateurs et consommateurs chinois du bois récolté dans le bassin du Congo

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous :

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Jeune Afrique - Tribune Libre - Alain Karsenty, CIRAD : Du bon usage de la fiscalité́ pour protéger les forêts

Aujourd’hui, de nombreux produits sont exemptés de droits de douane à l’entrée dans l’UE (soja, cacao...) ou faiblement taxés (huile de palme). Bruxelles devrait augmenter le niveau de ces droits pour les productions « à risque » qui ne seraient pas labellisées « zéro déforestation » .... Relire aussi sur le site du PFBC : CIRAD-Réduction de la fiscalité forestière pour les concessions certifiées avec compensation aux États.

En savoir plus...

RFI- Congo-Brazzaville: Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans le Nord

Dans une enquête publiée conjointement avec le journal en ligne Mediapart et le quotidien allemand Der Spiegel, l'ONG britannique Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans la zone des tourbières située au nord du Congo, la zone dite de la Cuvette centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020