Deuxième session du Groupe de travail spécial sur la Plateforme de Durban pour une action renforcée (PDA)

 

Du 10 au 14 Mars 2014 à Bonn en Allemagne, s’est tenue la quatrième réunion de la deuxième session du Groupe de travail spécial sur la Plateforme de Durban pour une action renforcée ( PDA 2-4), relevant de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et qui a mobilisé près de 1071 participants, essentiellement des délégués gouvernementaux, des observateurs de la société civile, des universitaires, des institutions intergouvernementales et du secteur privé.

 

Cette rencontre visait à d’accélérer l’élaboration de l’accord de 2015 à travers des concertations ouvertes à tous en se servant de l’ordre du jour qui avait été adopté lors de la première réunion de la PDA 2 du 29 avril au 3 mai 2013, à Bonn.

 

Cette rencontre a été marquée par quatre grandes articulations où les participants se sont exprimés sans aucune complaisance. A savoir :

 

  1. 1.     La session plénière de bilan

Cette étape a permis aux participants d’élaborer un texte de négociation en prélude à la tenue de la CdP 20. Ceci grâce au débat lors des réunions d’experts thématiques, et sur le programme de la PDA et le mode de travail dans le cadre de l’axe de travail 1,

 

  1. 2.     Les concertations ouvertes à tous

 

Ici les sujets ayant fait l’objet de discussion lors de cette concertation ont porté sur le point 3 de l’ordre du jour, à savoir :

 

  • Les mesures d’adaptation : ici les participants ont centré leur réflexion sur des questions des mesures d’adaptation dans l’accord 2015,  des pertes , des dommages et des données requises pour l’objectif en matière d’adaptation.
  • Les contributions fixées au plan national (CFPN): il a était question de son champ d’application, de la différenciation entre les CFPN des pays industrialisés et celles des pays en développement ainsi que des données à inclure dans les CFPN.
  • Le financement, le transfert de technologie et le renforcement des capacités: Les parties ont examiné la manière dont les MMOE pourraient être reflétées dans l’accord de 2015, en s’appuyant sur ce qui a été réalisé jusqu’à présent. Avec un accent particulier sur le financement lié à la lutte contre le changement climatique et sur le renforcement des capacités.
  • L’atténuation : l’objectif poursuivi dans les discussions était d’aborder l’atténuation à l’échelle requise pour rester en dessous de la limite acceptable de 2°C pour le réchauffement et d’examiner la manière d’en tenir compte dans le nouvel accord. Pour cela la discussion a tourné autour de la détermination du cadre de l’atténuation, de la nature et du contenu des CFPN, des divers cadres de l’atténuation et l’évaluation des engagements.
  • L’équité et l’ambition : ici les délégués ont été encouragés à l’actualisation des principes d’équité et de RCMD dans le nouvel accord, et les voies et moyens de s’assurer que les mesures agissent comme des catalyseurs de l’ambition.
  • La transparence de l’action et du soutien : les délégués ont examiné la manière dont l’accord de 2015 peut s’appuyer sur les dispositions applicables à la transparence et les nouvelles dispositions pouvant être nécessaires. A cet effet, les discussions ont tourné autour de la transparence et de la confiance, des données concernant les CFPN et du processus de MNV et du système fondé sur des règles.

 

  1. 3.     Questions diverses

 

Cette étape de la conférence a permis aux participants d’aborder les questions qui n’ont pas été examinées, à savoir :

 

  • les mécanismes de marché et les mécanismes hors marché;
  • les approches intégrées d’adaptation et d’atténuation;
  • et un mécanisme de mise en conformité.

 

  1. 4.      Réunions d’experts techniques

 

Ici, deux groupes d’experts techniques ont tenu leur réunion à avoir celui sur les énergies renouvelables et celui sur l’efficacité énergétique. Dans les deux réunions, il a question de :

 

  • Les Politiques, pratiques et technologies – l’état de la situation mondiale ;
  • La mise en œuvre des actions: Le financement, le transfert de technologie et le renforcement des capacités ;
  • L’examen de la voie à suivre ;
  • Et le débat sur la voie à suivre.

 

L’élément ayant marqué cette conférence à été la tenue de l’atelier sur les préparatifs intérieurs des contributions escomptées déterminées au niveau national, oùL’Union Européenne a présenté son objectif qui est réduire de 40% les émissions de GES d’ici 2030, à réaliser par chaque pays de l’UE, et de parvenir à l’intégration d’au moins 27% d’ER, d’ici 2030, pour l’ensemble de l’UE.

 

Par la suite le délégué de l’UE a indiqué que les prochaines étapes comprendront l’examen du cadre pour 2030, par le Conseil européen, et sa communication en tant que contribution à la CdP 20.

 

Ces mesures prises par l’UE sont venues encouragées les participants dans la lutte contre le changement climatique d’où leur satisfaction à la fin de ce PDA 2-4 d’avoir atteint les objectifs fixés pour cette rencontre et l’espoir de voir des améliorations d’ici la tenue de la prochaine rencontre du PDA en Octobre.

 

Pour plus de détail sur le déroulement de cette conférence, bien vouloir consulter le rapport ici : http://www.iisd.ca/climate/adp/adp2-4/

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019