Deuxième session du Groupe de travail spécial sur la Plateforme de Durban pour une action renforcée (PDA)

 

Du 10 au 14 Mars 2014 à Bonn en Allemagne, s’est tenue la quatrième réunion de la deuxième session du Groupe de travail spécial sur la Plateforme de Durban pour une action renforcée ( PDA 2-4), relevant de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et qui a mobilisé près de 1071 participants, essentiellement des délégués gouvernementaux, des observateurs de la société civile, des universitaires, des institutions intergouvernementales et du secteur privé.

 

Cette rencontre visait à d’accélérer l’élaboration de l’accord de 2015 à travers des concertations ouvertes à tous en se servant de l’ordre du jour qui avait été adopté lors de la première réunion de la PDA 2 du 29 avril au 3 mai 2013, à Bonn.

 

Cette rencontre a été marquée par quatre grandes articulations où les participants se sont exprimés sans aucune complaisance. A savoir :

 

  1. 1.     La session plénière de bilan

Cette étape a permis aux participants d’élaborer un texte de négociation en prélude à la tenue de la CdP 20. Ceci grâce au débat lors des réunions d’experts thématiques, et sur le programme de la PDA et le mode de travail dans le cadre de l’axe de travail 1,

 

  1. 2.     Les concertations ouvertes à tous

 

Ici les sujets ayant fait l’objet de discussion lors de cette concertation ont porté sur le point 3 de l’ordre du jour, à savoir :

 

  • Les mesures d’adaptation : ici les participants ont centré leur réflexion sur des questions des mesures d’adaptation dans l’accord 2015,  des pertes , des dommages et des données requises pour l’objectif en matière d’adaptation.
  • Les contributions fixées au plan national (CFPN): il a était question de son champ d’application, de la différenciation entre les CFPN des pays industrialisés et celles des pays en développement ainsi que des données à inclure dans les CFPN.
  • Le financement, le transfert de technologie et le renforcement des capacités: Les parties ont examiné la manière dont les MMOE pourraient être reflétées dans l’accord de 2015, en s’appuyant sur ce qui a été réalisé jusqu’à présent. Avec un accent particulier sur le financement lié à la lutte contre le changement climatique et sur le renforcement des capacités.
  • L’atténuation : l’objectif poursuivi dans les discussions était d’aborder l’atténuation à l’échelle requise pour rester en dessous de la limite acceptable de 2°C pour le réchauffement et d’examiner la manière d’en tenir compte dans le nouvel accord. Pour cela la discussion a tourné autour de la détermination du cadre de l’atténuation, de la nature et du contenu des CFPN, des divers cadres de l’atténuation et l’évaluation des engagements.
  • L’équité et l’ambition : ici les délégués ont été encouragés à l’actualisation des principes d’équité et de RCMD dans le nouvel accord, et les voies et moyens de s’assurer que les mesures agissent comme des catalyseurs de l’ambition.
  • La transparence de l’action et du soutien : les délégués ont examiné la manière dont l’accord de 2015 peut s’appuyer sur les dispositions applicables à la transparence et les nouvelles dispositions pouvant être nécessaires. A cet effet, les discussions ont tourné autour de la transparence et de la confiance, des données concernant les CFPN et du processus de MNV et du système fondé sur des règles.

 

  1. 3.     Questions diverses

 

Cette étape de la conférence a permis aux participants d’aborder les questions qui n’ont pas été examinées, à savoir :

 

  • les mécanismes de marché et les mécanismes hors marché;
  • les approches intégrées d’adaptation et d’atténuation;
  • et un mécanisme de mise en conformité.

 

  1. 4.      Réunions d’experts techniques

 

Ici, deux groupes d’experts techniques ont tenu leur réunion à avoir celui sur les énergies renouvelables et celui sur l’efficacité énergétique. Dans les deux réunions, il a question de :

 

  • Les Politiques, pratiques et technologies – l’état de la situation mondiale ;
  • La mise en œuvre des actions: Le financement, le transfert de technologie et le renforcement des capacités ;
  • L’examen de la voie à suivre ;
  • Et le débat sur la voie à suivre.

 

L’élément ayant marqué cette conférence à été la tenue de l’atelier sur les préparatifs intérieurs des contributions escomptées déterminées au niveau national, oùL’Union Européenne a présenté son objectif qui est réduire de 40% les émissions de GES d’ici 2030, à réaliser par chaque pays de l’UE, et de parvenir à l’intégration d’au moins 27% d’ER, d’ici 2030, pour l’ensemble de l’UE.

 

Par la suite le délégué de l’UE a indiqué que les prochaines étapes comprendront l’examen du cadre pour 2030, par le Conseil européen, et sa communication en tant que contribution à la CdP 20.

 

Ces mesures prises par l’UE sont venues encouragées les participants dans la lutte contre le changement climatique d’où leur satisfaction à la fin de ce PDA 2-4 d’avoir atteint les objectifs fixés pour cette rencontre et l’espoir de voir des améliorations d’ici la tenue de la prochaine rencontre du PDA en Octobre.

 

Pour plus de détail sur le déroulement de cette conférence, bien vouloir consulter le rapport ici : http://www.iisd.ca/climate/adp/adp2-4/

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC