PEFOGRN-BC: Meilleurs vœux 2018

 

 

Chers amis et partenaires du projet d’appui au programme élargi de formation en gestion des ressources naturelles dans le bassin du Congo (PEFOGRN-BC),

 

 

Le projet PEFOGRN-BC

 

La première phase du projet PEFOGRN-BC ayant pour objectif global de renforcer les actions en matière de formation et de recherche dans les pays de l’espace COMIFAC en vue de réduire la déforestation et la dégradation des ressources naturelles a officiellement pris fin le 31 Décembre 2014, mais certaines activités se sont poursuivies en 2017. Le projet est exécuté par le réseau des institutions de formation forestière et environnementale d’Afrique centrale (RIFFEAC), avec le financement du fonds pour les forêts du bassin du Congo (FFBC), administré par la Banque africaine de développement (BAfD), et l’assistance technique de l’Université Laval pour la formation universitaire et la recherche ainsi que le Centre d’Enseignement et de Recherche en Foresterie de Sainte-Foy Inc. (CERFO pour la formation technique. Les pôles d’excellence sous régionaux: Université de Dschang, ENEF-Gabon, ERAIFT-Kinshasa, Université de Kinshasa, ont poursuivi leur mission de formation supérieure dans leurs domaines de spécialisation respectifs. À l’Université Laval, l’étudiant Jean Bosco Mbagou de l’ENEF-Gabon a soutenu publiquement sa thèse de doctorat sur la variabilité intra-arbre des propriétés physico-mécaniques et chimiques du Tessmania africana en provenance du Gabon, le 20 avril 2017, sous la direction de la professeure Tatjana Stevanovic Janezic et la co-direction des professeurs Yves Fortin et Prosper Edou Engonga. L’étudiant Boris Merlain Djousse Kanouo de l’Université de Dschang a aussi soutenu publiquement sa thèse de doctorat sur la Production et utilisation du biochar pour la restauration des sols rouges lessivés tropicaux, le 14 novembre 2017, sous la direction de la professeure Alison D. Munson et la co-direction de la professeure Suzanne Allaire. Les deux nouveaux docteurs sont rentrés dans leurs institutions d’origine pour y occuper un poste de professeur-chercheur. Félicitations à nos deux diplômés de l’Université Laval. La dernière cohorte de six étudiants au doctorat à Laval devrait terminer leurs études en 2018.

La deuxième phase du projet PEFOGRN-BC en négociation se fonde sur la consolidation des acquis de la phase I en renforçant les capacités des institutions techniques et universitaires à former en nombre suffisant du personnel hautement qualifié (PHQ), compétent, tant au niveau professionnel, technique et universitaire, apte à déployer des approches innovantes dans le domaine de la gestion intelligente des multiples ressources forestières et environnementales, en vue de réduire la déforestation, la dégradation des ressources naturelles et la pauvreté dans le Bassin du Congo. Cette deuxième phase n’a pas encore obtenu son approbation finale. Nous espérons qu’avec la détermination et la bonne volonté des toutes les parties prenantes impliquées dans le processus d’approbation, cette deuxième phase pourrait démarrer en 2018.

 

2) Autres partenariats et projets

 

L’Université Laval est membre du Consortium Académique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (CAPFBC) crée en 2014 et membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) depuis le 15 Août 2012. À ce titre, Laval comme par le passé a participé à la 17ième Réunion des Parties du PFBC qui s’est tenue du 24 au 27 octobre 2017 à Douala-Cameroun, par la présence du professeur Khasa.  Laval comme membre du CAPFBC a participé activement avec l'Université de Californie à Los Angeles (Dr Virginia Zaunbrecher) aux discussions du Collège des institutions de formation et de recherche du PFBC, en vue de renforcement des capacités et la valorisation des données scientifiques dans l’élaboration de stratégies de conservation des espèces les plus menacées par le braconnage comme le pangolin par exemple. Ce fut aussi l'occasion d’une réunion de concertation des parties prenantes de la phase II du projet PDEFOGRN-BC (COMIFAC, Fonds pour les forêts du bassin du Congo, GIZ, Laval, Cerfo), tenue le 27 octobre, dans la salle Manengouba de l’Hôtel SAWA (Douala-Cameroun), sous la co-présidence du Secrétaire exécutif de la COMIFAC, Monsieur Raymond NDOMBA NGOYE et de la coordonnatrice du fonds pour les forêts du bassin du Congo, administré par la BafD, Mme Clotilde Louisette MOLLO NGOMBA.

 

 

3) Coordination et gestion des projets

 

L’équipe de gestion des projets internationaux de formation en gestion de ressources naturelles dans le Bassin du Congo à l’Université Laval est présidée par le Doyen de la faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, Professeur Guy Mercier, avec l’appui du Directeur du bureau international, Professeur Richard Poulin. Au RIFEAC, Professeur Claude Kachaka, a continué ses fonctions de Coordonnateur régional du RIFFEAC à Yaoundé depuis juillet 2015. Ailleurs, les responsables des institutions partenaires notamment des pôles d’excellence sont restés en place à l’exception de l’ENEF-Gabon, où le nouveau Directeur Dr Bruno NKOUMAKALI a pris ses fonctions en été 2017.

 

4) Stratégie de communication et de visibilité des projets

 

Les sites web du projet et Riffeac sont régulièrement revus et mis à jour pour servir de vitrine électronique. Ils font l’objet d’une constante alimentation par la cellule d’appui du projet à Laval et au RIFFEAC. La revue scientifique et technique Forêt et Environnement du Bassin du Congo a publié le 9ème volume en octobre 2017 grâce au travail inlassable de l’équipe de rédaction et du comité scientifique et technique. Cette revue semestrielle est un important véhicule de communication du RIFFEAC pour la publication des articles scientifiques originaux, des notes techniques, des rapports d’étapes de projets, des synthèses de mémoires et thèses, des nouvelles/agendas affectant les forêts du bassin du Congo en particulier et les forêts tropicales mondiales en général. De ce fait, il s’agit d’un outil de communication et d’échange pour les chercheurs, les opérateurs économiques du secteur Forêt-Environnement, et la société civile pour aborder les questions complexes de l’heure en gestion durable des écosystèmes forestiers du Bassin du Congo.

 

5) Conclusion

 

Nous espérons que la phase II du PEFOGRN-BC, sera approuvée par la BAfD en 2018 en vue de la poursuite et la consolidation de notre mission commune de renforcement des capacités et de formation d’un personnel scientifique et technique hautement qualifié en gestion de ressources naturelles dans le Bassin du Congo. Au nom de toute l’équipe des projets internationaux de formation en gestion de ressources naturelles dans le Bassin du Congo à l’Université Laval, le CERFO, la coordination du RIFFEAC et tous nos partenaires, nous remercions ceux et celles qui continuent de nous supporter pour arriver aux résultats de cette année et dans le futur. J'aimerais saisir cette occasion pour vous souhaiter ainsi qu'à tous vos proches, mes meilleurs souhaits de paix, de santé, de bonheur et de prospérité pour la nouvelle année 2018.

 

Contact:

Damase Khasa, Professeur titulaire et Directeur des projets internationaux de formation en gestion de ressources naturelles dans le Bassin du Congo

Faculté de foresterie, de géographie et géomatique

Université Laval

Damase.Khasa@ibis.ulaval.ca

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIFOR : Rejoignez des experts à Nairobi pour promouvoir la restauration des paysages en Afrique

NAIROBI (1er août 2018) - Trouver des solutions pour relever le défi de la restauration des paysages en Afrique, où près de 50 millions d’hectares de terres sont dégradés chaque année, est un défi complexe nécessitant une réponse internationale innovante et coordonnée, déclare un expert en foresterie qui interviendra lors d’une prochaine conférence à Nairobi.

En savoir plus...

IIED long read: Trouver une approche verte pour la Chine et l’Afrique ?

Les entreprises chinoises se répandent sur le sol africain. Les bûcherons, les mineurs, les agriculteurs et les commerçants chinois, ainsi que les investissements d’infrastructure de plusieurs millions de dollars, sont en train de devenir courants à travers le continent. Certains d'entre eux engloutissent des forêts et des bois. Certains apportent d’énormes avantages aux économies africaines. D’autres font les deux. Tous changent l’Afrique.

En savoir plus...

Politique climatique : Quels sont les moteurs du changement de politique pour la REDD + ? Analyse comparative qualitative de l'interaction entre les facteurs institutionnels et politiques

La réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts (REDD+) est devenue un mécanisme prometteur d’atténuation des changements climatiques dans les pays en développement. Afin d’identifier les conditions propices à la réalisation de progrès dans la mise en œuvre d’une REDD+ efficace, efficiente et équitable, le présent document examine les paramètres politiques nationaux dans une analyse comparative dans 13 pays, en mettant l’accent sur le contexte institutionnel et le cadre réel de la scène politique.

En savoir plus...

ScienceDirect : Une allométrie régionale pour les forêts du Bassin du Congo basée sur le plus grand échantillonnage destructif de tous les temps

L’estimation et la surveillance de l’énorme quantité de carbone contenu dans les forêts tropicales, et plus particulièrement dans la biomasse aérienne (BA) des arbres, sont nécessaires pour la mise en œuvre réussie des stratégies d'atténuation des changements climatiques. Sa précision dépend de la disponibilité d’équations allométriques fiables pour convertir les données d’inventaire forestier en estimations de BA. Dans cette étude, nous avons testé si les forêts d’Afrique centrale sont vraiment différentes des autres forêts tropicales en ce qui concerne l’allométrie de la biomasse et nous avons examiné les variations régionales de l’allométrie des arbres tropicaux dans les forêts du Bassin du Congo.

En savoir plus...

CIFOR : Remodeler la restauration des forêts et des paysages sur le terrain au Cameroun

Les efforts de reboisement du Cameroun sont divers en ce qui concerne les acteurs, la géographie et la période pendant laquelle ils ont été réalisés. Les premiers efforts ont eu lieu avant 1990, date à laquelle plus de 11 000 hectares ont été plantés dans la zone forestière dense, selon les chiffres de l'ANAFOR. Entre 1990 et 2000, 2 300 hectares supplémentaires ont été créés avec différents types d’espèces : Eucalyptus, Pinus, Teck, Gmélina, Cyprès, Sapin, Filao, Pygeum, Tetrapleura T, Leuceana dans la savane humide, Neem, Acacia, Leuceana, Gome arabica, Anacardier, Acacia Sénégal, Faidherbia Albida, Citrus spp dans la savane sèche et Terminalia Spp, Voacanga, Wengue, Moabi, Kossipo, Safoutier, Fromager, Acajou, Acajou, Ndjanssang, mangues sauvages dans la zone forestière dense.

 

En savoir plus...

FEM : Construire un monde où les éléphants ne sont pas les prochains dinosaures

Le 12 août, nous célèbrerons la Journée mondiale des éléphants afin de sensibiliser l’opinion publique à la situation critique de la population mondiale d’éléphants. Cette journée est importante pour moi, en tant que gestionnaire de programme du Programme mondial pour la vie sauvage (ou GWP selon son acronyme anglais), lancé il y a deux ans afin de combattre le commerce illégal d'espèces sauvages dans 19 pays d'Asie et d'Afrique.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

Rdp 18 du PFBC – Une journée pour le secteur privé : Les investissements du secteur privé : atout ou menace pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo ?

Bruxelles, 27 novembre 2018 se tiendra une journée entière pour le secteur privé au cours duquel entre autres thématiques suivantes seront discutées : (1) Engagements de gestion responsable et contribution du secteur privé au développement (2) L’urgence d’un plan d’affection des terres dans les pays du Bassin du Congo... Bien vouloir télécharger la concept note de la journée secteur privé...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018