Pacebco -Deux missions décisives de supervision et de suivi de la BAD pour booster le fonctionnement du Programme et améliorer ses performances vers ses objectifs majeurs.

 

 

 

La Banque Africaine de Développement (BAD) vient d’effectuer deux missions successives très décisives pour le PACEBCo, du 17 au 29 décembre 2015 et du 12 au 17 Février 2016. Les deux missions étaient conduites par Monsieur Jean –Louis MOUBAMBA, Agroéconomiste, Chargé de Programme du PACEBCo à la BAD -GAFO. Ces deux missions successives avaient pour objectifs d’examiner l’état d’avancement du Programme et de proposer des recommandations permettant de booster son fonctionnement et d’améliorer ses performances dans la réalisation des activités restantes.

 

 

La première mission qui était une mission de supervision avait pour objectif principal de faire le point sur l'état d'avancement des activités en cours d'exécution et d'examiner les problèmes qui y sont liés, afin de formuler des recommandations sur les actions urgentes à prendre durant la période restante, pour s'assurer de la bonne exécution du Programme, notamment l'élaboration des chronogrammes d'activités, l'actualisation du Plan de passation des marchés, et l'examen de l'état d'avancement des justifications des avances perçues sur les comptes spéciaux.

 

 

Cette mission a rencontré au Cameroun les hautes autorités du Secrétariat Exécutif de la Commission des Forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC), à savoir Messieurs Martin TADOUM et Etienne MASUMBUKO, respectivement Secrétaire Exécutif Adjoint et Directeur Administratif et Financier de la Commission des Forêts d'Afrique Centrale (COMIFAC). Elle a également eu des séances de travail avec les partenaires techniques chargés de la mise en œuvre des activités du PACEBCo suivants : CIFOR (Convention CEEAC-CIFOR, COBAM), CEFDHAC-UICN (Appui à la Société civile), OFAC (Appui institutionnel et organisationnel), BETA Consult (chargé de la maîtrise d'œuvre complète des travaux de construction) et le RAPAC (Convention CEEAC-RAPAC). La mission a eu également plusieurs séances de travail avec les experts de l'UGP.

 

 

Toutes ces rencontres ayant eu lieu avec les partenaires ont permis d'examiner de manière exhaustive l'état d'avancement de leurs activités respectives et d'échanger sur les conditions d'exécution des activités restantes afin de prendre des mesures urgentes et réalistes pouvant garantir l'atteinte des principaux objectifs du Programme.

 

 

Le niveau d'exécution physique du Programme et ses performances en matière de gestion se sont nettement améliorés grâce au dynamisme de la nouvelle équipe de l'Unité de Gestion du Programme, mise en place en début  du mois de mai 2015. Le taux d'exécution physique à ce jour est globalement estimé à 68 %. Ce taux pourra atteindre plus de 70 % au 30 juin 2016 grâce à l'achèvement des travaux de construction des bâtiments abritant les Centres écologiques, les Antennes multifonctionnelles et les Bureaux des Antennes locales de l'UGP, et des ouvrages d'adduction d'eau potable. Les 30 % des activités qui pourraient ne pas être réalisées concernent la mise en œuvre de 259 microprojets restants du Fonds de Développement Local (FDL) qui risquent ne pas être réalisés compte tenu du temps restant pour les décaissements et des difficultés actuelles de réapprovisionnement des comptes spéciaux.

 

 

La mission a constaté, par ailleurs avec beaucoup de satisfaction le lancement effectif des microprojets du Fonds de Développement local, notamment la construction des ouvrages d'approvisionnement en eau potable au profit des populations autochtones et locales dans plusieurs villages des zones communautaires riveraines des Aires protégées dans les paysages cibles du Programme. Au total, 14 ouvrages d'adduction d'eau potable étaient réalisés en l'espace de deux mois, après le lancement des travaux. Ceci dénote de la détermination du Coordonnateur Régional ai. de l’UGP et ses Experts d’aller contre vents et marrées vers les objectifs du Programme.

 

 

Ce résultat obtenu, très encourageant pour la BAD, l’UGP et la COMIFAC, ont valu d’obtenir de la part de la mission de supervision, une recommandation très importante à l’endroit de l’UGP à savoir : «préparer,   après justification  des  avances  perçues,   une demande de financement des 100 autres microprojets prioritaires du FDL pour la poursuite des adductions    d'eau potable,   la construction des salles    de    classes dans les écoles et des dispensaires, dont les APS/APD sont disponibles et pour lesquels certains  contrats  sont en instance. Ceci afin d'accroitre le décaissement dans la catégorie FDL et d'obtenir un plus grand impact du Programme auprès des populations autochtones et locales ».

 

 

Faut-il le rappeler, le Programme avait été réorienté par la mission de suivi de la BAD, conduite par Monsieur TOUNKARA SAMBA, le 19 mai dernier, pour consacrer l’essentiel de ses efforts à la mise en œuvre des activités ayant un grand impact pour les populations, notamment la réalisation des  microprojets au profit des communautés locales et autochtones.

 

 

Cette mission de supervision a également formulé par ailleurs, d'importantes recommandations, en vue de garantir une bonne exécution des activités restantes, et de clôturer le Programme dans des bonnes conditions, à la date initialement fixée au 30 Juin  2016 : entre autre (i) Pour le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, écrire  au Ministre en charge des Aires protégées de la RDC, pour obtenir une audience auprès de lui afin de soumettre à son attention, les difficultés liées à l'exécution des activités du PACEBCo en RDC, notamment l'obtention des livrables et la justification des ressources y afférentes; et (ii) pour la BAD, approuver les nouveaux contrats du personnel retenu pour les six (6) mois restants de la prorogation, et procéder au paiement direct de leur salaire.

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SYNTHESES DES RAPPORTS D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - CAMEROUN - [Rapports produits en Septembre-Novembre 2019] via les procédures du SNOIE (SYSTEME NORMALISE D’OBSERVATION INDEPENDANTE EXTERNE - SNOIE)

Le Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), et ses délégations régionales de l’Est et du Centre ont depuis le 10 décembre 2019, sur leur table quatre rapports de dénonciations des cas d’exploitation forestière illégale dans les régions du Centre et de l’Est. Dans ces rapports produits par les OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015, plusieurs infractions présumées ont été relevées.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC