Une coalition entre parlementaires et OSC pour améliorer la gouvernance forestière

 

 

Parlementaires, organisations de la société civile (OSC), journalistes… se sont réunis en atelier au Cameroun, à Yaoundé du 22 au 23 juin 2015 pour discuter de la collaboration sur la gouvernance forestière dans le Bassin du Congo. Cet atelier a débouché sur trois recommandations.

 

 

Des estimations combinées de l’Organisation de coopération et de développement économiques(OCDE), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDE), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et l’Interpol mettent la valeur monétaire de tous les crimes environnementaux organisés entre 70-213 milliards de dollars USD par an. Le commerce illégal des ressources naturelles prive par ailleurs les pays en développement de milliards de dollars de revenus et d’opportunités de développement. La mauvaise gouvernance est l’une des causes principales de la situation.

 

 

L’Accord de partenariat volontaire (APV) sur l’application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux (FLEGT), apparaît comme la solution pour stopper la vente du bois illégal. Depuis sa mise en œuvre dans plusieurs pays africains (Congo, Cameroun, RDC…), qu’est-ce que cet accord a apporté ? Maixent AGNIMBAT, juriste, spécialiste des ressources naturelles et développement durable estime que les Etats producteurs du bois adhèrent au plan FLEGT de l’Union européenne sur une base volontaire afin de garantir la durabilité de l’exploitation forestière. Il explique : « dans le cadre de l’Accord, le Congo et l’UE doivent veiller à limiter au maximum les impacts possibles de l’exploitation forestière sur la qualité de vie des populations. Une grille de légalité prévoit des outils d’évaluation des impacts et des mesures correctives sur le mode de vie des communautés forestières.»

 

 

Conjointement organisé par le Centre for International Development and Training (CIDT), Fern, Forest Peoples Programme (FPP) et la Community and Forest Platform Cameroun (CFP), cet atelier a été réalisé avec le soutien financier de l’Union européenne et le Department of foreign international development, a débouché sur trois recommandations : insérer dans les programmes des médias audiovisuels des émissions sur la gouvernance forestière dans les pays où cela n’existe pas encore ; dans les pays où ce type de programme existent, les comités APV/FLEGT des pays devront fournir des contenus pour les alimenter ; et encourager les partenaires à soutenir par des appuis techniques et financiers la dynamique de collaboration OSC-Parlementaires-Journalistes.

 

 

Une issue de sortie

L’APV/FLEGT, REDD+ étant au centre de la gouvernance forestière dans le Bassin du Congo, une nouvelle coalition a vu aujourd’hui le jour au niveau pays et sous-régional débouchant sur la collaboration entre parlementaires et OSC. Un modèle, disons-le, qui nourrit de l’espoir ! Pour M. SANGARE YACOUBA, Député à l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire, président du Réseau Ivoirien des Parlementaires pour la Protection de l’Environnement et des Forêts (RIPPEF), l’APV/FLEGT est une tribune pour les acteurs de la société civile de donner leurs avis sur la gouvernance forestière à travers leur collège et aussi grâce à leur présence au sein du Comité Technique de Négociation (CTN). D’après lui, la forêt marécageuse de la Tanoé, doit son existe encore grâce à la collaboration OSC – parlementaires. D’environ 6000 ha, elle a longtemps été convoitée par une entreprise agro-industrielle. «Grâce aux efforts et à la collaboration parlementaires-OSC (visites de terrain), le gouvernement ivoirien est en train de renforcer les effectifs des agents de contrôle pour une meilleure surveillance du Parc national de Taï (536 000 ha, situé à l’Ouest de la Côte d’Ivoire), inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1982», a témoigné l’honorable SANGAREY.

 

 

De son côté, l’Honorable MIRINDI de la RDC pense que leur  code forestier du 29 août 2002 qui fut précédé d’un Agenda prioritaire pour la relance du secteur forestier en RDC, constitue à ce jour un instrument actualisé au service de la politique nationale en matière des forêts et des réalités socioculturelles des milieux ruraux forestiers du pays.

 

 

Une bonne initiative 

Pour Hubert Aimé KOUMBA, point focal société civile, le Gabon fournit 8% du bois au niveau mondial. La filière bois gabonaise est le 2ème secteur d'emploi du pays. Pour améliorer cette gouvernance forestière, le Gabon dispose une loi 16/01 du code forestier posant les principes de gestion durable des forêts, allant jusqu’à imposer des études d’impact environnemental et social. Initié en 2014, ce processus a permis au Gabon de définir la légalité de son bois, ouvrir des pistes de solutions pour tracer les bois et mettre en place un système de vérification de la légalité.

 

Malgré quelques défis qui pèsent encore sur ce processus, mais des avancées sont perceptibles sur le terrain. Selon Moïse KONO, le  processus de réforme de la loi forestière au Cameroun est assez avancé et a connu une contribution diversifiée des parties prenantes impliquées dans les processus de gestion durable des forêts. Une dynamique des communautés et des OSC en matière de suivi et de dénonciation des cas d’illégalité forestière est effective. La qualité des rapports de dénonciation s’améliore au jour le jour.« Les six dialogues entre gouvernement et parlement sur la gouvernance forestière ont permis à une amélioration considérable du dialogue entre les communautés et les pouvoirs publics, et une amélioration dans la mise en œuvre des politiques publiques (certains programmes et projets en lien avec la gestion durable des forêts)», a révélé Moïse KONO, Plateforme forêt et communauté Cameroun. 

 

Jean Thibaut Ngoyi

 

 

 

Photo: Merline Touko Tchoko

 

Pour d’amples Informations, bien vouloir contacter:

Marie-Ange Kalenga

Responsable de campagne Gouvernance forestière

marieange@fern.org

www.fern.org

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les pays de l’Afrique centrale unissent leur voix pour le Sommet de l’action sur le Climat de New York.

Les ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères composant la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté samedi 7 septembre à Brazzaville une position commune en vue de parler d’une même voix à l’occasion du sommet de l’action sur le climat du 23 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Bien vouloir télécharger la position commune et le communiqué final de la rencontre…

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

environews-rdc-Climat : New York accueillera le 23 septembre prochain, un sommet de l’action sur le climat

En prélude au Sommet de l’action sur le climat prévu le 23 septembre 2019 à New York, plusieurs experts de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont pris part le 07 septembre à Brazzaville, à une réunion extraordinaire des ministres d’Afrique centrale sur la position commune à défendre lors de la prochaine rencontre.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA.

Les 27 et 28 Août 2019, s’est tenu à l'hôtel Bélavie Bonabéri - Douala, en République du Cameroun, l’Atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

En savoir plus...

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019