Bienvenue à notre nouveau partenaire le «Réseau des Aires Protégées d'Afrique Centrale (RAPAC)» !

 

 

Libreville, le  29 Juillet 2016 - le «Réseau des Aires Protégées d'Afrique Centrale (RAPAC)» a officiellement rejoint les 82 membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Pour ce faire, le RAPAC a soumis les documents requis et a accepté de respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour promouvoir la gestion durable des écosystèmes forestiers en Afrique Centrale.

 

 

Le travail et l'approche du «Réseau des Aires Protégées d'Afrique Centrale », RAPAC en sigle, épouse le Cadre de coopération du PFBC, parce qu'ils partagent la vision que le patrimoine naturel d’Afrique Centrale doit être conservé, respecté et valorisé par les générations présentes et futures. 

 

 

Le RAPAC est une association sous régionale à but non lucratif, à caractère technique et scientifique et à vocation environnementale, constituée des membres représentant les gouvernements et la société civile de huit (8) pays de la région: Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Sao Tomé et Principe ainsi que Tchad. Le processus d’adhésion des représentants d’un 9e pays, le Rwanda,est en cours.

 

 

Ce Réseau fédérateur se veut une plateforme simultanément d'échange et d'appui entre tous les acteurs concernés par les aires protégées à travers l’Afrique Centrale. Depuis 2004, il a le mandat de la COMIFAC (Commission des Forêts d'Afrique Centrale) pour la mise en œuvre de l'axe 4 du plan de convergence sous-régional (devenu l’axe 3 du plan révisé 2015-2025), relatif à la conservation de la biodiversité.

 

 

 La mission essentielle du RAPAC est d'appuyer la conservation dans et autour des aires protégées d'Afrique centrale par le développement d'un réseau efficient et solidaire d’acteurs motivés par la promotion de la gouvernance professionnelle et l'harmonisation des politiques et des instruments de gestion.

 

 

Plus précisément, la stratégie 2016-2020 du RAPAC vise les 3 résultats spécifiques suivants :

 

 

La qualité de la gestion du réseau et des Aires Protégées d’Afrique Centrale sont reconnues comme élevées par les spécialistes (en résumé : « Crédibilité technique ») ;

 

La valeur et la gouvernance du réseau et des Aires Protégées d’Afrique Centrale sont reconnues comme élevées par les décideurs (en résumé : « Légitimité socio-économique et culturelle ») ;

 

L’attachement au réseau et aux Aires Protégées d’Afrique Centrale est élevé au sein du public (en résumé : « Notoriété publique »)

 

 

 

Entre autres interventions concrètes du RAPAC, traditionnelles ou nouvelles depuis la réforme en cours, on citera par exemple les suivantes :

  • Harmonisation des législations et institutions relatives aux aires protégées, notamment transfrontalières (voir publications en partenariat avec la COMIFAC) ;

 

  • Appui à la réalisation des inventaires des ressources dans les sites pilotes pour améliorer et actualiser la connaissance du potentiel;

 

  • Mise en place d’une base des données sur les AP et leurs périphéries, en partenariat avec l’OFAC et les institutions nationales chargées des aires protégées ;

 

  • Appui à la création/réhabilitation des infrastructures d’accès et d’accueil permettant la valorisation des sites ;

 

  • Appui à la valorisation des ressources naturelles pour que les AP contribuent au développement communautaire, à la réduction de la pauvreté, à l’aménagement et à la bonne gouvernance des territoires ;

 

  • Appui à la professionnalisation des gestionnaires et des écogardes (voir l’Appel de Libreville du 09 juillet 2013 à la valorisation du métier de l’écogarde) dans les parcs et réserves pilotes du Réseau, dans une perspective de certification de la bonne gestion.

 

La Facilitation  européenne du Partenariat pour  les Forêts du Bassin du Congo est très heureuse d'accueillir  le RAPAC comme nouveau  membre  du PFBC. Bienvenue à notre nouveau partenaire le «Réseau des Aires Protégées d'Afrique Centrale (RAPAC)» !

 

Contact :

Monsieur Jean  Damascène HAKUZIMANA, chargé de la notoriété du RAPAC et point focal RAPAC - PFBC.

Email : hakuzadamas@gmail.com

 

 

Pour plus d'informations, bien vouloir consulter le site web du RAPAC 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Fonds d'Adaptation : Le Conseil du Fonds d'Adaptation approuve un financement de 20,4 millions de dollars USD en faveur de nouveaux projets en période intersession

Washington, DC (10 juillet 2017) - Le Conseil du Fonds pour l'adaptation a approuvé un financement de nouveaux projets à hauteur 20,4 millions de dollars USD au cours de la période d'examen intersession qui se termine en début juillet - y compris un projet régional de sécurité alimentaire le long de la frontière entre la Colombie et l'Équateur, un projet relatif à la sécurité régionale de l'eau dans le Bassin du lac Victoria en Afrique de l'Est et un projet de restauration des mangroves au Sénégal.

En savoir plus...

COMIFAC : Communiqué final du 9eme Atelier du GTCCD

Le 9eme Atelier du Groupe de Travail de la Convention des Nations Unies pour la Lutte Contre la Désertification (GTCCD) des pays membres de la COMIFAC s’est tenu à Ndjamena (Tchad) à l’hôtel Mercure Chari, du 6-7 juillet 2017, en vue de préparer la Conférence des Parties 13 de la CNULD et de formuler une position commune consensuelle sous- régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la prochaine CoP, programmée du 6- 16 septembre à Erdos, Chine.

En savoir plus...

Fao : Communautés locales et utilisation durable de la faune en Afrique centrale

Le présent ouvrage comprend trois parties distribuées en treize chapitres. La première partie introduit le questionnement et le contexte abordant les aspects économiques, nutritionnels et juridiques liés à la chasse dite « villageoise » et à l’utilisation de la faune sauvage par les populations locales. Dans une deuxième partie, les acteurs impliqués dans la mise en œuvre du projet « Gestion durable de la faune et du secteur de la viande de brousse en Afrique centrale » décrivent les retours d’expérience dans les sites pilotes du projet en République du Congo, République démocratique du Congo et République du Gabon.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo se mobilise à Bruxelles aux Journées européennes du développement

Le partenariat public-privé (PPP) en matière de conservation comme intervention pour la paix - Les PPP en conservation sont-ils une intervention efficace en matière de consolidation de la paix ? Ou devrions-nous laisser cela aux unités de maintien de la paix de l’ONU ?

En savoir plus...

ec.europa : Conférence ministérielle africaine sur l’environnement - CMAE

Vérifier à la livraison... Je vous remercie de l'invitation.  C’est un grand honneur de s’adresser à ce public ; c’est aussi une reconnaissance de la coopération très riche entre l’Union européenne et l’Afrique dans le domaine de l'environnement, le changement climatique, la biodiversité, la gestion des ressources naturelles et l'économie verte.

En savoir plus...

PNUE : Le G7 soutient le mouvement du financement durable

Bologne, 12 juin 2017 - Le G7 a rejoint le G20, d’autres pays et marchés en pesant de son poids en faveur d’un mouvement croissant pour transformer le pouvoir du sysatème financier mondial en développement durable.

En savoir plus...

Ec.europa.eu : Les Journées européennes du Développement se focalisent sur « Investir dans le Développement » #EDD17

La 11ième édition des Journées européennes du développement s’est ouverte le 7 juin, avec un accent particulier sur l’investissement dans le développement.

En savoir plus...

Le REFADD se prépare pour la COP 23

Le Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD) a organisé du 3 au 5 juillet 2017 à Douala au Cameroun, un atelier sous régional portant sur la restitution des COP 21 et 22, la préparation du réseau à la COP23. Le communiqué final de cet atelier est disponible en téléchargement.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030