Bienvenue à notre nouveau partenaire le «Réseau des Aires Protégées d'Afrique Centrale (RAPAC)» !

 

 

Libreville, le  29 Juillet 2016 - le «Réseau des Aires Protégées d'Afrique Centrale (RAPAC)» a officiellement rejoint les 82 membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Pour ce faire, le RAPAC a soumis les documents requis et a accepté de respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour promouvoir la gestion durable des écosystèmes forestiers en Afrique Centrale.

 

 

Le travail et l'approche du «Réseau des Aires Protégées d'Afrique Centrale », RAPAC en sigle, épouse le Cadre de coopération du PFBC, parce qu'ils partagent la vision que le patrimoine naturel d’Afrique Centrale doit être conservé, respecté et valorisé par les générations présentes et futures. 

 

 

Le RAPAC est une association sous régionale à but non lucratif, à caractère technique et scientifique et à vocation environnementale, constituée des membres représentant les gouvernements et la société civile de huit (8) pays de la région: Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Sao Tomé et Principe ainsi que Tchad. Le processus d’adhésion des représentants d’un 9e pays, le Rwanda,est en cours.

 

 

Ce Réseau fédérateur se veut une plateforme simultanément d'échange et d'appui entre tous les acteurs concernés par les aires protégées à travers l’Afrique Centrale. Depuis 2004, il a le mandat de la COMIFAC (Commission des Forêts d'Afrique Centrale) pour la mise en œuvre de l'axe 4 du plan de convergence sous-régional (devenu l’axe 3 du plan révisé 2015-2025), relatif à la conservation de la biodiversité.

 

 

 La mission essentielle du RAPAC est d'appuyer la conservation dans et autour des aires protégées d'Afrique centrale par le développement d'un réseau efficient et solidaire d’acteurs motivés par la promotion de la gouvernance professionnelle et l'harmonisation des politiques et des instruments de gestion.

 

 

Plus précisément, la stratégie 2016-2020 du RAPAC vise les 3 résultats spécifiques suivants :

 

 

La qualité de la gestion du réseau et des Aires Protégées d’Afrique Centrale sont reconnues comme élevées par les spécialistes (en résumé : « Crédibilité technique ») ;

 

La valeur et la gouvernance du réseau et des Aires Protégées d’Afrique Centrale sont reconnues comme élevées par les décideurs (en résumé : « Légitimité socio-économique et culturelle ») ;

 

L’attachement au réseau et aux Aires Protégées d’Afrique Centrale est élevé au sein du public (en résumé : « Notoriété publique »)

 

 

 

Entre autres interventions concrètes du RAPAC, traditionnelles ou nouvelles depuis la réforme en cours, on citera par exemple les suivantes :

  • Harmonisation des législations et institutions relatives aux aires protégées, notamment transfrontalières (voir publications en partenariat avec la COMIFAC) ;

 

  • Appui à la réalisation des inventaires des ressources dans les sites pilotes pour améliorer et actualiser la connaissance du potentiel;

 

  • Mise en place d’une base des données sur les AP et leurs périphéries, en partenariat avec l’OFAC et les institutions nationales chargées des aires protégées ;

 

  • Appui à la création/réhabilitation des infrastructures d’accès et d’accueil permettant la valorisation des sites ;

 

  • Appui à la valorisation des ressources naturelles pour que les AP contribuent au développement communautaire, à la réduction de la pauvreté, à l’aménagement et à la bonne gouvernance des territoires ;

 

  • Appui à la professionnalisation des gestionnaires et des écogardes (voir l’Appel de Libreville du 09 juillet 2013 à la valorisation du métier de l’écogarde) dans les parcs et réserves pilotes du Réseau, dans une perspective de certification de la bonne gestion.

 

La Facilitation  européenne du Partenariat pour  les Forêts du Bassin du Congo est très heureuse d'accueillir  le RAPAC comme nouveau  membre  du PFBC. Bienvenue à notre nouveau partenaire le «Réseau des Aires Protégées d'Afrique Centrale (RAPAC)» !

 

Contact :

Monsieur Jean  Damascène HAKUZIMANA, chargé de la notoriété du RAPAC et point focal RAPAC - PFBC.

Email : hakuzadamas@gmail.com

 

 

Pour plus d'informations, bien vouloir consulter le site web du RAPAC 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Planification et gestion du tourisme dans les aires protégées. Séminaire Mobile du 7 au 23 septembre 2017. Date limite d'inscription : 15 mai 2017

Le séminaire débutera sur le campus de l'Université d'État du Colorado à Fort Collins, au Colorado, à côté des majestueuses Montagnes Rocheuses. La majeure partie du séminaire se dérouera sur le terrain et sur la route dans le cadre de visites des aires protégées gérées par les gouvernements fédéral, étatiques et locaux, les ONG et les propriétaires fonciers privés.

En savoir plus...

CCNUCC : Le changement climatique et l'épuisement des ressources naturelles compromettent de plus en plus la durabilité, la stabilité et la sécurité en Afrique

Le cumul de l'insécurité croissante des aliments et de l'eau, les mouvements massifs de population et les catastrophes naturelles plus extrêmes minent les efforts visant à réduire la pauvreté et à stimuler la prospérité. Les conflits d'utilisation des terres et de l'eau augmentent, de même que les flux migratoires et le nombre de personnes vulnérables. Les pertes économiques liées aux catastrophes ont augmenté de façon constante depuis 1990, atteignant une moyenne annuelle estimée à 200 milliards de dollars USD.

En savoir plus...

Mécanisme global : Appui aux pays pour fixer des cibles de neutralité en matière de dégradation des terres

L'Objectif de développement durable (ODD) 15.3 stipule : « D’ici à 2030, lutter contre la désertification, restaurer les terres et sols dégradés, notamment les terres touchées par la désertification, la sécheresse et les inondations, et s’efforcer de parvenir à un monde sans dégradation des sols ».

En savoir plus...

Mécanisme global : Qu'est-ce que la Grande Muraille Verte pour l'Initiative Sahara et Sahel ?

La Grande Muraille Verte est une initiative majeure menée par les Africains avec l'ambition audacieuse de restaurer la productivité et la vitalité de la région du Sahel tout en offrant des « solutions croissantes » aux défis de développement les plus urgents du Continent.

En savoir plus...

Mécanisme global : Fonds pour l'impact de l'investissement pour la neutralité de la dégradation des terres

Qu'est-ce que le Fonds pour la neutralité de la dégradation des terres ? Que fera le Fonds pour la neutralité de la dégradation des terres ? Qu'est-ce que le Fonds pour la neutralité de la dégradation des terres ?

En savoir plus...

banquemondiale-Forêts : leur rôle est essentiel pour stabiliser le climat et soutenir le développement

Ce programme formera sur une durée de deux ans 20 000 cultivateurs de café aux normes de production et de transformation durables ; il fournira également une aide pour améliorer le fonctionnement de 77 unités de fermentation (là où les cerises de café sont triées par immersion dans l’eau). Cet accord historique sera complété par un prêt de 3 millions de dollars financé par IFC.

En savoir plus...

Ouverture à la consultation publique du draft 2-0 de la norme FSC Cameroun

Ce document est en conformité avec le document final des Indicateurs Génériques Internationaux (joint au présent courriel), de la version 5 des Principes et Critères du FSC, et du Cahier des Charges FSC propre au fonctionnement de chaque Groupe d’Elaboration des Normes.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo à la COP 13 - Son évènement parallèle mobilise autour des progrès dans la mise en oeuvre du Protocole de Nagoya sur l'APA en Afrique Centrale

Cancun (Mexique) – S’est tenu un évènement parallèle à la Conférence des Parties (COP) 13 de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) portant sur « Les progrès dans la mise en oeuvre du Protocole de Nagoya sur l'APA en Afrique Centrale : Défis, opportunités et perspectives ».

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC