Le Réseau des Aires Protégées d’Afrique Centrale (RAPAC) reprend son élan !

 

 

Bien vouloir télécharger le communiqué de presse

 

 

La réforme du RAPAC est désormais un mouvement sans retour de repositionnement du réseau comme leader régional de l’appui aux aires protégées d’Afrique Centrale : « sans retour » parce que en février dernier à Malabo (Guinée Equatoriale), le scénario de cette réforme a été pour la seconde fois fermement rappelé par les 17 administrateurs du RAPAC ; « repositionnement » car la vocation initiale du RAPAC (être une plateforme multi-acteurs de partage et d’action au profit des aires protégées), brièvement mise en question en 2014, a été maintenue, approfondie et clarifiée par ces mêmes Administrateurs ; enfin, « leader régional », puisqu’au sortir de cette période de turbulences, il est désormais avéré qu’aucune autre institution d’Afrique Centrale ne sera davantage légitime et crédible pour remplir ce rôle au profit des aires protégées.

 

Un Conseil d’Administration unique en son genre

 

Pour mesurer l’importance de  cette réunion de Malabo, il faut rappeler qui sont ces 17 administrateurs du RAPAC qui poussent avec détermination l’achèvement de cette réforme, en commençant par le Président du RAPAC, élu en 2013  à la suite de M. Samy Mankoto : il s’agit de S.E. Anatolio Ndong Mba, ancien représentant de la FAO dans plusieurs pays africains, ministre et vice-premier ministre de son pays et actuellement Ambassadeur représentant la Guinée Equatoriale aux Nations Unies.

 

Le Président du RAPAC dirige un Conseil d’Administration tout à fait unique dans la région, puisque pour chacun des huit pays actuellement représentés au RAPAC[1], siègent deux représentants (donc 16 Administrateurs en tout) : l’un désigné par l’autorité étatique de tutelle des aires protégées, l’autre par la société civile de chacun de ces huit pays.

Cela fait du RAPAC la seule institution régionale véritablement représentative de toutes les composantes d’un secteur environnemental donné, qu’elles soient étatiques ou non-étatiques.

Comme le dit l’Administrateur étatique de R.D Congo, le Dr. Cosma Wilungula Balongerwa (ADG de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, ICCN) : « Le RAPAC est bien cadré pour coordonner les interventions sectorielles et son statut exceptionnel l’a rendu crédible pour les bailleurs comme l’union européenne et l’Organisation internationale des bois tropicaux. »

 

C’est bien cette exceptionnelle synergie des acteurs du secteur que la réforme du RAPAC entend consolider et développer : en partageant les droits de vote de son Assemblée Générale équitablement entre deux collèges, l’un pour les membres étatiques et l’autre pour les non-étatiques, de sorte que RAPAC puisse accueillir autant de membres non-étatiques que nécessaire sans que la souveraineté des membres étatiques n’en soit diminuée d’aucune manière. Le nouveau S.E. du RAPAC, Omer Ntougou Ndoutoume, déclare ainsi que la réforme institutionnelle « vise une ouverture et une implication plus effective et plus large de tous les acteurs concernés par la gestion des aires protégées ».

 

Initiateur et garant de la bonne conduite de ce subtile processus institutionnel, le Président du RAPAC, S.E. Anatolio  Ndong Mba, s’est montré très confiant lors de la réunion de Malabo : selon lui, le RAPAC est la seule organisation sous régionale à avoir lancé une réforme si profonde, de sorte que le Réseau sera « à partir de maintenant l’organisation sous régionale qui sera mobilisée et évaluée par les autres organisations internationales ».

 

Il semble que cette évolution institutionnelle du RAPAC séduit déjà, puisque le Conseil d’Administration de Malabo tenu le 9 Février 2016 a examiné le dossier introduit par le Rwanda pour rejoindre le RAPAC : « le Rwanda se sent obligé de rejoindre le groupe régional dans ses efforts de conservation de la biodiversité des écosystèmes de l'Afrique Centrale en vue d'un développement durable de ses populations » explique Télésphore NGOGA, le chargé de la conservation transfrontalière à l’Agence Rwandaise de Développement (RDB).

 

Une stratégie plus focalisée et directement reprise par l’organigramme

 

Pour prolonger cette consolidation institutionnelle dans le domaine stratégique, le RAPAC a également actualisé son plan d’action, avec les effets suivants résumés par Jean Pierre AGNANGOYE, ancien secrétaire exécutif (S.E.) du RAPAC devenu conseiller technique du nouveau S.E. : « la réforme est en train de rétablir la crédibilité du RAPAC au plan technique, sa légitimité au plan politico-économique et sa notoriété auprès du public ». Pour produire ces résultats, l’ancien Secrétaire Exécutif (S.E.) avait proposé au nouveau S.E. en 2015 une reformulation du plan d’action du réseau plus strictement conforme aux nouvelles attentes des membres et des principaux partenaires du RAPAC, version actualisée qui a été entérinée à Malabo.

 

L’exécution de ce « plan stratégique et d’action 2016-2020 », désormais concentrée sur seulement trois objectifs spécifiques, est confiée à un Secrétariat Exécutif réorganisé très logiquement en trois départements techniques : le nouveau S.E., Omer Ntougou Ndoutoume, déclare à ce sujet que « les rôles des trois experts du RAPAC seront de diffuser et harmoniser parmi les praticiens de terrain les meilleures pratiques respectivement de gestion des aires protégées pour le département crédibilité technique, de gouvernance et de valorisation des aires protégées pour le département légitimité socio-économique et enfin, de sensibilisation des multiples cibles visées pour le département notoriété publique ».

 

Le retour de la confiance des partenaires

 

Si cette réorganisation du RAPAC a réalisé la jonction entre le stratégique et l’opérationnel, elle a également rétabli la jonction entre le réseau et ses partenaires, comme le souligne son Président, S.E. Anatolio Ndong Mba : « la phase de réforme que nous menons a permis au RAPAC de regagner la confiance des pays et des partenaires techniques et financiers, mais surtout, de stabiliser la structure de notre organisation ».

 

Et de souligner que les deux vont ensemble, confiance des partenaires et efficacité de la structure, puisqu’un partenaire historique du RAPAC, l’Union Européenne, a octroyé fin 2015 une subvention spécifiquement destinée à soutenir la réforme du RAPAC, y compris dans ses aspects les plus managériaux : ainsi, cette subvention soutient l’engagement d’une « démarche qualité » au sein du département « administration et finance » du RAPAC, devant conduire à la certification de cette fonction cruciale de l’institution....

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

RdP 17 – FLAG Side Event : Comment faire de l’Observation Indépendante des forêts un outil de dialogue entre le secteur privé et la société civile .

En marge de la 17e rencontre des parties du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo tenue en octobre 2017 à Douala, Field Legality Advisory Group a organisé une réflexion dont le thème était « Comment faire de l’Observation Indépendante des forêts un outil de dialogue entre le secteur privé et la société civile ». A cette occasion, les principales parties prenantes invitées ont présenté des communications PowerPoint, qui ont servi de base pour les discussions animées qui s’en sont suivies.

En savoir plus...

UE - Afrique centrale: Un appui de l'UE pour préserver la biodiversité et renforcer la gestion des écosystèmes forestiers

Le volet Cameroun du "Programme d’Appui à la Préservation de la biodiversité et aux Ecosystèmes Fragiles (ECOFAC)" a été officiellement lancé le 25 octobre 2017 à Douala en marge de la 17ième Réunion des Parties du PFBC. En plus de 25 ans, à travers les programmes ECOFAC, l’Union européenne appuie les efforts de l'Afrique centrale en matière de préservation de leur biodiversité exceptionnelle et de gestion de leurs écosystèmes forestiers. Ainsi, depuis 1992, l’UE a investi plus de 90 milliards de Francs CFA (138 millions d'euro) dans la région à travers les 5 premières phases de ce programme phare.

En savoir plus...

GIZ - Bureau d'appui à la COMIFAC « Bilan de dix ans de partenariat entre la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) 2005 – 2015 »

Depuis sa création en 2005, la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) a connu des évolutions de plusieurs ordres, ceci entre autres avec l’appui des partenaires techniques et financiers, au rang desquels la coopération allemande à travers la GIZ. Cette alliance scellée tout au début du processus en 2005, est aujourd’hui vieille de plus de 10 ans.

En savoir plus...

UE : L'UE reste le marché le plus important et le plus ouvert aux produits alimentaires et manufacturés africains

Les exportations de l'Afrique vers l'Union européenne (UE) se sont élevées à plus de 116 milliards d'euros en 2016. L'Europe est de loin le plus grand marché d'exportation de l'Afrique (35% des exportations africaines), suivie de l'Afrique (18%), de la Chine (11%), des États-Unis (8%) et de l'Inde (7%).

En savoir plus...

COP23 : L’Italie et l’ONU lancent un programme de bourse pour Pays vulnérables aux changements climatiques

ONU Changements Climatiques Infos, Bonn, 16 nov – Le Gouvernement italien et l’ONU Changements Climatiques ont signé un nouveau protocole d'accord pour le lancement d’un nouveau programme de bourses visant le renforcement des capacités institutionnelles des petits États insulaires en développement (PEID) et des pays les moins avancés (PMA) à répondre aux défis du changement climatique.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Octobre 2017

Le mois dernier, une centaine de pêcheurs sur la rivière Sangha ont reçu une formation par les équipes du Parc sur la construction et l’utilisation des fours Chorkor, faisant ainsi la promotion d'une technique de fumage du poisson optimisant sa conservation et contribuant à la réduction du prélèvement sur les ressources halieutiques. En savoir plus...

En savoir plus...

FSC : Retour sur l'Assemblée Générale du FSC 2017

Faire le lien entre FSC et les Objectifs de Développement Durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) offrent aux entreprises une excellente occasion de s'engager à imprimer un changement positif pour les hommes et la planète, de façon claire et structurée. Mais en quoi ces objectifs concernent-ils les entreprises ? Et pourquoi FSC devrait-il jouer un rôle dans l'atteinte de ces objectifs ?...

En savoir plus...

EU : Bassin du Congo : Vers une mutualisation des efforts de lutte contre le commerce illicite du bois l’exploitation illégale des forêts

La ville de Yaoundé a abrité, mi-novembre 2017, une conférence régionale sur l’exploitation illégale du bois. L'événement était soutenu par l’Union européenne, dans le cadre du projet "Voix des Citoyens pour le Changement : Observation Forestière dans le Bassin du Congo", une initiative d’observation indépendante de l'exploitation forestière. Pour la 1ere fois, les autorités chargées de l’application de la loi et des acteurs non étatiques se sont ainsi retrouvés, dans le but de créer une synergie d'action contre l'illégalité qui plombe le développement de ce secteur.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030