Rdp 18 du PFBC – Une journée pour le secteur privé : Les investissements du secteur privé : atout ou menace pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo ?

 

Bien vouloir télécharger le document ci-dessous:

ConceptNoteSideEventSP_Final2.pdf (338.1 Ko)

 

 

La pression sur les forêts d’Afrique centrale pour différents usages augmente de façon exponentielle. Il y a non seulement une demande croissante des pays asiatiques pour le bois africain, mais aussi de plus en plus de défrichements pour des permis agro-industriels, notamment pour des plantations de palmiers à l’huile et d’hévéa. Les prévisions de croissance démographique en Afrique subsaharienne affirment que les demandes de produits agricoles et ligneux pour les marchés nationaux augmenteront également de façon significative pour les 30 prochaines années, ainsi que les activités de subsistance (agriculture sur brulis et récolte du bois de chauffage). Ce, en plus d’autres pressions sur les écosystèmes forestiers qui proviendront d’exploitation des ressources minières (uranium, graphite, lithium, cuivre, cobalt, fer, …), de celle des hydrocarbures, ainsi que l'expansion des villes et des infrastructures de transport.

 

 

Les marchés grandissants pour les produits naturels et renouvelables tel que le bois, les produits vivriers de subsistance locale, les produits de l’agriculture industrielle, ainsi que les paiements pour services environnementaux (e.g. éco-tourisme et/ou crédit carbone), et par ailleurs les produits miniers, créeront de plus en plus de compétition pour l'accès aux ressources situées sur les mêmes espaces. De plus, le développement de ces différentes activités et de processus de transformation des produits au niveau local, ainsi que l'amélioration des transports, demandent la mise en place d’infrastructures importantes (zone industrielle de Nkok au Gabon, ou port de Kribi au Cameroun).

 

 

Une partie du secteur privé globalisé s'est depuis des années impliqué dans l'amélioration de ses pratiques, au regard de sa responsabilité sociétale et des enjeux du développement durable. En fonction des secteurs d'activité, des labels, chartes et codes volontaires ont été développés. Les logiques qui sous-tendent ces approches sont liées aux secteurs d'activité et peuvent être de natures assez différentes (gestion durable de la ressource, transparence financière, impact social,…). Peu à peu, ces approches gagnent en crédibilité et en visibilité. Cependant, il ne faut pas occulter l'extension d'une logique inverse de profit à court terme, qui conduit d'autres opérateurs à exploiter les ressources naturelles de façon non durable, et souvent illégale.

 

 

Sans encadrement des activités économiques utilisatrices d'espace par un plan d’affectation de terres et un respect strict des lois et règlements, la situation macro-économique des pays se détériorera. A court terme car ces pays souffrent d'un "désavantage comparatif" pour des investisseurs globaux vertueux qui demandent des garanties pour la sécurisation de leurs investissements, mais plus encore à long terme car le capital de richesses naturelles de ces pays sera de plus en plus réduit. L'impact du développement et des activités économiques sur les ressources naturelles dépend à coup sûr des pratiques des opérateurs privés, mais aussi tout autant des Etats dans leur choix des opérateurs exerçant sur leur territoire, et dans leur capacité à proposer un cadre sécurisé pour les investissements. Sans ce cadre étatique clair et "robuste", ce seront naturellement des entreprises "non vertueuses" qui occuperont l'espace, épuiseront la ressource dans une période courte, et paieront le minimum de taxes sans contribuer aux besoins des populations locales. Dans le bassin du Congo, ce phénomène est malheureusement couramment observable.

 

Dans ce contexte nous souhaitons organiser des débats du side event du secteur privé, autour des thématiques suivantes :

 

1. Engagements de gestion responsable et contribution du secteur privé au développement : Pour les sociétés cotées en bourse, les marchés mondiaux mettent de plus en plus l’accent sur l’origine des produits, l'impact de leurs activités sur les conditions socio-économiques locales, et le fait qu'elles ne contribuent pas à la déforestation. Sous la pression des clients d’appliquer une diligence raisonnée, les grands groupes commerciaux et de nombreux opérateurs dans le bassin du Congo se sont engagées dans des politiques de responsabilité sociale et environnementale, ou de zéro déforestation. Des sociétés forestières se sont engagées dans la certification volontaire de gestion durable, et certaines sociétés agro-industrielles dans des démarches de production durable. D'autres démarches de transparence ou de certification existent aussi pour certains produits miniers. Dans le cadre des Objectifs de développement durable, des approches multi-acteurs intégrant le secteur privé ont aussi été lancées (cf. "Belgian SDGs charter").
Ces différentes approches ont chacune leurs intérêts et particularités, et il est utile de les analyser dans le contexte du Bassin du Congo. Cette session permettra donc de présenter un travail d'analyse comparative de ces démarches, ainsi que les témoignages de ceux qui s'y sont engagés. Les discussions qui suivront permettront d'envisager l'élaboration d'un code de bonne conduite trans-sectoriel pour le bassin du Congo.

 

2. L’urgence d’un plan d’affection des terres dans les pays du Bassin du Congo : comme évoqué dans l’introduction, il est difficile d’exiger un engagement unilatéral du secteur privé sous forme de charte ou code de bonne conduite, sans parler de l’aménagement du territoire, du respect du cadre légal et de la sécurité juridique des investissements.
La compétition grandissante pour l’accès aux ressources et l’usage des espaces demande aux Etats d’élaborer en urgence des plans d’affectation de terre. Une telle démarche est classiquement basée sur des données géographiques, démographiques, biologiques, et sur les priorités nationales en matière de développement économique et de conservation. Mais il est aussi crucial que ces plans d'affectation des terres soient développés en concertation avec les différentes parties prenantes, et prennent en compte les populations locales et les investissements déjà réalisés. "L'approche paysage", qui prend en compte les différents usages des terres autour des parcs nationaux de manière intégrée est une approche prometteuse qui mérite d'être plus largement développée.

 


Cette session de l'après-midi permettra d'exposer des cas concrets de compétition pour l'espace forestier et ses conséquences dans le cas d'une gestion non règlementée. La mise en place de pôles économiques et leurs impacts (zone de Nkok, port de Kribi,…) sera aussi présentée. Les discussions porteront sur les bonnes pratiques et les recommandations possibles dans le cadre de la mise en oeuvre de démarches d'aménagement du territoire et d'affectation des terres.

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le document ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Voulez-vous mobiliser plus de financements pour une utilisation durable des terres ?

La Facilité REDD de l'Union Européenne (UE) a le plaisir d’annoncer la publication du Land-use Finance Tool, un outil de cartographie des financements liés à l’utilisation des terres. Cet outil a été développé avec Climate Policy Initiative (CPI) pour aider les gouvernements des pays tropicaux et leurs partenaires à mieux comprendre et à influencer les investissements touchant aux forêts aux niveaux national et sous-national.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park °° Bulletin mensuel | Janvier 2019

Premier mois de l'année et les actions de l'UGP n'ont pas tardé a porté leur fruits! Rien qu'en janvier, 12 suspects ont été arrêtés et transférés à la Justice. Parmi ceux-ci, trois braconniers et un acheteur d'ivoire ont été interpellés lors d'une opération dans le Secteur Est du Parc. Nous sommes parvenus également à retirer de la circulation deux armes de guerre. Ces résultats encourageants confirment que nos unités d'écogardes sont maintenant plus que jamais capables de faire face à ces menaces et de protéger l'extraordinaire biodiversité du Parc, et ce en grande partie grâce à l'investissement de l'UGP et de ses partenaires dans leur formation et leur équipement.

En savoir plus...

RENOI : les OSC planifient les actions d’observation indépendante de l’exploitation forestière en RDC

Kinshasa/RD Congo- 14 février 2019 : En Afrique centrale, l’observation indépendante des forêts par les organisations de la société civile (OSC) peut améliorer la transparence et aider à renforcer le contrôle de l’illégalité de l’exploitation des ressources naturelles. Dans ce cadre, les OSC, membres du Réseau des observateurs indépendants des ressources naturelles en RDC, en sigle, RENOI-RDC, ont pris part, le 14 février 2019, au centre Loyola de la  Gombe/Kinshasa, à un atelier de planification des activités pour l’année 2019.

 

En savoir plus...

camer.be-Cameroun, Journée mondiale du pangolin: La lutte contre le pillage de la faune s’intensifie. : CAMEROON

La 8ème Journée mondiale du pangolin sera célébrée le 16 février 2019. Les activités autour de cette journée comprendront notamment une sensibilisation visant à attirer l’attention du public sur la situation critique des pangolins qui font face à des menaces existentielles.

En savoir plus...

Programme régional de l'USFWS pour l'Afrique centrale : Avis de Financements Disponibles pour l'exercice 2019

Nous avons le plaisir de vous faire part de l'Annonce 2019 des Financements Disponibles (NOFO : "Notice of Funding Opportunity") du Programme régional pour l'Afrique Centrale de l'U.S. Fish & Wildlife Service. Veuillez noter que seules des pré-propositions de projets seront acceptées pour le 18 mars 2019. Ensuite, d'ici le 16 avril 2019, l'USFWS préviendra les candidats qui pourront soumettre une proposition de projet complète. 

En savoir plus...

USFWS - MENTOR-POP (Progress on Pangolins) : Bonne journée mondiale du Pangolin ! Conservation des pangolins en Afrique Centrale

Bonne journée mondiale du Pangolin ! Conservation des pangolins en Afrique Centrale - Les pangolins constituent les mammifères les plus traqués au monde. En 2016, le U.S. Fish and Wildlife Service (Organisme fédéral américain chargé de la préservation de la Faune) a lancé MENTOR-POP (Progress on Pangolins) en collaboration avec la Zoological Society of London pour donner une voix aux pangolins d'Afrique centrale.

En savoir plus...

Les PSE dans les pays en développement : compenser ou récompenser ?

Dans de nombreux pays en développement, le caractère domanial des espaces naturels peut poser des problèmes pour la mise en place des PSE : il faut reconnaître aux usagers des écosystèmes dépourvus de titres fonciers la disposition de tels droits, ce qui se traduira assez inévitablement par un raffermissement du sentiment d’appropriation et pourra déboucher, plus tard, sur des revendications politiques concernant les droits fonciers.

En savoir plus...

Rencontre entre le Sahel et le Nord de l'Afrique Équatoriale : Plein succès de la conférence internationale des Ministres en charge de la Défense, de la sécurité et des aires protégées sur la lutte contre le Braconnage de N’Djamena

Environ 350 participants mobilisés  autour du thème central: « Menaces des groupes armés circulant entre le Sahel, le Soudan et le Nord de l’Afrique Équatoriale pour ses aires naturelles protégées et leurs populations riveraines : Analyse et plan d’actions». Une douzaine de Ministres et une cinquantaine de Hauts- Responsables des Institutions régionales, des partenaires techniques et financiers adoptent une déclaration dite de « Déclaration de N’Djamena »... Aussi disponible en téléchargement le communiqué final du huis des Ministres et chefs de délégation aussi bien que le rapport du segment des experts adoptés par les Ministres. 

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019