REDD+ au Cameroun : 850 millions de Fcfa pour cinq projets développés au sein des Communes/Groupements de communes par Le PNDP

Image: Merline Touko Tchoko

 

 

Le Programme National de Développement Participatif (PNDP), grâce au financement du deuxième Contrat Désendettement Développement (C2D II), à travers l’Agence Française de Développement (AFD), d’une valeur de près de 850 millions de FCFA, est désormais liés aux communes de Tiko-Limbé III, Bangou-Bana- Bangangté, Pitoa, Yoko, Lagdo dans le cadre du processus de Réduction des Emissions dues à la Déforestation et la Dégradation des forêts (REDD+).

 

 

Lesdites conventions ont été paraphées en présence de Tangham Prudence Galega, secrétaire général du ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable (MINEPDED), du Coordonnateur National par intérim, Alphonse Boyogueno, et des maires concernés.

 

 

La cérémonie, couplée au lancement officiel des projets, a permis de présenter le chronogramme et les objectifs de mise en œuvre. Concrètement, il s’agira pour la commune de Lagdo, dans le département de la Bénoué, de conserver le massif forestier de Ouro- Doukoudje et de contribuer au reboisement de 1 000 ha des berges ouest du fleuve Lagdo. Pour Yoko, il s'agit de la conservation de la forêt communale d’une superficie de plus de 29 500 ha ainsi que de l’élaboration et de la mise en œuvre d’un plan d’utilisation et de gestion durable des terres (PUGDT).

 

 

A l’ouest Cameroun, il sera question de la réduction de la dégradation et de la déforestation du massif forestier d’une superficie de 4 800 ha du groupement intercommunal Bangou-Bana-Bangangté. A Pitoa, la restauration de près de 2 000 ha du couvert végétal dégradé dans les espaces agro-sylvo-pastoraux sera une priorité. La réduction de la déforestation dans la mangrove, dont la superficie avoisine les 40 000 ha, par la gestion intégrée des forêts côtières et de la mangrove pour le groupement Tiko-Limbé III ferme la boucle de ces projets.

 

 

Ce financement est une contribution aux financements desdits projets dont le montant global est d’environ 13 milliard de francs CFA avec un potentiel de réduction des émissions cumulées de GES de l’ordre 9,372 MtCO2 Eq.

 

 

A TITRE DE RAPPEL

Dans le cadre des financements du deuxième Contrat de désendettement et développement (C2D), au-delà des activités classiques d’appui au processus de décentralisation au Cameroun, le Programme National de Développement Participatif (PNDP) met en œuvre depuis 2014 une composante d’appui à la Réduction des Emissions Dues à la Déforestation et à la Dégradation (REDD+) qui a pour finalité de contribuer à l’élaboration de la stratégie nationale REDD+ pilotée par le Ministère en charge de l’Environnement.

 

 

Cela va se faire, entre autres, à travers la mise en œuvre de cinq (5) projets pilotes REDD+ identifiés parmi les 10 communes ou groupes de communes présélectionnés (deux (02) par zone agro- écologique). Les objectifs visés par ces projets pilotes à l’échelle communale ou intercommunale sont non-seulement de tester les options stratégiques, mais d’impulser le développement territorial et la gestion optimale des ressources à l’échelle locale.

 

 

En effet, après le  lancement officiel de l’opération en février 2014 par le Ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable (MINEPDED), le PNDP a procédé, avec l’appui de certains partenaires à l’instar de WWF, de la GIZ ProPFE, du MINEPDED à travers le Secrétariat Technique REDD+ (ST REDD+) et l’Observatoire National sur les Changements Climatiques (ONACC), du Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF) à travers le Programme Sectoriel Forêt Environnement (PSFE C2D) et la Sous-Direction des Inventaires et des Aménagements Forestiers (SDIAF), etc., à (i) la sensibilisation/formation de trois cent vingt-huit (328) maires à la problématique REDD+ ; (ii) la sélection, sur la base d’un appel à manifestation, de dix (10) communes ou groupes de communes dans les cinq (05) zones agro écologiques du Cameroun ; (iii) la formation des sectoriels, des OAL et des agents communaux sur l’élaboration des NIP ; (iv) l’élaboration de dix (10) Notes d’Idée de Projet (NIP) ; (v) l’accompagnement à la sélection de six (06) NIP pour les études de faisabilité par le ST REDD+ ; (vi) la sélection des bureaux d’études (BET)/Consultants pour l’accompagnement des communes bénéficiaires dans la réalisation des études de faisabilité et la rédaction des Documents Descriptifs de Projet (DDP), (vii) l’accompagnement des communes bénéficiaires dans la réalisation des 05 études de faisabilité et 05 Documents Descriptifs de Projet (DDP) correspondants, validés au niveau local et national.  Réalisés en suivant les exigences nationales contenues dans le manuel de procédures et d’exécution des activités REDD+ et les standards internationaux, tous ces 05 DDP ont été validés le 27 septembre 2017 par le COPIL REDD+, ouvrant la voie à leur mise en œuvre effective. Ils ont été d’ailleurs officiellement lancés le 27 octobre 2017 par le Ministère de l’Environnement, marquant le démarrage des activités sur le terrain.

 

 

NGA Marie Madeleine, Coordonnateur National PNDP

NKAMI K. Georges, Spécialiste Socio Environnemental PNDP

BITCHICK BI BITCHICK Augustin Corin, Assistant Technique Forestier PNDP

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

BRIEFING NEWS Observation indépendante : Les résultats de trois années de mise en œuvre du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) au Cameroun.

En trois ans de mise en oeuvre du Système normalisé d’Observation indépendante externe (SNOIE), plus de 50% des rapports de dénonciations produits via cette approche normalisée de l’observation indépendante (OI) au Cameroun, ont entraîné des réactions du ministère en charge de la gestion des forêts et de la faune. En effet, sur les 30 rapports d’OI transmis au MINFOF, les faits d’exploitation forestière présumée illégale ont été avérés sur 18 d’entre eux. Ces cas avérés ont suscité des missions de contrôle de la brigade nationale et régionale de contrôle forestier, des saisis, l’ouverture des contentieux à l’encontre des entreprises incriminées dans les rapports et des suspensions de titres.

En savoir plus...

Afrique centrale : Ndjamena accueille la 47e réunion du Comité sur les questions de sécurité du 3 au 7 décembre

Libreville (Gabon), 30 novembre 2018 – La 47e réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) aura lieu du 3 au 7 décembre 2018 à Ndjamena, la capitale du Tchad. Comme lors des précédentes sessions, elle permettra de faire le point de la situation géopolitique et sécuritaire dans les onze pays membres, notamment l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine (RCA), le Congo, la République démocratique du Congo (RDC), le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, et le Tchad.

En savoir plus...

RFUK- Aires protégées et droits communautaires : utiliser les cartes participatives pour soutenir la conservation durable dans le bassin du Congo

Les meilleurs projets de conservation commencent avec les Hommes. Cependant, des aires protégées continuent à être établies et gérées dans le Bassin du Congo avec peu de considération envers les droits fonciers et les droits aux ressources des communautés locales, ce qui favorise les conflits et les violations des droits de l’homme.

En savoir plus...

Environews-Bruxelles : Début de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

C’est le Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervurin) qui accueille la première journée de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Les travaux lancés ce mardi doivent déboucher sur de nouveaux engagements afin de préserver ces forêts partagées par une dizaine des pays d’Afrique centrale, et considérés comme un patrimoine de l’humanité.

En savoir plus...

RDP18-Rapport-Stream 1. Gouvernance forestière et aménagement du territoire

Notre stream porte sur les questions toujours d’actualité de la gouvernance forestière et de l’aménagement du territoire. Plus que jamais, ces deux thématiques sont des thématiques clés pour les perspectives d’avenir des forêts du Bassin du Congo. Cependant, la nature vaste des questions de comment aménager l’espace forestier et comment le pouvoir s’exerce dans ces zones nous exigent de prioriser, au sein du stream, nos discussions et interventions.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

RFUK-facteurs de déforestation : sommes-nous sur la bonne voie ?

Ce débat sera l’occasion d’explorer ce que ces nouvelles études révèlent sur les dynamiques de déforestation, d’identifier les zones d’ombres qui persistent, et discuter de ce que cela implique pour les programmes et politiques à mettre en œuvre en RDC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018