Radiookapi-Haut-Uele : la délégation chargée d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens à Dungu

Des éleveurs Mbororo. Photo Teseum

 

 

 

La délégation déployée lundi 23 juillet dans le territoire de Dungu pour le lancement de l’opération d’identification des Mbororo est dépourvue des moyens et éprouve d’énormes difficultés pour remplir sa mission.

 

 

Selon la société civile locale, l’effectif n’est pas adapté à la dimension de la mission. Cette équipe manque des moyens logistiques et financiers conséquents pour atteindre ces éleveurs nomades Mbororo et leurs cheptels disséminés dans la grande savane de la région.

 

 

Cette délégation d’une dizaine des personnes notamment des militaires et policiers ainsi que les agents des services spécialisés de la DGM et de l’ANR devraient être appuyée par l’autorité territoriale, les chefs de groupements et la société civile. Cette mission initiée par l’autorité provinciale a pour objectif de sécuriser les opérations électorales en cours.

 

 

Cependant, affirme la société civile de Dungu ce dimanche 29 juillet, les moyens disponibles et aussi le temps prévu par cette opération (15 jours) ne leur permettront pas d’accomplir leur mission. Et pourtant, selon le dernier rapport des autorités locales, les Mbororos occuperaient déjà 16 groupements sur les 24 que compte la chefferie Wando.

 

 

Jacques Wami, président de la société civile de Dungu propose à l’autorité compétente de se conformer aux dispositions prises depuis 2014 par la Commission Mbororo avec l’appui de la MONUSCO pour une solution durable à cette situation qui constitue un danger permanent pour la population.

 

 

« Il faudrait disposer des moyens logistiques et financiers conséquents pour la mission. Il y a le problème de timing, il y a le problème du nombre des hommes qu'il faut pour ce travail. Mais malheureusement, à notre surprise, aucun paramètre n'a été mis sur pied », s’est plaint Jacques Wami.

 

 

Cette mission d’identification des Mbororo devrait permettre au gouvernement Congolais de connaître le nombre exact de ces éleveurs, leurs dépendants ainsi que leurs cheptels. Et cette opération devrait marquer le début de leur cantonnement dans des sites ciblés pour éviter notamment les destructions de la production agricole et la pollution des eaux.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

BRIEFING NEWS Observation indépendante : Les résultats de trois années de mise en œuvre du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) au Cameroun.

En trois ans de mise en oeuvre du Système normalisé d’Observation indépendante externe (SNOIE), plus de 50% des rapports de dénonciations produits via cette approche normalisée de l’observation indépendante (OI) au Cameroun, ont entraîné des réactions du ministère en charge de la gestion des forêts et de la faune. En effet, sur les 30 rapports d’OI transmis au MINFOF, les faits d’exploitation forestière présumée illégale ont été avérés sur 18 d’entre eux. Ces cas avérés ont suscité des missions de contrôle de la brigade nationale et régionale de contrôle forestier, des saisis, l’ouverture des contentieux à l’encontre des entreprises incriminées dans les rapports et des suspensions de titres.

En savoir plus...

Afrique centrale : Ndjamena accueille la 47e réunion du Comité sur les questions de sécurité du 3 au 7 décembre

Libreville (Gabon), 30 novembre 2018 – La 47e réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) aura lieu du 3 au 7 décembre 2018 à Ndjamena, la capitale du Tchad. Comme lors des précédentes sessions, elle permettra de faire le point de la situation géopolitique et sécuritaire dans les onze pays membres, notamment l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine (RCA), le Congo, la République démocratique du Congo (RDC), le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, et le Tchad.

En savoir plus...

RFUK- Aires protégées et droits communautaires : utiliser les cartes participatives pour soutenir la conservation durable dans le bassin du Congo

Les meilleurs projets de conservation commencent avec les Hommes. Cependant, des aires protégées continuent à être établies et gérées dans le Bassin du Congo avec peu de considération envers les droits fonciers et les droits aux ressources des communautés locales, ce qui favorise les conflits et les violations des droits de l’homme.

En savoir plus...

Environews-Bruxelles : Début de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

C’est le Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervurin) qui accueille la première journée de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Les travaux lancés ce mardi doivent déboucher sur de nouveaux engagements afin de préserver ces forêts partagées par une dizaine des pays d’Afrique centrale, et considérés comme un patrimoine de l’humanité.

En savoir plus...

RDP18-Rapport-Stream 1. Gouvernance forestière et aménagement du territoire

Notre stream porte sur les questions toujours d’actualité de la gouvernance forestière et de l’aménagement du territoire. Plus que jamais, ces deux thématiques sont des thématiques clés pour les perspectives d’avenir des forêts du Bassin du Congo. Cependant, la nature vaste des questions de comment aménager l’espace forestier et comment le pouvoir s’exerce dans ces zones nous exigent de prioriser, au sein du stream, nos discussions et interventions.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

RFUK-facteurs de déforestation : sommes-nous sur la bonne voie ?

Ce débat sera l’occasion d’explorer ce que ces nouvelles études révèlent sur les dynamiques de déforestation, d’identifier les zones d’ombres qui persistent, et discuter de ce que cela implique pour les programmes et politiques à mettre en œuvre en RDC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018