Rapport général-Forum des parties prenantes sur la gestion durable des forêts et le développement des reformes de gouvernance en République Démocratique du Congo.

 

 

Bien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

 

COMMUNIQUE FINAL FORUM PP GDF DIFF.pdf (255.9 Ko)

 

NOTE DE CONTRIBUTIONS PP DIFF.pdf (124.9 Ko)

 

RAPPORT GENERAL FORUM PARTIES PRENANTES CEFDHAC DIFF.pdf (530.5 Ko)

 

Il s’est tenu à Kinshasa/Gombe, dans la salle de conférence Pierre Claver, du jeudi 06 au samedi 08 décembre 2018, le Forum des parties prenantes sur la gestion durable des forêts et le développement des reformes de gouvernance en République Démocratique du Congo, sous les auspices du Ministère de l’Environnement et Développement Durable.

 

 

Organisé par le Forum National CEFDHAC RDC avec le support de la CNCEIB (Coalition Nationale contre l’Exploitation Illégale du Bois) et le support pédagogique du GTF avec l’appui financier de WWF/NORAD à travers le programme de Gouvernance Forestière (PGF).

 

Ce Forum a connu la participation de Parties prenantes du secteur Forêts et Environnement, notamment les délégués de l’Administration forestière, de la Société civile nationale et internationale, du Secteur Privé, des Communautés locales et des peuples autochtones. Il a eu pour objectif global de contribuer à la définition des stratégies de Gestion Durable des Forêts  et au consensus  sur les reformes  du secteur forestier en cours en RDC.

En termes d’objectifs spécifiques, il sied de rappeler que le Forum était une occasion, pour les participants-es :

 

  1. de partager les états des lieux des aspects de la Gestion durable et de Gouvernance forestière en RDC ;
  2. de partager et consolider les informations pertinentes sur les initiatives de contributions aux reformes en cours ;
  3. de produire une Note de Contribution en termes de consensus sur base des initiatives de contribution existantes ;
  4. de formuler les recommandations pertinentes dans la perspective de Gestion Durable des Forêts en RDC aux décideurs d’aujourd’hui et futurs.

 

Les travaux de ce forum, d’une durée de trois jours, ont été marqués par trois temps forts, à savoir : la cérémonie d’ouverture, les panels de présentation et les travaux en groupes.

La cérémonie d’ouverture a connu trois allocutions : le mot de bienvenue du Président du Forum National CEFDHAC, M.NGOY ISIKIMO,  le mot du Représentant de WWF-RDC,  M. Jean Marie Bolika et  le mot d’ouverture officielle des travaux par le Secrétaire Général au MEDD[1], M. Benjamin TOIRAMBE.

Après la cérémonie d’ouverture, les participants ont suivi  au total 10 exposés répartis en 3 panels dans la configuration suivante :

Panel 1 : Etat des lieux GDF[2] et Gouvernance

Panel 2 : Partage des informations sur les initiatives de reformes en cours

Panel 3 : Définition des stratégies de gestion durable des forêts par sous-secteur forestier

A travers ces panels, les exposés suivants ont été présentés, à savoir :

 

  • Etat des lieux de la GDF et de la réforme forestière en RDC par la Direction général des Forêts(DGFor) ;
  • Etat des lieux de l’exploitation forestière industrielle par la FIB ;
  • Etat des lieux de l’aménagement forestier par la DIAF ;
  • La gouvernance des clauses sociales des concessions forestières et les communautés locales par AMAR et AGEDUFOR ;
  • Le Modèle de l’Accord de Clauses Sociales par la DGF ;
  • Etat de la gestion durable des forêts et gouvernance ;
  • Lien entre l’Observation indépendante et la gouvernance forestière  par OGF;
  • Programme d’appui à la formulation de la nouvelle politique forestière en République Démocratique du Congo par CFLEDD ;
  • Levée ou non du moratoire par Avocats verts ;
  • Etat des lieux de la Gouvernance de la conservation de la nature en RDC par l’ICCN.

Et tant d’autres communications en panel et en groupes parallèles.

Chaque série d’exposés du panel a été suivi par un débat et des échanges alimentés par les préoccupations et contributions des participants. A ces préoccupations, les intervenants, dans leur réaction, ont globalement rencontré les attentes des participants-es.

Après ce moment d’échanges, des contributions et de clarification, quatre groupes de travail ont été constitués pour permettre aux participants d’approfondir la réflexion sur la GDF, Gouvernance et initiatives des réformes afin de produire les livrables du Forum, à savoir : la Note des contributions, le Mémorandum de la société civile environnementale et les autres parties prenantes adressé aux différents candidats députés nationaux et président de la République.

A l’issue des travaux en groupe et la mise en commun qui s’en est suivi, le Forum des parties prenantes sur la gestion durable des forêts et le développement des reformes de gouvernance en République Démocratique du Congo a validé la note des contributions et le mémorandum des parties prenantes, assortis des recommandations suivantes appelant :

 

  • A Renforcer l’assainissement du secteur forestier et faunique, à l’élaboration de la politique forestière, à la lutte contre l’exploitation illégale, à la lutte contre l’impunité des criminels forestiers et fauniques, au renforcement des inspecteurs forestiers et des éco-gardes, à l’équipement des services du contrôle forestier et mise en place d’un mécanisme de contrôle efficace dans les frontières ;

 

  •  A redorer l’image du secteur forestier et permettre à celui-ci de contribuer suffisamment au bien être des Congolais et au budget National par une fiscalité transparente et saine ;

 

  • A renforcer la participation de la société civile environnementale comme une des parties prenantes importantes dans la conception , élaboration et mise en œuvre des politiques et programmes du secteur des ressources naturelles, capables de proposer des idées et initiatives allant dans le sens d’améliorer la gouvernance afin que les ressources naturelles contribuent au trésor public et bénéficient réellement aux populations locales et peuples autochtones ;

 

  • A développer des approches innovantes qui valorisent l’économie verte et qui classent la forêt au rang des ressources stratégiques face aux moteurs de déforestation et dégradation des forêts ;

 

  • A promouvoir  des alternatives appropriées et adaptées ,réalisées en faveur des communautés locales et peuples autochtones riveraines des forêts afin de réduire la pression sur les ressources naturelles en général et ressources forestières en particulier, notamment par l’électrification des milieux péri urbains et ruraux, la promotion et  l’utilisation de l’énergie propre, soit renouvelable (énergie solaire) à la place de la carbonisation à outrance ;

 

  • A développer  l’écotourisme dans le cadre du  partenariat  public-privé ;

 

  • A mettre en œuvre les résolutions de la note de contributions des parties prenantes issues du présent Forum

 

  • A Valoriser et domestiquer les PFNL et les ressources génétiques pour le développement de l’industrie alimentaire et de la pharmacopée et sécuriser les espaces de la foresterie communautaire.

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le secteur de la pêche du Sénégal et la Guinée-Bissau désormais « Sécurisé »

Le protocole signé lundi à Bissau est la prorogation d’un accord d’avril 2016 prévoyant l’octroi de 300 licences aux pêcheurs artisanaux sénégalais et de 10 licences pour la pêche au thon industrielle, ont indiqué les responsables des deux pays.

En savoir plus...

afrique.lalibre «La gratuité empêche les pays africains de bien se développer»

Deogratias Niyonkuru est l’une des nombreuses personnalités qui dénoncent les effets pervers de l’aide humanitaire, notamment en Afrique. « L’aide humanitaire déconstruit les tissus sociaux, pousse à l’assistanat et, au final, détruit la dignité humaine. C’est ce que nous avons pu constater au Sud Kivu (RDC) et au Burundi. »

En savoir plus...

AICED Rapport-L ’Agroécologie au service de la lutte contre les changements climatiques dans le Parc National des Virunga

L’organisation AICED mène une activité dénommé «  l’Initiative locale à l’Agro-écologie par l’adaptation de l’agriculture familiale au Changement Climatique  pour la gestion du sol  et la protection des écosystèmes  du Parc National des Virunga ». Bien vouloir télécharger son rapport…

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Janvier 2019

A lire : APPUI CARTOGRAPHIQUE Cameroun Suite à l’atelier de démarrage organisé en juin 2018 à Yaoundé, les opérateurs Camerounais du ST-REDD+ ont réalisé la photo-interprétation des échantillons, qui ont ensuite été utilisés pour l'analyse des changements du couvert forestier dans le sud du Cameroun (zone du Programme de Réduction des Emissions), plus spécifiquement pour l’estimation des données d’activité et leur incertitude….

En savoir plus...

Conférence OSFACO « Des images satellites pour la gestion durable des territoires en Afrique »

L’objectif général de la présente conférence du 11-15 mars 2019 - Hôtel Azalai - Cotonou - Bénin, est d’organiser une rencontre scientifique et technique entre experts, chercheurs, enseignants, acteurs d’ONG ou de bureaux d’études, et services techniques des institutions publiques ayant des intérêts dans l’utilisation des données satellitaires pour la cartographie, le suivi spatial des terres et du couvert forestier ainsi que le développement durable en Afrique Centrale et de l’Ouest.

En savoir plus...

Son Excellence François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année 2018 et vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2019 !

J’ai apprécié, au cours de cette année 2018, vos diverses contributions riches et variées qui ont enrichi notre Partenariat commun. Ensemble, nous avons encore avancé avec d’une part l'adhésion de plusieurs nouveaux membres, portant à 113 le nombre des membres du PFBC et d’autres part, nous disposons d’une « Déclaration de Bruxelles » adoptée au cours de la 18e Réunion des Parties du PFBC, laquelle culmine l’ensemble des efforts de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC à favoriser le dialogue, impulser l’action pour un leadership politique plus fort et plus adéquat du Partenariat...

En savoir plus...

Les forêts d’Afrique centrale peuvent aider à atténuer la crise globale de l’eau qui pointe à l’horizon selon un rapport de plus de 50 scientifiques de 20 pays.

Une crise globale de l’eau pointe à l’horizon. Exacerbée par la croissance démographique mondiale et le changement climatique dans plusieurs endroits du monde, elle s’approche à grands pas. Plus de 50 scientifiques de 20 pays ont contribué à une étude mondiale des liens entre forêts, eau, climat et êtres humains.

En savoir plus...

UN: Le changement climatique pousse l’Afrique vers le point de non-retour

« L'Afrique est à un tournant. Les nations ont connu une croissance économique, politique et sociale impressionnante au cours des dernières décennies. Mais les disparités entre riches et pauvres sont toujours là. La pauvreté, même si réduite, demeure un problème sérieux pour certains pays. Les changements climatiques, les sécheresses, les inondations, les variations des précipitations et les conflits ont le potentiel de faire échouer les mesures prises pour réduire la faim et  atteindre les objectifs énoncés dans l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 » , a déclaré Ahunna Eziakonwa

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC