Le forum du FVC explore comment endiguer l'impact du changement climatique sur la sécurité alimentaire mondiale

 

 

Rome, 28 oct. 2019

La gravité croissante des effets climatiques menace de freiner les progrès réalisés dans le monde entier dans la lutte contre divers objectifs de développement. C'est pourquoi les flux financiers croissants doivent être orientés vers le renforcement de la sécurité alimentaire en rendant l'agriculture plus durable et plus résistante au climat.

 

 


Tels étaient les points de vue des participants à un récent forum du Fonds Vert pour le Climat (FVC) en marge d'un symposium annuel sur la sécurité alimentaire mondiale. De nombreux participants au Forum ont insisté sur la nécessité d'obtenir un soutien financier accru du secteur des affaires du monde entier pour atteindre cet objectif, tout en mettant l'accent sur le financement initial du cadre de coopération mondiale comme moyen de réorienter les flux financiers actuels du secteur privé.

 

 


« Nous avons besoin du secteur privé pour compléter le financement public, et nous devons travailler conjointement avec le FVC pour attirer divers investisseurs afin de répondre à cette ambition », a déclaré René Castro Salazar, Sous-Directeur général du Département Climat, Biodiversité, Terres et Eaux de la FAO. « Pour ce faire, nous avons besoin d'un éventail d'options, y compris des financements basés sur le marché et sur les résultats et ceux non basés sur le marché. »

 

 


L'événement parallèle du FVC « Rôle du financement du climat dans la sécurité alimentaire : Comment le Fonds Vert pour le Climat peut-il débloquer la transformation ? » s’est tenu pendant le Comité sur la sécurité alimentaire mondiale à Rome du14 au 18 octobre.

 

 

En tant que plus grand fonds climatique dédié au monde, une part importante des 5,2 milliards de dollars USD alloués jusqu'à présent par le FVC pour soutenir l'action climatique dans les pays en développement est destinée à rendre l'agriculture plus résistante au climat tout en réduisant les émissions. Comme de nombreux agriculteurs des pays en développement dépendent de leurs propres produits agricoles pour nourrir leur famille, les changements climatiques menacent leurs moyens de subsistance et leur bien-être.

 



Caroline Matipira, Ministre Conseillère de la République du Zimbabwe, a déclaré lors d'un évènement parallèle qu'un projet FVC approuvé dans son pays en juillet de cette année est un bon exemple de la manière dont l'insécurité alimentaire et financière peut être traitée en même temps.

 



« Le projet (FVC) réduira les risques pour les agriculteurs qui n'ont pas de garantie et permettra aux agriculteurs en situation d'insécurité alimentaire et les communautés locales d’accéder au marché », a-t-elle indiqué. « En raison du changement climatique, le Zimbabwe souffre de sécheresse et d'inondations qui ne se sont jamais produites dans le passé. Ces événements climatiques affectent tous les agriculteurs dans mon pays. »

 


Tout en reconnaissant les progrès accomplis par le FVC dans le domaine de la sécurité alimentaire, beaucoup ont souligné la nécessité d'accroître les ressources du cadre de coopération mondiale afin d'accroître les investissements qui débloquent les flux de financement publics et privés pour assurer de futures sources de subsistance grâce à une agriculture durable.

 


La hausse des températures, la rareté de l'eau et les phénomènes météorologiques extrêmes menacent de mettre un terme aux progrès réalisés dans la réduction de la pauvreté dans le monde et l'accroissement du financement de la nutrition. Le Groupe d'experts international sur l'évolution du climat des Nations Unies a averti, dans un rapport publié en août dernier, que la hausse des températures mondiales, liée aux pressions croissantes sur les sols fertiles, risque de compromettre la sécurité alimentaire dans le monde entier. Les scientifiques qui ont publié ce rapport ont souligné que si plus de 820 millions de personnes dans le monde sont sous-alimentées, jusqu'à 30 pour cent de la nourriture est perdue ou gaspillée.

 

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CIB-Olam est 100% Certifié FSC

Alors que nous sommes globalement préoccupés par la pandémie qui a ravagé nos vies et perturbé la normalité; nous essayons de comprendre comment naviguer, en nous préparant pour les temps à venir, voici une petite lumière brillante des forêts denses du Bassin du Congo. Nous sommes ravis de vous informer que nous avons officiellement reçu la certification FSC pour Mimbeli-Ibenga et CIB-Olam est maintenant 100% certifié FSC.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel | Février 2020

L’Humanité tout entière fait face à un défi inédit tandis qu’un tiers de la population mondiale est confinée chez soi en raison de la pandémie du Covid-19. La République du Congo, quant à elle, vient d'annoncer la mise en application de l’état d'urgence sanitaire et le confinement à domicile de l'ensemble de la population jusqu'au 30 avril.

En savoir plus...

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020