Le Sous-Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage en Afrique Centrale (SGTAPFS) déjà opérationnel !

 

S’est tenue à l’hôtel MAKEPE palace de Douala au Cameroun, du 18 au 20 novembre 2013 la première réunion du  SGTAPFS. Cette  importante rencontre organisée par  le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC en collaboration avec le RAPPAC et avec l’appui financier et technique de la Jica et du projet GIZ-COMIFAC. Elle a eu lieu dans un contexte où les pays réputés dans l’importation des pointes d’ivoire dont la Chine, sont entrain de prendre des mesures drastique pour limiter leurs importations. D’où tout l’intérêt de rendre opérationnel ce sous groupe de travail que les organisateurs ont assigné à cet atelier 5 objectifs essentiels. A savoir :

 

♦ Présenter les missions et les modalités de fonctionnement du Sous-Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage à ses membres ;

♦ Présenter les résultats intermédiaires de l’étude sur l’harmonisation des législations sur la faune et les aires protégées en Afrique centrale ;

♦ Finaliser le guide sur la création et la gestion des aires protégées transfrontalières en Afrique centrale ;

♦ Faire le point sur la mise en œuvre du plan d’action pour le renforcement de l’application des législations nationales sur la faune sauvage (PAPECALF) pour la période 2012-2017, notamment la mise en place des Cellules Nationales de Coordination pour le suivi de la mise en œuvre de ce plan ;

♦ Elaborer et adopter la feuille de route 2014 du Sous-Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage.

 

Vu l’importance de cette rencontre, une trentaine de participations représentants les Directions en charge de la Faune et/ou des Aires Protégées des pays de l’espace COMIFAC, les Coordinations Nationaux de la COMIFAC, les agences nationales des parcs des pays membres de la COMIFAC, le Groupe de Travail Biodiversité de l’Afrique Centrale (GTBAC), la COMIFAC, le RAPAC, les partenaires au développement (WWF, WCS, GIZ, JICA, TRAFFIC, MIKE) et des personnes ressources ont répondu à l’invitation du SE COMIFAC. Pendant trois jours, cet atelier a connu trois temps forts.

 

  1. 1.    La cérémonie d’ouverture

 

Ici, trois allocutions été prononcées par : Risa KASAI, Représentante de la JICA, Danièle FOUTH, Représentante de la GIZ et Raymond MBITIKON, Secrétaire Exécutif de la COMIFAC.

Il ressort de ces allocutions de circonstance, la joie pour les organismes d’appui ( Jica et GIZ) de contribuer à la tenus de cet atelier qui se veut pour le SGTAPFS, un cadre de faire ses premiers pas dans son opérationnalisation. Il ressort également que cet atelier permettra à ce sous groupe, de mettre en œuvre le plan d’action pour le renforcement de l’application des législations nationales sur la faune sauvage (PAPECALF) devant aboutir à l’élaboration des stratégies en matière de lutte contre les crimes environnementaux causés par les braconniers organisés et bien armés, menaçant de ce fait les populations d’éléphants de la sous-région

 

  1. 2.    Présentations et discussion en session plénière

 

Cette étape de l’atelier a été Présidée par Ibrahim LINJOUOM, Sous-Directeur de la Conservation de la Faune, au Ministère des Forêts et de la Faune du Cameroun et modérée par Chouaibou NCHOUTPOUEN, Expert Biodiversité et Désertification de la COMIFAC.

 

Les participants ont eu le privilège de suivre 08 présentations portant sur :

 

♦ Les missions et les modalités de fonctionnement du sous-groupe de travail sur les aires protégées et la faune sauvage à ses membres par M. Chouaibou NCHOUTPOUEN;

♦ Le draft du guide sur la création des aires protégées transfrontalières en Afrique Centrale par M. Chouaibou NCHOUTPOUEN, Modérateur ;

♦ Le rappel du processus de l’étude « Harmonisation des législations sur la faune et les aires protégées » et de l’analyse exhaustive et comparative des législations et outils de gestion des aires protégées et de la faune par M. Yadji BELLO, Consultant;

♦ les lignes directrices et le modèle de structure législative par Dr. Antoine Rufin  OKO, Consultant;

♦ le processus de suivi des aires protégées, cas des sites pilotes du RAPAC par Mme. Florence PALLA, RAPAC;

♦ les initiatives engagées au niveau national pour combattre le braconnage et le commerce illicite des produits de la faune sauvage par les DFAP et/ou les DANAP ;

♦ les activités menées dans le cadre de la mise en œuvre du PAPECALF ;

♦ et la recherche des pistes de solutions pour accéder à la mise en place des cellules nationales de coordination de suivi de la mise en œuvre du PAPECALF par les Représentants de TRAFFIC, WWF, COMIFAC.

 

Le point marquant de cette session plénière à été la projection du film intitulé  « Le Réveil des Virunga ». Ce film a eu le mérite de présenter aux participants, la problématique des aires protégées en Afrique Centrale en s’appuyant sur le cas du Parc National de Virunga en RDC.

 

A l’issu de ces présentations, on a assisté des échanges très fructueux où les participants, faisant preuve d’une meilleurs compréhension du niveau de mise en œuvre des activités du SGTAPFS, ont formulé des recommandations pour une opérationnalisation efficace de ces derniers.

 

  1. 3.    Formulation des recommandations

 

De façon spécifique, les participants ont recommandé:

 

♦ La consolidation par la COMIFAC, du draft du guide de création des aires protégées transfrontalières en Afrique centrale sur la base des commentaires et observations faits par les participants au cours de cette rencontre et d’en transmettre aux pays pour amendements éventuels ;

♦ La mobilisation des financements additionnels par la COMIFAC et le RAPAC, pour la prise en compte des pays non éligibles par le 10ème FED dans l’étude sur l’harmonisation des législations nationales en matière de faune et des aires protégées.

♦ La facilitation de l’implication structures spécialisées des ministères en charge de la faune et des aires protégées dans le processus de suivi des aires protégées (élaboration des indicateurs) par le RAPAC.

♦ La participation du SGTAPS à la finalisation du glossaire sur les termes usuels utilisés dans le secteur forêt-environnement en Afrique centrale et à l’élaboration des termes de référence de l’étude sur le statut juridique des Eco gardes dans les pays de l’espace COMIFAC.

♦ La prise de disposition nécessaire pour favoriser l’appropriation du PAPECALF par les structures existantes qui traitent  des questions relatives au renforcement de  l’application de la loi faunique, par les Directions des Aires Protégées des pays de l’espace COMIFAC.

 

C’est sur cette série de recommandations que cette première rencontre du SGTAPFS s’est clôturée, à la satisfaction des organisateurs et des participants qui aussi tôt ont placé ce sous groupe de travail sur le starting block pour qu’il relève les défis à venir.

 

Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

UE - Afrique centrale: Un appui de l'UE pour préserver la biodiversité et renforcer la gestion des écosystèmes forestiers

Le volet Cameroun du "Programme d’Appui à la Préservation de la biodiversité et aux Ecosystèmes Fragiles (ECOFAC)" a été officiellement lancé le 25 octobre 2017 à Douala en marge de la 17ième Réunion des Parties du PFBC. En plus de 25 ans, à travers les programmes ECOFAC, l’Union européenne appuie les efforts de l'Afrique centrale en matière de préservation de leur biodiversité exceptionnelle et de gestion de leurs écosystèmes forestiers. Ainsi, depuis 1992, l’UE a investi plus de 90 milliards de Francs CFA (138 millions d'euro) dans la région à travers les 5 premières phases de ce programme phare.

En savoir plus...

GIZ - Bureau d'appui à la COMIFAC « Bilan de dix ans de partenariat entre la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) 2005 – 2015 »

Depuis sa création en 2005, la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) a connu des évolutions de plusieurs ordres, ceci entre autres avec l’appui des partenaires techniques et financiers, au rang desquels la coopération allemande à travers la GIZ. Cette alliance scellée tout au début du processus en 2005, est aujourd’hui vieille de plus de 10 ans.

En savoir plus...

UE : L'UE reste le marché le plus important et le plus ouvert aux produits alimentaires et manufacturés africains

Les exportations de l'Afrique vers l'Union européenne (UE) se sont élevées à plus de 116 milliards d'euros en 2016. L'Europe est de loin le plus grand marché d'exportation de l'Afrique (35% des exportations africaines), suivie de l'Afrique (18%), de la Chine (11%), des États-Unis (8%) et de l'Inde (7%).

En savoir plus...

COP23 : L’Italie et l’ONU lancent un programme de bourse pour Pays vulnérables aux changements climatiques

ONU Changements Climatiques Infos, Bonn, 16 nov – Le Gouvernement italien et l’ONU Changements Climatiques ont signé un nouveau protocole d'accord pour le lancement d’un nouveau programme de bourses visant le renforcement des capacités institutionnelles des petits États insulaires en développement (PEID) et des pays les moins avancés (PMA) à répondre aux défis du changement climatique.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Octobre 2017

Le mois dernier, une centaine de pêcheurs sur la rivière Sangha ont reçu une formation par les équipes du Parc sur la construction et l’utilisation des fours Chorkor, faisant ainsi la promotion d'une technique de fumage du poisson optimisant sa conservation et contribuant à la réduction du prélèvement sur les ressources halieutiques. En savoir plus...

En savoir plus...

FSC : Retour sur l'Assemblée Générale du FSC 2017

Faire le lien entre FSC et les Objectifs de Développement Durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) offrent aux entreprises une excellente occasion de s'engager à imprimer un changement positif pour les hommes et la planète, de façon claire et structurée. Mais en quoi ces objectifs concernent-ils les entreprises ? Et pourquoi FSC devrait-il jouer un rôle dans l'atteinte de ces objectifs ?...

En savoir plus...

EU : Bassin du Congo : Vers une mutualisation des efforts de lutte contre le commerce illicite du bois l’exploitation illégale des forêts

La ville de Yaoundé a abrité, mi-novembre 2017, une conférence régionale sur l’exploitation illégale du bois. L'événement était soutenu par l’Union européenne, dans le cadre du projet "Voix des Citoyens pour le Changement : Observation Forestière dans le Bassin du Congo", une initiative d’observation indépendante de l'exploitation forestière. Pour la 1ere fois, les autorités chargées de l’application de la loi et des acteurs non étatiques se sont ainsi retrouvés, dans le but de créer une synergie d'action contre l'illégalité qui plombe le développement de ce secteur.

En savoir plus...

Lancement du programme ECOFAC6 (Volet Cameroun) et du projet RIOFAC

Ce 25 octobre s’est tenu marge de la 17ème réunion du Partenariat des Forêts du bassin du Congo à Douala, la réunion de lancement de Volet Cameroun du Programme ECOFAC 6. Ce volet, d’un montant 10 milliards de CFA (12.5 millions d’euros) sur les 40 milliards apportés à l’Afrique Centrale, est destiné au renforcement de la protection des écosystèmes forestiers notamment par l’appui aux parcs du Dja et du Faro, et à l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale ». Pour en savoir plus sur le projet d’appui à l’OFAC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030