Le Sous-Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage en Afrique Centrale (SGTAPFS) déjà opérationnel !

 

S’est tenue à l’hôtel MAKEPE palace de Douala au Cameroun, du 18 au 20 novembre 2013 la première réunion du  SGTAPFS. Cette  importante rencontre organisée par  le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC en collaboration avec le RAPPAC et avec l’appui financier et technique de la Jica et du projet GIZ-COMIFAC. Elle a eu lieu dans un contexte où les pays réputés dans l’importation des pointes d’ivoire dont la Chine, sont entrain de prendre des mesures drastique pour limiter leurs importations. D’où tout l’intérêt de rendre opérationnel ce sous groupe de travail que les organisateurs ont assigné à cet atelier 5 objectifs essentiels. A savoir :

 

♦ Présenter les missions et les modalités de fonctionnement du Sous-Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage à ses membres ;

♦ Présenter les résultats intermédiaires de l’étude sur l’harmonisation des législations sur la faune et les aires protégées en Afrique centrale ;

♦ Finaliser le guide sur la création et la gestion des aires protégées transfrontalières en Afrique centrale ;

♦ Faire le point sur la mise en œuvre du plan d’action pour le renforcement de l’application des législations nationales sur la faune sauvage (PAPECALF) pour la période 2012-2017, notamment la mise en place des Cellules Nationales de Coordination pour le suivi de la mise en œuvre de ce plan ;

♦ Elaborer et adopter la feuille de route 2014 du Sous-Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage.

 

Vu l’importance de cette rencontre, une trentaine de participations représentants les Directions en charge de la Faune et/ou des Aires Protégées des pays de l’espace COMIFAC, les Coordinations Nationaux de la COMIFAC, les agences nationales des parcs des pays membres de la COMIFAC, le Groupe de Travail Biodiversité de l’Afrique Centrale (GTBAC), la COMIFAC, le RAPAC, les partenaires au développement (WWF, WCS, GIZ, JICA, TRAFFIC, MIKE) et des personnes ressources ont répondu à l’invitation du SE COMIFAC. Pendant trois jours, cet atelier a connu trois temps forts.

 

  1. 1.    La cérémonie d’ouverture

 

Ici, trois allocutions été prononcées par : Risa KASAI, Représentante de la JICA, Danièle FOUTH, Représentante de la GIZ et Raymond MBITIKON, Secrétaire Exécutif de la COMIFAC.

Il ressort de ces allocutions de circonstance, la joie pour les organismes d’appui ( Jica et GIZ) de contribuer à la tenus de cet atelier qui se veut pour le SGTAPFS, un cadre de faire ses premiers pas dans son opérationnalisation. Il ressort également que cet atelier permettra à ce sous groupe, de mettre en œuvre le plan d’action pour le renforcement de l’application des législations nationales sur la faune sauvage (PAPECALF) devant aboutir à l’élaboration des stratégies en matière de lutte contre les crimes environnementaux causés par les braconniers organisés et bien armés, menaçant de ce fait les populations d’éléphants de la sous-région

 

  1. 2.    Présentations et discussion en session plénière

 

Cette étape de l’atelier a été Présidée par Ibrahim LINJOUOM, Sous-Directeur de la Conservation de la Faune, au Ministère des Forêts et de la Faune du Cameroun et modérée par Chouaibou NCHOUTPOUEN, Expert Biodiversité et Désertification de la COMIFAC.

 

Les participants ont eu le privilège de suivre 08 présentations portant sur :

 

♦ Les missions et les modalités de fonctionnement du sous-groupe de travail sur les aires protégées et la faune sauvage à ses membres par M. Chouaibou NCHOUTPOUEN;

♦ Le draft du guide sur la création des aires protégées transfrontalières en Afrique Centrale par M. Chouaibou NCHOUTPOUEN, Modérateur ;

♦ Le rappel du processus de l’étude « Harmonisation des législations sur la faune et les aires protégées » et de l’analyse exhaustive et comparative des législations et outils de gestion des aires protégées et de la faune par M. Yadji BELLO, Consultant;

♦ les lignes directrices et le modèle de structure législative par Dr. Antoine Rufin  OKO, Consultant;

♦ le processus de suivi des aires protégées, cas des sites pilotes du RAPAC par Mme. Florence PALLA, RAPAC;

♦ les initiatives engagées au niveau national pour combattre le braconnage et le commerce illicite des produits de la faune sauvage par les DFAP et/ou les DANAP ;

♦ les activités menées dans le cadre de la mise en œuvre du PAPECALF ;

♦ et la recherche des pistes de solutions pour accéder à la mise en place des cellules nationales de coordination de suivi de la mise en œuvre du PAPECALF par les Représentants de TRAFFIC, WWF, COMIFAC.

 

Le point marquant de cette session plénière à été la projection du film intitulé  « Le Réveil des Virunga ». Ce film a eu le mérite de présenter aux participants, la problématique des aires protégées en Afrique Centrale en s’appuyant sur le cas du Parc National de Virunga en RDC.

 

A l’issu de ces présentations, on a assisté des échanges très fructueux où les participants, faisant preuve d’une meilleurs compréhension du niveau de mise en œuvre des activités du SGTAPFS, ont formulé des recommandations pour une opérationnalisation efficace de ces derniers.

 

  1. 3.    Formulation des recommandations

 

De façon spécifique, les participants ont recommandé:

 

♦ La consolidation par la COMIFAC, du draft du guide de création des aires protégées transfrontalières en Afrique centrale sur la base des commentaires et observations faits par les participants au cours de cette rencontre et d’en transmettre aux pays pour amendements éventuels ;

♦ La mobilisation des financements additionnels par la COMIFAC et le RAPAC, pour la prise en compte des pays non éligibles par le 10ème FED dans l’étude sur l’harmonisation des législations nationales en matière de faune et des aires protégées.

♦ La facilitation de l’implication structures spécialisées des ministères en charge de la faune et des aires protégées dans le processus de suivi des aires protégées (élaboration des indicateurs) par le RAPAC.

♦ La participation du SGTAPS à la finalisation du glossaire sur les termes usuels utilisés dans le secteur forêt-environnement en Afrique centrale et à l’élaboration des termes de référence de l’étude sur le statut juridique des Eco gardes dans les pays de l’espace COMIFAC.

♦ La prise de disposition nécessaire pour favoriser l’appropriation du PAPECALF par les structures existantes qui traitent  des questions relatives au renforcement de  l’application de la loi faunique, par les Directions des Aires Protégées des pays de l’espace COMIFAC.

 

C’est sur cette série de recommandations que cette première rencontre du SGTAPFS s’est clôturée, à la satisfaction des organisateurs et des participants qui aussi tôt ont placé ce sous groupe de travail sur le starting block pour qu’il relève les défis à venir.

 

Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les partenaires de suivi du processus de N’Djamena et du Plan d’action de Douala au autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne, l’Honorable Dr Christian Ruck

Tous mobilisés au cours d’une conférence virtuelle, les partenaires du PFBC en rangs serrés et engagés font le point sur la mise en œuvre de la Déclaration de N’Djamena (janvier 2019) et du plan d’action de Douala (décembre 2019) sur la sécurité, la lutte anti-braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale…

En savoir plus...

Cameroun - Secteur bois: Jules Doret Ndongo, le ministre des Forêts et de la Faune, reçoit les doléances des entreprises forestières - Cameroon-info

Le ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), Jules Doret Ndongo, a reçu les doléances des entreprises forestières le 27 mai 2020 à Yaoundé, par l’intermédiaire de Giogio Giorgetti, le président du Groupement de la filière bois du Cameroun (GFBC).

En savoir plus...

Bas-Uele/ Urgent: encore une nouvelle incursion de la coalition Mbororo-LRA à Dignoli – orientalinfo

Une psychose règne depuis l’après-midi de ce vendredi 22 mai 2020 au centre de négoce de Bili et dans les villages environnants en territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

55 personnes kidnappées par des présumés LRA à Bondo - Bas-Uele – Radio Okapi

Cinquante cinq personnes ont été kidnappées par les présumés éléments de la LRA lors d'une double incursion le 18 et le 19 mai, dans les localités de Bili et de Baye, en territoire de Bondo (Bas-Uele).

En savoir plus...

Marche des jeunes contre l’insécurité à Bili - Bas-Uele – Radio Okapi

Des jeunes gens ont organisé une marche samedi 23 mai matin pour dénoncer l’insécurité devenue récurrente dans la contrée de Bili située à plus ou moins 200 km du chef-lieu du territoire de Bondo dans la province du Bas-Uele.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park/ Bulletin mensuel | Avril 2020

"A l'heure où de nombreux pays entament leur déconfinement progressif et où pointe à l'horizon une lueur d'espoir pour nous tous de retourner à une vie normale, je souhaitais vous annoncer une bonne nouvelle qui nous emplit aussi d'espoir pour l'avenir du Parc National de Nouabalé-Ndoki."

En savoir plus...

Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) - ATIBT

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

En savoir plus...

ATIBT -PFBC: Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC

L’ATIBT a co-facilité la mobilisation du secteur privé de la filière bois pour participer à la première réunion du collège du secteur privé du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo avec le nouveau facilitateur Dr Christian Ruck et son équipe de la Facilitation allemande.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020