Voaafrique-Le Cameroun et le Nigeria préoccupés par la sécurité de leur frontière commune

 

 

Les Gouverneurs des régions du Cameroun et États du Nigeria, des responsables administratifs et de sécurité ont discuté de la sécurité sur leur frontière commune pendant deux jours à Yaoundé mi-juillet.

 

 

Cinq régions du Cameroun partagent la même frontière avec le Nigéria, dont la région de l’Adamaoua qui a deux départements limitrophes. Cette proximité est parfois source de conflit.

 

 

"Parfois il y a quelques conflits agro-pastoraux", souligne Kildadi Taguieke, gouverneur de la région de l’Adamaoua au Cameroun.

 

 

"Les Nigérians qui entrent dans notre territoire", explique Kildadi Taguieke."Nous essayons de bien les accueillir et de prendre soin d’eux jusqu’à ce la situation se calme et ils rentrent chez eux. Concernant le bétail, le phénomène a été réduit, donc les deux pays sont vigilants concernant notre sécurité".

 

 

Depuis octobre 2016, les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest au Cameroun en zone anglophone, sont traversées par une crise qui a eu de l’impact au Nigeria qui accueille des déplacés et réfugiés camerounais dans l’Etat de Taraba.

 

 

Un afflux de personnes qui a fait naître la criminalité.

 

"Nous devons rendre nos choses difficiles aux criminels", a déclaré Dagari Yiase, secrétaire permanent aux affaires intérieures et spéciales de l’Etat de Taraba au Nigéria.

 

 

"Nous avons amené les sécessionnistes au quartier général de l’immigration", poursuit Dagari Yiase​. "Le gouvernement du Nigeria les a renvoyés au Cameroun. Vous pouvez même demander à votre gouvernement, ils vous le diront. Nous leur avons rapporté ce problème".

 

 

Le terrorisme avec les attaques de Boko Haram, les prises d’otages, la circulation des armes, sont autant de défis sécuritaires communs à la frontière entre le Cameroun et le Nigeria.

 

 

En savoir plus...

 

 

Lire aussi:

 

RFI-Lac Tchad: réunion des gouverneurs des provinces limitrophes

 

Les gouverneurs des huit régions transfrontalières du lac Tchad se réunissent pour 48 heures à Niamey, au Niger. Consolidation de la paix et développement durable sont à l'ordre du jour.

 

 

Pour la deuxième fois depuis 2018, les gouverneurs des huit zones du lac Tchad les plus touchées par l’insurrection de Boko Haram se réunissent lors d’un forum de 48 heures à Niamey, au Niger. De l’avis de nombreux participants, l’ampleur de la crise de Boko Haram est phénoménale et ses causes complexes.

 

 

Il existe d’abord un déficit structurel en matière de développement, une rupture de contrat social avec une insurrection violente perpétrée par les extrémistes, et enfin, une catastrophe environnementale annoncée irréversible. Boko Haram échappe au contrôle des frontières de quatre pays, ce qui nécessite, dit-on, une réponse régionale et appropriée.

 

 

2,5 millions de déplacés

 

Pour le représentant régional des Nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel, Mohamed Ibn Chambas, le forum de Niamey offre une feuille de route pour sortir de la crise. Les populations du bassin du lac Tchad demandent des actions concrètes et Boko Haram doit être vaincu, a-t-il ajouté. Mais la solution militaire ne suffit pas pour un responsable de l’État de l’Adamawa au Nigeria. Selon lui, il faut intégrer les repentis de Boko Haram, impliquer les communautés locales et passer de l’urgence au développement.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019