CEEAC: Le 14ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernements consolide et sécurise la COMIFAC!

 

Les chefs d’Etats á l’unanimité ont entériné les résolutions du conseil extraordinaire CEEAC-COMIFAC sur les changements climatiques et le mécanisme de financement.

 

Kinshasa, 24 octobre 2009 s'est tenu le 14e sommet des chefs d'Etats et de gouvernements de la CEEAC. Sept chefs d'Etats sur les dix pays membres étaient présents á savoir: Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, Président de la République Démocratique du Congo (RDC) et Président en exercice de la CEEAC; Son Excellence Theodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO, Président de la République de Guinée Equatoriale; Son Excellence ldriss DEBY ITNO, Président de la République du Tchad; Son Excellence Dénis SASSOU-N'GUESSO, Président de la République du Congo; Son Excellence Fradique MELO DE MENEZES, Président de la République Démocratique de Sao Tome et Principe; Son Excellence François BOZIZE YANGOUVONDA, Président de la République Centrafricaine; Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise. Le Burundi était représenté par son deuxième Vice- Président de la République, Son Excellence Gabriel NTISEZERANA; l'Angola par Son Excellence ASSUNCAO AFONSO DE SOUSA ANJOS Ministre des Relations Extérieures et enfin e Cameroun par son Excellence Philémon YANG, Premier Ministre et Chef du Gouvernement. Á l'ordre du jour, cette Conférence devait aborder les rapports des travaux préparatoires commencés par les experts, du 17 au 20 octobre, et peaufinés par le Conseil des ministres, du 21 au 23 octobre. Elle a été aussi une occasion précieuse pour les dix pays de la CEEAC, de réfléchir sur la mise en place des moyens de protection des forêts du Bassin du Congo; plus spécifiquement sur les résolutions de la session extraordinaire des ministres de la CEEAC-COMIFAC, tenue les 14 et 15 septembre 2009 á Kinshsa sur les changements climatiques et le mécanisme de financement.

docs/news/Septembre_Octobre2009/CEEAC_COMIFAC/Sommet-CEEAC-KInshasa.jpg

Photo: Présidence RDC

A la tête de l'organisation depuis 2007, Le Président de la RDC son Excellence Kabila, a dans son discours d'ouverture relevé la tenue à Kinshasa de la Conférence des Ministres des Forêts, de l'Environnement et du Plan en vue de dégager la position commune de l'Afrique Centrale sur les changements climatiques. S'associant á cette position, Il a par ailleurs insisté et exhorté ses pairs à aller "en rang serré" et à parler "d'une même voix" lors du sommet sur le changement climatique prévu en décembre à Copenhague et à toutes les autres rencontres internationales portant sur la réduction des émissions des gaz à effet de Serre. Bien plus, Il a souligné après avoir rappelé les grandes lignes de son mandat, l'urgence du renforcement de l'intégration économique sous régionale. Plus tôt, le Secrétaire général de la CEEAC, M. Louis SYLVAIN-GOMA, a remercié dans son mot de bienvenue tous les Chefs d'Etats et de gouvernements pour leur soutien au processus d'intégration de l'Afrique centrale.

 

docs/news/Septembre_Octobre2009/CEEAC_COMIFAC/President-kabila RDC.jpg

Photo: Congoforum.be

A l'issue des travaux intenses et fructueux, la Conférence s'est réjouit des efforts déployés pour la mobilisation des ressources financières conséquentes. S'agissant des changements climatiques, la conférence s'est félicitée de l'élaboration d'une position commune de l'Afrique centrale, issue du conseil des ministres de la CEEAC-COMIFAC. Selon le communiqué final, la conférence a encouragé les chefs d'Etats et de gouvernements à saisir l'occasion de la conférence de Copenhague pour le plaidoyer en faveur de cette position commune. A 41 jours du sommet international des Nations Unies sur le climat, l'Afrique centrale par sa plus haute institution a mandaté "Le Président en exercice de la CEEAC pour transmettre cette position commune a l'Union Africaine et de s'assurer de son intégration á la position commune du Continent." Par ailleurs, la CEEAC a exprimé sa vive préoccupation face à la menace que constitue la disparition progressive du Lac Tchad, la conférence s'est engagée à "déployer tous les efforts nécessaires en vue d'inverser cette tendance", peut-on lire dans le communiqué lu par le ministre congolais à la Coopération internationale et régionale de la RDC, président en exercice du Conseil des ministres de la sous région, son Excellence Raymond Tshibanda.

 

Les chefs d'Etats y ont aussi analysé les mesures à définir pour la résolution de la question fondamentale, celle du financement adéquat de l'intégration régionale dont la survie et l'avenir de la COMIFAC en dépend en tant qu'institution sous-régionale. Pour expliquer le caractère absolument urgent de ce dossier, son Excellence Raymond Tshibanda avait d'ores et déjà activé la sonnette d'alarme lors de l'ouverture des travaux préparatoires au sommet du 17 Octobre 2009 en ces termes: «Mais, dans la mesure où nous sommes en train de nous organiser, commençons à donner une image de plus grande crédibilité. Nous sentons de la part de nos partenaires une réponse de plus en plus positive qui doit, bien entendue, être soutenue par nos propres contributions». Il a renchéri dans la déclaration finale lue à la clôture des travaux de la réunion ministérielle, en insistant sur la contribution que doit apporter chaque Etat: «Nous sommes conscients, vous et moi, que pour ce faire, nous devons absolument et urgemment résoudre une question fondamentale, celle du financement adéquat ». Conscient du très faible niveau de mise en œuvre de la CCI et ses répercussions négatives sur le processus d'intégration, la conférence a invité les Etats membres qui ne l'ont pas encore fait, a inscrire dans les meilleurs délais, le mécanisme de la CCI dans leurs corpus juridiques nationaux et a instruit leurs Ministres des Finances, du Budget et les Gouverneurs des Banques Centrales/Nationales de tenir dans les plus brefs délais une réunion extraordinaire pour la mise en application de la CCI.

 

La Présidence de la CEEAC a été finalement confié á Son Excellence ldriss DEBY ITNO, Président de la République du Tchad où se tiendra le 15ème sommet ordinaire en 2010.

 

Télécharger:

Le communiqué final

Discours d'ouverture de Son Excellence Joseph KABILA KABANGE, Président de la République Démocratique du Congo et Président en exercice de la CEEAC

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le secteur de la pêche du Sénégal et la Guinée-Bissau désormais « Sécurisé »

Le protocole signé lundi à Bissau est la prorogation d’un accord d’avril 2016 prévoyant l’octroi de 300 licences aux pêcheurs artisanaux sénégalais et de 10 licences pour la pêche au thon industrielle, ont indiqué les responsables des deux pays.

En savoir plus...

afrique.lalibre «La gratuité empêche les pays africains de bien se développer»

Deogratias Niyonkuru est l’une des nombreuses personnalités qui dénoncent les effets pervers de l’aide humanitaire, notamment en Afrique. « L’aide humanitaire déconstruit les tissus sociaux, pousse à l’assistanat et, au final, détruit la dignité humaine. C’est ce que nous avons pu constater au Sud Kivu (RDC) et au Burundi. »

En savoir plus...

AICED Rapport-L ’Agroécologie au service de la lutte contre les changements climatiques dans le Parc National des Virunga

L’organisation AICED mène une activité dénommé «  l’Initiative locale à l’Agro-écologie par l’adaptation de l’agriculture familiale au Changement Climatique  pour la gestion du sol  et la protection des écosystèmes  du Parc National des Virunga ». Bien vouloir télécharger son rapport…

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Janvier 2019

A lire : APPUI CARTOGRAPHIQUE Cameroun Suite à l’atelier de démarrage organisé en juin 2018 à Yaoundé, les opérateurs Camerounais du ST-REDD+ ont réalisé la photo-interprétation des échantillons, qui ont ensuite été utilisés pour l'analyse des changements du couvert forestier dans le sud du Cameroun (zone du Programme de Réduction des Emissions), plus spécifiquement pour l’estimation des données d’activité et leur incertitude….

En savoir plus...

Conférence OSFACO « Des images satellites pour la gestion durable des territoires en Afrique »

L’objectif général de la présente conférence du 11-15 mars 2019 - Hôtel Azalai - Cotonou - Bénin, est d’organiser une rencontre scientifique et technique entre experts, chercheurs, enseignants, acteurs d’ONG ou de bureaux d’études, et services techniques des institutions publiques ayant des intérêts dans l’utilisation des données satellitaires pour la cartographie, le suivi spatial des terres et du couvert forestier ainsi que le développement durable en Afrique Centrale et de l’Ouest.

En savoir plus...

Son Excellence François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année 2018 et vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2019 !

J’ai apprécié, au cours de cette année 2018, vos diverses contributions riches et variées qui ont enrichi notre Partenariat commun. Ensemble, nous avons encore avancé avec d’une part l'adhésion de plusieurs nouveaux membres, portant à 113 le nombre des membres du PFBC et d’autres part, nous disposons d’une « Déclaration de Bruxelles » adoptée au cours de la 18e Réunion des Parties du PFBC, laquelle culmine l’ensemble des efforts de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC à favoriser le dialogue, impulser l’action pour un leadership politique plus fort et plus adéquat du Partenariat...

En savoir plus...

Les forêts d’Afrique centrale peuvent aider à atténuer la crise globale de l’eau qui pointe à l’horizon selon un rapport de plus de 50 scientifiques de 20 pays.

Une crise globale de l’eau pointe à l’horizon. Exacerbée par la croissance démographique mondiale et le changement climatique dans plusieurs endroits du monde, elle s’approche à grands pas. Plus de 50 scientifiques de 20 pays ont contribué à une étude mondiale des liens entre forêts, eau, climat et êtres humains.

En savoir plus...

UN: Le changement climatique pousse l’Afrique vers le point de non-retour

« L'Afrique est à un tournant. Les nations ont connu une croissance économique, politique et sociale impressionnante au cours des dernières décennies. Mais les disparités entre riches et pauvres sont toujours là. La pauvreté, même si réduite, demeure un problème sérieux pour certains pays. Les changements climatiques, les sécheresses, les inondations, les variations des précipitations et les conflits ont le potentiel de faire échouer les mesures prises pour réduire la faim et  atteindre les objectifs énoncés dans l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 » , a déclaré Ahunna Eziakonwa

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC