"Aujourd'hui, l'Afrique fait partie de la solution"

 

Paris, 16 décembre 2009. Nicolas Sarkozy a enrôlé les 11 pays africains du bassin forestier du Congo dans sa croisade en faveur d'un accord ambitieux à la conférence de Copenhague sur le climat. Le président français a ainsi consolidé l'alliance qu'il s'efforce, avec d'autres dirigeants européens, de constituer entre l'Union européenne, l'Afrique et les pays émergents pour amener la Chine et les Etats-Unis à faire des concessions. Mardi, il avait lancé avec le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi un appel "pour un accord ambitieux" reprenant les principaux objectifs que l'UE et l'Afrique voudraient voir inclus dans un accord. Mercredi ont pris part à la reunion autour d'un déjeuner Denis Sassou-Nguesso (Congo), Paul Biya (Cameroun), Idriss Deby (Tchad), François Bozizé (RCA), et Ali Bongo (Gabon). Le Burundi était représenté par son vice-président Yves Sahinguvu, la Guinée Equatoriale par son premier ministre Ignacio Milam Tang, le Rwanda par son ministre de l'Environnement, Stanislas Kamanzi. La RDC et l’Angola ont aussi être représentés par leurs ministres en charges de l’environnement.

docs/news/nov-dec2009/Photo prise le 16 decembre 2009 Gerard CerlesPool .jpg 

 

 

 

 

Photo: De droite vers la gauche- Denis Sassou-Nguesso, Paul Biya, Nicolas Sarkozy, Idriss Deby, François Bozizé (Photo - Gérard CerlesPool)

 

 

 

 

 

 

Pour Nicolas Sarkozy, la façon la plus efficace et la plus économe de diminuer les émissions de carbone, c'est de lutter contre la déforestation. D'où la nécessité de soutenir financièrement les efforts consentis par les régions concernées pour limiter la déforestation. Toute l'idée serait donc, qu'à Copenhague les négociateurs mobilisent des moyens importants pour soutenir cette lutte. « C'est l'intérêt de l'Afrique, mais c'est aussi notre intérêt à nous des Européens. L'Europe et l'Afrique, c'est la même famille », a-t-il lancé. « La chose est claire, nous voulons aider les pays du Bassin du Congo. Il s'agit d'un patrimoine de l'humanité». Le chef de l'Etat Français à annoncé que son pays prendra toute sa place à la COMIFAC. Il a ainsi également promis aux pays du bassin du Congo d'accroître l'aide française pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo ».

 

François Bozizé (RCA), dont le pays exerce la présidence de la COMIFAC, a souligné l'importance de la COMIFAC pour préserver la forêt tropicale et son existence en tant que institution depuis prés de 10 ans comme plateforme sur laquelle «Nous pouvons nous asseoir à Copenhague pour montrer que l'Afrique avance dans la bonne direction ». Ainsi, il s'est étonné de ce que d'autres pays aussi importants que les Etats-Unis ou la Chine traînent la patte. S.E Denis Sassou-Nguesso a quand à lui assuré que les dirigeants africains soutenaient les initiatives du président français et allaient à Copenhague avec la volonté de parler d'une même voix et d'aboutir à un accord. Il a tenue a souligné que jusqu'ici l'Afrique est toujours présentée comme le problème mais rassurant que cette fois l'Afrique est une partie de la solution au changement climatique.

 

En conclusion, la France et le Groupe Afrique se sont mis d'accord sur un texte rédigé en commun et publié avec des objectifs chiffrés sur la réduction de deux degrés de la température globale. Ils proposent la mise en place d'un fonds rapide (dit « fast start ») de 10 milliards de dollars (environ 6,8 milliards d'euros) par an de 2010 à 2012, afin d'aider les pays les plus vulnérables au changement climatique à s'adapter à court terme au réchauffement climatique ; ceci afin de lutter contre le réchauffement climatique sans attendre l'entrée en vigueur du traité international qui succèdera au protocole de Kyoto. L'Europe s'est engagée à fournir 2,4 milliards d'euros sur les 6,8 milliards d'euros du « fast start ». Ce texte précise en outre que 40 % de ces fonds devra être consacré à l'Afrique et 20 % à la mise en œuvre rapide du plan REDD, de lutte contre la déforestation tropicale. Conformément à l'appel lancé par le texte, le montant de l'aide annuelle aux pays en développement devrait être porté à 50 milliards de dollars par an d'ici 2015, puis 100 milliards de dollars (68,5 milliards d'euros) nécessaires par an entre 2013 et 2020. A cet effet, cette aide massive suppose l'instauration de plusieurs «mécanismes innovants », dont par exemple une taxe sur les transactions financières internationales.

 

Nous vous proposons de visualiser l'intégralité de la conférence de presse sur http://www.elysee.fr (voir conférences de presse)

Dans la presse :

Climat: les pays du bassin du Congo prêts à lutter contre la déforestation, si le financement suit (Le Nouvel Observateur)

Sarkozy enrôle les pays du bassin du Congo en vue de Copenhague 

La France et l'Afrique vont proposer un texte commun

La France et l'Afrique publient un texte commun

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Afrique centrale : Ndjamena accueille la 47e réunion du Comité sur les questions de sécurité du 3 au 7 décembre

Libreville (Gabon), 30 novembre 2018 – La 47e réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) aura lieu du 3 au 7 décembre 2018 à Ndjamena, la capitale du Tchad. Comme lors des précédentes sessions, elle permettra de faire le point de la situation géopolitique et sécuritaire dans les onze pays membres, notamment l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine (RCA), le Congo, la République démocratique du Congo (RDC), le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, et le Tchad.

En savoir plus...

RFUK- Aires protégées et droits communautaires : utiliser les cartes participatives pour soutenir la conservation durable dans le bassin du Congo

Les meilleurs projets de conservation commencent avec les Hommes. Cependant, des aires protégées continuent à être établies et gérées dans le Bassin du Congo avec peu de considération envers les droits fonciers et les droits aux ressources des communautés locales, ce qui favorise les conflits et les violations des droits de l’homme.

En savoir plus...

Environews-Bruxelles : Début de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

C’est le Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervurin) qui accueille la première journée de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Les travaux lancés ce mardi doivent déboucher sur de nouveaux engagements afin de préserver ces forêts partagées par une dizaine des pays d’Afrique centrale, et considérés comme un patrimoine de l’humanité.

En savoir plus...

RDP18-Rapport-Stream 1. Gouvernance forestière et aménagement du territoire

Notre stream porte sur les questions toujours d’actualité de la gouvernance forestière et de l’aménagement du territoire. Plus que jamais, ces deux thématiques sont des thématiques clés pour les perspectives d’avenir des forêts du Bassin du Congo. Cependant, la nature vaste des questions de comment aménager l’espace forestier et comment le pouvoir s’exerce dans ces zones nous exigent de prioriser, au sein du stream, nos discussions et interventions.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

RFUK-facteurs de déforestation : sommes-nous sur la bonne voie ?

Ce débat sera l’occasion d’explorer ce que ces nouvelles études révèlent sur les dynamiques de déforestation, d’identifier les zones d’ombres qui persistent, et discuter de ce que cela implique pour les programmes et politiques à mettre en œuvre en RDC.

En savoir plus...

RdP 18 – UNESCO : La convention du patrimoine mondial et la protection de la biodiversité du bassin du Congo, 28 novembre 2018, 14HOO -15H30, Palais d'Egmont-Salle Bleue- Bruxelles

Programme...Facilitateur : Guy Debonnet, Centre du patrimoine mondial; Mot de bienvenue : Dr. Mechtild Rôssler, Directrice du Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO; Présentation sur le patrimoine mondial dans le Bassin du Congo par Guy Debonnet; Mot du Dr Pasteur Cosma Wilungula, Directeur Général de I’ICCN Discussion avec le panel : Filippo  Saracco, Commission Européenne...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018