"Aujourd'hui, l'Afrique fait partie de la solution"

 

Paris, 16 décembre 2009. Nicolas Sarkozy a enrôlé les 11 pays africains du bassin forestier du Congo dans sa croisade en faveur d'un accord ambitieux à la conférence de Copenhague sur le climat. Le président français a ainsi consolidé l'alliance qu'il s'efforce, avec d'autres dirigeants européens, de constituer entre l'Union européenne, l'Afrique et les pays émergents pour amener la Chine et les Etats-Unis à faire des concessions. Mardi, il avait lancé avec le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi un appel "pour un accord ambitieux" reprenant les principaux objectifs que l'UE et l'Afrique voudraient voir inclus dans un accord. Mercredi ont pris part à la reunion autour d'un déjeuner Denis Sassou-Nguesso (Congo), Paul Biya (Cameroun), Idriss Deby (Tchad), François Bozizé (RCA), et Ali Bongo (Gabon). Le Burundi était représenté par son vice-président Yves Sahinguvu, la Guinée Equatoriale par son premier ministre Ignacio Milam Tang, le Rwanda par son ministre de l'Environnement, Stanislas Kamanzi. La RDC et l’Angola ont aussi être représentés par leurs ministres en charges de l’environnement.

docs/news/nov-dec2009/Photo prise le 16 decembre 2009 Gerard CerlesPool .jpg 

 

 

 

 

Photo: De droite vers la gauche- Denis Sassou-Nguesso, Paul Biya, Nicolas Sarkozy, Idriss Deby, François Bozizé (Photo - Gérard CerlesPool)

 

 

 

 

 

 

Pour Nicolas Sarkozy, la façon la plus efficace et la plus économe de diminuer les émissions de carbone, c'est de lutter contre la déforestation. D'où la nécessité de soutenir financièrement les efforts consentis par les régions concernées pour limiter la déforestation. Toute l'idée serait donc, qu'à Copenhague les négociateurs mobilisent des moyens importants pour soutenir cette lutte. « C'est l'intérêt de l'Afrique, mais c'est aussi notre intérêt à nous des Européens. L'Europe et l'Afrique, c'est la même famille », a-t-il lancé. « La chose est claire, nous voulons aider les pays du Bassin du Congo. Il s'agit d'un patrimoine de l'humanité». Le chef de l'Etat Français à annoncé que son pays prendra toute sa place à la COMIFAC. Il a ainsi également promis aux pays du bassin du Congo d'accroître l'aide française pour la gestion durable des forêts du Bassin du Congo ».

 

François Bozizé (RCA), dont le pays exerce la présidence de la COMIFAC, a souligné l'importance de la COMIFAC pour préserver la forêt tropicale et son existence en tant que institution depuis prés de 10 ans comme plateforme sur laquelle «Nous pouvons nous asseoir à Copenhague pour montrer que l'Afrique avance dans la bonne direction ». Ainsi, il s'est étonné de ce que d'autres pays aussi importants que les Etats-Unis ou la Chine traînent la patte. S.E Denis Sassou-Nguesso a quand à lui assuré que les dirigeants africains soutenaient les initiatives du président français et allaient à Copenhague avec la volonté de parler d'une même voix et d'aboutir à un accord. Il a tenue a souligné que jusqu'ici l'Afrique est toujours présentée comme le problème mais rassurant que cette fois l'Afrique est une partie de la solution au changement climatique.

 

En conclusion, la France et le Groupe Afrique se sont mis d'accord sur un texte rédigé en commun et publié avec des objectifs chiffrés sur la réduction de deux degrés de la température globale. Ils proposent la mise en place d'un fonds rapide (dit « fast start ») de 10 milliards de dollars (environ 6,8 milliards d'euros) par an de 2010 à 2012, afin d'aider les pays les plus vulnérables au changement climatique à s'adapter à court terme au réchauffement climatique ; ceci afin de lutter contre le réchauffement climatique sans attendre l'entrée en vigueur du traité international qui succèdera au protocole de Kyoto. L'Europe s'est engagée à fournir 2,4 milliards d'euros sur les 6,8 milliards d'euros du « fast start ». Ce texte précise en outre que 40 % de ces fonds devra être consacré à l'Afrique et 20 % à la mise en œuvre rapide du plan REDD, de lutte contre la déforestation tropicale. Conformément à l'appel lancé par le texte, le montant de l'aide annuelle aux pays en développement devrait être porté à 50 milliards de dollars par an d'ici 2015, puis 100 milliards de dollars (68,5 milliards d'euros) nécessaires par an entre 2013 et 2020. A cet effet, cette aide massive suppose l'instauration de plusieurs «mécanismes innovants », dont par exemple une taxe sur les transactions financières internationales.

 

Nous vous proposons de visualiser l'intégralité de la conférence de presse sur http://www.elysee.fr (voir conférences de presse)

Dans la presse :

Climat: les pays du bassin du Congo prêts à lutter contre la déforestation, si le financement suit (Le Nouvel Observateur)

Sarkozy enrôle les pays du bassin du Congo en vue de Copenhague 

La France et l'Afrique vont proposer un texte commun

La France et l'Afrique publient un texte commun

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Traffic: Prévalence du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale

Selon un nouveau rapport de TRAFFIC, des groupes armés étrangers, notamment l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), les Janjaweeds (une milice soudanaise) et d’autres milices non-étatiques, sont les principaux auteurs du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale, une région allant de la frontière nord-ouest de la République démocratique du Congo à la frontière sud-ouest de la République centrafricaine.

En savoir plus...

Projet APA GIZ COMIFAC : Formation sur la Gestion du Centre d’Echanges sur le mécanisme APA au Cameroun

22 Chefs de Services en charge d’information environnementale des Délégations Régionales du MINEPDED ont été formés sur les techniques de collecte et de publication sur le Centre d’Echange APA au Cameroun.

En savoir plus...

Projet GIZ APA-COMIFAC : Les premiers accords d’accès aux ressources génétiques d’APA au Cameroun évalués

Les premières expériences des Conditions Convenues d’un Commun Accord (CCCA) sur l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des plantes Echinops giganteus et Mondia whitei ont été évalués.  Il est ressorti que d’une manière générale, que les clauses des accords entre les parties signataires dans les deux CCCA sont bien respectées.

 

En savoir plus...

Le Projet GIZ COMIFAC appuie les réseaux de la CEFDHAC dans l’élaboration de leurs stratégies !

Pour une participation multi-acteurs efficace aux prises de décision. Deux documents de stratégie des réseaux de la CEFDHAC ont été élaborés et validés à travers un processus participatif et inclusif au sein de chaque réseau concerné grâce aux différents appuis du Projet régional GIZ COMIFAC.

En savoir plus...

Les chercheurs et les juristes se mettent à l’école de l’APA

Pour une meilleure implication effective de toutes les parties prenantes au mécanisme d’Accès et de Partage des Avantages (APA) du Protocole de Nagoya. 13 chercheurs et 15 juristes des pays de l’espace COMIFAC ont été sensibilisés et formés sur le Protocole de Nagoya et la Convention sur la biodiversité Biologique. Des cahiers de charges ont été élaborés par ces acteurs en vue de leur participation à la mise en place des processus nationaux dans leurs pays respectifs.

En savoir plus...

La sonnette d’alarme est tirée !

Mme la Secrétaire Adjointe du MEP, représentant le Ministre de l’Elevage et des Pêches (MEP), a ouvert l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation de la mise en œuvre du plan d’aménagement (PA) du PNSO. La Mission d’évaluation confiée au Dr Dolmia Malachie (consultant), avait pour objectif global d’évaluer la mise en œuvre du PA du parc suscité dans ses aspects techniques et financiers pour la période allant de 2010 à 2016, afin de proposer des mesures correctives transitoires et de formuler des orientations à soumettre à l’appréciation des parties prenantes pour leur prise en compte lors de sa révision.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo mobilise au cœur de la COP 23 à Bonn…

Bonn (Allemagne) -14 novembre 2017 – s’est tenu dans la salle de Réunion Brum -  BULA ZONE 3,  un événement parallèle de haut niveau organisé par la COMIFAC. La session a été rehaussée par la participation de plusieurs ministres des pays membres de la COMIFAC et des autres pays partis, la CEEAC et les représentants des organisations internationales.  

En savoir plus...

Note additionelle: Formation accréditée Lead Auditeur FSC en GF et CoC- Rainforest Alliance

Suite à de nombreux questionnements au sujet de la dite formation, Rainforest Alliance souhaite apporter clarifications sur les points suivants : ASI ayant renforcé ses procédures de qualification d’auditeurs FSC, toute personne ayant suivi précédemment une formation d’auditeur FSC FM-CoC mais SANS s’être qualifiée lors du FSC TRANSITION EXAM de Juillet 2017, se voit perdre son statut d’auditeur...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030