Bienvenue à notre nouveau partenaire « The Nature Conservancy (TNC) » !

m

 

La « The Nature Conservancy (TNC) » a confirmé officiellement son adhésion au Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo (PFBC)

 


Washington DC (États-Unis d'Amérique), 07 septembre 2013 – La « The Nature Conservancy (TNC)» a confirmé officiellement son souhait de rejoindre le Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo (PFBC).
Dans cette perspective, le TNCs'engage à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC, dont elle a pris connaissance.

 

La mission de TNC consiste à préserver les plantes, les animaux et les communautés naturelles qui constituent la diversité de la vie sur terre, en protégeant les terres et les eaux dont ils ont besoin pour survivre.

 

TNC a été créée en 1951. Elle protège plus de 119 millions d’hectares de terres et environ 7 500 kilomètres de cours d’eau à travers le monde. Elle pilote plus de 100 projets de conservation marine et détient et gère le plus grand réseau de chasses gardées aux États-Unis. TNC est présente dans plus de 50 États et dans plus de 30 pays - en Amériques, en Asie, dans le Pacifique et en Afrique. Il s’agit d’une organisation fiable qui compte plus d’un million de membres, bénéficie d’une note de quatre étoiles attribuée par Charity Navigator, est accréditée par BBB Wise Giving Alliance et est classée la plus fiable parmi les 13 ONG les plus en vue, selon un sondage mené par Harris Interactive.

 

Les activités de TNC ont pour socle la science. Elle utilise une approche scientifique, avec l’appui de plus de 500 scientifiques. À travers des réseaux, des ateliers et des échanges, TNC partagent des connaissances avec des scientifiques à travers le monde. En 1995, TNC a développé le concept « Conservation by Design », une approche originale permettant de définir des priorités de conservation. Cette approche trouve du succès auprès des conservateurs du monde entier et a déjà été adoptée par bon nombre d’organisations de conservation et de services de parcs en Afrique.

 

TNC compte sur des partenariats pour obtenir des résultats de conservation durables. L’utilisation par TNC de stratégies de conservation sans confrontation, pragmatiques permet de travailler dans un esprit de collaboration avec des communautés locales, des sociétés, des institutions publiques, des individus et autres institutions.

 

L'essentiel de la biodiversité existe dans des zones habitées par des humains. Nous savons que la conservation ne peut être efficace si les communautés qui vivent sur des terres et qui en dépendent ne sont pas intégrées au processus de conservation. De l’Alaska à la Chine, de la Colombie à la Zambie, travailler avec les communautés est essentiel pour la conservation des écosystèmes les plus sensibles les plus menacés du point de vue biologique.

 

Depuis le lancement du programme TNC en Afrique en 2006, TNC a affuté les armes dont elle a besoin pour promouvoir la conservation sur ce continent de diversité. TNC assure la protection des écosystèmes terrestres, aquatiques et marins qui existent depuis des générations. TNC a pour objectifs de réaliser des résultats durables en matière de conservation, d’autonomiser les communautés locales afin d’améliorer leur qualité de vie et établir un équilibre entre les besoins des communautés et ceux de la nature.

 

Après avoir défini leurs priorités de conservation, TNC est focalisée sur des terres et des eaux sensibles qui s'étendent du Kenya à la Tanzanie, la Zambie, la Namibie, le Mozambique et tout récemment au Gabon. Ils poursuivent l’évaluation des menaces et opportunités ailleurs afin de déterminer comment étendre leurs programmes et partenariats dans le domaine de la conservation. C’est au regard de nos activités au Gabon et de notre intérêt pour le Bassin du Congo que TNC a souhaité intégrer le PFBC. La dite intervention au Gabon est menée en partenariat avec le gouvernement gabonais et son Agence des Parcs Nationaux (ANPN). « Nous travaillons avec le gouvernement gabonais sur le fleuve Ogoué et son bassin qui couvre la majeure partie du pays. Nous avons fourni de nouveaux financements et une expertise technique dans ce pays, en intégrant le fleuve Ogoué dans le Great Rivers Partnership Program (un partenariat secteur privé/TNC). (http://www.greatriverspartnership.org). Ce programme concerne, entre autres, assurer la gestion durable des forêts dans ce bassin. » écrit TNC dans sa lettre d’adhésion au PFBC

 

L’approche de TNC est basée sur le partenariat et les résultats en matière de conservation, ainsi que sa forte capacité à mobiliser et mettre à disposition de nouveaux financements et une expertise technique au profit du Bassin du Congo ; seraient d’une valeur inestimable pour le PFBC. TNC a désigné, Greg Overton, le Directeur des Affaires étrangères, comme personne de contact du PFBC et pour la région Afrique.

 

 

Bienvenue" à notre nouveau partenaire « The Nature Conservancy (TNC) » !

 

Pour de plus amples informations, vous pouvez consulter le site web de la « The Nature Conservancy (TNC) » 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

PATPA série de webinaires - 31 mars, 1 avril, 2 avril - Développement des scénarios d’émissions de GES dans le cadre de la révision des NDC dans les pays africains

Un point technique:  Il y a deux possibilités de participer au webinaire via le logiciel zoom : Vous pouvez soit télécharger l’application de zoom gratuitement (et vous réunir au webinaire en cliquant sur le premier lien) soit vous ouvrez le webinaire dans votre browser (en cliquant sur le deuxième lien)...

En savoir plus...

Mise à jour sur la maladie à coronavirus (COVID-19) - iucncongress2020

À la lumière des récents développements en France liés à la maladie à coronavirus (COVID-19), l'UICN et le gouvernement français sont en étroite discussion sur les possibles impacts que cette situation aura sur le Congrès mondial de la nature 2020 de l'UICN. Ensemble, nous examinons attentivement les décisions qui pourraient être prises.

En savoir plus...

Modification de la loi forestière chinoise : des changements pour le bassin du Congo ? PAPIER OCCASIONNEL

S’il est vrai que l’on peut se réjouir de cet amendement législatif qui entrera en vigueur le 1er juillet 2020, l’on peut également s’interroger sur son impact dans l’exploitation forestière du bassin du Congo étant donné que la Chine est devenue la principale destination des bois de cette sous-région depuis plusieurs années.

En savoir plus...

Commodafrica-Evolution différenciée du commerce du bois tropical en 2019

Premier bilan de l’année 2019 sur les importations de bois tropical au Vietnam, en Chine et dans l’Union européenne. Si les importations de grumes diminuent en Chine, celles des sciages de l’Union européenne progressent pour la deuxième année consécutive. Du côté du Vietnam, l’Afrique est l'un des premiers fournisseurs du pays avec une forte présence du Cameroun, souligne l'Organisation internationale des bois tropicaux (ITTO).

En savoir plus...

Atibt-Filière bois de la RDC : Etude sur l’état des lieux des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets FLEGT-REDD CERTIFICATION mis en œuvre par l’ATIBT et financés par l’Union Européenne, le FFEM et la KfW, la Fédération des Industriels du Bois, en sigle FIB, a mené une étude portant sur l’état des lieux des acteurs de la filière forêts-bois de la RDC.

En savoir plus...

Analyse du traitement de l'infraction forestière par le judiciaire au Cameroun

Cette analyse ressort des maux de l’exploitation forestière qui restent d’actualité aujourd’hui et met en lumière le rôle que joue l’appareil judiciaire dans la lutte contre la mauvaise gouvernance dans la gestion des ressources naturelles au Cameroun. Le document a été rédigé grâce à la participation financière de l’Union européenne dans le cadre du projet « Voix des citoyens pour le changement : observation forestière dans le Bassin du Congo ». Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent en aucun cas être considérées comme reflétant la position officielle de l’Union européenne.

En savoir plus...

Jeune Afrique - Tribune Libre - Alain Karsenty, CIRAD : Du bon usage de la fiscalité́ pour protéger les forêts

Aujourd’hui, de nombreux produits sont exemptés de droits de douane à l’entrée dans l’UE (soja, cacao...) ou faiblement taxés (huile de palme). Bruxelles devrait augmenter le niveau de ces droits pour les productions « à risque » qui ne seraient pas labellisées « zéro déforestation » .... Relire aussi sur le site du PFBC : CIRAD-Réduction de la fiscalité forestière pour les concessions certifiées avec compensation aux États.

En savoir plus...

RFI- Congo-Brazzaville: Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans le Nord

Dans une enquête publiée conjointement avec le journal en ligne Mediapart et le quotidien allemand Der Spiegel, l'ONG britannique Global Witness s'alarme des projets pétroliers dans la zone des tourbières située au nord du Congo, la zone dite de la Cuvette centrale.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020