TRAFFIC-MINFOF : La lutte contre l’exploitation forestière illégale et le commerce associé au centre d’un atelier à Douala

 

TRAFFIC et le Ministère des Forêts et de la Faune du Cameroun lance officiellement la phase de renforcement des capacités des bénéficiaires dans le cadre de la mise en œuvre du projet “renforcement du processus national de contrôle de l’exploitation forestière illégale et du commerce associé au Cameroun”

 

docs/bangui032008/Assistante-COM/TRAFFIC-2012-Bild.jpgDouala (Cameroun), 27-28 novembre 2012 -  S’est tenu, un atelier portant sur « le renforcement du processus national de contrôle de l’exploitation forestière illégale et du commerce associé au Cameroun ». Placé, sous le très haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, l’atelier a été organisé conjointement par le Programme TRAFFIC Afrique centrale et le Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF).

 

Ont pris part aux travaux, des responsables centraux et extérieurs du Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF), prioritairement ceux impliqués dans le contrôle forestier ; des responsables du Ministère de la Justice des pays d’Afrique Centrale (Cameroun, Congo, Gabon, RCA et RDC) ; différents corps nationaux du maintien de l’ordre et des partenaires au développement. Y ont également assisté  l’Agence Nationale d’Appui au Développement Forestier (ANAFOR), l’Observateur Indépendant (OI), le Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale de l’Afrique Centrale (RIFFEAC), la Chambre d’Agriculture, des Pèches et des Forêts et des représentants de la société civile et du secteur privé.

 

Les objectifs de cet atelier étaient de cinq ordres, à savoir : (1) lancer officiellement la phase de renforcement des capacités des bénéficiaires dans le cadre de la mise en œuvre du projet “renforcement du processus national de contrôle de l’exploitation forestière illégale et du commerce associé au Cameroun” et communiquer au passage sur ce projet avec l’ensemble des partenaires au développement exerçant au Cameroun et dans certains pays voisins, lesquels pays ont été invités à participer à l’atelier ; (2)  introduire les modules de formation sur le renforcement de la mise en application de la réglementation forestière ; (3)  présenter l’état d’avancement de l’étude sur le flux et les circuits de commerce du bois au Cameroun ; (4) identifier la faisabilité de la mise en place d’un groupe d’experts en vue de faciliter la mise en application de la réglementation forestière ; (5)  identifier, mobiliser et capitaliser les expertises nationales pour le renforcement des capacités du personnel étatique intervenant dans la chaîne de contrôle de l’exploitation forestière et du commerce des ressources ligneuses au Cameroun.

 

Les travaux se sont déroulés en quatre (04) étapes, notamment : Etape 1 : ouverture et introduction de l’atelier, avec des allocutions solennelles, suivies de la présentation des résultats de l’étude sur le flux et les circuits de commerce du bois au Cameroun ; Etape 2 : gouvernance, règlementation et légalité avec sept (07) présentations ; Etape 3 : introduction aux modules avec six (06) présentations ; Etape 4 : travaux en groupe.

 

Suite à deux jours de travail intense et fructueux, les participants en plénière ont après discussions adoptés une série de 11 recommandations à mettre en œuvre dès 2013. Il s’agit entre autres de : la finalisation de la mise en place du Système de Traçabilité du Bois du Cameroun (STBC/APV), la mise en place des check points mixtes à l’entrée des grandes agglomérations par le MINFOF en collaboration avec les autres acteurs du contrôle forestier ( Police, Gendarmerie, Finance…) ; l’encouragement par le MINFOF de l’ouverture des radios rurales pour véhiculer l’information forestière et harmoniser le suivi écologique des espèces fauniques  ; l’amélioration par le MINFOF du statut du contrôleur forestier ; la restriction par le MINFOF des transactions forestières, à défaut de les supprimer.

 

Ces recommandations font ressortir trois constats/considérations majeurs : (1) en vue d’une lutte plus efficace contre la spoliation des ressources forestières, les formations envisagées doivent pleinement impliquer les universités et instituts supérieurs où se retrouvent les jeunes, fleurons de nos pays de demain. (2) Une réelle synergie entre les administrations concernées par le contrôle forestier (MINFOF, Justice, Finances, Police, Gendarmerie, etc.) a besoin d’être instaurée et devra respecter la logique des quatre ‘R’ à savoir : définition des Rôles et Responsabilités de chacune des parties, évaluation des Ressources devant maintenir un état de Relation propice à l’atteinte des résultats escomptés. (3) La nécessité de consolider au niveau de la loi en cours de relecture, le mode opératoire de la saisine des autres parties prenantes du contrôle forestier par l’Administration forestière.

 

Pour en savoir plus, bien vouloir télécharger le Communiqué Final de la Réunion

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les pays de l’Afrique centrale unissent leur voix pour le Sommet de l’action sur le Climat de New York.

Les ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères composant la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté samedi 7 septembre à Brazzaville une position commune en vue de parler d’une même voix à l’occasion du sommet de l’action sur le climat du 23 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Bien vouloir télécharger la position commune et le communiqué final de la rencontre…

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

environews-rdc-Climat : New York accueillera le 23 septembre prochain, un sommet de l’action sur le climat

En prélude au Sommet de l’action sur le climat prévu le 23 septembre 2019 à New York, plusieurs experts de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont pris part le 07 septembre à Brazzaville, à une réunion extraordinaire des ministres d’Afrique centrale sur la position commune à défendre lors de la prochaine rencontre.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA.

Les 27 et 28 Août 2019, s’est tenu à l'hôtel Bélavie Bonabéri - Douala, en République du Cameroun, l’Atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

En savoir plus...

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019