Traffic : Un nouveau rapport de TRAFFIC lève le voile sur les marchés d’ivoire en Afrique centrale.

 

Bien vouloir télécharger le rapport ci-dessous:

Ivory-Markets-Central-Africa-Report_FINAL(1).pdf (6.7 Mo)

 

 

Yaoundé, Cameroun, 7 septembre 2017–TRAFFIC publie aujourd’hui la première étude complète sur le commerce illégal d’ivoire dans cinq pays d’Afrique centrale depuis près de 20 ans. Selon ce rapport, trois facteurs compromettent gravement la lutte contre le trafic d'ivoire en Afrique centrale : la faible gouvernance, la corruption et de l’évolution changeante du commerce.  

 

 

Le rapport présente les résultats des enquêtes de terrain réalisées sur les marchés d'ivoire dans les principales villes de cinq pays d'Afrique centrale (Cameroun, République centrafricaine (RCA), Congo, République démocratique du Congo (RDC) et Gabon) en 2007, 2009, 2014/2015. Les enquêteurs se sont fait passer pour des acheteurs sur les marchés et les ateliers d'ivoire, identifiés récemment et connus dans tout le bassin du Congo, et ont interviewé toutes les personnes qu’ils ont rencontrées et étant liées à l’industrie de l’ivoire. De plus, des discussions ont eu lieu ouvertement avec les principales parties prenantes, y compris des représentants des gouvernements des cinq pays.

 



Au cours des dernières années, l'Afrique centrale a été l'une des principales sources d'approvisionnement illégal en ivoire du commerce national d’ivoire non réglementé dans toute l'Afrique de l'Ouest et centrale, et dans les destinations étrangères, en particulier en Asie. Le rapport révèle que, dans cette sous-région, les marchés domestiques ouverts d’ivoire disparaissent principalement en raison des efforts d'application de la loi et de la concurrence avec les réseaux criminels souterrains A sa place, un commerce international sophistiqué s’installe, favorisé par un haut niveau de corruption et une faible gouvernance.

 

 

Corruption, collusion et faible pression politique

Si la législation actuelle interdit le commerce domestique de l'ivoire dans tous les pays d’Afrique centrale à l’exception du Cameroun, le rapport relate cependant que « l'interprétation de la loi dans chaque pays est vague et ambiguë, non seulement par les autorités chargées de l'application de la loi, mais aussi par de nombreux autres acteurs (...) et que son application est entravée par la corruption, impliquant souvent des responsables gouvernementaux, des ressources humaines et financières insuffisantes, une mauvaise gestion et un manque de volonté politique ».  

 



En RDC, un commerçant d'ivoire interrogé a prétendu avoir un proche dans l'armée qui lui a fourni de l'ivoire brut. Il a également affirmé que les principaux fournisseurs sont des responsables gouvernementaux et, dans certains cas, des gardiens de la paix de l'ONU, qui ont la possibilité de se déplacer fréquemment dans le pays.

 

 

Toujours en RDC, les chercheurs ont enregistré des déclarations bien informées selon lesquelles les FARDC, l'armée officielle du pays, étaient l'un des principaux groupes responsables du braconnage des éléphants dans le parc national des Virunga. L'ivoire serait exporté par les « forces  démocratiques de libération de Rwanda » (FDLR) non étatiques, à qui l'armée vendrait des armes et du matériel militaire.

 

 

Les marchés ouverts à la vente d’ivoire deviennent souterrains

Tout au long de l'enquête, les études ont montré que les marchés ouverts à la vente illégale d’ivoire dans la sous-région disparaissaient ou deviennent souterrains, souvent face à la pression croissante des autorités qui mènent des opérations fréquentes d'application de la loi. Les enquêteurs de TRAFFIC ont enregistré moins de 1 kg de produits en ivoire exposés publiquement en2014/2015 en RCA, au Congo, au Gabon et au Cameroun, contre environ 400 kg en 2007 et plus de 900 kg en 1999 parmi les quatre pays.

 



Le marché de l'ivoire à Kinshasa, en RDC, reste la seule exception, avec plus de 400 kg de produits en ivoire enregistrés en 2015. Cependant, la RDC s'est récemment engagée à renforcer l'application de la loi contre le marché illégal de l'ivoire à Kinshasa, une étape importante soutenue par TRAFFIC et le WWF.



L’étude révèle également une évolution des groupes d’acheteurs d’ivoire travaillé: les acheteurs chinois ont remplacé les expatriés et les touristes européens, qui étaient auparavant les principaux acheteurs. En 2014-2015, 80% des acheteurs internationaux étaient asiatiques, en particulier Chinois, mais aussi Malaisiens et Vietnamiens. Dans les études antérieures, en 2007 et 2009, d'autres nationalités ont été plus régulièrement mentionnées comme acheteurs, y compris les Français, Japonais, Coréens, Libanais, Portugais, Russes, Espagnols et Américains. Les commerçants de l'Afrique de l'Ouest ont également été mentionnés comme des acheteurs secondaires, achetant de l'ivoire brut et travaillé pour approvisionner les marchés de l'Afrique de l'Ouest et internationaux.

Renforcement des réseaux criminels internationaux

 

En savoir plus…

 

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger le rapport ci-dessous:

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

ATIBT-Aux arbres : l’ATIBT intervient au 1er événement de sensibilisation grand public aux forêts

15.06.2018 C’est une première ! Vendredi et samedi derniers était organisé par la Fondation Maisons du Monde un événement grand public autour de la préservation des forêts, du climat et de la biodiversité, à Nantes.

En savoir plus...

ATIBT : Nouvelle édition du Racewood au sein du Gabon WoodShow

Les 21 et 22 juin, l’ATIBT a organisé le Racewood à Libreville, dans le cadre plus large du Gabon WoodShow, premier salon du bois dans le bassin du Congo. L’ATIBT a décidé de profiter du lancement du premier salon du bois et de la technologie au Gabon cette année, le Gabon WoodShow, pour s’associer à l’événement et y tenir une nouvelle édition du Racewood.

En savoir plus...

L’ATIBT et la COMIFAC signent une convention de collaboration lors du Racewood

 L’ATIBT et la COMIFAC ont signé une convention de collaboration lors du Racewood le 21 juin, à Libreville (Gabon). Le Racewood de l’ATIBT demeure l’un des évènements essentiels de la filière bois tropicaux. Il représente une occasion majeure sur le continent africain de mise en relation multi-partenaire. Pendant deux jours, les acteurs clefs de la filière se rencontrent et échangent : bailleurs, agences de développement, décideurs politiques, ONG, société civile, représentants des pays, chercheurs, scientifiques, organismes de formation, syndicats, producteurs, aménagistes, importateurs et industriels.

En savoir plus...

UICN: La France accueillera le Congrès mondial de la nature de l'UICN 2020

Marseille, France - Le ministère français de la Transition écologique et solidaire et l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) ont signé aujourd’hui un accord afin d’organiser conjointement le prochain Congrès mondial de la nature de l’UICN, qui se tiendra en 2020 à Marseille.

En savoir plus...

UICN : Dire « non » à l’huile de palme ne ferait que déplacer la perte des espèces, sans y mettre un terme - le rapport de l’UICN

Paris, 26 juin 2018 (UICN) - Interdire l’huile de palme augmenterait très certainement la production d’autres cultures oléagineuses pour répondre à la demande d’huile, et ne ferait ainsi que déplacer, sans arrêter, l’appauvrissement significatif de la biodiversité à l’échelle mondiale causé par l’huile de palme, met en garde un rapport de l’UICN publié aujourd’hui.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo au cœur de l'Assemblée générale du FEM - Secrétariat du FEM: Table-Ronde de Haut Niveau sur les Paysages du Bassin du Congo, 28 Juin 2018, Assemblée du FEM, Da Nang, Viet Nam

GEF - Secrétariat : Résumé de la Table ronde de haut niveau sur les Paysages du Bassin du Congo du 28 juin 2018, Salle de bal Ariyana, Assemblée GEF, Da Nang, Viet Nam - Environ 70 personnes ont participé à cette table ronde de haut niveau modérée par Mme Cyriaque Sendashonga, Directrice Globale des Programmes et Politiques à l’UICN. Les discussions ont porté sur la protection de la biodiversité mondiale importante dans les aires protégées, la gestion de la biodiversité hors des aires protégées à travers des approches paysages à grande échelle, l'importance des communautés dépendantes des forêts et des connaissances traditionnelles ...

En savoir plus...

Environews : Mise au point des activités du Groupe inter-bailleurs pour l’Environnement, GIBE en RDC

Cette rencontre a permis aux participants de faire un point sur la réponse conjointe du GIBE au ministre des hydrocarbures concernant le déclassement d’une partie des parcs nationaux de Virunga et Salonga.  Sur ce, l’USAID a informé le groupe que la lettre a été revue à la demande des Ambassadeurs de l’Union européenne, des Etats-Unis, du Canada et de la Suisse pour qu’elle soit élevée au niveau des Ambassadeurs et qu’elle soit plutôt adressée au Premier Ministre.

En savoir plus...

Rainforest Pétition : Non au sacrifice des primates pour le pétrole !

Des grands singes menacés par les hommes et leur soif de pétrole. Ainsi se résume le destin des gorilles et des bonobos dans le bassin du Congo. Le gouvernement veut réduire les aires protégées des Virunga et de la Salonga car elles renferment du pétrole. Empêchons l’exploitation des ressources naturelles au détriment des primates.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018