Bienvenue à notre nouveau partenaire : " Université de Californie, Los Angeles (UCLA)

 

L’« Université de Californie, à Los Angeles (UCLA) » devient officiellement membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC)

 

Los Angeles (États-Unis), 10 janvier 2014 – L’« Université de Californie à Los Angeles (UCLA) » est officiellement membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Ce faisant, l'Université de Californie à Los Angeles estime que ses activités en Afrique sont compatibles avec les principes énoncés dans le cadre de la coopération des membres du PFBC pour faire avancer la gestion durable des écosystèmes et la conservation de la biodiversité en Afrique centrale. L’Université de Californie à Los Angeles est situé dans la ville de Los Angeles, Californie, États-Unis. Avec plus de 40 000 étudiants, elle est parmi les plus grandes universités aux États-Unis. L’UCLA est une université de recherche de premier ordre qui est complète dans son champ d'application. Elle offre des diplômes de premier, de second et de troisième cycles universitaires dans de nombreux domaines académiques et professionnels. Le Times classe l’UCLA 8ième dans Times Higher Education World Reputation Rankings. Au cours des trios dernières années, l’UCLA a reçu approximativement 1 milliard de dollars USD chaque année pour le financement de la recherche extramurale, la positionnant ainsi parmi les cinq premières universités au monde en termes de financement de la recherche. D’amples informations sur les classements sont disponibles à l'adresse : http:www.ucla.edu/about/rankings.

 

Les enseignants et les étudiants de l’UCLA sont engages dans les pays d’Afrique Centrale de diverses manières concordantes avec les objectifs du PFBC.  L’UCLA a minutieusement examiné les documents se rapportant à l’adhésion et est persuadée que ses activités en Afrique sont cohérentes avec les principes énoncés dans le cadre de coopération des membres du PFBC.

 

Promouvoir le bien-être et le développement économique des populations locales à travers la gestion durable des ressources forestières et fauniques et la conservation de la biodiversité forestière

 

L’UCLA exploite le Centre International de Recherche et de Formation (IRTC) à Yaoundé, au Cameroun, et au cours des trois dernières années, l’IRTC a appuyé plus de 800 chercheurs venus de 15 pays dans diverses initiatives éducatives et de recherche sur les ressources fauniques et la conservation de la biodiversité. Cette institution offre des services d’hébergement aux chercheurs, une assistance avec des permis de recherche, un soutien logistique et intervient comme une plateforme majeure de connexion des chercheurs internationaux avec leurs homologues locaux. L’UCLA procède actuellement à l’extension de l’IRTC, en coopération avec l'Institut international de l'agriculture tropicale (IITA), un leader mondial dans la recherche de solutions à la faim, la malnutrition et la pauvreté, dans une banlieue de Yaoundé pour créer le Centre pour le Développement intégré/Cameroun (CID/C). En tant que plateforme régionale en matière de recherche interdisciplinaire, le Centre de réagir rapidement et de trouvera des solutions pratiques aux problèmes graves dont souffre l'Afrique centrale et créera un modèle évolutif pour le développement durable.

 

Intégrer les actions de l'UCLA dans les programmes nationaux et régionaux des États membres de la COMIFAC

 

Plus de 36 membres du corps professoral de l'UCLA de 17 divisions et écoles sont actuellement engagées dans la construction du nouveau Centre, avec la conviction que le CID/C a le potentiel pour devenir un modèle de partenariat entre les universités et les États membres de la COMIFAC pour promouvoir le développement international. Le Cameroun comme site constitue un choix stratégique, étant donné qu’il est une « charnière » entre l'Afrique centrale et de l'Ouest, à la fois culturellement et géographiquement. Il est relativement stable sur le plan politique et est bilingue, le français et l'anglais étant ses deux langues officielles. Le Cameroun servira de plaque tournante des activités au Gabon, en République du Congo, au Nigeria, au Tchad, en République centrafricaine, en Guinée équatoriale et en RDC. Les membres du consortium CID/C collaborent actuellement dans le cadre d’une série de projets dans la région.

 

D'autres partenaires du consortium sont le World Agroforestry Centre (ICRAF), dédié à l'amélioration de la sécurité alimentaire et l'amélioration des ressources énergétique, l'agriculture durable et les services écosystémiques, le Centre Pasteur du Cameroun, un contributeur majeur de longue date dans la prévention et le traitement des maladies infectieuses à travers la recherche, l'enseignement et des initiatives de santé publique, et toutes les sept grandes universités du Cameroun.

 

Soutenir le renforcement des capacités institutionnelles et renforcer les partenaires du consortium

 

Avec un Parc de Recherche et d'Éducation vert conçu pour être sa fondation, le CID/C mettra à profit les ressources des universités, industries et des organismes de développement pour élargir et renforcer la capacité de l’IRTC et de ses organisations partenaires. Le CID/C agira comme un pôle de recherche et de formation et un banc d'essai pour les technologies innovantes, soutenant les programmes de recherche et de formation qui porteront sur trois questions primordiales auxquelles est confrontée l'Afrique centrale : La biodiversité et les changements climatiques, l'eau et la santé, et la sécurité alimentaire et sécurité. Les plans futurs pour le CID/C comprend la construction de : 1) un centre de formation à distance pour les étudiants américains et africains, 2) des dépôts de données numériques, 3) la formation technique et l'installation du matériel de réparation, 4) la télédétection et un laboratoire de recherche SIG, 5) la génétique moléculaire et de laboratoires d'analyses, 6) un centre de d'innovation comme banc d'essai technologique/plate-forme,  7) un incubateur pour les jeunes entreprises et les entrepreneurs, 8) l'hébergement et un centre de conférence, et 9) des bureaux administratifs et pour la logistique pour aider les participants internationaux et les mettre en partenariat avec ls chercheurs locaux. Nous sommes persuadés que le nouveau campus permettra de poursuivre de manière significative la plupart des objectifs clés de la COMIFAC.

 

Impliquer la société civile et le secteur privé dans la conservation et les actions de gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique centrale et les processus de consultation nationaux et régionaux pour assurer la transparence dans la gestion du secteur de l'environnement forestier

 

Les membres du consortium ont de solides relations établies avec toutes les grandes universités, les ministères concernés et d'autres parties prenantes au Cameroun, et des universités dans les pays voisins. Le CID/C renforcera ces liens pour construire une culture de la collaboration et de l'innovation, encourageant ainsi le changement transformationnel positif à travers le partenariat et des échanges entre les Africains et les Américains. Le consortium appliquera la meilleure science disponible aux questions d'environnement et de santé humaine, tout en comblant les lacunes des chercheurs, des universités, des institutions publiques locales et étrangères, du monde des affaires et des ONG.

 

Aux commandes de ces efforts, le professeur Thomas Smith, qui dirige actuellement un projet de recherche multi-institutionnel financé sur cinq ans par la National Science Foundation à hauteur de 5 millions de dollars, centrée au Cameroun et au Gabon. L'objectif global de ce projet est de développer un cadre intégré pour la conservation de la biodiversité centrale dans le contexte des changements climatiques qui est à la fois évolutif et fondé sur les contraintes socio-économiques de la région (voir http//www.caballiance.org/).

 

« Bienvenue » à Notre nouveau partenaire L’« Université de Californie à Los Angeles (UCLA) » !

 

Pour d’amples information, veuillez contacter le professeur Thomas Smith (tbsmith@ucla.edu) et Dr Kevin Njabo (knjabo@ucla.edu) et visiter le site Internet officiel de l’« Université de Californie à Los Angeles (UCLA) » : ICI

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019