Partenaire PFBC pour le mois de janvier 2014 : Université Laval

 

Des résultats novateurs dans le domaine de la formation et de la recherche dans le bassin du Congo -  Université Laval présente des résultats palpables  et innovants de deux projets majeurs  et à succès dans le cadre de ses interventions dans le Bassin du Congo: : FOGRN-BC et PEFOGRN-BC:
 
1.    Le Projet d’appui à la formation en gestion des ressources naturelles dans le bassin du Congo (FOGRN-BC) renforce les capacités institutionnelles et techniques de partenaires d’enseignement universitaire et technique de trois pays d’Afrique centrale en vue d’en faire des pôles d’excellence  sous régionaux de recherche et de formation du personnel hautement qualifié en gestion durable des ressources naturelles;


2.    Le Programme élargi de formation en gestion des ressources naturelles dans le Bassin du Congo (PEFOGRN-BC) renforce les actions en matière de formation et de recherche dans les pays de l’espace COMIFAC en vue de réduire la déforestation et la dégradation des ressources naturelles
 
 

Chers amis et partenaires du projet d’appui à la formation en gestion des ressources naturelles dans le bassin du Congo  (FOGRN-BC) et du projet d’appui au programme élargi de formation en gestion des ressources naturelles dans le bassin du Congo  (PEFOGRN-BC),

 

Nous voici en fin d’année 2013, et l’équipe de direction du projet FOGRN-BC et d’appui à la composante universitaire du projet PEFOGRN-BC se réjouit une fois de plus des réalisations accomplies ensemble. Bien sûr, notre travail dans le cadre de ces projets financés respectivement par le Ministère des affaires étrangères, commerce et développement Canada (MAECD) et le fonds pour les forêts du bassin du Congo (FFBC), administré par la Banque africaine de développement (BAD) n’aurait pu être possible sans la participation de personnes engagées et bienveillantes telles que vous et nous tenons à vous remercier chaleureusement pour chaque instant que vous avez apporté à faire de ces deux projets majeurs une belle réussite. L’Université Laval est l’institution canadienne d’accompagnement (ACA) du projet FOGRN-BC démarré en août 2008 et qui s’achève le 31 décembre 2013, alors que le réseau des institutions de formation forestière et environnementale d’Afrique centrale (RIFFEAC) est l’organe d’exécution du projet PEFOGRN-BC démarré en juillet 2011 et devrait se terminer en décembre 2014. Les points focaux en Afrique, les professeurs et le personnel de soutien en Afrique comme au Canada, la direction et le comité de gestion à l’Université Laval, la coordination du RIFFEAC, la cellule d’exécution du projet PEFOGRN-BC, Oxfam-Québec; ainsi que le personnel du MAECD, du fonds pour les forêts du bassin du Congo et de la Gesellschaft für International Zusammenarbeit (GIZ) ont joué un rôle déterminant pour arriver aux beaux résultats que nous célébrons ensemble.

 

J’aimerais en profiter pour faire une brève rétrospective des points saillants afin de célébrer les événements et le progrès accomplis ensemble au cours des 12 derniers mois. Premièrement, je présenterai un bilan synthétique du projet FOGRN-BC, suivi de celui du projet PEFOGRN-BC et finalement les autres projets satellites et nouveaux partenariats développés en 2013.


 1) Le projet FOGRN-BC


Comme par les années passées, le projet FOGRN-BC a poursuivi son objectif global qui consiste à renforcer les capacités institutionnelles et techniques de partenaires d’enseignement universitaire et technique de trois pays d’Afrique centrale (Cameroun, Gabon, RDCongo) en vue d’en faire des pôles d’excellence  sous-régionaux de recherche et de formation du personnel hautement qualifié en gestion durable des ressources naturelles.


Le projet a visé prioritairement la relance de la formation universitaire et technique en RDC (le plus grand pays forestier du continent africain) après environ 30 ans d’arrêt. Le projet prend fin officiellement le 31 décembre 2013. Les 12 et 13 décembres étaient des journées consacrées à un atelier sur la pédagogie universitaire et la remise à tous les huit bénéficiaires du projet de 15 cours et livres développés par le projet FOGRN-BC dont un nouveau livre de référence mondiale en agroforesterie tropicale publié par Springer. L’après-midi du 13 décembre était consacré à la présentation des étudiants-chercheurs du projet FOGRN-BC. Dr  Joseph Djeugap Fovo, de l’Université de Dschang et premier docteur du projet a fait sa présentation sur l’état phytosanitaire de Ricinodendron heudelotii au Cameroun. Mme Marie Nyange, chef de travaux à l’Université de Kinshasa et doctorante du projet a présenté son sujet de recherche sur la participation des communautés locales et gestion durable de la forêt en RDC tandis que M. Armand Yvon Mengome Ango, directeur général adjoint à l’école nationale des eaux et forêts (ENEF) du Gabon et doctorant du projet a présenté sa recherche sur l’évaluation des facteurs influençant la croissance et la qualité du bois d’okoumé ( Aucoumea klaineana P. Burseraceae) au Gabon. Les bénéficiaires du projet étaient représentés par Dr Ibrahim Sambo (coordinateur du RIFFEAC), le professeur Manjeli Yacouba (Doyen de la faculté d’agronomie et des sciences agricoles de l’Université de Dschang, FASA-Dschang), Monsieur Armand Yvon Mengome Ango (Directeur général adjoint de l’ENEF-Gabon), le professeur Claude Kachaka (Doyen de la faculté des sciences agronomiques de l’Université de Kinshasa, FASA-Unikin), le professeur Jean-Pierre Mate (secrétaire académique de l’École Régionale Postuniversitaire d’Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et des Territoires Tropicaux, ERAIFT),  le Révérend Père Michel NTangu Kinsau (Directeur général de l’Institut supérieur agro-vétérinaire,  ISAV-Kimwenza), et Monsieur l’abbé Matthieu Mwila (Directeur général de l’Institut supérieur d’études agronomiques, ISÉA-Tshéla). L’atelier était animé par Dr François Marquis, chargé d’enseignement à l’Université Laval. Dr. Gilles Cotteret, coordonnateur au projet FOGRN-BC et professeur Damase Khasa, directeur du projet, ont représenté l’équipe du projet à l’Université Laval.


Le 14 décembre 2013 a été la journée mémorable de clôture du projet sous la co-présidence de son Excellence M. Jean-Carol Pelletier, Ambassadeur du Canada en RDC et du Secrétaire Général Académique de l’Université de Kinshasa, Monsieur le Professeur Prosper Kanyankogote Mpagazehe agissant au nom du Recteur (photo de famille de la journée de clôture en haut). Après le mot de bienvenue à l’ERAIFT, prononcé par le professeur  Jean-Pierre Mate au nom du Directeur M. Baudouin Michel, le professeur Damase Khasa a présenté le bilan final du projet FOGRN-BC et de ses réalisations. Cette présentation fût suivie des discours du Doyen de la faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG), Prof Robert Beauregard, représentant de l’Université Laval; du représentant des étudiants bénéficiaires du projet, Ingénieur Prince Baraka Lucungu;  du Doyen de la faculté des sciences agronomiques de l’Université de Kinshasa, prof Claude Kachaka, représentant des institutions bénéficiaires; du Secrétaire général académique de l’Université de Kinshasa; et de son excellence Monsieur l’Ambassadeur du Canada en RDC. Le MAECD qui a financé le projet était représenté par Mme Sandra Choufani, Conseillère et Chef de la Coopération à l’Ambassade du Canada à Kinshasa et Monsieur Vincent Makaya, directeur de l’Unité d'appui à la coopération canadienne en RDC. La GIZ, partenaire stratégique pour le cofinancement local du projet était représentée par Monsieur Martin Makumbu Nsaka, coordinateur de la cellule d’appui de la stratégie 2020 et par Madame Sarah Mambu Nzinga, Experte technique en formation formelle et integration pédagogique des TIC du Programme Biodiversité et Forêts (PBF)/GIZ. L’après-midi était consacré au forum d’echanges avec la présentation des posters des étudiants en prelude des journées scientifiques de la faculté des sciences agronomiques, organisées du 16 au 18 Décembre 2013 sur le thème: ‘Eaux, Forêts et Environnement pour une gestion durable de notre biodiversité’, sous la co-présidence des doyens Claude Kachaka (FASA-Unikin) et Robert Beauregard (FFGG-U.Laval) et sous la coordination du professeur David Mayele Kipoy (photo de famille en haut).


En fin du projet, nous avons entre autres relancé la formation universitaire et technique en foresterie en RDC avec comme résultats des programmes et des cours rénovés, 104 ingénieurs de conception des eaux et forêts et 37 ingénieurs techniciens diplômés d’ici fin décembre dont plus de 30% de femmes partant d’une situation initiale où il n’y avait qu’une dizaine d’ingénieurs actifs dans le pays. Le renforcement de la formation universitaire et technique s’est aussi poursuivi au Cameroun (Université de Dschang, ENEF-Cameroun de Mbalamayo) et au Gabon (ENEF-Gabon du Cap Esterias) avec environ 15 à 20 diplômés par institution par an. L’ISAV-Kimwenza a continué le développement de son programme de licence et maîtrise professionnelle en agroforesterie en système LMD avec l’appui de la stratégie nationale 2020 en RDC pour la formation en gestion des ressources naturelles renouvelables, supportée par la GIZ.


Le projet FOGRN-BC a ainsi jeté les bases de trois pôles d’excellence de formation et de recherche dans les trois pays-cibles (Cameroun, Gabon, RDC) avec le soutien du RIFFEAC, dont l’effet multiplicateur permettra de répondre aux besoins de développement durable de leurs collectivités respectives et de toute la sous-région;


Le projet a aussi contribué à la pérennisation des résultats par la formation de formateurs dont un docteur de l’Université Laval formé en pathologie forestière, Dr Joseph Djeugap Fovo pour l’Université de Dschang. Neuf autres étudiants-chercheurs devraient compléter leur doctorat en 2014. Nous regrettons toutefois le décès de deux de nos boursiers : Florent Kangueja de la RDC, ancien étudiant de l’Université Laval  et Moise Bambot du Cameroun, ancien étudiant de l’Université Stellenbsoch en Afrique du Sud.


 2) Le projet PEFOGRN-BC


Le projet PEFOGRN-BC a pour objectif global de renforcer les actions en matière de formation et de recherche dans les pays de l’espace COMIFAC en vue de réduire la déforestation et la dégradation des ressources naturelles. Après son démarrage officiel à Yaoundé du 4 au 9 juillet 2011 en présence de tous les partenaires du projet et sous la co-présidence du Secrétaire exécutif de la COMIFAC, M. Raymond Mbitikon et du Chef d’équipe et Expert Forêts et Climat - FFBC- OSAN, M. Pierre Nguinda, la deuxième année a vu le déploiement des différentes activités de quatre différentes composantes du projet (1. Activités de coordination du RIFFEAC, 2. Formation technique, 3. Formation universitaire et recherche, 4. Gestion du projet).


L’Université Laval et le Centre d’Enseignement et de Recherche en Foresterie de Sainte-Foy Inc. (CERFO) ont travaillé conjointement pour livrer tous les résultats attendus de la composante 1. Le CERFO a livré les programmes de formation technique en opérations forestières et industrie du bois et travaille sur le dernier programme en conservation de la faune. En ce qui concerne la composante 3, l’Université Laval a livré les programmes de formation universitaire de licence en opérations forestières  et industrie du bois ainsi que 4 programmes de maîtrise dans les pôles d’excellence (agroforesterie à l’U.Dschang, politique  et gouvernance forestières à l’Unikin, sciences du bois et génie du bois à l’ENEF-Gabon) en suivant la reforme LMD. Les différents programmes et plans des cours ont été validés par les partenaires de la sous-région lors d’un atelier tenu du 5 au 10 Novembre 2013 à Libreville.  Les programmes harmonisés seront adoptés officiellement lors d’un atelier sous la présidence du secrétaire exécutif de la COMIFAC en février 2014. En attendant, le programme de maîtrise en politique  et gouvernance forestières et celui en sciences du bois ont déjà démarré respectivement à l’Unikin et à l’ENEF-G en Novembre 2013 tandis que celui en agroforesterie le sera janvier 2014. Dans le cadre du suivi de la mise en oeuvre des actions conjointes de l’accord cadre signé les 12 novembre 2008 et 30 janvier 2009 entre l’ENEF-G et l’Université Laval de Québec au Canada et en vue d’accompagner efficacement ENEF-G comme pôle d’excellence sous-régionale en sciences et génie du bois dans le cadre du projet PEFOGRN-BC, monsieur le Doyen de la FFGG de l’Université Laval, a effectué une mission à Libreville du 09 au 11 décembre 2013 en compagnie du professeur Khasa. Cette mission de coopération technique et scientifique a permis la rencontre avec les hauts reponsables gabonnais notamment son excellence M. Gabriel Tchango, Ministre des eaux et forêts ainsi que le personnel de son cabinet; le conseiller spécial du president de la République gabonaise chargé de missions, professeur Patrick Mouguiama-Daouda et son équipe; le vice-recteur adjoint de l’Université Omar Bongo (UOB), professeur Jean-Jacques Tony Ekomie ainsi que Dr Serge Loungou, conseiller du recteur et ses collègues du department de géographie pour le développement d’un partenariat stratégique ENEF-UOB-LAVAL en formation des formateurs via des thèses en cotutelle. Les échanges à différents niveaux (Ministère et Présidence) ont été trés productifs et constructifs concernant le programme de délocalisation des grandes écoles (PRODIGE) pour une meilleure prise de décision concernant la délocalisation de l’ENF-G à Makokou. La mission a aussi discuté de la possibilité de signature d'une entente entre les gouvernements du Québec et du Gabon. Nous sommes très reconnaissants au Dr Marcellin Nziengui et l’équipe de l’ENEF-G pour avoir préparé et accompagné cette mission à toutes les rencontres.


À l’issue de la mission de formation et de recrutement aux études supérieures (Doctorat et Maîtrise) des étudiants auprès des institutions bénéficiaires du 20 au 26 novembre 2011, au CRESA-Bois et forêts, Yaoundé, avec la participation active des deux canadiens (professeur André Desrochers et Dr Marc Mazerolle), du Coordinateur du RIFFEAC (Dr Ibrahim Sambo) et de la cellule d’exécution du projet PEFOGRN-BC à Yaoundé, dix étudiants au doctorat et 3 étudiants à la maîtrise sont en cours de  formation à l’Université Laval depuis l’automne 2012. Trente autres étudiants à la maîtrise et vingt étudiants au doctorat effectuent leurs études supérieures dans les institutions de référence de la sous-région (ERAIFT, Université de Dschang, Université de Kinshasa, ENEF-Gabon).


En appui à la composante 4, le CERFO et l’Université Laval ont participé à Douala-Cameroun du 21 au 24 mars 2013 à la réunion du comité pilotage présidé par le secrétaire exécutif adjoint de la COMIFAC, M. Martin Tatoum, ainsi qu’à la réunion du comité technique de suivi du projet (CTSP) et à l’assemblée générale du RIFFEAC présidée par le M. Jean - Claude Nguinguiri (fonctionnaire forestier de la FAO) et président du conseil d’administration du RIFFEAC.  Le CERFO et l’Université Laval ont également participé du 04 au14 novembre 2013 à la mission de revue à mi-parcours à Yaoundé-Cameroun, dirigée par M. Pierre Nguinda de la BAD et à laquelle était associée M. André Kamga, assistant aux décaissements (BAD) et M. Bah Alhassane, consultant en gestion financière  (BAD). L’objectif global de la mission était d’examiner la mise en œuvre du projet et de formuler des recommandations nécessaires pour faciliter la poursuite de son exécution.

 

3) Autres projets satellites et nouveaux partenariats



L’année 2013 a aussi été très fructueuse en termes de développement des nouveaux projets et partenariats :



1.  Projet IFMA: La proposition de stages internationaux en foresterie, encadrés par l’Université Laval, dans le cadre du programme de contribution de l’Initiative pour un réseau de forêts modèles en Afrique (IFMA) et du Secrétariat du Réseau Africain de Forêts Modèles (SRAFM) a permis de financer deux postes de stage des étudiants de l’Université Laval dans la Forêt modèle en construction au Rwanda et 24 stages d’étudiants africains dans les forêts modèles au Cameroun, en RDC, Congo-Brazzaville, République Centrafricaine et au Rwanda. L’Université Laval a aussi été invitée à la première conférence africaine des forêts modèles (12-15 mars 2013) à Yaoundé-Cameroun, organisée par le RAFM et qui a attiré  plus de 500 participants dont un prix Nobel de la paix. Laval agit aussi en tant qu’organisation tierce pour accompagner la recherche et la formation dans le consortium RAFM-Cuso International-RIFM (Réseau International de Forêts Modèles) formé en 2013 pour l’élaboration, le financement et la réalisation d’un projet de réduction de la déforestation et de la pauvreté dans le Bassin du Congo s’appuyant sur les Forêts Modèles de la sous-région.



2.  Projet OIBT : Grâce au financement de l’Organisation Internationale des Bois Tropicaux (OIBT) obtenu par le RIFFEAC, ce dernier a demandé l’expertise de l’Université Laval et du CERFO pour le développement de 6 modules de formation à savoir:  1) Aménagement forestier durable: vue d’ensemble, 2) Facilitation des choix stratégiques du plan d’aménagement, 3) Conservation de la biodiversité dans les concessions forestières d’Afrique centrale, 4) Aménagement forestier dans le cadre des stratégies REDD en Afrique centrale, 5) Mise en œuvre et le suivi des plans d’aménagement forestier, 6) Inventaire multi-ressources. Le développement de ces modules OIBT est maintenant complété. Le RIFFEAC a organisé des ateliers des groupes thématiques de travail (GTT) en août-septembre 2013, et prépare un troisième et dernier atelier OIBT lors du Comité directeur de projet en février 2014.



3.  Projet d’appui au renforcement des capacités des professionnels et universitaires en gestion durable des forêts du bassin du Congo en Afrique Centrale : Ce projet financé par le MAECD a permis l’organisation conjointe par l’Université Laval, l’Université du Québec à Chicoutimi et l’Université de Dschang d’une université de formation continue en gestion des ressources naturelles à Dschang du 14 janvier au 1er février 2013. La thématique 2013 était : « La gestion du carbone dans le paysage forestier et agroforestier tropical ». Vingt-six (26) apprenants ont participé à l’université de formation continue, dont six étudiants de deuxième et troisième cycles de l’Université Laval et vingt (20) professionnels de la forêt (points focaux-climat et autres professionnels) provenant de 10 pays, dont 08 pays de la COMIFAC. Les négociateurs et points focaux-climat des pays du BC ont été favorisés en tenant compte de la sexospécificité, quinze places dont les points focaux ont été subventionnées par le projet et le bureau international de l’Université Laval, 6 apprenants de la société civile ont été pris en charge par l’UICN, 3 apprenants par le PBF/GIZ-RDC, et deux enseignants de l’Université  de Dschang par le RIFFEAC.  Les principaux formateurs étaient Drs Jean François Boucher, Sylvie Bouchard et Sibi Bonfils (Université de Québec à Chicoutimi), Vincent Poirier et Damase Khasa (Université Laval), Louis Zapfack (Université de Yaoundé) et Mr. Benjamin Toirambe Bamoninga (Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme (MECNT) en RDC et chercheur au Laboratoire de Biologie du bois et Xylarium, Musée Royal pour l'Afrique Centrale à Tervure, Belgique). L’organisation et la coordination de cette université ont été assurées par le prof Martin Tchamba de l’Université de Dschang et Mme Stéphanie Dubé-Desrosiers de l’Université Laval. Le magazine bimestriel Afrique Environnement Plus (Édition Mars-Avril 2013) consacré à la 12ème réunion des Partenaires du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo tenue à Douala du 20 au 22 mars 2013, a publié un dossier special sur cette université de formation continue,  l’atelier REDD+ en Afrique centrale, organisé par l’union internationale de la conservation de la Nature (UICN-Cameroun) du 27 février au 2 mars 2013 à Douala à l’intention des acteurs de la société civile et la 1ère conférence africaine des forêts modèles tenue à Yaoundé du 12 au 15 mars 2013, sous le thème: « L’Afrique émergente : Gouvernance et changement climatique, innovation et business social vert ».



4.  UICN -Laval : La FFGG de l’Université Laval par la biais de son ONG Foresterie Sans Frontières a participé au développement d’outils et matériel de formation des acteurs de la société civile lors de l’atelier, organisé du 27 février au 2 mars 2013 à Douala par UICN-Cameroun pour une meilleure participation des parties prenantes dans les activités REDD+ aux niveaux national, sous-régional et international. Une étudiante à la maîtrise de l’Université Laval sous la direction des professeurs Damase Khasa et Nancy Gélinas, Mme Anne Bernard, a participé activement avec l’équipe de l’UICN dirigée par Mme Camille Jepang et M. Remi Jiagho dans le développement d’un outil simplifié sur la REDD+ plus et d’autres outils appropriés pour un plaidoyer efficace sur la REDD+. Une nouvelle entente de collaboration est en cours pour la la réalisation d’une formation en vue de renforcer les connaissances sur les marchés de carbone et les capacités en négociation dans le cadre du projet ‘Appui à la participation multi acteurs au processus REDD au Cameroun, au Congo, au Gabon, et en RCA’, financé par le fonds pour les forêts du bassin du Congo.



5.  Autres parternariats: Laval a effectué en juin 2013 une mission exploratoire  auprès de NORAGRIC (Université norvégienne des sciences de la vie à Ås), NORAD, KfW Entwicklungsbank et GIZ (Centre de développement de compétences pour l’Afrique) en vue de stimuler la synergie entre les différents projets de formation et de recherche et les collaborations inter-universitaires. Une proposition d’un consortium Université de Wisconsin  à Madison-Université du sud de la Floride–Université Laval a aussi été mis en place en octobre 2013  pour le renforcement des capacités en gestion intégrée et entrepreneuriale de ressources naturelles dans le bassin du Congo.

 

4) Coordination et gestion des projets


1.  Au niveau de l’ACA: Mme Marie-France Gévry et Dr Gilles Cotteret ont continué leurs  fonctions respectives de chargéede projet - Volet Universitaire – du projet PEFOGRN-BC et de coordinateur et administrateur aux deux projets (FOGRN-BC et PEFGRN-BC). M. Mahamadou Garba Abdou a terminé son contrat avec Oxfam-Québec comme conseiller en développement au projet FOGRN-BC à Kinshasa (RDC) en juillet 2013. Ce dernier a pris de nouvelles fonctions de coordinateur de projet MRK financé par les Fonds Canadiens pour la Résilience Climatique en Afrique du MAECD  et dont la direction est assurée par M. Axel Alliez du Campus d’Alfred (Université de Guelph).

2.  RIFEAC : M. Fogaing Junior Roméo et Mme Désirée Nkinkwa ont assuré respectivement leurs fonctions de chargé du projet PEFOGRN-BC et de conseillère technique OIBT/RIFFEAC, chargée de la communication. Dr. Ibrahim Sambo assure la coordination régionale du RIFFEAC depuis 2011.

3.  ENEF-Gabon : Le Directeur général Dr Marcellin Nziengui a été promu Conseiller du Ministre des eaux et forêts  (Foresterie-Géomatique-Environnement). En attendant la nomination d’un nouveau DG, l’étudiant au doctorat à l’Université Laval, M. Armand Yvon Mengome Ango a été nommé Directeur général adjoint. Ailleurs, les responsables de nos institutions partenaires sont restés en place.

 

5) Stratégie de communication et de visibilité des projets


1.  Le site web du projet (http://www.projetfogrn-bc.ulaval.ca/) a été revu et mis à jour pour servir de vitrine électronique. Il fait l’objet d’une constante alimentation par la cellule d’appui du projet. Le projet FOGRN-BC reste visible chaque année par l’exposition d’un kiosque au salon de la forêt lors des semaines des sciences forestières et du développement international ainsi que lors du colloque du Centre d’étude de la forêt (CEF).

6.  Depuis le 20 août 2012, l’Université Laval est devenue un des quelques 70 membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). En effet, l’Université Laval par le biais de la FFGG a contribué  au cours de quatre dernières décennies et continue de contribuer directement aux axes stratégiques 7«Renforcement des capacités, Participation des acteurs, Information, Formation»et 8 «Recherche-Développement» de 10 axes inscrits dans le Plan de convergence de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC). Comme membre, l’Université Laval a participé activement avec le RIFFEAC à l’organisation du marché d’informations sur la formation forestière et environnementale dans le bassin du Congo lors de la 12ème Réuniondes Partenaires (RdP) du PFBC à Douala-Cameroun du 18 au 20 mars 2013 et lors de la 13ème RdP du PFBC à Libreville (Gabon) du 1er au 4 décembre 2013avec la facilitation américaine. Au cours de cette 13ème Réunion, le professeur Aliko Songolo de l’Université de Wisconsin à Madison a présenté le consortium Université de Wisconsin  à Madison-Université du sud de la Floride–Université Laval mis en place en octobre 2013. Le facilitateur américain M. Matthew V Cassetta a salué cette nouvelle initiative et souhaité l’élargissement de ce consortium à d’autres universités du Nord qui travaillent dans le bassin du Congo. 

 

6) Conclusion



1.  Dans l’ensemble, la mise en œuvre des projets FOGRN-BC, PEFOGRN-BC et autres projets satellites a suivi une bonne progression pour l’atteinte des résultats escomptés. Le projet FOGRN-BC se termine officiellement en décembre 2013. L’année 2014 verra la poursuite des accomplissements majeurs attendus du projet PEFOGRN-BC aux nivaux des volets technique et universitaire et nous ne ménagerons aucun effort pour y arriver. Au nom de toute l’équipe du projet FOGRN-BC à Laval, le CERFO, la coordination du RIFFEAC et tous nos partenaires dans le bassin du Congo, au Canada et ailleurs, j'aimerais saisir cette occasion pour vous souhaiter ainsi qu'à tous vos proches et chers mes meilleurs souhaits de paix, de santé, de bonheur et de prospérité pour la nouvelle année 2014.

 

 

Sincèrement vôtre,

 

 

Damase Khasa

Professeur titulaire et directeur du Projet FOGRN-BC et chef du Projet PEFOGRN-BC-Volet Universitaire

Université Laval



Images credits:FOGRN-BC

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC