La visite du facilitateur du PFBC à Yaoundé : courte mais fructueuse

 

docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-Gaston.jpg

 

 

Yaoundé 14 septembre 2011 : La troisième visite du Facilitateur dans le Bassin du Congo reste marquée entre autres par une retraite interne de mise à jour du plan de travail  de la Facilitation,  une réunion d’échanges des partenaires du PFBC présents à Yaoundé sur l’état de mise en œuvre de la feuille de route et les grands défis de l’heure sur la recherche scientifique dans le Bassin du Congo et des séances de travail ciblés avec certains partenaires qui l’ont demandé.

 

Lire le compte rendu en version PDF

 

 

 

Grandes conclusions:


 ♦ Il a été proposé par un partenaire que le PFBC retienne deux ou trois questions convergentes et travaille sur ces thèmes sans dispersion: «Il faut un fil minimum conducteur qui réunisse les partenaires et les pays de la COMIFAC».

♦ Il a été rappelé que le rôle du PFBC ♦ n’est donc pas de résoudre les problèmes mais d’apporter un appui -  travailler sur ce qui est convergent et structurer le dialogue sur les sujets que les pays développent. «Le cadre de coopération des partenaires est la base de ce dialogue». 

♦ Le CIFOR a expliqué qu’il a plusieurs outils de valorisation notamment les « notes de breffages sur les politiques », «revues par les paires», Polex… . Il a encouragé les partenaires à être demandeurs de ces outils.

♦ Il a été recommandé qu’un groupe consultatif de dialogue sur la Recherche soit mis en place dans le Bassin du Congo  et lequel conviendra d’un agenda de recherche pour la sous-région.

♦ Il a été relevé que l’IRD devra appuyer la COMIFAC dans la mise en place en collaboration avec d’autres institutions de recherche (Cifor, Cirad, …), d’une coordination pour la recherche au sein de la COMIFAC et dans son rôle de coordination de la recherche

♦ La Facilitation a annoncé la tenue en fin février prochain  de la réunion des partenaires du PFBC (ex-CCR).

 

Prochaines étapes

 

♦ La Facilitation encouragera la planification d’une réunion des partenaires avec la COMIFAC sur un programme de recherche harmonisé qui répondrait aux besoins de la COMIFAC ;

♦ La Facilitation travaillera avec les partenaires et la COMIFAC pour que soit esquissé un agenda de recherche sur les questions forestières.

 

A) Réunion des Partenaires


docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-Ens1.jpgLa réunion des partenaires s’est tenue dans la salle du Bureau d'Appui à la Coopération Canadienne à Yaoundé (Cameroun), le 14 septembre 2011 de 14 :00 à 17:00. Elle était organisée par la Facilitation du PFBC avec l’appui du Gouvernement du Canada. Une quarantaine de participants composée principalement des membres du PFBC ont pris part aux travaux qui portaient sur les points suivants: (1) Présentation des participants (2) Introduction sur l’état d’avancement de la mise en œuvre de la feuille de route de la Facilitation 2010-2012 : priorités et perspectives (3) Stratégie de recherche scientifique sur les écosystèmes forestiers en Afrique centrale par l’IRD (4) Résultats de recherches sur  l’adaptation aux changements climatiques en Afrique Centrale par le CIFOR.

 

 

1. Présentation des participants


docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-Ens4.jpg

 

Avant de débuter la réunion, le Facilitateur a invité chaque personne présente à prendre la parole à tour de rôle pour se présenter suivant la fonction et les responsabilités. De cet exercice les participants ont noté la pertinence du caractère multi-acteur  qu’est le PFBC par la diversité et la complexité des acteurs justifiant la construction du partenariat. Il s’est agi des représentants des pays, des organisations intergouvernementales membres du PFBC, des organisations non-gouvernementales, des instituts de recherche et des membres adhérents du secteur privé.

 

 

 

 

2. Introduction sur l’état d’avancement de la mise en œuvre de la feuille de route de la Facilitation 2010-2012 : priorités et perspectives


Abordant le deuxième point à l’ordre de jour, le Facilitateur du PFBC est revenu sur le bien fondé de la réunion des partenaires du PFBC. Il est revenu  sur le cadre de coopération, la vision, la mission, les valeurs et les objectifs opérationnels du PFBC. Il a à cet effet plaidé pour que le  PFBC  se les approprie. Il a rappelé que le PFBC offre un cadre de coopération qui se traduit en un espace non contraignant de dialogue et de concertation et qui peut aider chaque partenaire à atteindre ses propres objectifs. Ainsi, M. Grenier a rappelé la vision du PFBC : « Les Ecosystèmes Forestiers d’Afrique Centrale sont gérés durablement, les ressources de la biodiversité sauvegardées pour le bien-être des populations par la mutualisation des contributions techniques edocs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-JC.jpgt financières des partenaires ». Concernant la mission axée sur  l'harmonisation des interventions des partenaires », il a souligné que celle-ci devait s’accomplir en réunissant les membres du PFBC autour des 10 axes du Plan de Convergence, en facilitant la compréhension de chacun de ces axes par les membres et en faisant circuler l'information entre les partenaires. Au sujet des principes directeurs du PFBC, il a relevé « le respect des opinions diversifiées des partenaires, le respect des connaissances acquises (locales et/ou  scientifiques et  la distribution équitable des bénéfices ». Au niveau opérationnel, M. Grenier a mis l’accent sur le rôle de la Facilitation qui est l’harmonisation et  la coordination des interventions des partenaires en vue de l’amélioration de l’efficacité des contributions techniques et financières des Partenaires. Pour finir ce point à l’ordre de jour, il a exposé les résultats obtenus par la Facilitation du PFBC depuis le dernier comité consultatif régional du PFBC de Bujumbura (25-27 mai 2011) en décrivant l’appui et les contributions de la Facilitation sur des thématiques diverses dans le Bassin du Congo, notamment le Mécanisme de financement autonome de la COMIFAC, les Groupes de Travail COMIFAC, les évènements en marge des réunions internationales et des conventions et la CEFDHAC. Soulignant les défis, il a parlé des difficultés liées à l’harmonisation des politiques, les conflits  sur la certification des bois en provenance du Bassin du Congo et les problèmes de participation de la société civile. Il a réitéré que l’absence d’une représentation forte et d’un lobby efficace de la société civile auprès des instances politiques retardait la mise en place d’une bonne gouvernance dans la gestion des écosystèmes forestiers.

 

docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-Ens2.jpgDans la suite de son intervention, le Facilitateur du PFBC, M. Grenier a laissé place à des échanges centrés essentiellement sur les attentes des partenaires de la Facilitation. Un sujet central de discussion a porté sur le dilemme dont est sujet la Facilitation : d’une part les pays de la COMIFAC attendant et souhaitant que de l’action du PFBC et de sa Facilitation découlent des ressources financières pour les États et d’autre part, les partenaires  techniques et financiers réclamant de ces États des manifestations concrètes d’une volonté politique envers la COMIFAC en commençant par un soutien financier adéquat. Le défi est de voir comment concilier ces attentes.

 

Une autre question: Le PFBC doit- il devenir un véritable champion pour les changements stratégiques requis dans la gestion durable des forêts au niveau sous-régional ou alors ce rôle relève-t-il principalement de la COMIFAC ? Quelle est la valeur ajoutée du PFBC et n’y aurait-il pas d’institution sous régionale qui pourrait jouer  ce rôle avec succès ?

 

docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-Ens3.jpgOuvrant ainsi le débat, un intervenant a souligné la difficulté d’harmoniser les interventions  au niveau des pays tout comme au niveau des partenaires. Dans ce sens, le rôle de la Facilitation est un boulot  « ingrat ». Un participant a appelé à l’application du principe de subsidiarité qui consiste à prendre les décisions au niveau  le plus local possible au milieu des partenaires afin de prévenir les doublons dans les activités. Il a cité comme exemple le cadre de concertation des partenaires du MINFOF au Cameroun pour relever qu’il y a très peu de visibilité dans les pays des contributions des organisations sous régionales, dont la COMIFAC, dans les pays. Un autre participant intervenant à sa suite a rappelé que la COMIFAC tout comme le PFBC sont des « constellations ». Dès sa naissance le PFBC s’est mis en place ayant en son sein des intérêts difficiles à réconcilier et des sons discordants. Il est donc urgent pour le PFBC de retenir deux ou trois questions convergentes et de travailler sur ces thèmes sans dispersion : « Il faut un fil minimum conducteur qui réunisse les partenaires et les pays de la COMIFAC ».


Pointant  le manque de volonté politique effective des pays du Bassin du Congo, un participant a relevé qu’ « une volonté politique se traduit en ligne budgétaire » et non uniquement en discours. Au sujet de la valeur ajoutée du PFBC, plusieurs intervenants ont relevé que les plaintes des pays, liées au financement, ne sont ni  justifiées  ni  justes puisque depuis sa naissance en 2002, le PFBC a déjà attiré dans la sous région plusieurs financements. Certains des participants ont même relevé un problème de  sous consommation des crédits comme dans le cas du « Fonds commun » au Cameroun.

 

docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-Gender.jpgUne suggestion a été de réfléchir sur le renforcement des capacités  dans le Bassin du Congo afin d’attirer les financements : « C’est du rôle du PFBC de travailler à drainer des financements pour la sous région ».  A cet effet, les membres du PFBC devraient s’engager encore plus à renforcer les capacités des pays membres de la COMIFAC à aller vers les marchés financiers.  C’est d’autant plus urgent du fait que le flux financier (mobilisation des financements) vers le Bassin du Congo reste très faible en comparaison des  financements allant vers les autres bassins forestiers tropicaux.

 

Un des intervenants revenant sur l’historique a souligné que la COMIFAC a été créée sur la base du plan de convergence et que les partenaires techniques et financiers réunis au sein du PFBC s’étaient engagés pour appuyer la mise en œuvre du dit plan. Par conséquent, le rôle du PFBC n’est donc pas de résoudre les problèmes mais d’apporter un appui -  travailler sur ce qui est convergent et structurer le dialogue sur les sujets que les pays développent : «  Les pays de la COMIFAC se réunissent et définissent des thèmes  - Les partenaires apportent un appui dans la mise en œuvre ». Ainsi, il a proposé à la Facilitation, la nécessité de ramener ceux qui remettent en question le bien fondé du PFBC  vers le cadre de coopération des partenaires, une des missions essentielle de la Facilitation étant  de structurer le dialogue.


Clôturant cette session, le Facilitateur a rappelé au sujet de ces discussions, le document produit  par la Facilitation qui décrit explicitement les trois instances que sont la COMIFAC, le PFBC et la Facilitation.  Il a souligné la nécessité de continuer ces réflexions fortes et riches au courant de la prochaine réunion des partenaires du PFBC. M. Grenier a aussi lancé un appel aux partenaires en faveur  d’une réelle mobilisation autour des groupes de Travail COMIFAC qui pour la plupart souffrent d’un manque de parrainage constant et de financements sécurisés. En conclusion, les discussions constructives et les résultats concrets des échanges ont confirmé la contribution importante que le PFBC se veut d'apporter pour contribuer à la mise en œuvre la déclaration de Yaoundé.

 

3. Programme de recherche scientifique sur la zone forestière d’Afrique centrale de l’IRD et Résultats des travaux sur  l’adaptation aux changements climatiques en Afrique Centrale par CIFOR


Cette session de la réunion a été ponctuée de deux communications de deux organisations internationales de recherche scientifique présentes en Afrique Centrale. A cet effet, les participants ont écouté des exposés autour de l’axe « Recherche » de la COMIFAC à savoir: (1) Programme de recherche scientifique sur la zone forestière d’Afrique centrale de l’IRD (2)  Résultats des travaux sur  l’adaptation aux changements climatiques en Afrique Centrale par le CIFOR.

   

• Programme de recherche scientifique sur la zone forestière d’Afrique centrale de l’IRD

 

docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-IRD1.jpgCe thème a fait l’objet de deux présentations. La première sur l’IRD  par Dr. Xavier Garde, Représentant Résident de l’IRD pour le Cameroun - Gabon - Guinée Equatoriale-Congo-RD Congo – RCA, il a éclairé les participants sur cet organisme français de recherche, original et unique dans le paysage international de la recherche pour le développement. Insistant sur les principes, les activités et les priorités de l’IRD (lutte contre la pauvreté, migrations, maladies émergentes, changements climatiques et aléas naturels, accès à l'eau, écosystèmes). Concernant le dispositif IRD partenarial en Afrique centrale, Dr. Garde a souligné de nombreux projets financés par l’IRD et en partenariat avec des institutions françaises (ANR, ANRS, FSP, SEP) mais aussi avec l’UE et des partenaires du sud (Brésil : centre de formation lié à l’antenne satellitaire de Libreville), (Détails : voir présentation ci-dessous et description du Programme Pilote Régional (PPR)).

 

La deuxième présentation de l’IRD a été faite par Dr Pierre Couteron (Directeur de l’unité mixte de recherche Botanique et bioinformatique de l’architecture des plantes - (AMAP) à Montpellier)  et a porté sur l´orientation des recherches de l’IRD en zone forestière d’Afrique centrale autour du Programme Pilote Régional (PPR)< "Changements globaux, biodiversité et santé dans les forêts tropicales humides d’Afrique centrale  : PPR FTH-AC" >. Expliquant ce qu’est un PPR,  Dr. Couteron a souligné que c’est un programme de recherche pluridisciplinaire, co-piloté par l’IRD (opérateur et agence), correspondant thématiquement et géographiquement à une priorité stratégique de l’IRD et de ses partenaires du Sud et du Nord. C’est un ensemble coordonné d’objectifs scientifiques et d’actions de docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-IRD2.jpgrecherche et de formation, voire d’innovations, concernant une (ou exceptionnellement) plusieurs région(s) des zones Sud. La présentation de Pierre Couteron a aussi révélé que le PPR résulte d’une consultation des partenaires - réflexions préalables au PPR FTH-AC de novembre 2008 : Mission B. Dreyfus, X. Garde, P. Couteron (Gabon, Guinée, Cameroun) ;  entre autres en septembre 2009 - Mars 2010  contacts avec les partenaires d’Afrique Centrale ; Atelier « chercheurs » à Yaoundé (09/09) : 70 participants, venant de 6 pays africains, SE COMIFAC, Facilitation, PBFC, CIFOR, projet Tridom, UICN, WCS, WWF, etc. - 30 Mars 2011: Projet scientifique (« livre blanc ») soumis pour expertise au Comité Scientifique de l’IRD, puis validé en juin 2011. Le PPR est basé sur 6 thématiques de recherches novatrices :

 

♦ Axe 1 : Interactions paléo-environnements et peuplements humains anciens

♦ Axe 2 : Risque infectieux dans les environnements forestiers en mutation

♦ Axe 3 : Origine, Fonctionnement et Evolution de la Biodiversité

♦ Axe 4 : Interactions entre populations et ressources forestières

♦ Axe 5 : Impact de la variabilité climatique et des activités humaines sur les ressources en eau et en sols

♦ Axe 6 : Rôle de la végétation dans les cycles biogéochimiques (carbone, nutriments, métaux) et le cycle hydrologique.

 

A l’issue de ces deux présentations, un participant s’est demandé comment l’IRD pourrait -il mieux se coordonner avec les autres partenaires intervenant dans le secteur,  et comment au mieux utiliser les résultats des recherches. Les présentateurs ont expliqué que le PPR est un programme ouvert et non fermé. «L’IRD est là pour s’ouvrir et non se fermer au dialogue ». Il faut donc que  les partenaires discutent davantage sur le sujet afin de mieux se coordonner. Ils ont relevé l’importance de digitaliser et informatiser les résultats de recherches notamment les herbiers.

 

 

Résultats des travaux sur  l’adaptation aux changements climatiques en Afrique Centrale par CIFOR


docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-CIFOR.jpgSuivant la présentation de l’IRD, Dr. Denis Sonwa du CIFOR est revenu sur quelques réalisations dans le cadre de “Forêts du Bassin du Congo et Changements Climatiques » Cofcca et leçons pour le PFBC. Commençant par le contexte du projet, Dr. Sonwa a souligné par la suite l’objectif principal qui était  de « Contribuer aux processus nationaux d’adaptation aux changements climatiques à travers le développement des stratégies axées vers la politique qui assurent également l’utilisation durable des ressources de la forêt dans les forêts du Bassin du Congo objectifs du projet ». Il a énoncé les différentes phases du projet avant de relever le dialogue sur les sciences politiques, la formation des futurs cadres, le renforcement des capacités en communication, les activités pilotes d’adaptation et le lien avec d’autres priorités. A titre de conclusion, il a souligné que: (1) Un accent particulier mérite d’être mis sur la recherche scientifique et la formation des cadres en tenant compte du climat qui est changeant, (2) Dans les zones rurales sans assistance, il est difficile aux populations de faire face de manière durable aux effets des changements climatique,. (3) Travailler pour l’adaptation n’entrave pas les autres priorités de la sous région (conservation biodiversité, REDD+, etc.…), au contraire cela peut même les renforcer ».

 

A la suite de sa présentation, plusieurs questions ont été soulevées notamment sur la manière d’ intégrer les aspects d’adaptation dans les Groupes de travail COMIFAC, les questions de communications moyennant des systèmes d’alertes précoce, centre d’écoute, animation blog, formation des journalistes…, dialogue science et politique : « Comment donner un sens à cette recherche et de la substances aux décideurs, voir comment communiquer ? Qu’est ce qu’on fait des résultats de recherches ? Est ce que les résultats des recherches sont restitués sur le terrain ? » - Relevant la nécessité de valoriser les résultats des recherches, Dr Sonwa a expliqué que le CIFOR a dans son ensemble plusieurs outils de communication et de valorisation des résultats de recherches notamment les « notes de breffages sur les politiques », « revues par les paires », Polex… « Pour que les résultats de recherche soient importants pour les politiques, il faut que ces derniers soient demandeurs »,  a tenu à souligner un participant.

 

A l’issue des échanges intenses et fructueux des présentations de l’IRD et du CIFOR, les participants ont recommandé qu’un agenda de recherche sous régional soit esquissé sur les questions forestières et accepté par tout le monde. Au cours de la prochaine réunion du PFBC, il a été recommandé une grande concertation sur les questions de recherche -  Une réunion qui rassemblerait les chercheurs, les partenaires intéressés pour définir un agenda de recherche. Il a été relevé au cours des discussions que l’IRD devra appuyer la COMIFAC dans la mise en place d’une coordination pour la recherche au sein de la COMIFAC et appuyer la COMIFAC dans son rôle de coordination de la recherche.

 

4. Conclusion de la réunion


docs/doc_intern/RDP 2011-yaounde/Facilitation-Photo-RDP-Thank.jpgLe Facilitateur a remercié les experts scientifiques qui ont montré à travers leurs présentations divers  besoins de  recherche scientifique en Afrique centrale. Il a noté qu’il y a un appétit réel pour la  recherche scientifique au niveau des partenaires et a encouragé que la discussion se poursuive. M. Grenier a lancé un appel à tous les partenaires du PFBC de profiter de toutes les occasions pour plaider en faveur de la mise en œuvre de l’axe recherche de la COMIFAC. Il a souhaité qu’une réunion des partenaires avec la COMIFAC pour un programme de recherche harmonisé qui répondrait aux besoins de la COMIFAC soit programmée : « Il est urgent qu’un groupe consultatif de dialogue sur la Recherche soit mis en place qui conviendra d’un programme de recherche et qui sera confié aux partenaires de recherche qui en ont la capacité ».

Le Facilitateur a souligné que toutes les discussions de la réunion étaient utiles et intéressantes et a remercié tous les partenaires pour leur participation massive et active aussi bien que leurs différentes contributions qui sont bienvenues dans la consolidation du Partenariat. En terminant, il a annoncé la tenue en fin février prochain  de la réunion des partenaires du PFBC (ex-CCR).

 

B) Retraite interne


L’équipe de la facilitation a organisé une retraite interne visant entre autres à harmoniser la vision  de la facilitation du PFBC et de contribuer effectivement  à la mise en œuvre de la feuille de route à travers  la communication interne et externe , le partage de leçons apprises sur la Facilitation   canadienne et les  échanges sur les synergies entre la facilitation et  les autres programmes sous-régionaux . La retraite  a permis aussi  d’aborder en plusieurs séances des  points stratégiques tels que la  vision et d’objectifs opérationnels, l’analyse du rapport un an après le lancement de la facilitation  canadienne, l’actualisation du plan d’activité, la communication, les dossiers thématiques prioritaires et stratégiques en cours , la préparation de la  prochaine réunion des partenaires, les perspectives et les actions novatrices comme Rio+20, le 10ème anniversaire du PFBC et les opportunités pour la nouvelle facilitation du PFBC.

 

 

C) Séances de travail ciblées

L’équipe de la Facilitation  a en outre organisé des séances  de travail avec le SE de la COMIFAC ; le US Forest Service, le WWF sur les axes de collaboration  et leur contribution à la mise en œuvre de la feuille de route.

 

Lire le compte rendu en version PDF

 

Disponibles en téléchargement :

 

Agenda de la Réunion des partenaires du PFBC

Liste des participants

♦Document : Trois instances complémentaires

♦ Vision -  Principes-mission – objectifs opérationnel du PFBC

Présentation IRD (Cameroun - Gabon - Guinée Equatoriale-Congo-RD Congo – RCA) par Dr. Xavier Garde.

♦ IRD-Orientation des recherches de l'IRD en zone forestière d'Afrique centrale- Dr Pierre Couteron

CIFOR - Résultats des travaux sur  l’adaptation en Afrique Centrale – Dr. Denis Sonwa

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Adaptation aux changements climatiques : le Fonds d’Adaptation octroi le Congo une enveloppe de 5 milliards francs CFA

La République du Congo bénéficie du Fonds d’adaptation une enveloppe de 5 milliards de FCFA pour matérialiser le projet de renforcement des capacités d’adaptation au changement climatique des communautés vulnérables du Bassin du fleuve Congo, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

En savoir plus...

La boucle est bouclée: Le Cameroun emboite le pas à la RCA et au Tchad et signe les Protocoles Spécifiques !

Tout commence en décembre 2016 à Douala au Cameroun avec la 1ère Réunion des Experts Pays du Cameroun, de la RCA et du Tchad relative à l’élaboration des Protocoles Spécifiques (PS) aux Accords binational BSB et tripartite de Lutte Anti Braconnage Transfrontalier, notamment, le Protocole Spécifique de Lutte Anti Braconnage relatif à l’Accord de Coopération Tripartite Cameroun-RCA-Tchad de N’Djamena et le Protocole Spécifique Ecodéveloppement relatif à l’Accord de Coopération Binational Cameroun–Tchad.

En savoir plus...

AFORPOLIS A ne pas manquer - Appel à résumés

Cette conférence est organisée en collaboration avec l'Université de Göttingen en Allemagne et l'Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO). La conférence se tiendra à Accra, au Ghana, du 14 au 17 septembre 2020.

En savoir plus...

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 octobre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019