WWF Global : Les Chefs d’État se mettent ensemble dans le cadre de l’action des Nations Unies pour lutter contre les crimes perpétrés contre les espèces sauvages

 

New York (États-Unis), 26 septembre 2013 : Les efforts visant à lutter contre les crimes perpétrés contre les espèces sauvages reçoivent un gros coup d’accélérateur. des Chefs d'État et des ministres relèvent les impacts néfastes du braconnage et du trafic illicite des espèces sauvages.

Lors de la réunion la plus importante de l’année en matière de politique internationale, des gouvernements ont choisi de mettre en exergue le commerce illicite des espèces sauvages comme une menace majeure qui pèse contre la paix et la sécurité, l’état de droit et le développement mondial.

Le Président Ali Bongo du Gabon a plaidé pour la désignation d’un Envoyé Spécial des Nations Unies pour les crimes contre les espèces sauvages, ainsi que pour une résolution de l’AGNU. Cette position a été soutenue par le ministre britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth, William Hague, et le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, ainsi que d’autres représentants tels que le ministre norvégien de l’Environement.

 

« Les crimes contre les espèces sauvages ne constituent plus un simple problème environnemental, ils sont devenus un crime transfrontalier et une menace à la paix et la sécurité sur notre continent. » A déclaré le Président Ali Bongo

 

Le Président tanzanien, Jakaya Kikwete, a souligné le problème de la demande et a sollicité l’aide de la communauté internationale pour la fermeture des marchés.

 

Le ministre des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a indiqué que pour l’Allemagne, « il ne s’agit plus d’une mesure pour sécuriser des espèces menacées, il est plutôt question de contrecarrer la propagation du crime organisé et de se prémunir contre une militarisation non contrôlée. Cette situation est devenue un problème de sécurité transfrontalière ».

 

« Il s'agit d'une avancée dans la lutte contre les crimes fauniques et aujourd’hui, les pays ont démontré qu’ils sont sérieux dans la lutte contre le crime organisé, » a souligné Jim Leape, Directeur général de WWF International.

 

« Le trafic des espèces sauvages est désormais mieux organisé, plus lucratif, plus répandu et plus dangereux que jamais. Il constitue une menace à l’intégrité territoriale et à la sécurité et représente une invasion, ainsi qu’un vol des ressources naturelles, » a-t-il ajouté.

 

Cette réunion de haut niveau sous le thème, « Le braconnage et le trafic des espèces sauvages – un crime multidimensionnel et un défi croissant pour la communauté internationale », était abrité par les gouvernements d’Allemagne et du Gabon et a vu la participation de ministres et autres représentants de haut niveau venus du Tchad, de la Thaïlande, du Royaume-Uni, de la Norvège, la Belgique, des États-Unis et de Colombie.

 

Le Vice-secrétaire général des Nations Unis, Jan Eliasson, a présenté une introduction et le Directeur exécutif du Bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime, et le Secrétaire général de la Communauté Économique des États de l'Afrique Centrale, ont tous les deux pris la parole.

À la faveur d’un évènement organisé par la Clinton Global Initiative, des organisations de conservation, dont WWF, des gouvernements du monde ont annoncé un engagement de la CGI à agir à hauteur de 80 millions USD pour sauver les éléphants d'Afrique.

 

Au cours des trois prochaines années, les parties engagées, ainsi que leurs partenaires financeront et faciliteront des efforts conjugués et mettront à disposition des ressources pour la protection des principales populations d’éléphants contre le braconnage tout en réduisant le trafic et la demande d’ivoire.

 

Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous pour lire l’article intégral : WWF Global : Des Chefs d’État se mettent ensemble dans le cadre de l’action des Nations Unies pour lutter contre les crimes perpétrés contre les espèces sauvages

 

Photo : Le Directeur général de WWF International, Jim Leape s’exprimant lors d’un Panel de haut niveau aux côtés du ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, du Président Ali Bongo du Gabon, du Secrétaire Général du CITES, John Scanlon et du vice-secrétaire Général des Nations Unies, Jan Eliasson- crédit : http://wwf.panda.org/wwf_news/?210910/Heads-of-state-come-together-in-call-for-UN-action-to-combat-wildlife-crime

WWF-UNGA-Wildlife.pdf (115.9 KiB)

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC