Les arbres tropicaux grandissent en absorbant les émissions de carbone

Une équipe internationale de scientifiques a découvert que les arbres des forêts tropicales deviennent, en moyenne, plus grands. Ils stockent plus de carbone de l’atmosphère dans leurs troncs, ce qui fait retarder significativement la vitesse des changements climatiques.

Au niveau mondial, les arbres des forêts tropicales intactes absorbent presque 20% des émissions de CO2 dues aux combustibles fossiles.Les chercheurs démontrent que les forêts tropicales absorbent un chiffre étonnant de 4,8 milliards de tonnes de CO2 de l’atmosphère par an, y compris un puits de carbone en Afrique inconnu jusqu’à ce jour, qui séquestre 1,2 milliards de tonnes de CO2 de l’atmosphère par an. Publié dans le journal Nature, une étude des forêts tropicales d’Afrique – un tiers des forêts tropicales mondiales – menée sur 40 ans, démontre que les arbres tropicaux ont séquestré des quantités importantes de carbone de l’atmosphère, 0,6 tonnes de carbone à l’hectare/an, et ce depuis quelques décennies.

Les chercheurs ont ensuite comparé leurs données avec des données semblables d’Amérique et d’Asie pour évaluer l’importance du puits de carbone de l’ensemble des forêts tropicales. Les analyses sur 250,000 arbres mesurés démontrent qu’en moyen les zones de forêts tropicales piégent le carbone et qu’ils constituent un puits d’importance mondiale. 

«On reçoit un véritable cadeau de la nature. Chaque année les forêts tropicales absorbent environ 18% du CO2 rejeté dans l’atmosphère lors de la combustion des énergies fossiles, ce qui ralentit considérablement la vitesse des changements climatiques » dit le Dr. Simon Lewis, premier auteur de l’article, chercheur associé de la Société Royale du Royaume Uni à l’Université de Leeds. La raison que les arbres deviennent plus grands n’est pas évidente. Une hypothèse préférée est qu’il y a un effet nourrissant provoqué par l’augmentation du niveau de CO2 dans l’atmosphère. Mais le Dr. Lewis nous conseil que « n’import la cause, on ne peut pas toujours dépendre de ce puits. Même si on préserve toutes les forêts tropicales, les arbres ne peuvent pas continuer à agrandir ».

Le Panel Intergouvernementale sur les Changements Climatiques nous dit que les activités anthropiques émettent globalement 32 milliards de tonnes de CO2 par an, mais seulement 15 milliards de tonnes s’accumulent dans l’atmosphère et contribuent donc aux changements climatiques. Cette étude permet d’entrevoir la destination d’une partie de ces 17 milliards de tonnes de CO2 ‘perdus’.

« Nous savons qu’environ la moitié du carbone ‘perdu’ est absorbé par les océans », explique Dr Lewis, « et que l’autre partie l’est  aussi quelque part sur terre, dans la végétation et les sols, mais nous ne connaissions pas où exactement. Selon notre étude, près de la moitié des puits de carbone sur terre se situe dans les forêts tropicales ».

Cette étude est publiée au moment où la protection des forêts tropicales est de plus en plus soutenue, et qu’elle risque de devenir une des thématiques clés dans les négociations attendues à Copenhague vers la fin de l’année.  Le Dr Lee White de la Cellule des Changements Climatiques au Gabon, l’un des co-auteurs a dit « si on veut évaluer la valeur de ce puits, basée sur des prix réalistes pour une tonne de carbone, la séquestration de presque 5 milliards de tonnes de CO2 de l’atmosphère par les forêts tropicales intactes correspond à une valeur marchande de près de 19 milliards de dollars par an ».

« Comme les pays riches sont les grands pollueurs de la planète, ils devraient aider de manière substantielle les pays des forêts tropicales en voie de développement qui sont prêts à partager la responsabilité de lutte contre les changements climatiques afin de promouvoir la conservation et les stratégies novatrices de développement à faible taux d’émissions en carbone » dit Dr. Lewis. Ainsi se dessinent d’importantes implications pour la biodiversité des forêts tropicales car leur écologie va changer au fil du temps ; de nouvelles études sont nécessaires pour comprendre l’effet de l’augmentation de la  taille des arbres sur l’équilibre des millions d’espèces qui vivent dans les forêts tropicales.

Pour plus d’informations prière de contacter:
Simon Lewis, University of Leeds.  Email: s.l.lewis@leeds.ac.uk , Tel: +44 (0)113 343 3337, qui peut fournir les contacts des autres auteurs.

Clare Ryan, Bureau de presse, University of Leeds.  Email: c.s.ryan@leeds.ac.uk , Tel: +44 (0)113 343 8059
Lee White, Cellule des Changements Climatiques, République Gabonaise. Email : lwhite@uuplus.com Tel. +241 07840063

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Son Excellence François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année 2018 et vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2019 !

J’ai apprécié, au cours de cette année 2018, vos diverses contributions riches et variées qui ont enrichi notre Partenariat commun. Ensemble, nous avons encore avancé avec d’une part l'adhésion de plusieurs nouveaux membres, portant à 113 le nombre des membres du PFBC et d’autres part, nous disposons d’une « Déclaration de Bruxelles » adoptée au cours de la 18e Réunion des Parties du PFBC, laquelle culmine l’ensemble des efforts de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC à favoriser le dialogue, impulser l’action pour un leadership politique plus fort et plus adéquat du Partenariat...

En savoir plus...

Les forêts d’Afrique centrale peuvent aider à atténuer la crise globale de l’eau qui pointe à l’horizon selon un rapport de plus de 50 scientifiques de 20 pays.

Une crise globale de l’eau pointe à l’horizon. Exacerbée par la croissance démographique mondiale et le changement climatique dans plusieurs endroits du monde, elle s’approche à grands pas. Plus de 50 scientifiques de 20 pays ont contribué à une étude mondiale des liens entre forêts, eau, climat et êtres humains.

En savoir plus...

UN: Le changement climatique pousse l’Afrique vers le point de non-retour

« L'Afrique est à un tournant. Les nations ont connu une croissance économique, politique et sociale impressionnante au cours des dernières décennies. Mais les disparités entre riches et pauvres sont toujours là. La pauvreté, même si réduite, demeure un problème sérieux pour certains pays. Les changements climatiques, les sécheresses, les inondations, les variations des précipitations et les conflits ont le potentiel de faire échouer les mesures prises pour réduire la faim et  atteindre les objectifs énoncés dans l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 » , a déclaré Ahunna Eziakonwa

En savoir plus...

News.globallandscapesforum : L'urgence du changement climatique : un thème et non un courant sous-jacent

La nécessité de décentraliser la gouvernance - et en particulier de traduire la décentralisation en processus de développement par une « approche territoriale »  - a été répétée tout au long des forums de discussion et des plénières.

En savoir plus...

Fonds d’Adaptation : Pionnier d’actions efficaces sur le terrain

 Cette vidéo met l’accent sur les actions pionnières et efficaces du FA sur le terrain, basées sur ses trois piliers stratégiques : l’Innovation, l’Action et l’Apprentissage et le Partage.

En savoir plus...

Fern-Accords commerciaux et transparence - en construction : Mise à jour de l’APV Décembre 2018

Cette mise à jour de l’APV met l’accent sur les avantages déjà obtenus en termes de transparence, ainsi que sur les mesures qui doivent encore être prises. En termes de biodiversité mondiale, de climat, de maisons ancestrales et de moyens d’existence des populations qui dépendent des forêts, l’enjeu est de taille.

En savoir plus...

La RdP 30 a adopté 21 décisions portant sur, entre autres: les questions importantes pour l’entrée en vigueur en janvier 2019 de l’Amendement de Kigali sur les hydrofluorocarbones (HFC)

La trentième Réunion des Parties au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone (RdP 30) s’est tenue du 5 au 9 novembre 2018, à Quito, en Équateur. Plus de 500 délégués ont participé à la RdP 30, y compris 144 délégués des Parties au Protocole, les membres des organes consultatifs techniques du Protocole, ainsi que les représentants des agences et des programmes des Nations Unies, d’organisations régionales, de l’industrie et des organisations non gouvernementales (ONG).

En savoir plus...

Rapport général-Forum des parties prenantes sur la gestion durable des forêts et le développement des reformes de gouvernance en République Démocratique du Congo.

Il s’est tenu à Kinshasa/Gombe, dans la salle de conférence Pierre Claver, du jeudi 06 au samedi 08 décembre 2018, le Forum des parties prenantes sur la gestion durable des forêts et le développement des reformes de gouvernance en République Démocratique du Congo, sous les auspices du Ministère de l’Environnement et Développement Durable.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC