Les arbres tropicaux grandissent en absorbant les émissions de carbone

Une équipe internationale de scientifiques a découvert que les arbres des forêts tropicales deviennent, en moyenne, plus grands. Ils stockent plus de carbone de l’atmosphère dans leurs troncs, ce qui fait retarder significativement la vitesse des changements climatiques.

Au niveau mondial, les arbres des forêts tropicales intactes absorbent presque 20% des émissions de CO2 dues aux combustibles fossiles.Les chercheurs démontrent que les forêts tropicales absorbent un chiffre étonnant de 4,8 milliards de tonnes de CO2 de l’atmosphère par an, y compris un puits de carbone en Afrique inconnu jusqu’à ce jour, qui séquestre 1,2 milliards de tonnes de CO2 de l’atmosphère par an. Publié dans le journal Nature, une étude des forêts tropicales d’Afrique – un tiers des forêts tropicales mondiales – menée sur 40 ans, démontre que les arbres tropicaux ont séquestré des quantités importantes de carbone de l’atmosphère, 0,6 tonnes de carbone à l’hectare/an, et ce depuis quelques décennies.

Les chercheurs ont ensuite comparé leurs données avec des données semblables d’Amérique et d’Asie pour évaluer l’importance du puits de carbone de l’ensemble des forêts tropicales. Les analyses sur 250,000 arbres mesurés démontrent qu’en moyen les zones de forêts tropicales piégent le carbone et qu’ils constituent un puits d’importance mondiale. 

«On reçoit un véritable cadeau de la nature. Chaque année les forêts tropicales absorbent environ 18% du CO2 rejeté dans l’atmosphère lors de la combustion des énergies fossiles, ce qui ralentit considérablement la vitesse des changements climatiques » dit le Dr. Simon Lewis, premier auteur de l’article, chercheur associé de la Société Royale du Royaume Uni à l’Université de Leeds. La raison que les arbres deviennent plus grands n’est pas évidente. Une hypothèse préférée est qu’il y a un effet nourrissant provoqué par l’augmentation du niveau de CO2 dans l’atmosphère. Mais le Dr. Lewis nous conseil que « n’import la cause, on ne peut pas toujours dépendre de ce puits. Même si on préserve toutes les forêts tropicales, les arbres ne peuvent pas continuer à agrandir ».

Le Panel Intergouvernementale sur les Changements Climatiques nous dit que les activités anthropiques émettent globalement 32 milliards de tonnes de CO2 par an, mais seulement 15 milliards de tonnes s’accumulent dans l’atmosphère et contribuent donc aux changements climatiques. Cette étude permet d’entrevoir la destination d’une partie de ces 17 milliards de tonnes de CO2 ‘perdus’.

« Nous savons qu’environ la moitié du carbone ‘perdu’ est absorbé par les océans », explique Dr Lewis, « et que l’autre partie l’est  aussi quelque part sur terre, dans la végétation et les sols, mais nous ne connaissions pas où exactement. Selon notre étude, près de la moitié des puits de carbone sur terre se situe dans les forêts tropicales ».

Cette étude est publiée au moment où la protection des forêts tropicales est de plus en plus soutenue, et qu’elle risque de devenir une des thématiques clés dans les négociations attendues à Copenhague vers la fin de l’année.  Le Dr Lee White de la Cellule des Changements Climatiques au Gabon, l’un des co-auteurs a dit « si on veut évaluer la valeur de ce puits, basée sur des prix réalistes pour une tonne de carbone, la séquestration de presque 5 milliards de tonnes de CO2 de l’atmosphère par les forêts tropicales intactes correspond à une valeur marchande de près de 19 milliards de dollars par an ».

« Comme les pays riches sont les grands pollueurs de la planète, ils devraient aider de manière substantielle les pays des forêts tropicales en voie de développement qui sont prêts à partager la responsabilité de lutte contre les changements climatiques afin de promouvoir la conservation et les stratégies novatrices de développement à faible taux d’émissions en carbone » dit Dr. Lewis. Ainsi se dessinent d’importantes implications pour la biodiversité des forêts tropicales car leur écologie va changer au fil du temps ; de nouvelles études sont nécessaires pour comprendre l’effet de l’augmentation de la  taille des arbres sur l’équilibre des millions d’espèces qui vivent dans les forêts tropicales.

Pour plus d’informations prière de contacter:
Simon Lewis, University of Leeds.  Email: s.l.lewis@leeds.ac.uk , Tel: +44 (0)113 343 3337, qui peut fournir les contacts des autres auteurs.

Clare Ryan, Bureau de presse, University of Leeds.  Email: c.s.ryan@leeds.ac.uk , Tel: +44 (0)113 343 8059
Lee White, Cellule des Changements Climatiques, République Gabonaise. Email : lwhite@uuplus.com Tel. +241 07840063

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FAO-21 mars 2017 : Journée internationale des forêts

Chaque année, la Journée est consacrée à un thème particulier décidé par le Partenariat de collaboration sur les forêts. En 2017, le thème sera les forêts et l'énergie. Une occasion de rappeler que le bois énergie est une source d'énergie renouvelable majeure pour la planète. La FAO estime que le bois fournit au monde environ 40% de l'approvisionnement global actuel en énergie renouvelable.

En savoir plus...

A la reconquête des forêts

Bien vouloir regarder un excellent documentaire de Gil KEBAILI sur la façon dont les opérateurs forestiers mettent en œuvre des pratiques responsables (FSC) dans le bassin du Congo et concilient développement économique, prise en compte des droits des populations locales et autochtones et préoccupations écologiques, avec l’exemple de la société IFO (Interholco) ..

En savoir plus...

FAO #LoveForests: Concours de vidéos pour la Journée internationale des forêts 2017

Publiez une vidéo de votre forêt pour la Journée internationale des forêts ! Les vidéos qui auront obtenu le plus de préférences seront réaffichées sur le compte Twitter @FAOForestry, et au cours de la Journée internationale des forêts, le 21 mars, les meilleures vidéos seront présentées sur le site web de la FAO et sur les réseaux sociaux de la FAO...

En savoir plus...

Tandf online: Rôle des ressources forestières dans les inégalités de revenu au Cameroun

La présente étude est axée sur les revenus forestiers des ménages dans le voisinage des concessions forestières au Cameroun. Les contributions des concessions forestières à l'économie et au bien-être des ménages ont été mesurées et les facteurs explicatifs de l'hétérogénéité déterminés. Nous utilisons l'indice de Gini pour évaluer la répartition des revenus forestiers des ménages et leur influence sur le bien-être et les inégalités de revenu parmi les ménages dépendants des forêts.

En savoir plus...

Pour des Accords de Partenariat Volontaires (APV) au service des Forêts, des Peuples et du Climat Recommandations de la société civile sur le futur des APV

La note fournit un aperçu sur les progrès accomplis après une décennie de mise en œuvre y compris la participation multipartite, une transparence accrue et la réduction de la déforestation illégale. Elle suggère des pistes concrètes pour relever les défis et intensifier les efforts actuels notamment à travers l'application accrue de lois justes, une meilleure cohérence des politiques et la prise de décision inclusive. Si les changements proposés sont pris en compte, les APV pourront continuer de contribuer efficacement à l'amélioration de la gouvernance, à la protection des forêts et au renforcement des moyens de subsistance locaux durables.

En savoir plus...

COMIFAC : Les experts de l'Afrique Centrale à l'école de la finance climatique

S'est tenu du 13 au 15 mars 2017 à Kigali (Rwanda), l’atelier sous-régional sur la mise en œuvre de l’accord de Paris et de renforcement des capacités sur la finance climatique en Afrique Centrale. Cet atelier a été organisé par la COMIFAC avec les appuis technique et financier de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) à travers la Banque Mondiale avec le Projet régional REDD+, du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) sous la facilitation de l’Union Européenne, de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et du Fonds Mondial pour la Nature (WWF).

En savoir plus...

Cameroun24 : Cameroun - Environnement. Bertoua: 144 pointes d’ivoire saisies

« C’est une prise exceptionnelle que viennent d’opérer les douaniers de l’Est», affirme Grégoire Mvongo, gouverneur de la région, venu apprécier l’ampleur du butin sur le parvis de l’hôtel des Finances de Bertoua ce lundi 13 mars 2017.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

L'AIF et l'Agenda 2030