ATIBT-CIRAD: Causes potentielles de la réduction de la demande en bois tropicaux certifiés FSC sur le marché de l’Union européenne

Entretien avec Alain Karsenty, CIRAD par Tullia Baldassarri Hoeger von Hoegersthal, Communication, ATIBT  -  ATIBT : Quelle est l’ampleur de l’étude ? Alain Karsenty : L’étude s’est concentrée sur l’Afrique centrale. Nous avons interrogé 16 concessionnaires, vendant du bois FSC ou non, et 11 d’entre eux nous ont répondu. Au niveau de l’UE, nous avons également contacté 57 importateurs de bois tropicaux dans 7 pays européens, 33 nous ont répondu. Quant aux clients finaux, sur 17 sollicités, 12 ont répondu à nos demandes. Nous avons, par ailleurs, utilisés différents rapports disponibles ainsi que le bulletin bimensuel de l’OIBT sur les marchés. Enfin, nous avons eu des entretiens avec les fédérations nationales de bois en Europe et des personnes ressources travaillant sur le sujet...

 

ATIBT : Existe-t-il des différences remarquables entre les importations en Europe et ailleurs ?

Alain Karsenty : L’Europe est l’un des principaux marché pour le bois tropical certifié FSC, même si les importations de bois tropical en Europe ne cessent de baisser depuis plusieurs années. Les pays d’Europe du Nord sont nettement plus demandeurs de bois certifiés FSC que les autres pays de l’UE. Les marchés publics jouent également un rôle important dans la demande de bois FSC, ainsi que les politiques d’achats de grandes enseignes de distribution. Mais la crise est passée par là, et les acheteurs sont très sensibles aux prix proposés, notamment dans les pays les plus affectés par celle-ci. Certaines entreprises proposant du bois FSC ont d’ailleurs parfois renoncé à la « prime prix » associée en principe à la certification FSC afin de conserver leurs parts de marché.

 

ATIBT : Pourquoi choisir d’étudier les causes de la réduction de la demande en bois tropicaux certifiés FSC ?

Alain Karsenty : Des entreprises établies en Afrique centrale ont noté une baisse de leur ventes de bois FSC par rapport à leurs ventes de bois non-FSC en Europe. Une hypothèse émise par certains observateurs était que ceci pourrait être une conséquence de l’entrée en vigueur (en mars 2013) du Règlement Bois de l’UE (RBUE) qui interdit l’importation de bois illégal au sein de l’UE. La mise en œuvre de ce règlement pourrait être interprété par certains acheteurs comme suffisant à rassurer les clients finaux pour leurs achats de bois tropicaux, notamment ceux qui n’accordent pas forcément une grande importance à la distinction entre légalité et durabilité, ou ceux qui jugent que les critères de légalité comprennent déjà des critères de durabilité, notamment l’aménagement forestier et les réalisations sociales inscrites aux cahiers des charges. L’achat de bois certifié FSC serait alors moins justifié aux yeux de ces acteurs.

 

ATIBT : Le RBUE a-t-il provoqué une augmentation ou une baisse des importations de bois tropicaux certifiés FSC ?

Alain Karsenty : Globalement, notre étude ne fait pas apparaître de baisse mesurable de la demande de bois FSC en Europe, même si l’on décèle – essentiellement sur les marchés français et d’Europe du Sud en général – ce que les prospectivistes appellent des « signaux faibles » qui indiquent des tendances qui pourraient se développer dans le sens d’une désaffection pour le label FSC au profit de certificats de légalité du bois que proposent plusieurs organismes (et que les entreprises forestières ont souvent adoptés, que leur gestion forestière soit ou non certifiées FSC par ailleurs). Par contre, et plusieurs importateurs et clients ont souligné cela, la situation pourrait évoluer dès lors que sera disponible du bois disposant d’« autorisations FLEGT », donc réputé légal aux termes des Accords de Partenariat Volontaires (APV) proposés par l’UE aux pays producteurs. Alors que – et ceci n’est pas toujours compris – le RBUE ne signifie nullement que le bois proposé dans l’UE est légal, les autorisations FLEGT sont censées apporter cette garantie. Dès lors, de nombreux acheteurs pourraient considérer une telle garantie comme suffisante, y compris pour la durabilité de l’exploitation.

 

ATIBT : Selon vous, la certification FSC pourra-t-elle continuer d’être vue comme un avantage ?

Alain Karsenty : Si les « autorités compétentes » en charge de la mise en œuvre du RBUE dans les pays de l’UE décident que du bois certifié FSC est synonyme de « risque négligeable » au regard du RBUE, ceci pourrait consolider l’avantage dont dispose aujourd’hui le bois FSC sur certains des marchés de l’UE. En outre, de grandes enseignes ont clairement indiqué qu’elles faisaient la distinction entre légalité et durabilité pour leurs politiques d’achat de bois, ce qui est à l’avantage du FSC ou d’une autre certification équivalente de bonne gestion forestière. Maintenant, avec la possible disponibilité prochaine de bois dotés d’autorisations FLEGT (si les difficultés actuelles pour mettre en place les systèmes nationaux de vérification sont surmontées), cet avantage pourrait se réduire, d’autant qu’on ne dispose pas de critères indiscutables pour définir la durabilité. Aujourd’hui, acheter FSC c’est, pour beaucoup d’acheteurs, acheter du bois non issu de la déforestation et offrant certaines garanties de légalité, de social et de durabilité écologique, cette dernière notion restant toutefois assez vague. Puisqu’on parle « d’aménagement durable » avec des dimensions écologiques et sociales affirmées, et que l’aménagement est un des premiers critères de légalité, certains pourront se demander quelle sera la valeur ajoutée du FSC quand du bois doté d’« autorisation FLEGT » sera également disponible. Le FSC va donc devoir se pencher sur les éléments qui distinguent ses critères de « bonne gestion forestière » (stewardship) de ceux de l’aménagement qualifié de « durable ». Au risque d’un « durcissement » du label qui conduirait les producteurs à s’en détourner en envisageant d’autres alternatives. 

 

Pour en savoir plus, bien vouloir consulter le lien suivant de l'ATIBT: ICI

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC