bl-evolution : Finance durable : que retenir du rapport du HLEG ?

 

 

Le groupe d’experts de haut niveau sur le financement durable, le High Level Expert Group (HLEG), a remis mercredi 31 janvier son rapport final sur la finance durable. Ce groupe de 20 experts issus de la société civile, du secteur financier et universitaire, formé par la Commission européenne en décembre 2016, a rendu publique une série de recommandations sur la mise en place d’une stratégie globale de finance durable dans l’Union européenne.

 

Ces propositions seront intégrées dans la réglementation européenne du secteur financier dans l’objectif « d’accélérer le financement d’une économie bas carbone et inclusive » et « de préserver la stabilité du système financier notamment en évaluant le poids de risques comme le changement climatique dans l’économie et la finance », explique Christian Thimann, le président du groupe d’experts de haut niveau (HLEG). Ce document servira de feuille de route pour Bruxelles qui présentera son plan d’action de l’Union des marchés des capitaux (UMC) en mars 2018.

Principales recommandations du HLEG

 

Le secteur financier a un rôle essentiel à jouer dans l’atteinte des objectifs fixés par l’Accord de Paris relatifs au changement climatique et du Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’Union européenne. Avec ce rapport, le HLEG dresse la liste des défis auxquels est confrontée l’UE dans le développement d’une politique de financement durable.

 

Il propose, entre autres, un système de classification, ou «taxonomie», pour clarifier le marché de ce qui est «durable», une clarification des devoirs des investisseurs quand il s’agit de parvenir à un système financier plus durable, d’améliorer la divulgation par les institutions financières et les entreprises de la façon dont la durabilité est prise en compte dans leur prise de décision, un label européen pour les fonds d’investissement verts, d’intégrer la durabilité dans les mandats des autorités européennes de surveillance (AES) et une norme européenne pour les obligations vertes.

 

Le HLEG recommande également de soutenir la croissance des entreprises sociales et le financement de projets sur les questions sociales, de réestimer le capital environnemental et naturel dans les décisions économiques et financières, de réorienter l’agriculture pour qu’elle soit plus durable pour l’économie, l’environnement et la santé publique.

Des recommandations en matière de biodiversité

B&L évolution soutient les propositions du HLEG qui s’inscrivent dans des perspectives de long terme, notamment quand il s’agit d’encourager les mesures en faveur de la biodiversité.

 

Les sociétés humaines dépendent de différentes ressources naturelles qui comprennent des ressources renouvelables et non-renouvelables (eau, terre, air, biodiversité, forêts, sols) procurant de nombreux « services » nommés services écosystémiques. Par leurs activités, les humains exercent une pression sur la biodiversité qui recule au fur et à mesure que l’écosystème se dégrade. La pollution (eau, air…), le gaspillage et la surconsommation sont des exemples de gestion non-durable des ressources naturelles sur lesquels l’économie actuelle s’appuie. Notre empreinte écologique a dépassé les limites planétaires depuis 2 décennies.

 

Pour contrer ces impacts, le HLEG recommande par exemple, de faciliter l’accès aux ressources et d’encourager des investissements en faveur de ces ressources naturelles, d’encourager les infrastructures soutenables en Europe pour inclure les projets en cours qui résolvent les challenges environnementaux, de soutenir le développement et l’usage de méthodes de mesure, de rédaction et de gestion des risques et opportunités en décisions par les institutions financières ou encore explorer comment utiliser les framework pour définir des science based targets générales (SBTi).

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Synthèse numéro 6 des rapports d'Observation Indépendante Externe du Système Normalisé d'Observation Indépendante Externe (SNOIE)

De Juin à Août 2019, six (6) missions de vérification d’allégations d’activités forestières illégales ont été réalisées dans les régions de l’Est et du Sud. Les rapports de ces missions produits ont été soumis au Ministre des Forêts et de la Faune (MINFOF), aux délégations régionales du Sud et du Littoral au Cameroun. Au cours des missions, des infractions présumées ont été relevées par ces OSC membres du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE), certifié ISO 9001 :2015. Trouvez la liste des infractions présumées et les auteurs présumés en téléchargeant la synthèse de ces rapports de dénonciation....

En savoir plus...

Le PFBC mobilise à Shanghai, Chine : Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea Facilitateur du PFBC renforce le dialogue du Bassin du Congo avec les principaux acteurs chinois du secteur Forêt-Bois

Du 21 au 15 novembre 2019, Shanghai (Chine), le Ministre d'État Francois-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC, a participé au Forum international sur les chaînes d’approvisionnement vertes des produits de l’industrie forestière., en anglais : “Together towards Global Green Supply Chains - A Forest Products Industry Initiative”. (Flyer disponible en téléchargement). Le Conseil d’Administration et l’Assemblée de l’Association technique internationale des Bois tropicaux (ATIBT) se sont tenus en marge du Forum.

En savoir plus...

Forestnews.cifor - Malgré sa taille, le Bassin du Congo attire moins de fonds que les autres grandes zones forestières.

L'étude montre que les forêts d'Afrique centrale ont reçu 2 milliards de dollars de sources bilatérales (52,5 %) et multilatérales (47,5 %), l'Allemagne représentant 25 % du financement, suivie par l'Union européenne et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM). La plupart des fonds sont allés à la République Démocratique du Congo (40 %), au Tchad (17 %) et au Cameroun (14 %).

En savoir plus...

Woodbois : 115ième membre du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo !

Bruxelles, Belgique, le 30 septembre 2019 : Woodbois Ltd. rejoint officiellement le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Dans le cadre du processus d'adhésion, Woodbois a présenté les documents requis et s'est engagée à respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour la promotion de la gestion durable des écosystèmes forestiers d'Afrique Centrale.

En savoir plus...

Communique final des travaux de la dixième réunion du SGTAPFS

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier de la Coopération allemande à travers le projet GIZ d’appui régional à la COMIFAC, a organisé du 05 au 09 Novembre 2019 à Kigali au Rwanda, la dixième réunion du Sous- Groupe de Travail sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage (SGTAPFS). Bien vouloir télécharger le communiqué final de la réunion…

En savoir plus...

OIBT - Plus de professionnels forestiers nécessaires dans le Bassin du Congo

Les marchés de consommation exigent de plus en plus la preuve de la légalité du bois, mais les pays du Bassin du Congo manquent encore de personnel qualifié pour mettre en place des mesures de durabilité et de légalité, selon Claude Kachaka Sudi, coordinateur régional du Réseau des institutions de formation forestière et environnementale en Afrique centrale (RIFFEAC).

En savoir plus...

Le FVC rencontre les principaux investisseurs mondiaux pour stimuler le financement du secteur privé dans le domaine du climat

Songdo, 11 octobre 2019 Le Fonds Vert pour le Climat a récemment exploré comment surmonter les obstacles du marché et forger de nouvelles voies de financement du climat dans les pays en développement en tirant parti de l'expérience de certaines des plus grandes sociétés financières du monde.

En savoir plus...

RIFFEAC : Bientôt 7 ans et 13 Editions ! Comme le temps passe vite !!!

Dans l'Editorial de cette édition, le Pr Antoine VIANOU (Chevalier OIPA du CAMES) tire la sonnette d'alarme sur « l'urgence d’actions concrètes et concertées pour la survie des espèces endogènes, la préservation des ressources renouvelables et l’épanouissement des populations environnantes » du Bassin du Congo. Tout en appréciant l'accompagnement du RIFFEAC dans le cadre de la formation "LMD" de ses institutions membres, il encourage les Partenaires et Bailleurs de Fonds à plus d'efforts dans l'accompagnement de la "Formation-Recherche-Communication".

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019