bl-evolution : Finance durable : que retenir du rapport du HLEG ?

 

 

Le groupe d’experts de haut niveau sur le financement durable, le High Level Expert Group (HLEG), a remis mercredi 31 janvier son rapport final sur la finance durable. Ce groupe de 20 experts issus de la société civile, du secteur financier et universitaire, formé par la Commission européenne en décembre 2016, a rendu publique une série de recommandations sur la mise en place d’une stratégie globale de finance durable dans l’Union européenne.

 

Ces propositions seront intégrées dans la réglementation européenne du secteur financier dans l’objectif « d’accélérer le financement d’une économie bas carbone et inclusive » et « de préserver la stabilité du système financier notamment en évaluant le poids de risques comme le changement climatique dans l’économie et la finance », explique Christian Thimann, le président du groupe d’experts de haut niveau (HLEG). Ce document servira de feuille de route pour Bruxelles qui présentera son plan d’action de l’Union des marchés des capitaux (UMC) en mars 2018.

Principales recommandations du HLEG

 

Le secteur financier a un rôle essentiel à jouer dans l’atteinte des objectifs fixés par l’Accord de Paris relatifs au changement climatique et du Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’Union européenne. Avec ce rapport, le HLEG dresse la liste des défis auxquels est confrontée l’UE dans le développement d’une politique de financement durable.

 

Il propose, entre autres, un système de classification, ou «taxonomie», pour clarifier le marché de ce qui est «durable», une clarification des devoirs des investisseurs quand il s’agit de parvenir à un système financier plus durable, d’améliorer la divulgation par les institutions financières et les entreprises de la façon dont la durabilité est prise en compte dans leur prise de décision, un label européen pour les fonds d’investissement verts, d’intégrer la durabilité dans les mandats des autorités européennes de surveillance (AES) et une norme européenne pour les obligations vertes.

 

Le HLEG recommande également de soutenir la croissance des entreprises sociales et le financement de projets sur les questions sociales, de réestimer le capital environnemental et naturel dans les décisions économiques et financières, de réorienter l’agriculture pour qu’elle soit plus durable pour l’économie, l’environnement et la santé publique.

Des recommandations en matière de biodiversité

B&L évolution soutient les propositions du HLEG qui s’inscrivent dans des perspectives de long terme, notamment quand il s’agit d’encourager les mesures en faveur de la biodiversité.

 

Les sociétés humaines dépendent de différentes ressources naturelles qui comprennent des ressources renouvelables et non-renouvelables (eau, terre, air, biodiversité, forêts, sols) procurant de nombreux « services » nommés services écosystémiques. Par leurs activités, les humains exercent une pression sur la biodiversité qui recule au fur et à mesure que l’écosystème se dégrade. La pollution (eau, air…), le gaspillage et la surconsommation sont des exemples de gestion non-durable des ressources naturelles sur lesquels l’économie actuelle s’appuie. Notre empreinte écologique a dépassé les limites planétaires depuis 2 décennies.

 

Pour contrer ces impacts, le HLEG recommande par exemple, de faciliter l’accès aux ressources et d’encourager des investissements en faveur de ces ressources naturelles, d’encourager les infrastructures soutenables en Europe pour inclure les projets en cours qui résolvent les challenges environnementaux, de soutenir le développement et l’usage de méthodes de mesure, de rédaction et de gestion des risques et opportunités en décisions par les institutions financières ou encore explorer comment utiliser les framework pour définir des science based targets générales (SBTi).

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Cites : La protection des grands félins, thème de la prochaine Journée mondiale de la vie sauvage, 3 mars 2018

Les grands félins sont les animaux les plus populaires et les plus admirés dans le monde. Néanmoins, ces splendides prédateurs sont confrontés à bien des menaces, dues en majorité à des activités humaines. Leurs populations se réduisent à un rythme inquiétant en raison de la perte d’habitat et de proies, de conflits avec les humains, du braconnage et du commerce illégal. Ainsi, la population de tigres a chuté de 95% au cours des 100 dernières années et celle du lion d’Afrique de 40% en à peine 20 ans. Une série de mesures est entreprise pour enrayer ce déclin.

 

En savoir plus...

Afrique.TV5monde/RDC: réattribution de concessions forestières à des Chinois malgré un moratoire

Greenpeace et d'autres défenseurs de l'environnement ont déploré mardi à Kinshasa la réattribution par les autorités de la République démocratique du Congo de trois concessions forestières à des firmes chinoises malgré un moratoire en vigueur depuis 2002.

En savoir plus...

VRM/Pétition : Que cessent toutes sortes d’abus sur les femmes autour de grandes plantations de monoculture d’arbres

À l’occasion du 21 septembre, Journée internationale de lutte contre les plantations d’arbres, des femmes de plusieurs pays d’Afrique centrale et occidentale ont pris l’initiative de publier simultanément la pétition ci-jointe.

En savoir plus...

OIBT : Il faut s’attaquer à la dégradation des forêts pour faire avancer la REDD+, selon le Directeur exécutif de l’OIBT

En matière de REDD+, il conviendrait de davantage privilégier la lutte contre la dégradation des forêts, qui est aujourd’hui responsable au premier chef des émissions de gaz à effet de serre dans les forêts tropicales, selon le Directeur exécutif de l’OIBT, M. Gerhard Dieterle.

En savoir plus...

IFR : Les concessions forestières en Afrique Centrale : une introduction au numéro thématique

Actuellement, en Afrique, les concessions sont prises en tenaille entre l’augmentation de la densité de population dans les zones rurales et les investisseurs agro-industriels à la recherche de terres. Elles demeurent un instrument controversé de gestion des ressources forestières, bien que la certification ait joué un rôle déterminant dans l’amélioration des pratiques de gestion, en dépit de contextes de mauvaise gouvernance.

En savoir plus...

Ecologiste : Guilaume Pitron. La guerre des métaux rares

La face cachée de la transition énergétique et numérique : écologie, économie, géopolitique, voici une enquête saisissante sur les "métaux rares" devenus indispensables dans notre société actuelle.  Préface d'Hubert Védrine. Paru en janvier 2018.

En savoir plus...

Expertisefrance : Un groupe de travail pour mieux mesurer les progrès faits en matière d’ODD en Afrique

Les 5 et 6 janvier 2018, Expertise France, avec l’appui de l’INSEE et d’AFRISTAT a organisé la première réunion du groupe de travail sur les indicateurs de suivi des Objectifs de développement durable (ODD), dans le cadre du projet d’appui au suivi des ODD en Afrique (SODDA) financé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018