Le Conseil d'Administration du FFBC lance le 2ème appel à propositions

 

Yaoundé, 27 novembre 2009 - Lors du dernier conseil d'administration du Fond pour les Forêts du Bassin du Congo (FFBC), les membres du Conseil ont répondu à l'appel de la COMIFAC pour davantage de soutien technique et scientifique des négociations sur le REDD après Copenhague, en soulignant l'urgence pour les pays d'Afrique Centrale à une appropriation forte au plus haut et à une amélioration de la représentation de la position commune régionale durant les négociations sur le climat. La COMIFAC, représentée par son Président en exercice, Emmanuel Bizot (RCA) et le Secrétaire exécutif Raymond Mbitikon, le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) représenté par le Facilitateur Hans Schipulle, ont activement participé à la 3ème réunion du « face à face » du Conseil du FFBC du 26 au 27 novembre à Yaoundé. La rencontre était co-présidée par l'ancien Premier Ministre canadien Paul Martin et le Prix Nobel de la paix Wangari Maathai. Les co-présidents et les participants ont fait référence à la COMIFAC et au PFBC comme cadre programmatique et stratégique de référence du Fond qui vise le financement des projets REDD dans les pays de l'espace COMIFAC. Wangari Maathia, loin de soutenir simplement un traitement privilégié des ONGs - qui restent à l'heure actuelle les seuls demandeurs et destinataires de financement FFBC pour leurs programmes - a souligné la nécessité d'adhérer aux règles et aux procédures de la Banque africaine de développement comme gestionnaire du fonds FFBC dans le suivi de l'exécution et les dépenses. Paul Martin a souligné la nécessité d'améliorer la participation des ministres de la COMIFAC dans l'attribution des fonds quoiqu'il doive rester clair qu'il ne leur sera pas donné le pouvoir de veto formel.

 

Pour ce qui concerne l'autorité et les capacités politiques des leaders d'Afrique centrale dans la préparation de l'UNFCCC COP 15 à Copenhague, Hans Schipulle a souligné le rôle du Président Sassou (Congo) qui s'est exprimé  devant la dernière Assemblée générale de l'ONU en septembre, la participation active du Premier Ministre Touadéra de la République Centrafricaine Faustin Archange à la table ronde sur le REDD pendant la réunion USA-PFBC et le rôle de José Endundo (République Démocratique du Congo) au niveau de la coordination panafricaine. En dépit de ces exemples positifs, le Facilitateur du PFBC a ouvertement déploré le manque de coopération proactive dans la région d'Afrique centrale. Ses soucis ont faits l'écho par beaucoup d'autres membres du Conseil, avec Paul Martin exprimant l'espoir que les événements parallèles importants à Copenhague seront une occasion d'attirer l'attention des leaders d'Afrique centrale.

 

Se référant au portofolio thématique du fonds, Hans Schipulle a relevé des inquiétudes concernant la création des soi-disantes „concessions de conservation". « Promouvoir l'idée simplifiée d'opposer la conservation à la production défierait le message de base qui vise le développement de la gestion durable conformément au Plan de Convergence de la COMIFAC. Elle risque de faire dévier des sources de financements des aires protégées existantes, pendant que la compensation d'un mécanisme de REDD et d'autres paiements pour des services environnementaux, pour l'instant, peinent à compenser les recettes fiscales renoncées ou les pertes de revenu des employés dans l'industrie forestière." Une discussion vive sur la compréhension de fond de la gestion des forêts du Bassin du Congo a abouti à la demande des co-présidents de faire préparer une note sur l'état des lieux de la discussion pour la prochaine session du Conseil. En référence à l'exemple de l'atelier soutenu par le PFBC sur le processus de conversion des titres des concessions au RDC, Hans Schipulle a suggéré au contraire le PFBC comme forum approprié pour mener un dialogue stratégique. « En tant que réseau multilatéral et non contraignant, nous sommes capables de rassembler les acteurs ayant des idées divergentes, contradictoires et de modérer les conflits d'intérêts. »

 

Pour ce qui concerne le progrès pour l'établissement d'un Secrétariat du FFBC et les autres structures de soutient, la Banque Africaine de Développement a informé les membres du Conseil que l'ancienne directrice régionale de la Banque mondiale Clotilde Ngomba, mènera l'équipe au siège de Tunis, les antennes locales seront établies à Yaoundé (Véronique Tschimbalanga) et à Kinshasa (Christine Dovounou). L'agent de gestion du fonds, avec des bureaux dans la région, dont la tâche principale est le suivi de petits aux moyens projets d'exécution sous la suivi du Secrétariat sera identifié d'ici à la fin 2009. Concient des risques fiduciaires et programmatiques encourus, le Conseil  a agrée le principe d'identifier une ONG qui assurera la supervision des mini-projets (jusqu'à 80 000 euro) dans toute la région de la COMIFAC au nom du Secrétariat du FFBC. Une fois l'appui institutionnel en place, la mise en oeuvre des projets financés par le Fonds devrait s'accélérer de manière significative, le Vice-Président Kamal Elkeshen de la BAD a rassuré des voix critiques. Le Conseil a également approuvé le financement de quatre autres projets des ONGs, ce qui amène le nombre d'attribution de projet à 14, représentant environ 14 millions d'euros, tout assigné aux demandeurs ONG. Le Conseil a convenu que des propositions pourraient également être formulées par le Conseil et le Secrétariat lui-même, et les gouvernements des pays de la COMIFAC sont encouragés à considérer les demandes.

 

Le deuxième appel aux propositions a été lancé le 1er décembre, bien vouloir cliquer ici pour de plus amples informations. La 7ème session du Conseil de CBFF se tiendra en avril 2010 à Libreville ou à Tunis.

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Son Excellence François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année 2018 et vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2019 !

J’ai apprécié, au cours de cette année 2018, vos diverses contributions riches et variées qui ont enrichi notre Partenariat commun. Ensemble, nous avons encore avancé avec d’une part l'adhésion de plusieurs nouveaux membres, portant à 113 le nombre des membres du PFBC et d’autres part, nous disposons d’une « Déclaration de Bruxelles » adoptée au cours de la 18e Réunion des Parties du PFBC, laquelle culmine l’ensemble des efforts de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC à favoriser le dialogue, impulser l’action pour un leadership politique plus fort et plus adéquat du Partenariat...

En savoir plus...

Les forêts d’Afrique centrale peuvent aider à atténuer la crise globale de l’eau qui pointe à l’horizon selon un rapport de plus de 50 scientifiques de 20 pays.

Une crise globale de l’eau pointe à l’horizon. Exacerbée par la croissance démographique mondiale et le changement climatique dans plusieurs endroits du monde, elle s’approche à grands pas. Plus de 50 scientifiques de 20 pays ont contribué à une étude mondiale des liens entre forêts, eau, climat et êtres humains.

En savoir plus...

UN: Le changement climatique pousse l’Afrique vers le point de non-retour

« L'Afrique est à un tournant. Les nations ont connu une croissance économique, politique et sociale impressionnante au cours des dernières décennies. Mais les disparités entre riches et pauvres sont toujours là. La pauvreté, même si réduite, demeure un problème sérieux pour certains pays. Les changements climatiques, les sécheresses, les inondations, les variations des précipitations et les conflits ont le potentiel de faire échouer les mesures prises pour réduire la faim et  atteindre les objectifs énoncés dans l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 » , a déclaré Ahunna Eziakonwa

En savoir plus...

News.globallandscapesforum : L'urgence du changement climatique : un thème et non un courant sous-jacent

La nécessité de décentraliser la gouvernance - et en particulier de traduire la décentralisation en processus de développement par une « approche territoriale »  - a été répétée tout au long des forums de discussion et des plénières.

En savoir plus...

Fonds d’Adaptation : Pionnier d’actions efficaces sur le terrain

 Cette vidéo met l’accent sur les actions pionnières et efficaces du FA sur le terrain, basées sur ses trois piliers stratégiques : l’Innovation, l’Action et l’Apprentissage et le Partage.

En savoir plus...

Fern-Accords commerciaux et transparence - en construction : Mise à jour de l’APV Décembre 2018

Cette mise à jour de l’APV met l’accent sur les avantages déjà obtenus en termes de transparence, ainsi que sur les mesures qui doivent encore être prises. En termes de biodiversité mondiale, de climat, de maisons ancestrales et de moyens d’existence des populations qui dépendent des forêts, l’enjeu est de taille.

En savoir plus...

La RdP 30 a adopté 21 décisions portant sur, entre autres: les questions importantes pour l’entrée en vigueur en janvier 2019 de l’Amendement de Kigali sur les hydrofluorocarbones (HFC)

La trentième Réunion des Parties au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone (RdP 30) s’est tenue du 5 au 9 novembre 2018, à Quito, en Équateur. Plus de 500 délégués ont participé à la RdP 30, y compris 144 délégués des Parties au Protocole, les membres des organes consultatifs techniques du Protocole, ainsi que les représentants des agences et des programmes des Nations Unies, d’organisations régionales, de l’industrie et des organisations non gouvernementales (ONG).

En savoir plus...

Rapport général-Forum des parties prenantes sur la gestion durable des forêts et le développement des reformes de gouvernance en République Démocratique du Congo.

Il s’est tenu à Kinshasa/Gombe, dans la salle de conférence Pierre Claver, du jeudi 06 au samedi 08 décembre 2018, le Forum des parties prenantes sur la gestion durable des forêts et le développement des reformes de gouvernance en République Démocratique du Congo, sous les auspices du Ministère de l’Environnement et Développement Durable.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC