DECLARATION DE LA SOCIETE CIVILE REGROUPEE AU SEIN DE LA CEFDHAC SUR LES REFORMES FONCIÈRES ET LE PROCESSUS REDD+ EN AFRIQUE CENTRALE

 

Bien vouloir télécharger la déclaration de la société civile regroupée au sein de la CEFDHAC en version PDF 

 

DECLARATION DE LA SOCIETE CIVILE REGROUPEE AU SEIN DE LA CEFDHAC SUR LES REFORMES FONCIÈRES ET LE PROCESSUS REDD+ EN AFRIQUE CENTRALE

 

A l’occasion de la 14ème session du partenariat sur les forêts du bassin du Congo sur le thème : « opportunités et défis, climat et utilisation des terres dans le bassin du congo »

 

Nous, organisations de la Société Civile d’Afrique Centrale regroupées au sein de la Conférence pour les Ecosystèmes des Forêts Denses et Humides d’Afrique Centrale ( CEFDHAC) ayant participé aux ateliers de renforcement des capacités sur la REDD+ du 6 au 7 octobre 2014 à Brazzaville en prélude de la réunion du PFBC et au Marché des idées à la session 6 des travaux du PFBC, rendons public la déclaration dont la teneur suit.

 

Considérant que la problématique du réchauffement climatique et son incidence sur le développement économique et social des populations de nos pays respectifs constitue un enjeu majeur pour l’humanité toute entière, et une menace réelle pour les générations présentes et futures.

 

Constatant que des milliers de personnes dépendent pour leur survie des forêts du Bassin du Congo qui regorgent une diversité biologique de plus de 80% qui mérite d’être sauvegardée en faveur des générations présentes et futures.

 

Réaffirmant notre volonté à ne ménager aucun effort pour lutter contre la pauvreté des populations qui ne fait que s’accroître dans  les  milieux ruraux et urbains, en dépit des efforts de nos gouvernements respectifs et des partenaires au développement bilatéraux  et multilatéraux.

 

Rappelant notre engagement à accompagner les communautés locales et Peuples autochtones dans la lutte contre les changements climatiques et ses effets corollaires tels que la sécheresse, les inondations, le dérèglement des saisons, le faible rendement agricole, les pénuries d’eau et autres calamités naturelles.

 

Prenant en compte les récentes conclusions du GIEC sur le réchauffement climatique et la nécessité de la réduction des émissions des Gaz à effet de serre(GES), y compris les émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts.

 

Considérant les liens étroits entre le changement climatique et la dégradation des terres et le régime foncier.

Vu la nécessité et l’urgence de promouvoir les réformes robustes et cohérentes relatives au régime foncier et forestier, dans l’espace COMIFAC.

 

Vu la nécessité et l’urgence de sécuriser les droits des communautés locales et Peuples autochtones sur l’accès aux ressources foncières et forestières.

 

Prenant en compte le fait que le succès de la REDD+ est tributaire de la sécurisation de leur droit d’accès à la terre et aux ressources forestières.

 

Faisant nôtre, tous les instruments internationaux en la matière, notamment la convention 169 de l’OIT, CBD, OMD, CCNUCC CCNUD, déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones etc.

 

Soulignant l’importance de la prise en compte des aspirations et du rôle  des groupes spécifiques et, notamment les femmes, les jeunes et les peuples autochtones dans les reformes foncières et les programmes de gestion durable des terres.

 

Saluant les efforts fournis par la COMIFAC pour unifier d’avantage la voix des pays d’Afrique Centrale dans la voie de la gestion durable des ressources forestières à travers le plan de convergence révisée.

 

Nous,  organisations de la société civile d’Afrique centrale réunies au sein de la CEFDHAC ayant participé au marché d'idées n° 3 ayant pour thème la reforme foncière, le processus REDD +  et la participation de la société civile, recommandons ce qui suit à la lumière des échanges, débats et discussions de ce jour :

 

A.   Par rapport à la gouvernance et  à la mise en œuvre du Processus  de la REDD+

  1. L’Adéquation entre le processus de la reforme  foncière et le processus REDD+ en fonction du contexte social et de la dynamique des acteurs concernés ;

 

  1. La promotion  de l’aménagement durable et de la certification forestière comme des outils de  promotion de la REDD+ ;

 

  1. La promotion des processus de gouvernance transparents et ouverts à la contribution de la société civile;

 

  1. La  mise en place des cadres harmonisés et adaptés de partage de bénéfices et avantages de la REDD+ en faveur des communautés  locales et Autochtones.

 

B.   Par rapport à la Sécurisation de la tenure foncière et des droits d’accès aux ressources forestières:

 

  1. La Promotion de bonnes pratiques de gestion durable des terres dans l’espace COMIFAC ;

 

  1. La promotion d’un cadre légal pro-communautés locales et Peuplesautochtones à travers les réformes inclusives et participatives ;

 

  1. La Restauration des paysages et des terres déboisées et dégradées par un engagement multi-acteurs en lien avec la REDD+ ;

 

  1. Le renforcement des reformes foncières  et forestières robustes sécurisant les droits des communautés pour  l’accès aux terres et autres ressources naturelles ;

 

  1. La conduite des réformes foncières et forestières cohérentes avec les autres processus en cours, en l’occurrence le processus REDD+ et l’émergence des activités minières dans les pays ;

 

  1. Le Plaidoyer de la société civile pour des régimes fonciers  et forestiers respectueux des droits de propriété des communautés locales et peuples autochtones ;

 

  1. L’application stricte des sauvegardes et des standards environnementaux et sociaux relatifs à la REDD+ (SESA, EIES, etc .).

 

C . Par rapport au renforcement des capacités des parties prenantes

 

  1. Le renforcement des capacités des Communautés locales  et Autochtones  et les ONG qui les accompagnent sur le concept REDD+ et sur le droit foncier simplifié ;

 

  1. L’amélioration de la communication et la simplification harmonisée du message sur la REDD+ en direction des communautés locales et autochtones par tous les intervenants ;
  2. La prise en compte des perspectives Genre par les porteurs des initiatives dans la mise en œuvre des projets REDD+et l’autonomisation de la femme relative au régime foncier ;

 

  1. Une pro activité dans les reformes foncières et forestières par la société civile ;

 

  1. La mise en place d’un noyau de formation des formateurs sur la REDD+ dans la Sous-région.

 

D. Pour la mobilisation des ressources :

 

  1. Susciter le financement du secteur privé et des Banques;

 

  1. Promouvoir le financement  des projets REDD+ à base communautaire.

 

E. Par rapport à la Participation de la Société civile et des communautés     locales et peuples autochtones dans les Processus REDD+ et foncier

 

  1. L’apprentissage permanent du concept REDD+ et de ses composantes pour minimiser les risques de mauvaise interprétation dans les activités de sensibilisation ;

 

  1. La responsabilisation des concernés dans la mise en œuvre du processus REDD+  et de la restauration des terres et des paysages ;

 

  1. Le renforcement du travail en synergie et de coordination entre les acteurs de la société civile pour plus d’efficacité sur questions de la REDD+ et du régime foncier.

 

Fait à Brazzaville, le 8/10/2014

 

Les participants

 

Bien vouloir télécharger la déclaration de la société civile regroupée au sein de la CEFDHAC en version PDF 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

ATIBT Flash du 20/05/2020

A lire: Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC) ; RIFFEAC - Une précieuse opportunité des formations forestière et environnementale dans le Bassin du Congo ;  FAO - Évaluation des ressources forestières mondiales 2020 – FRA 2020 ; Le Secteur privé mobilisé autour du Facilitateur de la République fédérale d’Allemagne du PFBC ; Timber Procurement Assessment Committee -TPAC- évalue PEFC…

En savoir plus...

22 Mai 2020 Journée internationale de la diversité biologique

Le thème de la Journée internationale de la diversité biologique 2020 est "Nos solutions sont dans la nature". Le thème de la journée montre que la biodiversité reste la réponse à un certain nombre de défis du développement durable auxquels nous sommes tous confrontés. Des solutions basées sur la nature au climat, en passant par la sécurité alimentaire et de l'eau, et les moyens de subsistance durables, la biodiversité reste la base d'un avenir durable.

En savoir plus...

Visionnez notre nouvelle vidéo -UICN

A l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité, cette nouvelle vidéo PPI, propose d’illustrer cette question de la conservation de la biodiversité et des liens avec le développement économique local. Elle montre deux témoignages, celui d’Alexis Kaboré (NATUDEV) qui développe des filières durables de miel et de beurre de karité dans le complexe du PONASI au Burkina Faso et celui de Caleb Ofori (Herp Ghana) qui met en place un projet d’écotourisme national dans les montagnes de l’est du Ghana.

En savoir plus...

COVID-19 et sécurité sanitaire des aliments : orientations pour les entreprises du secteur alimentaire - FAO

L’objet de ces orientations est de présenter ces mesures supplémentaires qui visent à préserver l’intégrité de la chaîne alimentaire et à garantir que les consommateurs ont accès à des denrées alimentaires qui répondent à leurs besoins et ne présentent pas de danger pour la santé.

En savoir plus...

Effets de la covid-19 sur les systèmes alimentaires halieutiques et aquacoles - FAO

La présente synthèse passe en revue les défis à relever actuellement et contient des propositions de mesures visant à protéger les secteurs de la pêche et de l’aquaculture et les plus vulnérables, à maintenir les activités et à soutenir la chaîne d’approvisionnement.

En savoir plus...

UNESCO: Fonds d'intervention d'urgence (RRF) - Parc national des Virunga en RDC

Suite aux événements tragiques au Parc national des Virunga en RDC qui est un site du patrimoine mondial et dans le cadre du projet UNESCO de Rapid Response Facility, une subvention d'urgence d’un montant de 40 000 $ a été octroyée au Parc national des Virunga en RDC.

En savoir plus...

Étude sur l'interaction entre la sécurité et la conservation des espèces sauvages en Afrique subsaharienne – Europa

Cette étude rassemble des informations solides tirées de plus de 20 sites marins et terrestres en Afrique subsaharienne et met en lumière la nature et l'étendue des liens entre la sécurité, y compris la sécurité socio-économique, et la vie sauvage (protection des espèces et des écosystèmes, interactions entre l'homme et la nature, et trafic).

En savoir plus...

Le FVC est le plus grand fonds mondial consacré à la lutte contre le changement climatique.

Le Fonds vert pour le climat (FVC) est le plus grand fonds dédié au monde qui aide les pays en développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à renforcer leur capacité à répondre au changement climatique. Il a été mis en place par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en 2010.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2020

ATIBT Flash du 20/05/2020