Le Bassin du Congo se « vend » en Chine

Les 15 et 16 septembre 2014 s’est tenue à Qingdao en Chine la  conférence internationale sur le commerce des grumes et des produits bois. Rendue à sa 4e édition, cette conférence organisée par l’Association chinoise de commerce des grumes et des produits bois avait pour but d’améliorer la compréhension et les relations d’affaires entre les acteurs chinois du bois et la communauté internationale.

 

L’association organisatrice

 

L’association chinoise de commerce des grumes et des produits bois existe depuis 1985 et regroupe près de 3000 membres répartis en trois grands groupes : des individus, des entreprises et des institutions. Cette association accorde un intérêt particulier à l’Afrique en général et au Bassin du Congo en particulier. C’est la raison pour laquelle elle a bénéficié du soutien financier de la GIZ pour participer à la réunion de l’ATIBT à Brazzaville en octobre 2013 et à l’atelier sur les processus de légalité et de durabilité à Libreville en mars 2014.

 

Articulation de la conférence

 

Le premier jour de la conférence a été meublé par une série d’exposés faits en plénière suivis par deux sessions parallèles.  La deuxième journée a été exclusivement réservée à la visite de 8 entreprises d’importation, d’exportation et/ou de transformation des grumes.

 

-        Les exposés :

 

Il y en eu au total 09. Elles ont porté d’une part sur l’offre et la demande chinoise des grumes et des produits bois et d’autre part sur l’offre des principaux pays/zone producteurs de bois à travers le monde regroupés comme suit :

♦ Russie, Amérique du Nord et Nouvelle Zélande;

♦ Finlande et la Suède;

♦ Malaisie;

♦ Bassin du Congo;

♦ Equateur.

 

-        Les leçons à tirer de ces exposés :

 

De ces exposés, il faut retenir que la Chine est désormais le centre du marché mondial du bois: 1er importateur des grumes, 1er consommateur de bois et 1er exportateur des produits issus de la transformation du bois.

 

Pour ce qui est de la place que la Chine occupe dans les échanges avec les grandes zones productrices de bois, il est à retenir que la Chine est le 1er importateur de bois africains (avec 12% en volume et 25% en valeur des importations totales chinoises de bois); le 2e importateur mondial de grumes de résineux (dont 70% viennent de la Russie),  le 2e client du bois canadien après les USA, le 1er  client du bois de la Nouvelle Zélande.

 

Il est a noté que la Chine a un goût avoué pour les bois tropicaux rares (utilisés pour la production des meubles luxueux qui sont exportés vers les marchés européens et américains). Les produits issus de la transformation des grumes importées de l’Europe et de l’Amérique sont principalement utilisés dans la construction, dans la production des éléments préfabriqués (bâtiments, les portes et fenêtres, les planchers…) et dans l’industrie du papier.

Le développement du Mécanisme Bilatéral de Coordination entre la Chine et l’Union Européenne pousse les industriels chinois à se conformer aux standards internationaux et aux principes de légalité en lien avec le processus FLEGT, afin de mieux approcher les marchés européens.

 

-        Sessions parallèles:

 

 

Les sessions parallèles ont essentiellement porté sur deux sujets :

 

a)     Les opportunités d’investissements pour les entreprises chinoises

Cette session a servi de cadre pour les participants qui voulaient approfondir leurs compréhensions des exposés faits pendant la plénière. C’est ainsi que plusieurs relations d’affaires ont pu être développées entre les investisseurs chinois et les producteurs venus des zones à forts potentiels forestiers.  

 

b)     Le marché  de la technologie et de l’innovation chinoise

Cette session ressemblait beaucoup plus à une foire. Il s’est agi pour les constructeurs d’équipements industriels indispensables pour la transformation poussée du bois, de vendre leurs produits. Les innovateurs ont profité pour faire apprécier leurs dernières innovations dans les domaines de la transformation, du reboisement et du recyclage comme alternative à la dégradation des forêts.  

 

-        Les principaux constats

 

Notre participation à cette conférence nous a permis de nous rendre compte des écarts qui existent entre le Bassin du Congo et les autres régions forestières de moindre importance. Nous pouvons entre autre citer :

♦ Les données sur l’exploitation forestière sont à jour au trimestre prêt dans toutes les autres régions forestières qui étaient représentées à cette conférence. Notons pour le déplorer que les autres régions étaient représentées par des opérateurs économiques de la filière bois tandis que la Bassin du Congo deuxième massif forestier tropical du monde était représenté par un employé de la Coopération Internationale Allemande (GIZ);

♦ Les producteurs/industriels de bois sont organisés non seulement par pays mais surtout par zones d’intérêts économiques. Ils échangent régulièrement et ont parlé d’une même et seule voix durant cette conférence;

♦ Plus que les politiques, le secteur privé chinois accorde une importance au Bassin du Congo.

 

-       Les recommandations

 

A la lecture des constats ci-dessus, il est urgent de prendre des dispositions afin que l’Afrique centrale saisisse toutes les opportunités qui s’offrent à elle afin de vendre mieux vendre  son bois sur les marchés internationaux. Pour y parvenir les recommandations suivantes peuvent être formulées :

♦  Que la COMIFAC à travers l’OFAC intègre dans son plan d’actions biennal 2015-2016 une activité relative à la mise en place et l’opérationnalisation d’un système de collecte des données sur la production des grumes et des produits bois par espèce et par pays ;

♦  Que la COMIFAC implique mieux les industriels du secteur bois d’Afrique centrale intéressés par le marché chinois dans le dialogue avec la Chine et qu’ils  s’organisent au niveau régional à travers des plates-formes telles que celle offerte par le groupe de travail gouvernance afin de pouvoir échanger et parler d’une seule voix et rendre plus visible le bassin du Congo lors des rencontres/conférences internationales.

 

Pour de plus amples informations sur le contenu de cet article, bien vouloir contacter: Nyengue Bahanak Isaac Yves GIZ CM <isaac.nyengue@giz.de>

 

Bien vouloir télécharger ci-desous la présentation du Représentant de la COMIFAC à la dite conférence:

 

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Le collège de la société civile en marche pour la tenue d’une journée spéciale le 18 décembre 2019

Thème: "Les forêts du Bassin du Congo à la croisée des chemins entre Conservation – Gestion et Développement Durable – Changements Climatiques et Investissements en milieu forestier : Rôle de la société civile et attentes des communautés riveraines"

En savoir plus...

Voaafrique-Le Cameroun et le Nigeria préoccupés par la sécurité de leur frontière commune

Les Gouverneurs des régions du Cameroun et États du Nigeria, des responsables administratifs et de sécurité ont discuté de la sécurité sur leur frontière commune pendant deux jours à Yaoundé mi-juillet.

En savoir plus...

CAWHFI NEWS N°004

La phase actuelle du projet CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) mise en œuvre par l’UNESCO, grâce au soutien financier de l’Union européenne s’achèvera en mars en 2020. Un des résultats majeurs attendus à son terme est le lancement du processus d’inscription de nouveaux sites de la sous-région sur la Liste du patrimoine mondial.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019