CIFOR: Une étude mondiale sur les forêts et les moyens de subsistance bouleverse le terrain

 

BOGOR, Indonésie — Dans l’étude la plus complète à ce jour sur les liens entre la foresterie et les moyens d’existence, des chercheurs remettent en cause les idées reçues dans des domaines clés, tels que l’importance des revenus issus de l’environnement, les rôles des hommes et femmes dans l’usage des produits forestiers et la fonction «filets de sécurité» des forêts. 

 

«Il est facile de créer des stéréotypes sur les réalités du monde», dit Arild Angelsen, professeur d’économie à l’Université Norvégienne des Sciences de la Vie et coordinateur de l’étude mondiale. «Au sein de certains récits établis, il existe beaucoup de nuances et de variations.»

L’étude mondiale est le résultat d’un effort collaboratif du Réseau Pauvreté et Environnement (RPE), mené par le Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR). Cinq documents de recherche complémentaires abordent les thèmes suivants: la génération des revenus et des moyens de subsistance en milieu rural, les filets de sécurité en temps de pénurie, le genre et l’utilisation des forêts, le défrichement des forêts et les moyens de subsistance, et le régime foncier et les revenus issus des forêts. Les documents sont publiés dans une édition spéciale de World Development, à côté d’une étude de cas du RPE et de six études non rattachées au RPE allant de l’analyse locale à nationale.

Voici les principaux résultats de l’étude mondiale menée auprès d’un large échantillon d’environ 8000 ménages dans 24 pays:

 

♦ Les revenus provenant de forêts naturelles et autres zones naturelles représentaient 28% du revenu total des ménages, presque autant que les cultures.

♦ Les forêts domaniales génèrent plus de revenus que les forêts privées ou communautaires.

♦ Les hommes génèrent au moins autant de revenus avec les forêts que les femmes,  contrairement à des hypothèses ancrées depuis longtemps.

♦ Les forêts jouent un rôle moins important que ce que l’on croyait en tant que «filets de sécurité» face aux chocs et pour combler les trous entre les récoltes saisonnières.

♦ Bien que les plus pauvres soient souvent blâmés pour la déforestation, ils ne contribuent que modestement défrichement des forêts d’après cet échantillon.

 

«Je reconnais avoir été un peu surpris de constater que les revenus issus de l’environnement sont si élevés», déclare Sven Wunder, directeur du bureau du CIFOR au Brésil et rédacteur en chef invité du numéro spécial. «Nos résultats indiquent que, même 10 000 ans après le début de la Révolution Agricole, les populations rurales des pays en voie de développement dépendent encore fortement de la nourriture trouvée dans la nature pour leur subsistance. »

 

Les racines profondes de l’étude

 

En 2000, une étude de cas historique au Zimbabwe William Cavendish avait fait valoir qu’il n’existait pas de données adéquates pour analyser les ménages et les ressources environnementales. «Cela a été notre principale motivation», déclare M. Angelsen. «Nous voulions obtenir une image plus représentative du rôle des forêts et des milieux naturels dans les zones rurales, non seulement au Zimbabwe, mais aussi dans d’autres pays.»

 

Mais comment faire? Financer entièrement un projet d’une si grande envergure était trop coûteux. Les chercheurs du RPE ont reconnu que des doctorants très motivés font souvent le meilleur travail de terrain. Mais ils travaillent de manière isolée, avec peu de soutien financier, institutionnel ou émotionnel. Ainsi, RPE a cherché à créer un réseau de collaboration de doctorants, qui offre un certain appui financier, un accès à des ateliers et à un encadrement, tout en générant des données comparatives pour l’étude globale.

 

«Je dis toujours que le modèle économique du RPE est d’exploiter la solitude des doctorants en fournissant des SAT (soins affectueux et tendres)», plaisante M. Angelsen. «Et cela fonctionne. Ils obtiennent une réponse à leurs e-mails et leurs questions dès le lendemain. Ils apprécient de ne pas être seuls sur le terrain.»

 

33 partenaires du PEN se sont basés sur trois ateliers de méthode tenus entre 2004 et 2006 pour collecter des données de terrain avec leurs équipes entre 2005 et 2008. Pendant 12 mois, ils ont sondé plus de 8300 ménages dans 333 villages sur 58 sites dans 24 pays en développement. Pour cela, ils ont visité près de 36 000 foyers, générant environ 250 000 pages de questionnaire. Avec plus de 2 300 champs de données, la base de données globale du RPE contient actuellement 15 millions de cellules de données.

 

«Il ne s’agit pas d’un échantillon aléatoire», explique M. Wunder. «Nous avons dû trouver des partenaires prêts à participer et accepter les sites choisi, puis mobiliser des ressources pour remplir certains vides, en particulier en Afrique de l’Ouest. Mais il existe toujours un équilibre en terme de types de forêts et de zones rurales dans les pays en voie de développement sur ces trois continents. C’est l’univers dans lequel nous pouvons raisonnablement extrapoler les résultats.»

 

Dans ces pays, l’étude est en quelque sorte biaisée de manière à couvrir les zones de couverture forestière importantes, ajoute-t-il. «Elle n’est pas au milieu de la forêt avec près de 100% de couverture», déclare M. Wunder. «Il s’agit d’une étendue où il y a eu un certain développement – pas complètement isolée des marchés, mais toujours dotée d’une couverture forestière considérable.»

 

Dès le début du projet, les chercheurs visaient à publier les résultats dans un numéro spécial de World Development. En 2005, le journal avait présenté un numéro thématique sur «les moyens de subsistance, les forêts et la préservation» qui reconnaissait qu’il fallait davantage de travail empirique pour de produire des données comparables. M. Angelsen et M. Wunder ont contribué au numéro et à l’article de synthèse en tant que coéditeurs.

 

«A l’époque, nous avions clairement reconnu qu’il manquait des données comparatives de qualité sur de nombreux enjeux concernant les forêts, la pauvreté et la politique», déclare M. Wunder. «Une décennie plus tard, il semblait donc logique de donner suite à ces besoins exprimés dans la même revue.»

 

Les articles du numéro spécial de 2014 ont tiré des informations d’un atelier tenu en 2011 à l’Université de East Anglia à Norwich au Royaume-Uni. «Les chercheurs du RPE se sont mis en relation avec des personnes qui faisaient des choses similaires dans d’autres organisations et réseaux», dit M. Wunder. «Certains de leurs documents ont été inclus dans le numéro spécial. Ils sont intéressants parce qu’ils complètent l’étude globale en se penchant sur des interventions spécifiques qui affectent les dynamiques des moyens d’existence». Par exemple, Bauch, Sills et Pattanayak utilisent des données issues de panels dans le but d’examiner les effets de la coopération intégrée et des projets de développement (CIPD) en Amazonie brésilienne, tandis que Clements, Suon, Wilkie et Gulland examinent les conséquences des aires protégées sur les moyens de subsistance locaux au Cambodge.

 

Bien vouloir consulter l'article complet sur le lien ci-après: Une étude mondiale sur les forêts et les moyens de subsistance bouleverse le terrain    

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC