CIFOR : Le palmier à huile ne doit pas entraîner la destruction des forêts

 

Experts : Cette culture controversée peut être durable si elle bénéficie d’une planification et d’une gestion appropriées

 

BOGOR, Indonésie — L’huile de palme - utilisée dans le monde dans la fabrication de divers produits, des produits alimentaires aux biocarburants, en passant par les produits de beauté - peut être développée en évitant de détruire de vastes étendues de forêt tropicales, si les méthodes et la planification appropriées sont appliquées.

 

Il s’agit des conclusions des scientifiques Alain Rival et Patrice Levang dans leur livre « Palms of Controversies : Oil Palm and Development Challenges » (Les Palmiers de la Controverse : Le Palmier à Huile et les Défis du Développement), récemment traduit en anglais et publié par le CIFOR à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Alimentation, le livre est disponible et peut être téléchargé gratuitement à l’adresse : http://www.cifor.org/library/4860/palms-of-controversies-oil-palm-and-development-challenges/

 

Les médias sont invités à republier une version revue du livre, ainsi que l’entretien et la transcription vidéo avec le co-auteur Patrice Levang, aussi longtemps qu’ils reviennent au CIFOR : 

 

 

De nos jours, l’huile de palme est l’huile végétale la plus consommée au monde. Quelques 18 millions d’hectares de terres sont utilisés dans les tropiques pour la culture du palmier à huile. En quelques décennies seulement, plus de 5 millions d’hectares de forêts primaires ont été convertis en Indonésie, plus de 4 millions en Malaisie et 1 million au Nigeria.

 

En conséquence, l’huile de palme alimente un débat polarisé. Pour l’agro-industrie et les petits exploitants agricoles dans les tropiques, il s’agit d’une culture miracle, l’oléagineux le plus rentable. Cependant, pour de nombreux ONG et groupes autochtones, il s’agit d’une menace grave contre les droits fonciers et l’environnement.

 

Le véritable problème, selon les auteurs, n’est pas l’huile de palme en soi, mais la manière dont l’on choisit de l’exploiter.

 

Rival du CIRAD, un centre français de recherche agricole pour le développement, Levang, du CIFOR et l’Institut de Recherche pour le Développement, l’IRD, s’inspirent des données et de l’expérience sur le terrain pour dresser un portrait global et nuancé de l’huile de palme, une image qui faisait grandement défaut au débat.

 

« Le palmier à huile ne doit pas nécessairement être cultivé sur les terres forestières, » déclare Levang. Il peut pousser en savane, sur des terres dégradées. En d’autres termes, le palmier à huile n’est pas responsable de la déforestation.

 

« Notre message clé dans le livre est : Il ne faut pas confondre la plante [avec] les personnes qui la cultivent. »

 

Les plantations de palmiers à huile, selon les auteurs, peuvent être créées sans détruire de vastes étendues de forêts tropicales. Des modèles de développement à ce sujet comprennent des techniques agro-forestières, le développement de patchwork et la planification de paysages écologiques.

 

Le défi, selon les auteurs, ne consistera pas à empêcher l’expansion du secteur du palmier à huile, mais à encourager des formes d’exploitation permettant de réduire au minimum les impacts négatifs sur la biodiversité et sur le bien-être des populations locales.

 

Toutes les histoires, les vidéos et les photos se rapportant à ce livre ont été produites avec la licence Creative Commons Attribution-Non-commercial-Share Alike. Les médias sont autorisés à utiliser l’ensemble du contenu, à condition qu’il soit dûment attribué au CIFOR.

 

Le Centre International de Recherche en Foresterie (CIFOR) promeut le bien-être humain, la conservation de l’environnement et l’équité en menant des recherches pour documenter les politiques et les pratiques qui affectent les forêts dans les pays en développement. Le CIFOR contribue à assurer que la prise de décision qui affecte les forêts est basée sur une bonne connaissance et des principes de bonne gouvernance et reflète les perspectives des pays les moins avancés et des populations dont la survie dépend des forêts. Le CIFOR est l’un des 15 membres du Consortium CGIAR.

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019