CIFOR : Le palmier à huile ne doit pas entraîner la destruction des forêts

 

Experts : Cette culture controversée peut être durable si elle bénéficie d’une planification et d’une gestion appropriées

 

BOGOR, Indonésie — L’huile de palme - utilisée dans le monde dans la fabrication de divers produits, des produits alimentaires aux biocarburants, en passant par les produits de beauté - peut être développée en évitant de détruire de vastes étendues de forêt tropicales, si les méthodes et la planification appropriées sont appliquées.

 

Il s’agit des conclusions des scientifiques Alain Rival et Patrice Levang dans leur livre « Palms of Controversies : Oil Palm and Development Challenges » (Les Palmiers de la Controverse : Le Palmier à Huile et les Défis du Développement), récemment traduit en anglais et publié par le CIFOR à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Alimentation, le livre est disponible et peut être téléchargé gratuitement à l’adresse : http://www.cifor.org/library/4860/palms-of-controversies-oil-palm-and-development-challenges/

 

Les médias sont invités à republier une version revue du livre, ainsi que l’entretien et la transcription vidéo avec le co-auteur Patrice Levang, aussi longtemps qu’ils reviennent au CIFOR : 

 

 

De nos jours, l’huile de palme est l’huile végétale la plus consommée au monde. Quelques 18 millions d’hectares de terres sont utilisés dans les tropiques pour la culture du palmier à huile. En quelques décennies seulement, plus de 5 millions d’hectares de forêts primaires ont été convertis en Indonésie, plus de 4 millions en Malaisie et 1 million au Nigeria.

 

En conséquence, l’huile de palme alimente un débat polarisé. Pour l’agro-industrie et les petits exploitants agricoles dans les tropiques, il s’agit d’une culture miracle, l’oléagineux le plus rentable. Cependant, pour de nombreux ONG et groupes autochtones, il s’agit d’une menace grave contre les droits fonciers et l’environnement.

 

Le véritable problème, selon les auteurs, n’est pas l’huile de palme en soi, mais la manière dont l’on choisit de l’exploiter.

 

Rival du CIRAD, un centre français de recherche agricole pour le développement, Levang, du CIFOR et l’Institut de Recherche pour le Développement, l’IRD, s’inspirent des données et de l’expérience sur le terrain pour dresser un portrait global et nuancé de l’huile de palme, une image qui faisait grandement défaut au débat.

 

« Le palmier à huile ne doit pas nécessairement être cultivé sur les terres forestières, » déclare Levang. Il peut pousser en savane, sur des terres dégradées. En d’autres termes, le palmier à huile n’est pas responsable de la déforestation.

 

« Notre message clé dans le livre est : Il ne faut pas confondre la plante [avec] les personnes qui la cultivent. »

 

Les plantations de palmiers à huile, selon les auteurs, peuvent être créées sans détruire de vastes étendues de forêts tropicales. Des modèles de développement à ce sujet comprennent des techniques agro-forestières, le développement de patchwork et la planification de paysages écologiques.

 

Le défi, selon les auteurs, ne consistera pas à empêcher l’expansion du secteur du palmier à huile, mais à encourager des formes d’exploitation permettant de réduire au minimum les impacts négatifs sur la biodiversité et sur le bien-être des populations locales.

 

Toutes les histoires, les vidéos et les photos se rapportant à ce livre ont été produites avec la licence Creative Commons Attribution-Non-commercial-Share Alike. Les médias sont autorisés à utiliser l’ensemble du contenu, à condition qu’il soit dûment attribué au CIFOR.

 

Le Centre International de Recherche en Foresterie (CIFOR) promeut le bien-être humain, la conservation de l’environnement et l’équité en menant des recherches pour documenter les politiques et les pratiques qui affectent les forêts dans les pays en développement. Le CIFOR contribue à assurer que la prise de décision qui affecte les forêts est basée sur une bonne connaissance et des principes de bonne gouvernance et reflète les perspectives des pays les moins avancés et des populations dont la survie dépend des forêts. Le CIFOR est l’un des 15 membres du Consortium CGIAR.

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Le collège de la société civile en marche pour la tenue d’une journée spéciale le 18 décembre 2019

Thème: "Les forêts du Bassin du Congo à la croisée des chemins entre Conservation – Gestion et Développement Durable – Changements Climatiques et Investissements en milieu forestier : Rôle de la société civile et attentes des communautés riveraines"

En savoir plus...

Voaafrique-Le Cameroun et le Nigeria préoccupés par la sécurité de leur frontière commune

Les Gouverneurs des régions du Cameroun et États du Nigeria, des responsables administratifs et de sécurité ont discuté de la sécurité sur leur frontière commune pendant deux jours à Yaoundé mi-juillet.

En savoir plus...

CAWHFI NEWS N°004

La phase actuelle du projet CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) mise en œuvre par l’UNESCO, grâce au soutien financier de l’Union européenne s’achèvera en mars en 2020. Un des résultats majeurs attendus à son terme est le lancement du processus d’inscription de nouveaux sites de la sous-région sur la Liste du patrimoine mondial.

En savoir plus...

Les pays de l’Afrique centrale unissent leur voix pour le Sommet de l’action sur le Climat de New York.

Les ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères composant la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté samedi 7 septembre à Brazzaville une position commune en vue de parler d’une même voix à l’occasion du sommet de l’action sur le climat du 23 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Bien vouloir télécharger la position commune et le communiqué final de la rencontre…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019