Dr Denis Sonwa - CIFOR: Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité

 

Note de la rédaction : Une version de cet article a été publiée dans le bulletin du Beahrs Programme de Leadership Environnemental de l’Université de Californie – Berkeley.

 

La conservation de la biodiversité forestière a été la principale priorité environnementale en Afrique centrale. Les liens entre la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) et la Convention (CCNUCC) semblent être solides avec la REDD+ (Réduction des Emissions issues de la Déforestation et la Dégradation des forêts). Certains des objectifs d’Aichi (5, 7, 11 et 15) de la CDB et les sauvegardes environnementales de la REDD+ (CCNUCC) constituent des bonnes connexions entre les deux conventions. La REDD+ a ainsi émergé comme un moyen de conserver la biodiversité dans le bassin du Congo.

 

Parmi les priorités de la CCNUCC dans la région, l’adaptation au changement climatique, qui semble être davantage proche du développement des communautés, n’a pas reçu la même attention que la REDD+. Avec le soutien de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le CIFOR et ses partenaires mettent en œuvre un projet sur la synergie entre l’adaptation et l’atténuation. Après COFCAA (Forêts du Bassin du Congo et Adaptation au Changement Climatique), c’est l’un des rares projets régionaux sur l’adaptation dans le bassin du Congo.

 

Le développement rural, exempt de facteurs de stress tels que le changement climatique, est censé être associé à la gestion de la biodiversité, dans la perspective de réaliser des objectifs de conservation à l’intérieur et à l’extérieur des aires protégées. L’application des deux conventions ne se fait pas en vase clos. Les activités menées par le secteur forestier dans le cadre de ces conventions ont d’une manière ou d’une autre des liens vers le processus de développement ciblé par les pays de la région. Les pays du bassin du Congo envisagent d’être des économies émergentes dans une ou deux décennies.

 

En se basant sur les perspectives de Rio 92 (et celles des Sommets de la Terre suivants), construites généralement autour d’objectifs socio-économiques et écologiques, il est évident que l’agenda est inachevé dans le bassin du Congo. Le bassin du Congo est actuellement caractérisé par la coexistence de points chauds de biodiversité ; stocks importants de carbone forestier ; circonstances de conflit et de post-conflit ; proportions importantes de communautés pauvres, sous-alimentées, en mauvaise santé et vulnérables face au climat, vivant dans des zones éloignées où les connexions aux sources modernes d’énergie sont rares, etc.

 

Contrairement aux perceptions dans le monde développé, le développement et la conservation ont été perçus comme antagonistes dans les pays en voie de développement. La forêt et la production agricole intensive semblent être incompatibles. Selon un récent rapport de la Banque mondiale, certaines des conditions (éloignement, faible niveau de financement et d’investissement dans le secteur agricole, peu d’exploitation minière, faible consommation énergétique par ménage, etc.), qui ont contribué au maintien de la biodiversité et au stockage du carbone forestier en Afrique centrale, changeront dans un avenir proche, avec un risque d’augmenter la déforestation. Sans forte volonté et sans changement en profondeur, consistant à aller au-delà du secteur de la biodiversité pour la sauver, les efforts actuels risquent d’être vaines. Il est difficile de croire que le bassin du Congo sera sauvé par la manière dont la CDB et la CCNUCC sont mises en œuvre.

 

Le sommet des chefs d’Etat du bassin du Congo en mars 1999 a donné naissance à la Déclaration de Yaoundé, traduite en juillet 2004 par la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) en un plan sur 10 ans pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes d’Afrique centrale. Au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le secteur forestier est probablement l’un des plus organisé à travers la COMIFAC, avec le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) comme plateforme et avec un intérêt de tous les partenaires au secteur.

 

La facilitation américaine actuelle aidera probablement à revoir le plan actuel sur 10 ans pour la biodiversité et à organiser un autre sommet des chefs d’Etat, afin d’examiner la déclaration de Yaoundé. Le président Barack Obama, qui recevra à Washington ses pairs de la région lors du Sommet des Dirigeants US-Afrique en août, a dans le passé été disposé à soutenir la réduction de la déforestation dans le bassin du Congo.

 

À côté d’autres initiatives, les sommets à venir (à Washington et dans le bassin du Congo) représentent de bonnes opportunités pour faire progresser l’agenda au-delà de la biodiversité. Ces sommets peuvent offrir des possibilités pour que le développement durable devienne une réalité dans cette partie du monde. Le rêve est de voir la foresterie (conservation, exploitations forestières industrielles et à petite échelle, plantations), les industries (agro-industries, mines, etc.) et les activités des petits exploitants (agriculture, gestion des produits forestiers non ligneux, etc.) non seulement coexister, mais prospérer ensemble en Afrique.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter:  Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité    

 

Image credit: A wild bird in Cameroon. Forest biodiversity conservation has been the main environmental priority in central Africa. Terry Sunderland/CIFOR photo... Here

Revenir

Actualités du PFBC

Actualités

CIFOR: Contribuez à la définition des 20 questions les plus importantes pour les forêts, la foresterie et les paysages

Le projet T20Q donne l’opportunité à toute personne travaillant dans les secteurs des forêts, de l’agriculture et des paysages de déterminer les priorités d’une recherche d’avenir de qualité – et, finalement, des politiques publiques...

En savoir plus...

Le rapport détaillé de la 1ère réunion des comités d’experts du GTGF-COMIFAC est disponible

Conçu par la COMIFAC comme une plateforme de propositions des options et des mesures pour l’amélioration des cadres de gouvernance forestière des pays de l’espace COMIFAC, la GTGF-COMIFACa été créée pour contribuer à l’amélioration de la visibilité et à la capitalisation des efforts des Etats membres de la COMIFAC, en faveur de la bonne gouvernance forestière...

En savoir plus...

COMIFAC et conservation de la biodiversité: où en est on?

Du 24 au 28 mars 2014 à Kinshasa, République Démocratique du Congo s'est tenue la dix-neuvième session du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) organisée par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l’appui technique et financier du projet GIZ « Appui à la COMIFAC »...

En savoir plus...

Cameroun - Tribune: Inquiétante percée du braconnage dans le Sud

De nombreuses saisies opérées dans la région ces derniers jours. Le comité régional de lutte annonce des opérations coup de poing pour dénicher les foyers identifiés. Au moins 265 défenses d’éléphants saisies, ces derniers jours, sont passées par la région du Sud.

En savoir plus...

CEEAC: Visite de M. Patrick MBOMA en Afrique Centrale

Du 1er août au 10 septembre 2014, M. Patrick MBOMA, Ambassadeur de Bonne Volonté de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) en matière de Lutte Anti Braconnage, va effectuer une visite au Congo, Gabon et République Démocratique du Congo

En savoir plus...

AFP: Cameroun: saisie de 187 pointes d'ivoire près de Yaoundé

Les autorités camerounaises ont saisi lundi 187 pointes d'ivoire, représentant une "centaine d'éléphants abattus", a rapporté la radio d'Etat...

En savoir plus...

Libération: Braconnage : «Nous faisons face à des attaques, parfois avec des armes de guerre»

Témoignage: Guillaume Le Flohic, français, 28 ans, travaille au sein du parc national d’Odzala-Kokoua au Congo-Brazzaville. Il y dirige le service Conservation et Recherche depuis juin 2013. En mai, il a contacté «Libération» pour témoigner d’une agression dont a été victime le responsable de la lutte anti-braconnage et au-delà, toute l’équipe du parc, ainsi que de la grande difficulté de poursuivre le travail de conservation en Afrique...

En savoir plus...

CIFOR: Le négoce du bois entre la Chine et l’Afrique Diversité des modèles économiques et nécessité d’imaginer des réponses spécifiques pour l’action publique

"...La Chine est désormais le premier pays importateur de bois tropicaux, les trois-quarts du bois exporté du continent africain étant destinés au marché chinois. Cette demande soulève des inquiétudes à propos des impacts environnementaux et socio-économiques des chaînes d’approvisionnement en bois des entreprises chinoises en Afrique" - "... Nous avons constaté que les acteurs en jeu ont recours à une large palette de modèles économiques et de chaînes de valeur. Par conséquent, nous avançons qu’il existe plusieurs solutions pour faire pression au moyen des politiques publiques. Une amélioration de l’efficacité des politiques publiques par toutes les parties doit tenir compte des caractéristiques de chaque modèle économique..."

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2014

Burundi-COMIFAC