Dr Denis Sonwa - CIFOR: Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité

 

Note de la rédaction : Une version de cet article a été publiée dans le bulletin du Beahrs Programme de Leadership Environnemental de l’Université de Californie – Berkeley.

 

La conservation de la biodiversité forestière a été la principale priorité environnementale en Afrique centrale. Les liens entre la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) et la Convention (CCNUCC) semblent être solides avec la REDD+ (Réduction des Emissions issues de la Déforestation et la Dégradation des forêts). Certains des objectifs d’Aichi (5, 7, 11 et 15) de la CDB et les sauvegardes environnementales de la REDD+ (CCNUCC) constituent des bonnes connexions entre les deux conventions. La REDD+ a ainsi émergé comme un moyen de conserver la biodiversité dans le bassin du Congo.

 

Parmi les priorités de la CCNUCC dans la région, l’adaptation au changement climatique, qui semble être davantage proche du développement des communautés, n’a pas reçu la même attention que la REDD+. Avec le soutien de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le CIFOR et ses partenaires mettent en œuvre un projet sur la synergie entre l’adaptation et l’atténuation. Après COFCAA (Forêts du Bassin du Congo et Adaptation au Changement Climatique), c’est l’un des rares projets régionaux sur l’adaptation dans le bassin du Congo.

 

Le développement rural, exempt de facteurs de stress tels que le changement climatique, est censé être associé à la gestion de la biodiversité, dans la perspective de réaliser des objectifs de conservation à l’intérieur et à l’extérieur des aires protégées. L’application des deux conventions ne se fait pas en vase clos. Les activités menées par le secteur forestier dans le cadre de ces conventions ont d’une manière ou d’une autre des liens vers le processus de développement ciblé par les pays de la région. Les pays du bassin du Congo envisagent d’être des économies émergentes dans une ou deux décennies.

 

En se basant sur les perspectives de Rio 92 (et celles des Sommets de la Terre suivants), construites généralement autour d’objectifs socio-économiques et écologiques, il est évident que l’agenda est inachevé dans le bassin du Congo. Le bassin du Congo est actuellement caractérisé par la coexistence de points chauds de biodiversité ; stocks importants de carbone forestier ; circonstances de conflit et de post-conflit ; proportions importantes de communautés pauvres, sous-alimentées, en mauvaise santé et vulnérables face au climat, vivant dans des zones éloignées où les connexions aux sources modernes d’énergie sont rares, etc.

 

Contrairement aux perceptions dans le monde développé, le développement et la conservation ont été perçus comme antagonistes dans les pays en voie de développement. La forêt et la production agricole intensive semblent être incompatibles. Selon un récent rapport de la Banque mondiale, certaines des conditions (éloignement, faible niveau de financement et d’investissement dans le secteur agricole, peu d’exploitation minière, faible consommation énergétique par ménage, etc.), qui ont contribué au maintien de la biodiversité et au stockage du carbone forestier en Afrique centrale, changeront dans un avenir proche, avec un risque d’augmenter la déforestation. Sans forte volonté et sans changement en profondeur, consistant à aller au-delà du secteur de la biodiversité pour la sauver, les efforts actuels risquent d’être vaines. Il est difficile de croire que le bassin du Congo sera sauvé par la manière dont la CDB et la CCNUCC sont mises en œuvre.

 

Le sommet des chefs d’Etat du bassin du Congo en mars 1999 a donné naissance à la Déclaration de Yaoundé, traduite en juillet 2004 par la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) en un plan sur 10 ans pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes d’Afrique centrale. Au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le secteur forestier est probablement l’un des plus organisé à travers la COMIFAC, avec le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) comme plateforme et avec un intérêt de tous les partenaires au secteur.

 

La facilitation américaine actuelle aidera probablement à revoir le plan actuel sur 10 ans pour la biodiversité et à organiser un autre sommet des chefs d’Etat, afin d’examiner la déclaration de Yaoundé. Le président Barack Obama, qui recevra à Washington ses pairs de la région lors du Sommet des Dirigeants US-Afrique en août, a dans le passé été disposé à soutenir la réduction de la déforestation dans le bassin du Congo.

 

À côté d’autres initiatives, les sommets à venir (à Washington et dans le bassin du Congo) représentent de bonnes opportunités pour faire progresser l’agenda au-delà de la biodiversité. Ces sommets peuvent offrir des possibilités pour que le développement durable devienne une réalité dans cette partie du monde. Le rêve est de voir la foresterie (conservation, exploitations forestières industrielles et à petite échelle, plantations), les industries (agro-industries, mines, etc.) et les activités des petits exploitants (agriculture, gestion des produits forestiers non ligneux, etc.) non seulement coexister, mais prospérer ensemble en Afrique.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter:  Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité    

 

Image credit: A wild bird in Cameroon. Forest biodiversity conservation has been the main environmental priority in central Africa. Terry Sunderland/CIFOR photo... Here

Revenir

Actualités du PFBC

Actualités

Rapport de clôture du projet PREFOCAD de l’Alternatives Durables pour le Développement

Avec 1200 personnes impliquées, Le Projet de Préservation des Ecosystèmes Forestiers gérés par Les Communautés villageoises et les peuples Autochtones de la commune de Dimako en abrégé PREFOCAD, a formé 1174 personnes dont 470 sont des femmes et 221 Baka.…De micro parcelles évaluées à 5ha ont été aménagées et les recrues de plus de 20 espèces forestières valorisées…. Le projet compte à son actif la saisie par le MINFOF de plus de 500m3 de bois illégalement exploités, le vote par la commune de Dimako d’un budget de 12 millions de FCFA en vue de la réalisation des œuvres sociales identifiés par les communautés, l’octroi de micro crédits aux femmes et aux peuples autochtones Baka et la dynamisation de la vente des PFNL ayant permis à 421 petits producteurs membres de 24 GIC affiliés à l’Union de GIC des PFNL de Dimako d’écouler 51 sacs de Ndo’o pour un revenu global de 4.270.000…

 

En savoir plus...

Les bénéfices de la REDD+ en RDC : Etude de faisabilité pour une évaluation économique et cartographie

L'objectif de cette étude est d’explorer les données existantes sur les forêts en RDC qui pourraient permettre la cartographie et l’évaluation des services environnementaux, c’est-à-dire les avantages procurés par l’utilisation des forêts, à la fois indirects (sol, eau) et directs (produits forestiers non ligneux, tourisme, bois de grande valeur). Sur la base de ces conclusions, l’étude suggère des pistes à suivre pour la RDC afin de procéder à une évaluation des bénéfices multiples des forêts.

En savoir plus...

COMIFAC-Réunion préparatoire des pays membres de la COMIFAC à la 11ème session du FNUF : la sous-région adopte une position commune

Sous le haut patronage du Gouvernement de la République du Cameroun, à travers le Ministère des Forêts et de la Faune, le Secrétariat Exécutif de la Commission des Forêts d’Afrique centrale (COMIFAC), avec le soutien financier de la JICA, de WRI (CARPE/USAID) et de la GIZ, a organisé du 21 au 22 avril 2015, à l’Hôtel Résidence La Falaise de Douala, la réunion préparatoire des pays membres de la COMIFAC à la 11ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) prévue du 04 au 15 mai 2015 à New-York, aux USA…

 

 

En savoir plus...

Conférence des Ministres de la CEEAC sur la validation des Plans d’Action d’Urgence de Lutte Anti Braconnage dans les zones de forêt et de savane d’Afrique centrale

La Conférence des Ministres de la CEEAC  sur la validation des Plans d’Action d’Urgence de Lutte Anti Braconnage dans les zones de savane et de forêt d’Afrique centrale s'est tenue le 28 avril 2015 à Brazzaville (République du Congo), sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Henri DJOMBO, Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Déclin des grands singes d'Afrique centrale : Un nouveau plan d'action pour la conservation

Le rapport intitulé Plan d'action régional  pour la conservation des gorilles des plaines de l’Ouest et des chimpanzés d’Afrique centrale- 2015-2025 décrit le nombre croissant de menaces auxquelles sont confrontés ces grands singes à travers six pays de l’aire de répartition, y compris la conclusion que près de 80% des dangers de ces grands singes dans la région se produisent en dehors des zones protégées...

En savoir plus...

PCF Prix Wangari Maathai 2015

Le vainqueur du prix recevra la somme de 20 000 dollars EU en espèces avec la reconnaissance internationale de sa contribution exceptionnelle à la protection, à la régénération et la gestion durable des forêts ainsi qu’à la prise de conscience du rôle clé que jouent les forêts dans le soutien aux communautés locales, aux moyens d’existence en milieu rural, aux femmes et à l’environnement...

En savoir plus...

ENB : Résumé de la Deuxième session de rédaction du Document Final de la Troisième Conférence Internationale sur le Financement du Développement

La deuxième session de rédaction du document final de la troisième Conférence Internationale sur le Financement du Développement (FfD3) s'est tenue au Siège des Nations Unies, New York, du 13 au 17 avril 2015. 

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2015

Les Focus de l'UVED