Dr Denis Sonwa - CIFOR: Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité

 

Note de la rédaction : Une version de cet article a été publiée dans le bulletin du Beahrs Programme de Leadership Environnemental de l’Université de Californie – Berkeley.

 

La conservation de la biodiversité forestière a été la principale priorité environnementale en Afrique centrale. Les liens entre la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) et la Convention (CCNUCC) semblent être solides avec la REDD+ (Réduction des Emissions issues de la Déforestation et la Dégradation des forêts). Certains des objectifs d’Aichi (5, 7, 11 et 15) de la CDB et les sauvegardes environnementales de la REDD+ (CCNUCC) constituent des bonnes connexions entre les deux conventions. La REDD+ a ainsi émergé comme un moyen de conserver la biodiversité dans le bassin du Congo.

 

Parmi les priorités de la CCNUCC dans la région, l’adaptation au changement climatique, qui semble être davantage proche du développement des communautés, n’a pas reçu la même attention que la REDD+. Avec le soutien de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le CIFOR et ses partenaires mettent en œuvre un projet sur la synergie entre l’adaptation et l’atténuation. Après COFCAA (Forêts du Bassin du Congo et Adaptation au Changement Climatique), c’est l’un des rares projets régionaux sur l’adaptation dans le bassin du Congo.

 

Le développement rural, exempt de facteurs de stress tels que le changement climatique, est censé être associé à la gestion de la biodiversité, dans la perspective de réaliser des objectifs de conservation à l’intérieur et à l’extérieur des aires protégées. L’application des deux conventions ne se fait pas en vase clos. Les activités menées par le secteur forestier dans le cadre de ces conventions ont d’une manière ou d’une autre des liens vers le processus de développement ciblé par les pays de la région. Les pays du bassin du Congo envisagent d’être des économies émergentes dans une ou deux décennies.

 

En se basant sur les perspectives de Rio 92 (et celles des Sommets de la Terre suivants), construites généralement autour d’objectifs socio-économiques et écologiques, il est évident que l’agenda est inachevé dans le bassin du Congo. Le bassin du Congo est actuellement caractérisé par la coexistence de points chauds de biodiversité ; stocks importants de carbone forestier ; circonstances de conflit et de post-conflit ; proportions importantes de communautés pauvres, sous-alimentées, en mauvaise santé et vulnérables face au climat, vivant dans des zones éloignées où les connexions aux sources modernes d’énergie sont rares, etc.

 

Contrairement aux perceptions dans le monde développé, le développement et la conservation ont été perçus comme antagonistes dans les pays en voie de développement. La forêt et la production agricole intensive semblent être incompatibles. Selon un récent rapport de la Banque mondiale, certaines des conditions (éloignement, faible niveau de financement et d’investissement dans le secteur agricole, peu d’exploitation minière, faible consommation énergétique par ménage, etc.), qui ont contribué au maintien de la biodiversité et au stockage du carbone forestier en Afrique centrale, changeront dans un avenir proche, avec un risque d’augmenter la déforestation. Sans forte volonté et sans changement en profondeur, consistant à aller au-delà du secteur de la biodiversité pour la sauver, les efforts actuels risquent d’être vaines. Il est difficile de croire que le bassin du Congo sera sauvé par la manière dont la CDB et la CCNUCC sont mises en œuvre.

 

Le sommet des chefs d’Etat du bassin du Congo en mars 1999 a donné naissance à la Déclaration de Yaoundé, traduite en juillet 2004 par la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) en un plan sur 10 ans pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes d’Afrique centrale. Au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le secteur forestier est probablement l’un des plus organisé à travers la COMIFAC, avec le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) comme plateforme et avec un intérêt de tous les partenaires au secteur.

 

La facilitation américaine actuelle aidera probablement à revoir le plan actuel sur 10 ans pour la biodiversité et à organiser un autre sommet des chefs d’Etat, afin d’examiner la déclaration de Yaoundé. Le président Barack Obama, qui recevra à Washington ses pairs de la région lors du Sommet des Dirigeants US-Afrique en août, a dans le passé été disposé à soutenir la réduction de la déforestation dans le bassin du Congo.

 

À côté d’autres initiatives, les sommets à venir (à Washington et dans le bassin du Congo) représentent de bonnes opportunités pour faire progresser l’agenda au-delà de la biodiversité. Ces sommets peuvent offrir des possibilités pour que le développement durable devienne une réalité dans cette partie du monde. Le rêve est de voir la foresterie (conservation, exploitations forestières industrielles et à petite échelle, plantations), les industries (agro-industries, mines, etc.) et les activités des petits exploitants (agriculture, gestion des produits forestiers non ligneux, etc.) non seulement coexister, mais prospérer ensemble en Afrique.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter:  Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité    

 

Image credit: A wild bird in Cameroon. Forest biodiversity conservation has been the main environmental priority in central Africa. Terry Sunderland/CIFOR photo... Here

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

GEAPE Rapport : Implication des femmes dans la vente de la viande du gibier dans le territoire de Walikale en République démocratique du Congo, une pression toujours grandissante sur les grands singes.

...La majorité des femmes pratiquent les commerces  de la viande  de brousse  comme un moyen de survie, car la  guerre a plongé la population dans une pauvreté extrême,  et suite à la guerre elle n’a pas eu le temps de cultiver le champ, de faire l’élevage et dont malheureusement, les bétails, petits bétails  et autres  étaient  souvent   pillés  par les groupes armés....

En savoir plus...

WWF Report-2016 : Des succès étonnants malgré les révélations alarmantes

2016 fut indubitablement une année bien spéciale pour le WWF Cameroun. En effet, le WWF a apporté des contributions significatives dans le Bassin du Congo voir partout dans le monde de manière générale à la conservation et au Cameroun en particulier.

En savoir plus...

Projet AAP2 165 PAM: Engagement de TOOGGA Sarl, entreprise

L'entreprise s'engage à soutenir le programme proposé par le Professeur Abdellahi Mohamed Vall HMEYADA dans le cadre de la réponse à l'appel d'offre PSPD2 de 2017 et s'y investir fortement.

 

En savoir plus...

RIFFEAC : Clôture de réception des dossiers de Candidature pour les bourses d’études REDD+

Le Coordonnateur Régionale du RIFFEAC déclare, close la réception des dossiers de Candidature pour les bourses d’études REDD+. Tous les dossier reçus avant la date de clôture (20 Avril) seront analysés conformément aux exigences applicables

En savoir plus...

WWF-UE Atelier de réflexion stratégique sur la gestion du massif forestier de Ngoyla-Mintom

L’atelier de réflexion stratégique sur la gestion du massif forestier de Ngoyla-Mintom et de clôture du Projet WWF-UE de Ngoyla-Mintom s’est tenu le 28 mars 2017, à l’Hôtel Hilton, à Yaoundé, au Cameroun. Il a été organisé à l’initiative du Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF), en partenariat avec le Fonds Mondial pour la Nature (WWF) et avec l’appui financier de l’Union Européenne.

En savoir plus...

Les acteurs de la protection des droits des populations autochtones se concertent à Yaoundé

L’Hôtel Djeuga Palace de Yaoundé a servi de cadre les jeudi 06 et vendredi 07 avril 2017 à l’atelier de renforcement des capacités des acteurs intersectoriels sur la protection des droits des Populations Autochtones (PA) dans la mise en œuvre des programmes et projets de conservation de la biodiversité.

 

En savoir plus...

Fonds Vert pour le Climat : Vacances de postes

Le FVC valorise la diversité et encourage les applications de personnes de toutes les origines, quel que soit leur âge, race, sexe, orientation sexuelle, citoyenneté, religion, handicap ou autres attributs similaires. Si vous êtes motivé par notre mandat et pensez que votre profil peut intéresser le Fonds, veuillez consulter les offres ci-après. 

En savoir plus...

ONU-REDD : Une réussite congolaise : Deuxième partie - Persévérance et appropriation par le gouvernement

La République du Congo a récemment achevé une analyse économique des coûts et avantages de ses options stratégiques pour REDD+ et un examen des sources de financement pour la mise en œuvre de sa stratégie nationale REDD+. Emelyne Cheney et Jonathan Gheyssens de l'ONU Environnement discutent dans cette deuxième partie de la conversation leur expérience de soutien au pays avec ce travail difficile mais finalement décisif.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030