Dr Denis Sonwa - CIFOR: Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité

 

Note de la rédaction : Une version de cet article a été publiée dans le bulletin du Beahrs Programme de Leadership Environnemental de l’Université de Californie – Berkeley.

 

La conservation de la biodiversité forestière a été la principale priorité environnementale en Afrique centrale. Les liens entre la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) et la Convention (CCNUCC) semblent être solides avec la REDD+ (Réduction des Emissions issues de la Déforestation et la Dégradation des forêts). Certains des objectifs d’Aichi (5, 7, 11 et 15) de la CDB et les sauvegardes environnementales de la REDD+ (CCNUCC) constituent des bonnes connexions entre les deux conventions. La REDD+ a ainsi émergé comme un moyen de conserver la biodiversité dans le bassin du Congo.

 

Parmi les priorités de la CCNUCC dans la région, l’adaptation au changement climatique, qui semble être davantage proche du développement des communautés, n’a pas reçu la même attention que la REDD+. Avec le soutien de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le CIFOR et ses partenaires mettent en œuvre un projet sur la synergie entre l’adaptation et l’atténuation. Après COFCAA (Forêts du Bassin du Congo et Adaptation au Changement Climatique), c’est l’un des rares projets régionaux sur l’adaptation dans le bassin du Congo.

 

Le développement rural, exempt de facteurs de stress tels que le changement climatique, est censé être associé à la gestion de la biodiversité, dans la perspective de réaliser des objectifs de conservation à l’intérieur et à l’extérieur des aires protégées. L’application des deux conventions ne se fait pas en vase clos. Les activités menées par le secteur forestier dans le cadre de ces conventions ont d’une manière ou d’une autre des liens vers le processus de développement ciblé par les pays de la région. Les pays du bassin du Congo envisagent d’être des économies émergentes dans une ou deux décennies.

 

En se basant sur les perspectives de Rio 92 (et celles des Sommets de la Terre suivants), construites généralement autour d’objectifs socio-économiques et écologiques, il est évident que l’agenda est inachevé dans le bassin du Congo. Le bassin du Congo est actuellement caractérisé par la coexistence de points chauds de biodiversité ; stocks importants de carbone forestier ; circonstances de conflit et de post-conflit ; proportions importantes de communautés pauvres, sous-alimentées, en mauvaise santé et vulnérables face au climat, vivant dans des zones éloignées où les connexions aux sources modernes d’énergie sont rares, etc.

 

Contrairement aux perceptions dans le monde développé, le développement et la conservation ont été perçus comme antagonistes dans les pays en voie de développement. La forêt et la production agricole intensive semblent être incompatibles. Selon un récent rapport de la Banque mondiale, certaines des conditions (éloignement, faible niveau de financement et d’investissement dans le secteur agricole, peu d’exploitation minière, faible consommation énergétique par ménage, etc.), qui ont contribué au maintien de la biodiversité et au stockage du carbone forestier en Afrique centrale, changeront dans un avenir proche, avec un risque d’augmenter la déforestation. Sans forte volonté et sans changement en profondeur, consistant à aller au-delà du secteur de la biodiversité pour la sauver, les efforts actuels risquent d’être vaines. Il est difficile de croire que le bassin du Congo sera sauvé par la manière dont la CDB et la CCNUCC sont mises en œuvre.

 

Le sommet des chefs d’Etat du bassin du Congo en mars 1999 a donné naissance à la Déclaration de Yaoundé, traduite en juillet 2004 par la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) en un plan sur 10 ans pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes d’Afrique centrale. Au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le secteur forestier est probablement l’un des plus organisé à travers la COMIFAC, avec le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) comme plateforme et avec un intérêt de tous les partenaires au secteur.

 

La facilitation américaine actuelle aidera probablement à revoir le plan actuel sur 10 ans pour la biodiversité et à organiser un autre sommet des chefs d’Etat, afin d’examiner la déclaration de Yaoundé. Le président Barack Obama, qui recevra à Washington ses pairs de la région lors du Sommet des Dirigeants US-Afrique en août, a dans le passé été disposé à soutenir la réduction de la déforestation dans le bassin du Congo.

 

À côté d’autres initiatives, les sommets à venir (à Washington et dans le bassin du Congo) représentent de bonnes opportunités pour faire progresser l’agenda au-delà de la biodiversité. Ces sommets peuvent offrir des possibilités pour que le développement durable devienne une réalité dans cette partie du monde. Le rêve est de voir la foresterie (conservation, exploitations forestières industrielles et à petite échelle, plantations), les industries (agro-industries, mines, etc.) et les activités des petits exploitants (agriculture, gestion des produits forestiers non ligneux, etc.) non seulement coexister, mais prospérer ensemble en Afrique.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter:  Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité    

 

Image credit: A wild bird in Cameroon. Forest biodiversity conservation has been the main environmental priority in central Africa. Terry Sunderland/CIFOR photo... Here

Revenir

Actualités du PFBC

Actualités

Gabon : le Forum national CEFDHAC s’implique dans les processus REDD+ et le changement climatiques

Il s'est tenu à Libreville du 24 au 26 septembre 2014, l’atelier national d’information sur les activités de l’UICN sur les changements climatiques, l’élaboration de la stratégie d’engagement et du plan de communication de la société civile sur les changements climatiques et la REDD+ au Gabon...

En savoir plus...

Parc National de Bouba Ndjida : les acteurs étatiques unis contre la criminalité faunique

La ville de Garoua au Cameroun a abrité un important atelier de formation des acteurs étatiques sur les textes légaux et réglementaires relatifs à la lutte anti-braconnage, organisé par l’UICN du 27 au 28 août 2014, dans le cadre de la mise en œuvre du projet de « Renforcement des Capacités / Sensibilisation des Acteurs des Écosystèmes de Savanes Nord d’Afrique Centrale en Matière de Lutte Anti-braconnage » financé par la CEEAC/UE.

En savoir plus...

REDD+ : le REFADD renforce ses capacités sur le développement des projets pilotes

Dans le cadre de la mise en œuvre d'une sous composante du Projet Régional REDD+ de la COMIFAC et du projet « d’appui à la participation de la société civile à la gestion durable des écosystèmes forestiers à travers les plateformes de concertation dans les paysages, les réseaux d’acteurs, les fora nationaux et sous-régional de la CEFDHAC », le Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD) a organisé  avec l'appui l'UICN un atelier de formation des formatrices sur le développement des projets pilotes REDD+ du 15 au 18 septembre 2014 à Douala au Cameroun... 

En savoir plus...

Une stratégie genre en matière de REDD+ et adaptation aux Changements Climatiques en Afrique Centrale

Le Réseau Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD) vient de développer une stratégie régionale sur le genre en matière de REDD+ et adaptation, avec l’appui technique et financier de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), et l’Agence Canadienne de Développement International (ACDI). Cette stratégie est un outil de référence permettant aux parties prenantes du Bassin du Congo d’intégrer la dimension genre dans les politiques et programmes et de garantir la participation active des femmes dans les processus.

En savoir plus...

On parlera de lui au passé composé, si rien n'est fait..

D'après une récente étude de TRAFFIC sur l'espèce, son niveau de vulnérabilité a atteint la cote d'alerte à cause de sa surexploitation pour des aliments, des métiers de la médecine traditionnelle et comme animal de compagnie. cette étude révèle que entre 1,5 et 2 millions d'œufs sont collectés chaque année et que sur 30 saisies ont été réalisées  entre 2003 et 2013 plus de 80 000 individus ont été concernés. Récemment, 8368 animaux ont été découverts dans plusieurs valises saisies en Papouasie et à Jakarta en Janvier 2014

En savoir plus...

CRIME ORGANISE CONTRE L'ORMEAU DES COTES D'AFRIQUE DU SUD

Une étude réalisée récemment à Pretoria en Afrique du Sud sur la population des Ormeaux de ce pays, révèle que les toxicomanes des communautés côtières échangent l'escargot récolté illégalement dans les fonds marins contre les médicaments...

En savoir plus...

Sécurité alimentaire en Afrique Centrale: quelle peut être la contribution des PFNL ?

Le projet "Renforcement de la contribution des produits forestiers non ligneux à la sécurité alimentaire en Afrique centrale" dont son atelier de lancement  s’est tenu à Kigali (Rwanda) du 03 au 05 juin 2014 vise à apporter une réponse à la question de l’apport des produits forestiers non ligneux à la sécurité alimentaire en Afrique Centrale. 

En savoir plus...

Le Plan de Convergence de la COMIFAC 2015-2025 adopté en Conseil des Ministres de la COMIFAC

Face à l'émergence de certaines thématiques ces dernières décennies, à savoir la REDD+, Égalité Femme - Homme, ainsi que la ratification des conventions, traités et accords internationaux dans lesquels les pays de la COMIFAC sont engagés, il était urgent de réviser le plan de convergence de la COMIFAC de 2005 afin d'y intégrer les nouvelles orientations en lien avec ces thématiques.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2014

Burundi-COMIFAC