Dr Denis Sonwa - CIFOR: Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité

 

Note de la rédaction : Une version de cet article a été publiée dans le bulletin du Beahrs Programme de Leadership Environnemental de l’Université de Californie – Berkeley.

 

La conservation de la biodiversité forestière a été la principale priorité environnementale en Afrique centrale. Les liens entre la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) et la Convention (CCNUCC) semblent être solides avec la REDD+ (Réduction des Emissions issues de la Déforestation et la Dégradation des forêts). Certains des objectifs d’Aichi (5, 7, 11 et 15) de la CDB et les sauvegardes environnementales de la REDD+ (CCNUCC) constituent des bonnes connexions entre les deux conventions. La REDD+ a ainsi émergé comme un moyen de conserver la biodiversité dans le bassin du Congo.

 

Parmi les priorités de la CCNUCC dans la région, l’adaptation au changement climatique, qui semble être davantage proche du développement des communautés, n’a pas reçu la même attention que la REDD+. Avec le soutien de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le CIFOR et ses partenaires mettent en œuvre un projet sur la synergie entre l’adaptation et l’atténuation. Après COFCAA (Forêts du Bassin du Congo et Adaptation au Changement Climatique), c’est l’un des rares projets régionaux sur l’adaptation dans le bassin du Congo.

 

Le développement rural, exempt de facteurs de stress tels que le changement climatique, est censé être associé à la gestion de la biodiversité, dans la perspective de réaliser des objectifs de conservation à l’intérieur et à l’extérieur des aires protégées. L’application des deux conventions ne se fait pas en vase clos. Les activités menées par le secteur forestier dans le cadre de ces conventions ont d’une manière ou d’une autre des liens vers le processus de développement ciblé par les pays de la région. Les pays du bassin du Congo envisagent d’être des économies émergentes dans une ou deux décennies.

 

En se basant sur les perspectives de Rio 92 (et celles des Sommets de la Terre suivants), construites généralement autour d’objectifs socio-économiques et écologiques, il est évident que l’agenda est inachevé dans le bassin du Congo. Le bassin du Congo est actuellement caractérisé par la coexistence de points chauds de biodiversité ; stocks importants de carbone forestier ; circonstances de conflit et de post-conflit ; proportions importantes de communautés pauvres, sous-alimentées, en mauvaise santé et vulnérables face au climat, vivant dans des zones éloignées où les connexions aux sources modernes d’énergie sont rares, etc.

 

Contrairement aux perceptions dans le monde développé, le développement et la conservation ont été perçus comme antagonistes dans les pays en voie de développement. La forêt et la production agricole intensive semblent être incompatibles. Selon un récent rapport de la Banque mondiale, certaines des conditions (éloignement, faible niveau de financement et d’investissement dans le secteur agricole, peu d’exploitation minière, faible consommation énergétique par ménage, etc.), qui ont contribué au maintien de la biodiversité et au stockage du carbone forestier en Afrique centrale, changeront dans un avenir proche, avec un risque d’augmenter la déforestation. Sans forte volonté et sans changement en profondeur, consistant à aller au-delà du secteur de la biodiversité pour la sauver, les efforts actuels risquent d’être vaines. Il est difficile de croire que le bassin du Congo sera sauvé par la manière dont la CDB et la CCNUCC sont mises en œuvre.

 

Le sommet des chefs d’Etat du bassin du Congo en mars 1999 a donné naissance à la Déclaration de Yaoundé, traduite en juillet 2004 par la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) en un plan sur 10 ans pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes d’Afrique centrale. Au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le secteur forestier est probablement l’un des plus organisé à travers la COMIFAC, avec le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) comme plateforme et avec un intérêt de tous les partenaires au secteur.

 

La facilitation américaine actuelle aidera probablement à revoir le plan actuel sur 10 ans pour la biodiversité et à organiser un autre sommet des chefs d’Etat, afin d’examiner la déclaration de Yaoundé. Le président Barack Obama, qui recevra à Washington ses pairs de la région lors du Sommet des Dirigeants US-Afrique en août, a dans le passé été disposé à soutenir la réduction de la déforestation dans le bassin du Congo.

 

À côté d’autres initiatives, les sommets à venir (à Washington et dans le bassin du Congo) représentent de bonnes opportunités pour faire progresser l’agenda au-delà de la biodiversité. Ces sommets peuvent offrir des possibilités pour que le développement durable devienne une réalité dans cette partie du monde. Le rêve est de voir la foresterie (conservation, exploitations forestières industrielles et à petite échelle, plantations), les industries (agro-industries, mines, etc.) et les activités des petits exploitants (agriculture, gestion des produits forestiers non ligneux, etc.) non seulement coexister, mais prospérer ensemble en Afrique.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter:  Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité    

 

Image credit: A wild bird in Cameroon. Forest biodiversity conservation has been the main environmental priority in central Africa. Terry Sunderland/CIFOR photo... Here

Revenir

Actualités du PFBC

Actualités

CIFOR: Le négoce du bois entre la Chine et l’Afrique Diversité des modèles économiques et nécessité d’imaginer des réponses spécifiques pour l’action publique

"...La Chine est désormais le premier pays importateur de bois tropicaux, les trois-quarts du bois exporté du continent africain étant destinés au marché chinois. Cette demande soulève des inquiétudes à propos des impacts environnementaux et socio-économiques des chaînes d’approvisionnement en bois des entreprises chinoises en Afrique" - "... Nous avons constaté que les acteurs en jeu ont recours à une large palette de modèles économiques et de chaînes de valeur. Par conséquent, nous avançons qu’il existe plusieurs solutions pour faire pression au moyen des politiques publiques. Une amélioration de l’efficacité des politiques publiques par toutes les parties doit tenir compte des caractéristiques de chaque modèle économique..."

En savoir plus...

TRAFFIC Flash d'information: nouvelles sur le commerce des espèces de faune et de flore sauvages en Afrique

Dans cette édition: Cameroun : conservation des espèces protégées, des douaniers formés -  Saisie de 28 crânes de primates- Des crânes de gorille saisis chez deux trafiquants - Gabon:  Des centaines de produits en peaux de crocodiles saisis au marché artisanal de Libreville - Haut-Ogooué - L'implication des autorités locales dans l'application des lois fauniques et forestières  -Noël Nelson Messone pour une meilleure application de la loi forestière- Des chasseurs interceptés à Guietsou et à Mandji - République Démocratique du Congo: Congo-Kinshasa: Le gouvernement veut assurer la traçabilité du bois - Des exploitants forestiers dénoncent l'exploitation illicite du bois à Nkala -Maniema - Encadrement d'ex-barconniers, I'ICCN sensibilise ses partenaires...

En savoir plus...

Lessons for REDD+ from Cameroon’s past forestry law reform: a political economy analysis

"...In this paper, we view the REDD+ policy arena in Cameroon within a political economy framework and conduct policy network analysis to explore the factors that will enable or hinder efforts to implement the broad policy change required to realize REDD+. As the REDD+ context is shaped by the history of Cameroon’s forestry sector, we draw lessons for REDD+ from the forestry law reform undertaken in 1994. We focus our analysis on three factors considered necessary for REDD+ success..."

En savoir plus...

Brésil : La méthodologie d'évaluation du niveau de référence d’émission connait un succès au Brésil

Grâce à l'utilisation de cette méthodologie d'évaluation du niveau de référence des émissions, le Brésil vient de connaitre son niveau de référence sous national de la biomasse amazonienne à travers des études réalisées à cet effet. Cet exemple du Brésil pourrait encourager certains pays du bassin du Congo comme la RDC dans le développement de ses compétences et l'estimation du niveau des stocks de carbone et du taux de flux (exemple des niveaux d'émissions de référence) de la biomasse...

En savoir plus...

CBFP News - August 2014 / Nouvelles du PFBC - Août 2014

1. Le Président Obama accueille un sommet historique avec l`Afrique...2. Prochaines visites de la Facilitation des Etats-Unis du PFBC dans l’Union Européenne et en Afrique Centrale...3. Le Ministre des Forêts de la République du Congo envisage d’appuyer la stratégie panafricaine de lutte contre le trafic des espèces sauvages...4.  Inscriptions : une réussite du PFBC en vue de la Conférence PFBC d’octobre... / 1.  Pres. Obama hosts historic Summit with Africa... Upcoming Facilitation Visit to EU and central Africa...3. Rep. of Congo Minister of Forests on Track to Support pan-Africa Strategy on Wildlife Trafficking...4.  Registration a Success for CBFP October Meeting

 

En savoir plus...

La Collaboration Transfrontalière du Grand Virunga (GVTC) à Doha

Du 14 au 24 juin 2014, la Collaboration Transfrontalière entre la RDC, le Rwanda & l’Uganda Greater Virunga Transboundary Collaboration, GVTC en sigle, a été invitée à Doha, au Qatar, afin de prendre part, en qualité d’observateur, à la 38e Session du Comité du Patrimoine mondial organisé par l’UNESCO...

En savoir plus...

UNEP-NEWS CENTRE : Les investissements dans l'adaptation au changement climatique peuvent aider à promouvoir les moyens de subsistance de 65 % d'Africains, estime un nouveau rapport

Nairobi, 12 août 2014 ? L'investissement dans l'adaptation au changement climatique peut aider à assurer que les impacts du changement climatique ? y compris une baisse prévue de 20à 50 pour cent de la disponibilité en eau ?  n'inversent  pas les  décennies de progrès de développement en Afrique, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par le Programme des Nations Unies  pour l'environnement (PNUE).

En savoir plus...

LA CEFDHAC SUR LE CHEMEIN DE L’AUTONOMISATION

Une vision partagée par l’UICN et la CEFDHAC est de voir une CEFDHAC davantage renforcée, et se dotée de tous les outils stratégiques, juridiques et institutionnels de fonctionnement pour une plus grande autonomisation. Tout de même plusieurs acquis sont comptés à l’actif de la CEFDHAC avec l’appui de l’Agence de facilitation et des autres partenaires. On peut citer sans être exhaustif :  la contribution des organes de la CEFDHAC dans les processus de révision des cadres légaux (lois) sur la forêt et les domaines connexes (foncier, minier, etc.) ..., la contribution au processus de révision du Plan de Convergence de la COMIFAC, le Plaidoyer pour la prise en compte des droits et préoccupation des autochtones et les femmes dans les processus en cours ..., la redynamisation des organes de la CEFDHAC etc.

 

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2014

Burundi-COMIFAC