Dr Denis Sonwa - CIFOR: Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité

 

Note de la rédaction : Une version de cet article a été publiée dans le bulletin du Beahrs Programme de Leadership Environnemental de l’Université de Californie – Berkeley.

 

La conservation de la biodiversité forestière a été la principale priorité environnementale en Afrique centrale. Les liens entre la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) et la Convention (CCNUCC) semblent être solides avec la REDD+ (Réduction des Emissions issues de la Déforestation et la Dégradation des forêts). Certains des objectifs d’Aichi (5, 7, 11 et 15) de la CDB et les sauvegardes environnementales de la REDD+ (CCNUCC) constituent des bonnes connexions entre les deux conventions. La REDD+ a ainsi émergé comme un moyen de conserver la biodiversité dans le bassin du Congo.

 

Parmi les priorités de la CCNUCC dans la région, l’adaptation au changement climatique, qui semble être davantage proche du développement des communautés, n’a pas reçu la même attention que la REDD+. Avec le soutien de la Banque Africaine de Développement (BAD) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le CIFOR et ses partenaires mettent en œuvre un projet sur la synergie entre l’adaptation et l’atténuation. Après COFCAA (Forêts du Bassin du Congo et Adaptation au Changement Climatique), c’est l’un des rares projets régionaux sur l’adaptation dans le bassin du Congo.

 

Le développement rural, exempt de facteurs de stress tels que le changement climatique, est censé être associé à la gestion de la biodiversité, dans la perspective de réaliser des objectifs de conservation à l’intérieur et à l’extérieur des aires protégées. L’application des deux conventions ne se fait pas en vase clos. Les activités menées par le secteur forestier dans le cadre de ces conventions ont d’une manière ou d’une autre des liens vers le processus de développement ciblé par les pays de la région. Les pays du bassin du Congo envisagent d’être des économies émergentes dans une ou deux décennies.

 

En se basant sur les perspectives de Rio 92 (et celles des Sommets de la Terre suivants), construites généralement autour d’objectifs socio-économiques et écologiques, il est évident que l’agenda est inachevé dans le bassin du Congo. Le bassin du Congo est actuellement caractérisé par la coexistence de points chauds de biodiversité ; stocks importants de carbone forestier ; circonstances de conflit et de post-conflit ; proportions importantes de communautés pauvres, sous-alimentées, en mauvaise santé et vulnérables face au climat, vivant dans des zones éloignées où les connexions aux sources modernes d’énergie sont rares, etc.

 

Contrairement aux perceptions dans le monde développé, le développement et la conservation ont été perçus comme antagonistes dans les pays en voie de développement. La forêt et la production agricole intensive semblent être incompatibles. Selon un récent rapport de la Banque mondiale, certaines des conditions (éloignement, faible niveau de financement et d’investissement dans le secteur agricole, peu d’exploitation minière, faible consommation énergétique par ménage, etc.), qui ont contribué au maintien de la biodiversité et au stockage du carbone forestier en Afrique centrale, changeront dans un avenir proche, avec un risque d’augmenter la déforestation. Sans forte volonté et sans changement en profondeur, consistant à aller au-delà du secteur de la biodiversité pour la sauver, les efforts actuels risquent d’être vaines. Il est difficile de croire que le bassin du Congo sera sauvé par la manière dont la CDB et la CCNUCC sont mises en œuvre.

 

Le sommet des chefs d’Etat du bassin du Congo en mars 1999 a donné naissance à la Déclaration de Yaoundé, traduite en juillet 2004 par la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) en un plan sur 10 ans pour la conservation et la gestion durable des écosystèmes d’Afrique centrale. Au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC/ECCAS), le secteur forestier est probablement l’un des plus organisé à travers la COMIFAC, avec le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) comme plateforme et avec un intérêt de tous les partenaires au secteur.

 

La facilitation américaine actuelle aidera probablement à revoir le plan actuel sur 10 ans pour la biodiversité et à organiser un autre sommet des chefs d’Etat, afin d’examiner la déclaration de Yaoundé. Le président Barack Obama, qui recevra à Washington ses pairs de la région lors du Sommet des Dirigeants US-Afrique en août, a dans le passé été disposé à soutenir la réduction de la déforestation dans le bassin du Congo.

 

À côté d’autres initiatives, les sommets à venir (à Washington et dans le bassin du Congo) représentent de bonnes opportunités pour faire progresser l’agenda au-delà de la biodiversité. Ces sommets peuvent offrir des possibilités pour que le développement durable devienne une réalité dans cette partie du monde. Le rêve est de voir la foresterie (conservation, exploitations forestières industrielles et à petite échelle, plantations), les industries (agro-industries, mines, etc.) et les activités des petits exploitants (agriculture, gestion des produits forestiers non ligneux, etc.) non seulement coexister, mais prospérer ensemble en Afrique.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter:  Développement durable dans le bassin du Congo: Aller au-delà de l’agenda sur la biodiversité    

 

Image credit: A wild bird in Cameroon. Forest biodiversity conservation has been the main environmental priority in central Africa. Terry Sunderland/CIFOR photo... Here

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Projet Voix citoyennes de l'UE pour le changement

Ce projet de quatre ans vise à renforcer la contribution des acteurs non étatiques, tels que la société civile, les peuples autochtones et les organisations communautaires, à l'amélioration de la gouvernance forestière, la gestion durable des forêts et de la contribution des forêts au développement dans cinq pays du Bassin du Congo.

En savoir plus...

UE Forest Watch Novembre 2017

A lire : L'heure de décision : La société civile souligne les avancées réalisées par le VPA Cameroun, et son potentiel ... Le changement climatique lié aux produits d'origine animale : L'Allemagne propose des actions, l'UE détourne ses propres objectifs ... Les plantations d'huile de palme au Cameroun « accaparent les terres agricoles et les cimetières des familles », les participants à l'Assemblée parlementaire de l'UE entendent ... Nouvelles en bref.

En savoir plus...

IIDD : Événement spécial : Contribution de la biodiversité à l'alimentation et l'agriculture et à la résilience et 16ième session de la Commission des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture de la FAO (CGRFA 16)

La plénière de clôture de la CRGAA 16 s'est réunie vendredi après-midi où les délégués ont adopté le rapport de la réunion et ont réfléchi aux délibérations de la réunion, y compris sur ses décisions. Les délégués ont apporté de nombreux amendements pour s'assurer que le rapport reflète de manière adéquate les résultats des travaux tenues au cours de la semaine, notamment sur les séquences numériques relatives aux ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture, les ressources zoogénétiques et le PTPA.

En savoir plus...

Transparency International : récentes actualités

Corruption, forêts et ce que l'UE peut faire ... Récap : TI @ COP22 : Une sélection de réactions et de ressources de la participation de TI à la COP22 .... Rencontre mondiale d'Action en faveur du climat... Partenariat gouvernemental ouvert ... Conférence internationale contre la corruption ...

En savoir plus...

IIDD : Groupe de travail et session spéciale du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF)

Vendredi 20 janvier 2017, le Forum des Nations Unies sur les Forêts a clôturé les discussions du Groupe de travail au siège de l'ONU à New York et a adopté, lors d'une session spéciale, le premier plan stratégique des Nations Unies pour les forêts.

En savoir plus...

NU-FNUF fixe un objectif historique pour augmenter les forêts du monde de 120 millions d'ha d'ici à 2030

New York, 23 janvier - Les pays sont parvenus à un accord vendredi dernier sur un plan qui améliorerait considérablement les perspectives pour les forêts du monde, y compris une cible qui augmenterait les forêts mondiales de 120 millions d'hectares d'ici 2030.

En savoir plus...

Six objectifs globaux relatifs aux forets approuvés lors de la session extraordinaire du FNUF

Le 20 janvier 2017, la Session extraordinaire du Forum des Nations Unies sur les forêts a adopté les recommandations du Groupe de travail du Forum, ...Au cœur du Plan stratégique figurent six objectifs forestiers mondiaux et 26 cibles associés à atteindre d'ici à 2030. Ils sont volontaires et universels.

En savoir plus...

L'AIF et l'Agenda 2030

Alors que les forêts contribuent à et sont affectées par tous les objectifs de développement durable (ODD), l'Agenda 2030 contient un objectif et plusieurs cibles sur les forêts. Compte tenu des objectifs de l'Arrangement International sur les Forêts et des mandats et fonctions spécifiques de l'Arrangement, le FNUF et le Secrétariat du FNUF aident les pays à atteindre les objectifs les cibles fixés.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

L'AIF et l'Agenda 2030