Le Conseil des ministres insuffle une dynamique nouvelle au développement et à la coopération avec ses partenaires

 

Les Ministres en charge de l’Environnement et des forêts des pays de la COMIFAC et les représentants des institutions, initiatives sous régionales  et organisations internationales (CEEAC, COMIFAC, RAPAC, CEFDHAC, Coopération Française, facilitation américaine du PFBC, GIZ, FFBC/BAD, UNICN, SNV, PACEBCo, Projet TRIDOM) ont répondu présent à l’invitation du Président en exercice de la COMIFAC, pour une rencontre extraordinaire à Ndjamena le 08 Novembre 2013.

 

Placée Sous le haut patronage du Président de la République du Tchad, représenté par son Premier Ministre et sous la présidence de SE M. MAHAMAT ISSA HALIKIMI, Ministre de l’environnement et des ressources halieutique du Tchad, ce Conseil qui a bénéficié de l’appui de la CEEAC, du GIZ et de la BM/FEM, a donné l’occasion aux Ministres de se pencher à huis clos sur les grands dossiers de la COMIFAC, à savoir :  (1) Le rapport d’activités annuel de la COMIFAC, (2) le rapport de l’audit financier et comptable 2012 de la COMIFAC, (3) la situation sur le financement de la COMIFAC, (4)les enjeux de la dix neuvième CdP à la CCNUCC de Varsovie –Pologne, (5) le plan de travail annuel 2014 et situation sur le fonctionnement des coordinations nationales de la COMIFAC, (6) l’opérationnalisation du Groupe de travail sur la Gouvernance forestière de la COMIFAC, (7) l’état d’avancement de l’organisation n du troisième Sommet des Chefs  d’Etat, (8) l’état d’avancement du programme d’appui à la conservation des Ecosystèmes du  Bassin du Congo(PACEBCo), (9) la relance du processus de mis en place du système panafricain de certification forestière, (10) le rapport de l’étude sur le bilan des expériences de gestion des aires protégées transfrontalière en Afrique Centrale, (11) l’état d’avancement du processus de révision du plan de convergence, (12) le compte rendu des actions engagées concernant le tract diffamatoire de Juin 2012, (13) les questions diverses sur la situation de l’organisation du forum International des peuples Autochtones d’Afrique Centrale (FIPAC) et sur l’état d’avancement de l’organisation de la session ministérielle de l’organisation pour la conservation de la Faune sauvage d’Afrique (OCFSA).

 

Au terme des délibérations à huis clos où ces points (ci-dessus) ont fait l’objet des échanges fructueux, il en sort des constats, recommandations, et résolutions qui visent à amener la COMIFAC à faire face aux défis actuels et à rester un cadre de concertation et de plaidoyer sous régional efficace, entres autres :

 

♦ Les ministres recommande une tournée sous régionale auprès des hautes autorités des États membres de la COMIFAC sur la situation de l’organisation ; approuvent la position commune de la COMIFAC et la positon commune africaine en prélude  de la COP 19 à Varsovie ; soulignent l’organisation d’une rencontre de haut niveau afin d’évaluer les progrès dans la mise en œuvre de la déclaration d’intention conjointe de Durban sur la REDD+ ; instruisent le Secrétariat Exécutif de mobiliser les moyens pour faire le point sur l’état des besoins des pays matière de REDD+ ; et invitent la CEEAC de redynamiser le groupe de travail des experts climats d’Afrique centrale afin qu’ils puissent fournir les informations scientifiques utiles pour les négociateurs d’Afrique centrales.

♦ Les ministres proposent que les dispositions du traités, notamment celle de l’article 20 dont l’un des alinéas stipules que : « Tout État qui ne remplit pas ses obligations financières perd son droit de vote ainsi que tout appui de l’Organisation, jusqu’à Régularisation » puisse être portée à l’examen du prochain sommet des Chefs d’État et de Gouvernement.

♦ Les ministres, exhortent les États membres à doter les CNC des moyens de communications opérationnels pour leur bon fonctionnement et pour accroitre la visibilité de la COMIFAC au niveau national ; expriment leurs préoccupations sur les exigences des Accords de Partenariat Volontaire (APV/FLEGT) établis avec l’union Européenne notamment la définition de système de traçabilité et  approuvent les missions du groupe Gouvernance forestière et les modalités d’organisations ;  et demandent aux secrétariat Exécutif démobiliser les financements pour appuyer ce groupe.

♦ Concernant l’état d’avancement de l’organisation du troisième sommet des Chefs d’État sur la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale, les ministres rappellent la nécessite de sa tenue et ont suggéré que ce Sommet se tienne en Guinée Équatoriale au troisième trimestre de 2014. Sur l’état d’avancement du Programme d’appui à la Conservation des Ecosystème du Bassin du Congo ; prennent acte de l’état d’avancement du programme et invitent la CEEAC à libérer les fonds de contrepartie afin de favoriser l’atteinte des résultats du Programme. Sur la relance du processus de mise en place du système de certification forestière (PAFC), les ministres marquent leur soutien au développement du PAFC et sa reconnaissance par le PEFC. Ils ont sollicité que la question de restructuration et redynamisation de l’OAB soit portée en urgence à l’attention de l’Union Africaine. Au sujet  de l’étude sur le bilan des expériences en gestion des aires protégées transfrontalières en Afrique centrale : Ils ont instruit le Secrétariat Exécutif de finaliser le guide de création des aires protégées transfrontalière et assurer sa mise en œuvre.

♦ Concernant l’état d’avancement du processus de révision du Plan de convergence, les ministres ont pris acte de l’état d’avancement du processus de révision du plan de convergence et encourage le secrétariat exécutif à poursuivre ce processus jusqu’à son terme et ont invités tous les acteurs nationaux et de la sous région notamment les ministères sectoriel, les opérateurs économiques  les OSC, les partenaires au développement à apporter leurs contributions nécessaires en vue de garantir le succès de ce processus de révision. Enfin les ministres saluent la décision du Gouvernement américain d’accorder une subvention directe à la COMIFAC.

 

♦  Pour les questions diverses

 

♦  Son excellence Henri Djombo a annoncé la tenue de la FIPAC  le 02 en mars 2014 ;  Les ministres ont suggéré qu’une réunion ministérielle extraordinaire de l’OFCSA se tienne  en marge de la FIPAC le 02 mars 2014 à Impfondo ; le Ministre des  Forêts et de la Faune du Cameroun a fait le point sur l’état d’avancement de la construction du bâtiment siège de la COMIFAC et Il ressort de ses propos que le Gouvernement du Cameroun a accordé un  nouveau site pour la construction de ce bâtiment, et sécurisé un budget de plus de un (1) milliard de FCFA et a engagé des actions pour le démarrage rapide des travaux.

 

♦  Au terme de ses travaux, le Conseil des Ministres a remercié le peuple frère de la République du Tchad, son Président et son Gouvernement pour l’accueil chaleureux qui lui a été réservé.

 

♦ L’intégralité de ces recommandations est contenue dans le communiqué final qui est venu mettre un terme à cette importante rencontre, et  qui peuvent être consultées. Bien vouloir télécharger le Communiqué Final du Conseil des Ministres

 

BIen vouloir télécharger ci-dessous le communiqué final  du Conseil extraordinaire des Ministres:

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Projet de programme officiel :17ième Réunion des Parties au Partenariat des Forêts du Bassin du Congo, du 24-27 octobre 2017 Douala, Cameroun, Hôtel Sawa

Bien vouloir télécharger le Projet de programme officiel de la 17ième Réunion des Parties au Partenariat des Forêts du Bassin du Congo, du 24-27 octobre 2017,  Douala, Cameroun Hôtel Sawa....

 

En savoir plus...

environews-rdc-Conservation : Les marchés domestiques de l’ivoire disparaissent de plus en plus en Afrique centrale

Une étude complète sur le commerce illégal d’ivoire dans cinq pays d’Afrique centrale vient d’être publiée, après près de 20 ans d’enquêtes sur terrain. Réalisé par TRAFFIC, ce rapport dont Environews RDC s’est procuré une copie, présente les résultats des investigations sur les marchés d’ivoire dans les principales villes de cinq pays d’Afrique centrale ( Cameroun, République démocratique du Congo, Congo, République centrafricaine et le Gabon), en 2007, 2009 et 2014 et 2015.

En savoir plus...

Le CBPE en est à sa quatrième session!

La région de l’Adamaoua – château d’eau du Cameroun a été le lieu de la rencontre binationale Cameroun-Tchad  relative à la création et la gestion concertée du Complexe transfrontalier des aires protégées Bouba Ndjidda – Sena Oura (BSB Yamoussa). Cette rencontre organisée par les services de conservation du Complexe BSB Yamoussa a permis au Comité de faire un bilan d’un quinquennat de mise en œuvre de l’Accord binational.

En savoir plus...

L’histoire retiendra ! N’Gaoundéré abrite la toute première session du CTPE

Organisée par le WWF à travers le Programme PCBAC-SEAC avec l’appui technique de la GIZ (Projet d’appui au Complexe BSB Yamoussa) et de l’UICN, la toute première session du Comité Tripartite de Planification et d’Exécution (CTPE) de l’Accord Tripartite (AT) LAB de N’Djamena concernant le Cameroun, la Centrafrique et le Tchad, s’inscrit dans la dynamique de l’opérationnalisation dudit Accord signé par les parties en 2013.

En savoir plus...

Eco-sécurité, conflit homme/faune et utilisation des terres au cœur des débats : Tous les chemins mènent à N’Djamena !

Les  Ministres chargés de la Protection de la Faune, des questions de Défense et de Sécurité, de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Administration du Territoire, des Etats membres de la Communauté  Economique  des  Etats  de  l’Afrique  Centrale (CEEAC) se sont retrouvés à N’Djamena pour donner des orientations politico- juridico-diplomatiques et socio-économiques aux questions relatives à l’éco-sécurité, conflit homme/faune et autres conflits liés à l’utilisation des terres en Afrique centrale.

En savoir plus...

Agripo : Publication du livre "Les vergers écologiques, un modèle d’agriculture climato-intelligente responsable et exemplaire "

Les données présentées dans ce livre mettent l’accent sur la nécessité d’une gestion raisonnée des territoires en favorisant les systèmes agricoles durables. Le livre peut être utilisé par les acteurs de développement, les planificateurs et tous ceux qui sont intéressés par les enjeux du développement durable en milieu rural, afin d’impulser la performance des démarches d’accompagnement des communautés et d’identifier les bonnes pratiques.

En savoir plus...

Mise en ligne site web de SEP2D

Le site web de SEP2D, tant attendu, est enfin en ligne. Vous y trouverez des informations relatives au programme SEP2D, mais également la liste des lauréats aux appels à projets.

 

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030