Le Conseil des ministres insuffle une dynamique nouvelle au développement et à la coopération avec ses partenaires

 

Les Ministres en charge de l’Environnement et des forêts des pays de la COMIFAC et les représentants des institutions, initiatives sous régionales  et organisations internationales (CEEAC, COMIFAC, RAPAC, CEFDHAC, Coopération Française, facilitation américaine du PFBC, GIZ, FFBC/BAD, UNICN, SNV, PACEBCo, Projet TRIDOM) ont répondu présent à l’invitation du Président en exercice de la COMIFAC, pour une rencontre extraordinaire à Ndjamena le 08 Novembre 2013.

 

Placée Sous le haut patronage du Président de la République du Tchad, représenté par son Premier Ministre et sous la présidence de SE M. MAHAMAT ISSA HALIKIMI, Ministre de l’environnement et des ressources halieutique du Tchad, ce Conseil qui a bénéficié de l’appui de la CEEAC, du GIZ et de la BM/FEM, a donné l’occasion aux Ministres de se pencher à huis clos sur les grands dossiers de la COMIFAC, à savoir :  (1) Le rapport d’activités annuel de la COMIFAC, (2) le rapport de l’audit financier et comptable 2012 de la COMIFAC, (3) la situation sur le financement de la COMIFAC, (4)les enjeux de la dix neuvième CdP à la CCNUCC de Varsovie –Pologne, (5) le plan de travail annuel 2014 et situation sur le fonctionnement des coordinations nationales de la COMIFAC, (6) l’opérationnalisation du Groupe de travail sur la Gouvernance forestière de la COMIFAC, (7) l’état d’avancement de l’organisation n du troisième Sommet des Chefs  d’Etat, (8) l’état d’avancement du programme d’appui à la conservation des Ecosystèmes du  Bassin du Congo(PACEBCo), (9) la relance du processus de mis en place du système panafricain de certification forestière, (10) le rapport de l’étude sur le bilan des expériences de gestion des aires protégées transfrontalière en Afrique Centrale, (11) l’état d’avancement du processus de révision du plan de convergence, (12) le compte rendu des actions engagées concernant le tract diffamatoire de Juin 2012, (13) les questions diverses sur la situation de l’organisation du forum International des peuples Autochtones d’Afrique Centrale (FIPAC) et sur l’état d’avancement de l’organisation de la session ministérielle de l’organisation pour la conservation de la Faune sauvage d’Afrique (OCFSA).

 

Au terme des délibérations à huis clos où ces points (ci-dessus) ont fait l’objet des échanges fructueux, il en sort des constats, recommandations, et résolutions qui visent à amener la COMIFAC à faire face aux défis actuels et à rester un cadre de concertation et de plaidoyer sous régional efficace, entres autres :

 

♦ Les ministres recommande une tournée sous régionale auprès des hautes autorités des États membres de la COMIFAC sur la situation de l’organisation ; approuvent la position commune de la COMIFAC et la positon commune africaine en prélude  de la COP 19 à Varsovie ; soulignent l’organisation d’une rencontre de haut niveau afin d’évaluer les progrès dans la mise en œuvre de la déclaration d’intention conjointe de Durban sur la REDD+ ; instruisent le Secrétariat Exécutif de mobiliser les moyens pour faire le point sur l’état des besoins des pays matière de REDD+ ; et invitent la CEEAC de redynamiser le groupe de travail des experts climats d’Afrique centrale afin qu’ils puissent fournir les informations scientifiques utiles pour les négociateurs d’Afrique centrales.

♦ Les ministres proposent que les dispositions du traités, notamment celle de l’article 20 dont l’un des alinéas stipules que : « Tout État qui ne remplit pas ses obligations financières perd son droit de vote ainsi que tout appui de l’Organisation, jusqu’à Régularisation » puisse être portée à l’examen du prochain sommet des Chefs d’État et de Gouvernement.

♦ Les ministres, exhortent les États membres à doter les CNC des moyens de communications opérationnels pour leur bon fonctionnement et pour accroitre la visibilité de la COMIFAC au niveau national ; expriment leurs préoccupations sur les exigences des Accords de Partenariat Volontaire (APV/FLEGT) établis avec l’union Européenne notamment la définition de système de traçabilité et  approuvent les missions du groupe Gouvernance forestière et les modalités d’organisations ;  et demandent aux secrétariat Exécutif démobiliser les financements pour appuyer ce groupe.

♦ Concernant l’état d’avancement de l’organisation du troisième sommet des Chefs d’État sur la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale, les ministres rappellent la nécessite de sa tenue et ont suggéré que ce Sommet se tienne en Guinée Équatoriale au troisième trimestre de 2014. Sur l’état d’avancement du Programme d’appui à la Conservation des Ecosystème du Bassin du Congo ; prennent acte de l’état d’avancement du programme et invitent la CEEAC à libérer les fonds de contrepartie afin de favoriser l’atteinte des résultats du Programme. Sur la relance du processus de mise en place du système de certification forestière (PAFC), les ministres marquent leur soutien au développement du PAFC et sa reconnaissance par le PEFC. Ils ont sollicité que la question de restructuration et redynamisation de l’OAB soit portée en urgence à l’attention de l’Union Africaine. Au sujet  de l’étude sur le bilan des expériences en gestion des aires protégées transfrontalières en Afrique centrale : Ils ont instruit le Secrétariat Exécutif de finaliser le guide de création des aires protégées transfrontalière et assurer sa mise en œuvre.

♦ Concernant l’état d’avancement du processus de révision du Plan de convergence, les ministres ont pris acte de l’état d’avancement du processus de révision du plan de convergence et encourage le secrétariat exécutif à poursuivre ce processus jusqu’à son terme et ont invités tous les acteurs nationaux et de la sous région notamment les ministères sectoriel, les opérateurs économiques  les OSC, les partenaires au développement à apporter leurs contributions nécessaires en vue de garantir le succès de ce processus de révision. Enfin les ministres saluent la décision du Gouvernement américain d’accorder une subvention directe à la COMIFAC.

 

♦  Pour les questions diverses

 

♦  Son excellence Henri Djombo a annoncé la tenue de la FIPAC  le 02 en mars 2014 ;  Les ministres ont suggéré qu’une réunion ministérielle extraordinaire de l’OFCSA se tienne  en marge de la FIPAC le 02 mars 2014 à Impfondo ; le Ministre des  Forêts et de la Faune du Cameroun a fait le point sur l’état d’avancement de la construction du bâtiment siège de la COMIFAC et Il ressort de ses propos que le Gouvernement du Cameroun a accordé un  nouveau site pour la construction de ce bâtiment, et sécurisé un budget de plus de un (1) milliard de FCFA et a engagé des actions pour le démarrage rapide des travaux.

 

♦  Au terme de ses travaux, le Conseil des Ministres a remercié le peuple frère de la République du Tchad, son Président et son Gouvernement pour l’accueil chaleureux qui lui a été réservé.

 

♦ L’intégralité de ces recommandations est contenue dans le communiqué final qui est venu mettre un terme à cette importante rencontre, et  qui peuvent être consultées. Bien vouloir télécharger le Communiqué Final du Conseil des Ministres

 

BIen vouloir télécharger ci-dessous le communiqué final  du Conseil extraordinaire des Ministres:

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

UE - Afrique centrale: Un appui de l'UE pour préserver la biodiversité et renforcer la gestion des écosystèmes forestiers

Le volet Cameroun du "Programme d’Appui à la Préservation de la biodiversité et aux Ecosystèmes Fragiles (ECOFAC)" a été officiellement lancé le 25 octobre 2017 à Douala en marge de la 17ième Réunion des Parties du PFBC. En plus de 25 ans, à travers les programmes ECOFAC, l’Union européenne appuie les efforts de l'Afrique centrale en matière de préservation de leur biodiversité exceptionnelle et de gestion de leurs écosystèmes forestiers. Ainsi, depuis 1992, l’UE a investi plus de 90 milliards de Francs CFA (138 millions d'euro) dans la région à travers les 5 premières phases de ce programme phare.

En savoir plus...

GIZ - Bureau d'appui à la COMIFAC « Bilan de dix ans de partenariat entre la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) 2005 – 2015 »

Depuis sa création en 2005, la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) a connu des évolutions de plusieurs ordres, ceci entre autres avec l’appui des partenaires techniques et financiers, au rang desquels la coopération allemande à travers la GIZ. Cette alliance scellée tout au début du processus en 2005, est aujourd’hui vieille de plus de 10 ans.

En savoir plus...

UE : L'UE reste le marché le plus important et le plus ouvert aux produits alimentaires et manufacturés africains

Les exportations de l'Afrique vers l'Union européenne (UE) se sont élevées à plus de 116 milliards d'euros en 2016. L'Europe est de loin le plus grand marché d'exportation de l'Afrique (35% des exportations africaines), suivie de l'Afrique (18%), de la Chine (11%), des États-Unis (8%) et de l'Inde (7%).

En savoir plus...

COP23 : L’Italie et l’ONU lancent un programme de bourse pour Pays vulnérables aux changements climatiques

ONU Changements Climatiques Infos, Bonn, 16 nov – Le Gouvernement italien et l’ONU Changements Climatiques ont signé un nouveau protocole d'accord pour le lancement d’un nouveau programme de bourses visant le renforcement des capacités institutionnelles des petits États insulaires en développement (PEID) et des pays les moins avancés (PMA) à répondre aux défis du changement climatique.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Octobre 2017

Le mois dernier, une centaine de pêcheurs sur la rivière Sangha ont reçu une formation par les équipes du Parc sur la construction et l’utilisation des fours Chorkor, faisant ainsi la promotion d'une technique de fumage du poisson optimisant sa conservation et contribuant à la réduction du prélèvement sur les ressources halieutiques. En savoir plus...

En savoir plus...

FSC : Retour sur l'Assemblée Générale du FSC 2017

Faire le lien entre FSC et les Objectifs de Développement Durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) offrent aux entreprises une excellente occasion de s'engager à imprimer un changement positif pour les hommes et la planète, de façon claire et structurée. Mais en quoi ces objectifs concernent-ils les entreprises ? Et pourquoi FSC devrait-il jouer un rôle dans l'atteinte de ces objectifs ?...

En savoir plus...

EU : Bassin du Congo : Vers une mutualisation des efforts de lutte contre le commerce illicite du bois l’exploitation illégale des forêts

La ville de Yaoundé a abrité, mi-novembre 2017, une conférence régionale sur l’exploitation illégale du bois. L'événement était soutenu par l’Union européenne, dans le cadre du projet "Voix des Citoyens pour le Changement : Observation Forestière dans le Bassin du Congo", une initiative d’observation indépendante de l'exploitation forestière. Pour la 1ere fois, les autorités chargées de l’application de la loi et des acteurs non étatiques se sont ainsi retrouvés, dans le but de créer une synergie d'action contre l'illégalité qui plombe le développement de ce secteur.

En savoir plus...

Lancement du programme ECOFAC6 (Volet Cameroun) et du projet RIOFAC

Ce 25 octobre s’est tenu marge de la 17ème réunion du Partenariat des Forêts du bassin du Congo à Douala, la réunion de lancement de Volet Cameroun du Programme ECOFAC 6. Ce volet, d’un montant 10 milliards de CFA (12.5 millions d’euros) sur les 40 milliards apportés à l’Afrique Centrale, est destiné au renforcement de la protection des écosystèmes forestiers notamment par l’appui aux parcs du Dja et du Faro, et à l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale ». Pour en savoir plus sur le projet d’appui à l’OFAC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030