Libreville: une occasion pour débattre des sujets saillants

Libreville 8 mai 2009 - Après consultations d’usage entre les ministres en charge des forêts des pays d’Afrique Centrale, M. Emanuel BIZOT, Ministre des Eaux, Forêts, Pêches et Chasses de la République Centrafricaine et Président en exercice de la COMIFAC, a convoqué et présidé le 8 mai 2009 à Libreville, République du Gabon, une réunion de concertation des Ministres de la COMIFAC. Y ont également pris part, Monsieur Emile DOUMBA, Ministre de l’Economie Forestière, des Eaux, de la Pêche et de l’Aquaculture de la République Gabonaise, M. Henri DJOMBO, Ministre de l’Economie forestière de la République du Congo, M. José ENDUNDO BONONGE, Ministre de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme de la République Démocratique du Congo et M. Raymond MBITIKON, Secrétaire Exécutif de la COMIFAC. Les autres pays membres de la COMIFAC ci-après y étaient également représentés : le Burundi, le Cameroun et la Guinée Equatoriale. 

Photo (Hans Schipulle) : de gauche Raymond Mbitikon (SE COMIFAC), Henri Djombo (RepCong), Emile Doumba (GAB), José Endundo (RDC), Fabien Mere (GAB)
docs/news/mai_juin2009/reunion_ministresCOMIFAC-Librevillemai2009.jpg

En séance plénière, les ministres ont échangé, avec le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, en présence des coordinateurs nationaux COMIFAC ainsi que de nombreux experts de la région, sur deux sujets qui touchent directement les pays et le secteur forestier de la sous-région. Ils ont ainsi tour à tour examiné :

(1) La crise financière internationale actuelle et son impact sur le secteur forestier, une thématique préoccupante selon le Président de la COMIFAC et qui a été discutée sur la base d’un exposé présentant une analyse pointue de la situation de l’économique forestière et de la filière de bois dans les pays COMIFAC, préparé par Dr Richard Eba’a du projet FORAF et d’autres experts internationaux. Après en avoir débattu, les ministres ont invité les pays membres non seulement à mettre en œuvre les mesures déjà prises par la CEMAC (Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale) mais surtout à évaluer leur impact sur la relance de la filière, afin d’en assurer un meilleur suivi politique. Ils ont aussi lancé un appel à la communauté internationale pour l’aide à apporter aux entreprises forestières de la sous-région, afin d’atténuer l’impact de cette crise sur elles.

(2) L’état d’avancement des négociations internationales sur le régime climatique international post-Kyoto, introduit par Etienne Massard, Directeur Général de l’Environnement et Point Focal Climat du Gabon. Après en avoir débattu, les ministres se sont également mis d’accord de s’impliquer davantage au niveau politique à côté de leurs collègues en charge de l’environnement, afin de donner aux négociateurs des orientations politiques utiles à faire valoir et permettre à la position de la COMIFAC de peser lourd lors de ces négociations.

A huis clos les ministres ont également échangé sur des questions institutionnelles de la COMIFAC, notamment les difficultés rencontrées pour rendre opérationnel le mécanisme autonome de financement.  Cette situation inquiétante est actuellement en train de mettre en péril la fonctionnalité du Secrétariat et des institutions partenaires régionales,  la plupart des pays membres n’ayant pas encore donné suite aux décisions y relatives prises lors  des derniers Conseils des Ministres de la COMIFAC tenus en Septembre 2008 à Bangui et en Octobre 2008 à Brazzaville, et qui demandaient instamment le paiement des arriérés de cotisations et la mise en œuvre du mécanisme de financement autonome préconisé par les Chefs d’Etat d’Afrique Centrale.

Il convient de rappeler qu’à la séance d’ouverture de cette réunion de concertation des ministres de la COMIFAC, M. Hans Schipulle, Facilitateur du PFBC, avait déjà insisté sur la mise en place du mécanisme de financement autonome  et sur les attentes que la communauté internationale à l’égard de la COMIFAC, cette institution coordinatrice des politiques forestières régionales unique au monde. Il a par la suite réitéré la disponibilité des partenaires à poursuivre leurs appuis à la sous-région, dans la mise en œuvre de la Déclaration de Yaoundé. Mais le succès de ces efforts communs et la notoriété de la région dans le contexte des négociations internationales à l’instar du protocole post-Kyoto, dépendra largement de la fonctionnalité et de la crédibilité de la COMIFAC. Un des indicateurs pour pouvoir évaluer cette crédibilité serait effectivement la volonté politique des pays membres de rassurer la base financière indispensable pour le travail de la COMIFAC.

Dans leurs conclusions finales et après un éclairage du représentant de la CEEAC, les Ministres ont invité le Président en exercice d’engager une concertation avec le Secrétaire Général de la CEEAC pour la mise en place des modalités nécessaires à la sécurisation des financements de la COMIFAC. Ces modalités devront être soumises pour décision à la prochaine Conférence des Chefs d’État de la CEEAC  et permettront à cette dernière de disposer de ressources financières suffisantes pour prendre en charge le fonctionnement de la COMIFAC et de ses institutions partenaires.  En attendant la décision finale des Chefs d’Etat à ce sujet, les ministres ont demandé l’apurement des arriérés de cotisations par les Etats membres et instruit au Secrétariat Exécutif le prélèvement d’un pourcentage sur les financements des projets afin d’en couvrir les frais de gestion et d’administration.

Après avoir pris acte de la proposition de la RDC d’organiser en 2010 à Kinshasa les cérémonies marquant le dixième anniversaire de la Déclaration de Yaoundé, les Ministres se sont séparés en promettant de se rencontrer aussi souvent que l’exigent les problèmes touchant à la conservation et à la gestion durable des forêts du Bassin du Congo.

Communiqué officiel de la COMIFAC portant conclusions de la réunion de concertation
Discours d'ouverture du Président en exercice de la COMIFAC, Emanuel Bizot

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

observers.france24 : Dans le nord du Congo-Brazzaville, conflit autour de l’exploitation de l’or et du titanium

Près d'Elogo, village reculé de la région de la Sangha, dans le nord du Congo Brazzaville, une mine d'or et de titanium est exploitée illégalement selon nos Observateurs. Une vidéo, tournée en 2017 par une ONG, l'Observatoire congolais des droits de l'Homme, montre des machines en train de creuser dans la zone forestière proche du village. Aux commandes, des hommes visiblement asiatiques. Selon nos Observateurs, cette exploitation a des répercussions sur l'environnement et les populations locales, et d’autres cas similaires ont été identifiés dans le nord du pays .

En savoir plus...

SEP2D : Lancement de la seconde revue de l'évaluation mondiale de l'IPBES par les gouvernements et les experts

L’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) lance une revue externe de l’évaluation mondiale de la biodiversité jusqu’au 29 juin 2018 (documents disponibles depuis le 14 mai). Le souhait de l’IPBES est que cette démarche concerne le plus large panel de réviseurs : « experts intéressés et qualifiés, y compris scientifiques, décideurs, praticiens et autres détenteurs de connaissances ».

En savoir plus...

FNUF : Le Forum sur les forêts achève ses travaux en adoptant une stratégie de communication sur la mise en œuvre du Plan stratégique de l’ONU sur les forêts

Pendant une semaine, le Forum a examiné, à titre prioritaire, la mise en œuvre du Plan stratégique sur les forêts qui offre un cadre global d’action pour assurer une gestion durable de tous les types de forêts et d’arbres en général, et pour mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des forêts.  La planète perd en moyenne 13 millions d’hectares de couvert forestier par an.

En savoir plus...

Mise en œuvre du Protocole de Nagoya. Les juristes et experts chargés de politiques publiques de l’espace COMIFAC outillés pour l’élaboration des mesures APA

15 juristes et experts chargés de politiques publiques ont été formés sur les connaissances en matière de formulation et d’élaboration de mesures législatives, administratives et de politique générale relative à l’APA.

En savoir plus...

Harmattan : La gouvernance climatique au Cameroun

La multiplication des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations) du fait de la hausse de la température mondiale a conduit les États de la planète à mettre la question du changement climatique sur leur agenda politique. Le Cameroun n’en fait pas exception. Traiter de la gouvernance climatique au Cameroun conduit nécessairement à analyser comment se construit l’action publique de lutte contre le changement climatique au Cameroun. Elle apparaît comme une configuration d’action publique multi-niveaux. Ainsi, la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique en constitue l’arène climatique globale.

En savoir plus...

L’Afrique centrale parle aux parties du FNUF sur la mise en œuvre du Plan stratégique des Nations Unies sur les Forêts (2017-2030)

Le Gabon et la République du Congo font des déclarations forte sur le point concernant les discussions générales (point 6) et sur les remarques de clôtures… la COMIFAC rehaussée dans le plaidoyer des Ministres au FNUF 13...

En savoir plus...

Afdb : Afrique de l’Ouest : le 3 ème Forum sur le financement climatique et des énergies propres s’achève à Abidjan sur un succès

La troisième édition du Forum sur le financement climatique et des énergies propres en Afrique de l’Ouest (WAFCCEF-3, sigle en anglais) a eu lieu jeudi 12 avril 2018 à l’auditorium Babacar Ndiaye de la Banque africaine de développement à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en présence de représentants d’institutions internationales, de promoteurs privés, d’experts en énergie ainsi que de nombreux enseignants-chercheurs et étudiants.

En savoir plus...

Entrée diplomatique et politique réussie du Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de la Belgique du PFBC

Du 19 au 20 avril 2018, le Ministre d’Etat François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC a effectué une mission à Yaoundé la capitale politique du Cameroun. Entre autres au programme de cette importante mission, une table ronde des Chefs de Missions des partenaires du PFBC, une visite du Facilitateur au Secrétariat Exécutif de la COMIFAC, des réunions avec les partenaires techniques et les représentants des différents collèges du PFBC au tour de la nouvelle vision et orientation stratégique de la Feuille de route de la Facilitation du Royaume de la Belgique du PFBC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018