RDC: Kinshasa convertit 46 titres forestiers en contrats de concession

AFP (6 octobre 2008) - Quarante-six titres de propriété forestiers ont été convertis en contrats de concession et octroyés à des sociétés exploitantes, afin de parvenir à une meilleure gestion des ressources, a indiqué lundi le ministre de l’Environnement en République démocratique du Congo (RDC). Initialement, 156 requêtes avaient été introduites auprès du ministère.

 

Le ministre congolais de l’Environnement, José Endundo Bononge, a rendu public au cours d’un point de presse, les conclusions des travaux d’une commission interministérielle qui a passé en revue les anciens titres forestiers attribués à des sociétés. Les 156 titres forestiers, qui couvrent plus de 20 millions d’hectares (soit le tiers de la surface exploitable de RDC), ont été examinés par cette commission à laquelle ont participé des représentants d’ONG, des  communautés locales et des experts indépendants.

 

Une partie des titres n’ont pas été convertis parce qu’ils ne répondaient pas à certains critères d’environnement. Les concessions d’exploitation sont accordées pour 25 ans. “Le processus de conversion des anciens titres forestiers en contrats de concessions forestières, longtemps attendu dans notre pays, tire son fondement juridique du code forestier dont l’exécution a été rendue possible grâce au décret présidentiel fixant les modalités de conversion (…)”, a expliqué M. Endundo.

 

Selon lui, les requêtes rejetées et les titres résiliés “n’ont pas respecté les obligations contractuelles consistant notamment en le paiement intégral des termes échus de la redevance de superficie forestière et en l’existence et le maintien en fonctionnement d’une unité de transformation”.

 

La RDC, dont la forêt constitue le deuxième poumon de la planète après l’Amazonie, exporte environ 200.000 m3 de bois, essentiellement brut, par an. Cette exploitation génère 49 millions de dollars. Mais l’Etat congolais ne perçoit que 1,8 million USD de taxes et impôts, a précisé le ministère de l’Environnement. Les forêts congolaises représentent 145 millions d’hectares dont 60 millions peuvent être exploités. Elles représentent aussi 60% des forêts du Bassin du Congo, a rappelé M. Endundo.

 

Le ministre a en outre annoncé la poursuite pour trois ans du moratoire actuel sur l’octroi des titres d’exploitation.

 

Télécharger le communiqué du Ministre de l'Environnement Jose Endundo

Télécharger les recommendations de la Commission Interministerielle de conversion des anciens titres forestiers en contrats de concession forestière

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Son Excellence François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année 2018 et vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2019 !

J’ai apprécié, au cours de cette année 2018, vos diverses contributions riches et variées qui ont enrichi notre Partenariat commun. Ensemble, nous avons encore avancé avec d’une part l'adhésion de plusieurs nouveaux membres, portant à 113 le nombre des membres du PFBC et d’autres part, nous disposons d’une « Déclaration de Bruxelles » adoptée au cours de la 18e Réunion des Parties du PFBC, laquelle culmine l’ensemble des efforts de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC à favoriser le dialogue, impulser l’action pour un leadership politique plus fort et plus adéquat du Partenariat...

En savoir plus...

Les forêts d’Afrique centrale peuvent aider à atténuer la crise globale de l’eau qui pointe à l’horizon selon un rapport de plus de 50 scientifiques de 20 pays.

Une crise globale de l’eau pointe à l’horizon. Exacerbée par la croissance démographique mondiale et le changement climatique dans plusieurs endroits du monde, elle s’approche à grands pas. Plus de 50 scientifiques de 20 pays ont contribué à une étude mondiale des liens entre forêts, eau, climat et êtres humains.

En savoir plus...

UN: Le changement climatique pousse l’Afrique vers le point de non-retour

« L'Afrique est à un tournant. Les nations ont connu une croissance économique, politique et sociale impressionnante au cours des dernières décennies. Mais les disparités entre riches et pauvres sont toujours là. La pauvreté, même si réduite, demeure un problème sérieux pour certains pays. Les changements climatiques, les sécheresses, les inondations, les variations des précipitations et les conflits ont le potentiel de faire échouer les mesures prises pour réduire la faim et  atteindre les objectifs énoncés dans l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 » , a déclaré Ahunna Eziakonwa

En savoir plus...

News.globallandscapesforum : L'urgence du changement climatique : un thème et non un courant sous-jacent

La nécessité de décentraliser la gouvernance - et en particulier de traduire la décentralisation en processus de développement par une « approche territoriale »  - a été répétée tout au long des forums de discussion et des plénières.

En savoir plus...

Fonds d’Adaptation : Pionnier d’actions efficaces sur le terrain

 Cette vidéo met l’accent sur les actions pionnières et efficaces du FA sur le terrain, basées sur ses trois piliers stratégiques : l’Innovation, l’Action et l’Apprentissage et le Partage.

En savoir plus...

Fern-Accords commerciaux et transparence - en construction : Mise à jour de l’APV Décembre 2018

Cette mise à jour de l’APV met l’accent sur les avantages déjà obtenus en termes de transparence, ainsi que sur les mesures qui doivent encore être prises. En termes de biodiversité mondiale, de climat, de maisons ancestrales et de moyens d’existence des populations qui dépendent des forêts, l’enjeu est de taille.

En savoir plus...

La RdP 30 a adopté 21 décisions portant sur, entre autres: les questions importantes pour l’entrée en vigueur en janvier 2019 de l’Amendement de Kigali sur les hydrofluorocarbones (HFC)

La trentième Réunion des Parties au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone (RdP 30) s’est tenue du 5 au 9 novembre 2018, à Quito, en Équateur. Plus de 500 délégués ont participé à la RdP 30, y compris 144 délégués des Parties au Protocole, les membres des organes consultatifs techniques du Protocole, ainsi que les représentants des agences et des programmes des Nations Unies, d’organisations régionales, de l’industrie et des organisations non gouvernementales (ONG).

En savoir plus...

Rapport général-Forum des parties prenantes sur la gestion durable des forêts et le développement des reformes de gouvernance en République Démocratique du Congo.

Il s’est tenu à Kinshasa/Gombe, dans la salle de conférence Pierre Claver, du jeudi 06 au samedi 08 décembre 2018, le Forum des parties prenantes sur la gestion durable des forêts et le développement des reformes de gouvernance en République Démocratique du Congo, sous les auspices du Ministère de l’Environnement et Développement Durable.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC