cop23.unfccc : La conférence climat de Bonn, tremplin pour de plus hautes ambitions

 

 

Dynamique de nouveaux engagements financiers sur l'assurance et les forêts pour intensifier l’action des gouvernements, villes et entreprises

ONU Changements Climatiques Infos, 18 nov. 2017 - Les pays se sont mis d'accord aujourd'hui pour mettre en œuvre les prochaines étapes en vue d’une plus grande ambition en matière d'action climatique avant 2020, à l'issue de la conférence annuelle de l’ONU sur le climat qui s'est tenue dans la ville allemande de Bonn.

 

Soutenus par toute une série de mesures concrètes de gouvernements, villes, États, régions, entreprises et société civile, les délégués de plus de 190 pays se sont entendus sur un engagement portant sur une période de 12 mois focalisé sur : « Où sommes-nous ? Où voulons-nous aller ? Et comment y arriver ? »

 

Le « Dialogue Talanoa », inspiré par le concept Pacifique de discussion constructive, de débat et de narration, préparera le terrain pour la COP24 en Pologne en 2018. Ce dialogue de facilitation permettra de dresser un bilan mondial des plans d'actions climatiques nationaux afin de mettre le monde sur la bonne voie pour concrétiser l'ambition pré-2020, ainsi que les objectifs à long terme de l'Accord de Paris, conclut il y a deux ans.

 

L'objectif central de l'Accord de Paris est de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C et la plus proche possible de 1,5°C – la limite inférieure est jugée cruciale pour la survie de nombreuses petites îles et de pays vulnérables.

 

Plus d'un degré de cette hausse s'est déjà produit depuis l'époque préindustrielle. Le dispositif actuel des « Contributions déterminées au niveau national », connues sous le nom des NDC, conduit toujours le monde sur une trajectoire d’une hausse de 3°C, peut-être plus.

 

Frank Bainimarama, président de la Conférence également connue sous le nom de « COP23 », et Premier ministre des Fidji, a déclaré: « Je suis très heureux que la COP23 ait été un tel succès, surtout compte tenu du défi que représente le consensus multilatéral pour une action climatique décisive. Nous avons accompli le travail qui nous a été confié, à savoir : faire avancer les directives de mise en œuvre de l'Accord de Paris et préparer une action plus ambitieuse dans le cadre du Dialogue Talanoa de 2018. »

 

 « Il y a eu un élan positif autour de nous. Et Fidji est particulièrement satisfait de la manière dont la communauté mondiale a adopté notre concept de Grande Coalition pour une plus grande ambition, unissant les gouvernements nationaux aux États et aux villes, à la société civile, au secteur privé et ainsi qu’aux hommes et femmes ordinaires du monde entier », a-t-il poursuivi.

 

« Nous quittons Bonn avec, à notre actif, quelques réussites significatives, comme notre Ocean Pathway, l'accord historique sur l'agriculture ou encore celui sur le Plan d'action pour l'égalité des sexes et la Plateforme des peuples autochtones. Nous avons également obtenu plus de financement pour l'adaptation au changement climatique et lancé un partenariat mondial pour fournir à des millions de personnes vulnérables au climat, dans le monde entier, l’accès à un régime d'assurance abordable. »

 

 « Je tiens à remercier chaleureusement nos hôtes, le gouvernement allemand et la CCNUCC, ainsi que les habitants de Bonn. Nous avons amené notre esprit bula fidjien à la COP et cela a été merveilleux de voir comment les gens y ont répondu. Vinaka vakalevu (Merci beaucoup, ndlr). Partons en renouvelant tous nos engaments en faveur de mesures plus ambitieuses face au changement climatique, en allant tous Plus loin, Plus vite et Ensemble pour l'année à venir », a conclu M. Bainimarama.

  • Un rapport publié par l'Agence internationale pour les énergies renouvelables au cours de la Conférence, a montré que de nombreux pays ont désormais des objectifs d'énergie renouvelable plus élevés que ceux indiqués dans leurs Contributions déterminées au niveau national ou NDC - indiquant que dans certains pays, au moins en ce qui concerne l'énergie verte, une plus grande ambition était déjà arrêtée.
  • Un rapport scientifique spécial, réalisé pour la Conférence par Future Earth et Earth League, affirme que l'expansion des énergies renouvelables dans le monde double tous les 5 ans et demi - ce qui correspond à la décarbonisation complète du secteur énergétique au milieu du siècle.

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

BRIEFING NEWS Observation indépendante : Les résultats de trois années de mise en œuvre du Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) au Cameroun.

En trois ans de mise en oeuvre du Système normalisé d’Observation indépendante externe (SNOIE), plus de 50% des rapports de dénonciations produits via cette approche normalisée de l’observation indépendante (OI) au Cameroun, ont entraîné des réactions du ministère en charge de la gestion des forêts et de la faune. En effet, sur les 30 rapports d’OI transmis au MINFOF, les faits d’exploitation forestière présumée illégale ont été avérés sur 18 d’entre eux. Ces cas avérés ont suscité des missions de contrôle de la brigade nationale et régionale de contrôle forestier, des saisis, l’ouverture des contentieux à l’encontre des entreprises incriminées dans les rapports et des suspensions de titres.

En savoir plus...

Afrique centrale : Ndjamena accueille la 47e réunion du Comité sur les questions de sécurité du 3 au 7 décembre

Libreville (Gabon), 30 novembre 2018 – La 47e réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) aura lieu du 3 au 7 décembre 2018 à Ndjamena, la capitale du Tchad. Comme lors des précédentes sessions, elle permettra de faire le point de la situation géopolitique et sécuritaire dans les onze pays membres, notamment l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine (RCA), le Congo, la République démocratique du Congo (RDC), le Gabon, la Guinée équatoriale, le Rwanda, Sao Tomé et Principe, et le Tchad.

En savoir plus...

RFUK- Aires protégées et droits communautaires : utiliser les cartes participatives pour soutenir la conservation durable dans le bassin du Congo

Les meilleurs projets de conservation commencent avec les Hommes. Cependant, des aires protégées continuent à être établies et gérées dans le Bassin du Congo avec peu de considération envers les droits fonciers et les droits aux ressources des communautés locales, ce qui favorise les conflits et les violations des droits de l’homme.

En savoir plus...

Environews-Bruxelles : Début de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

C’est le Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervurin) qui accueille la première journée de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Les travaux lancés ce mardi doivent déboucher sur de nouveaux engagements afin de préserver ces forêts partagées par une dizaine des pays d’Afrique centrale, et considérés comme un patrimoine de l’humanité.

En savoir plus...

RDP18-Rapport-Stream 1. Gouvernance forestière et aménagement du territoire

Notre stream porte sur les questions toujours d’actualité de la gouvernance forestière et de l’aménagement du territoire. Plus que jamais, ces deux thématiques sont des thématiques clés pour les perspectives d’avenir des forêts du Bassin du Congo. Cependant, la nature vaste des questions de comment aménager l’espace forestier et comment le pouvoir s’exerce dans ces zones nous exigent de prioriser, au sein du stream, nos discussions et interventions.

En savoir plus...

RdP 18 du PFBC - Journée scientifique et académique du PFBC - 27 novembre 2018

L’organisation de la journée scientifique s’inscrit pleinement dans la feuille de route de la Facilitation belge du PFBC. La recherche sur les forêts du bassin du Congo doit servir à définir les priorités d'action et de tirer quand il le faut les sonnettes d'alarme pour que les décideurs politiques prennent conscience de la situation et agissent en conséquence. En outre la recherche doit pouvoir orienter ; de façon responsables et durables, les investissements liés au secteur forêts /biodiversité et aux autres secteurs économiques dont les impacts non contrôlés peuvent affecter considérablement les ressources naturelles dans le Bassin du Congo.

En savoir plus...

RFUK-facteurs de déforestation : sommes-nous sur la bonne voie ?

Ce débat sera l’occasion d’explorer ce que ces nouvelles études révèlent sur les dynamiques de déforestation, d’identifier les zones d’ombres qui persistent, et discuter de ce que cela implique pour les programmes et politiques à mettre en œuvre en RDC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018