Cameroon-Tribune: 29 pointes d’ivoire saisies à Moloundou, Cameroun

 

Le présumé braconnier, Madi Djougoudoum, est gardé à vue depuis le 4 octobre, pour abattage et destruction des espèces protégées. La lutte contre le braconnage s’intensifie dans la région de l’Est. Après la saisie de près de 100 espèces protégées en septembre, les conservateurs de la faune viennent de réaliser une prouesse. Ils viennent de saisir 29 pointes d’ivoire, représentant quinze éléphants sans distinction de maturité, le 4 octobre 2013, au village Mambele, dans l’arrondissement de Moloundou, département de la Boumba et Ngoko. Le butin saisi pèse au total, 168 Kilogrammes.

 

Les éco gardes étaient en patrouilles de barrière, dans les environs du parc de Lobéké. Ils tombent sur un véhicule immatriculé Es 784 AC, sortant de Moloundou, qui appartiendrait à un certain Madi Djougoudoum, né en 1975 à Guirvidig, par l’Extrême-Nord. C’est la roue de secours, condamnée par la soudure, qui donne une puce à l’oreille aux éco gardes. Approché, Madi dit posséder deux pointes d’ivoires. Et il explique que sa voiture de seconde main lui donne toujours de suspicion. Suffisant pour qu’il soit conduit au garage du service de la conservation pour que la soudure soit détruite. Sur place, il propose un arrangement à l’amiable contre une rançon. Mais, les éléments sont intransigeants. Le mis en cause a été contraint de dire le nombre exact de pointe d’ivoire qu’il détenait. « C’est ainsi qu’au niveau du garage, pendant la fouille du véhicule, on a retrouvé dans un passage secret sous le siège arrière et refermé par les vis une cargaison de 41 morceaux de pointes d’ivoire », révèle Simon Pierre Mpouop, chef d’unité de protection, au parc de Lobeké.

 

Madi passe alors aux aveux complets. Selon ses déclarations, c’est un ami de son ancien patron, qui lui a proposé de faire sortir ces pointes d’ivoire du Congo Brazzaville. Il aurait reçu une promesse de 350 000Fcfa, une fois la mission accomplie. Il dit avoir perçu une avance de 100 000Fcfa. « Je suis parti du Congo Brazzaville en transitant par Moloundou, avec les pointes d’ivoire, à destination de Doubeyi, sur la frontière Cameroun-Nigeria, au Nord Cameroun, où je devais laisser le véhicule à la frontière, et rencontrer le sieur Aboubakar, résidant au Nigéria qui devait les récupérer pour une destination inconnue », a-t-il affirmé. Il avoue exercer cette activité depuis six mois environ. Madi est reconnu coupable d’abattage illégal d’espèces protégées, de détention et circulation illégale des pointes ivoires, espèces intégralement protégées de la catégorie A. Laquelle activité est interdite par l’article 78, 98, 101 de la loi 94 du 1er janvier 1994, portant régime des Forêts, de la Faune et des Pêches. Les pointes saisies ont été transmises et placées sous scellé à la délégation départementale des Forêts et de la Faune de la Boumba et Ngoko, ainsi que le véhicule. Le suspect est placé en garde à vue, en attendant son jugement dans un tribunal de Yokadouma.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter le lien ci-après: ICI

 

Image crédit: http://fr.africatime.com/cameroun/articles/29-pointes-divoire-saisies-moloundou

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC