Cameroon-Tribune: 29 pointes d’ivoire saisies à Moloundou, Cameroun

 

Le présumé braconnier, Madi Djougoudoum, est gardé à vue depuis le 4 octobre, pour abattage et destruction des espèces protégées. La lutte contre le braconnage s’intensifie dans la région de l’Est. Après la saisie de près de 100 espèces protégées en septembre, les conservateurs de la faune viennent de réaliser une prouesse. Ils viennent de saisir 29 pointes d’ivoire, représentant quinze éléphants sans distinction de maturité, le 4 octobre 2013, au village Mambele, dans l’arrondissement de Moloundou, département de la Boumba et Ngoko. Le butin saisi pèse au total, 168 Kilogrammes.

 

Les éco gardes étaient en patrouilles de barrière, dans les environs du parc de Lobéké. Ils tombent sur un véhicule immatriculé Es 784 AC, sortant de Moloundou, qui appartiendrait à un certain Madi Djougoudoum, né en 1975 à Guirvidig, par l’Extrême-Nord. C’est la roue de secours, condamnée par la soudure, qui donne une puce à l’oreille aux éco gardes. Approché, Madi dit posséder deux pointes d’ivoires. Et il explique que sa voiture de seconde main lui donne toujours de suspicion. Suffisant pour qu’il soit conduit au garage du service de la conservation pour que la soudure soit détruite. Sur place, il propose un arrangement à l’amiable contre une rançon. Mais, les éléments sont intransigeants. Le mis en cause a été contraint de dire le nombre exact de pointe d’ivoire qu’il détenait. « C’est ainsi qu’au niveau du garage, pendant la fouille du véhicule, on a retrouvé dans un passage secret sous le siège arrière et refermé par les vis une cargaison de 41 morceaux de pointes d’ivoire », révèle Simon Pierre Mpouop, chef d’unité de protection, au parc de Lobeké.

 

Madi passe alors aux aveux complets. Selon ses déclarations, c’est un ami de son ancien patron, qui lui a proposé de faire sortir ces pointes d’ivoire du Congo Brazzaville. Il aurait reçu une promesse de 350 000Fcfa, une fois la mission accomplie. Il dit avoir perçu une avance de 100 000Fcfa. « Je suis parti du Congo Brazzaville en transitant par Moloundou, avec les pointes d’ivoire, à destination de Doubeyi, sur la frontière Cameroun-Nigeria, au Nord Cameroun, où je devais laisser le véhicule à la frontière, et rencontrer le sieur Aboubakar, résidant au Nigéria qui devait les récupérer pour une destination inconnue », a-t-il affirmé. Il avoue exercer cette activité depuis six mois environ. Madi est reconnu coupable d’abattage illégal d’espèces protégées, de détention et circulation illégale des pointes ivoires, espèces intégralement protégées de la catégorie A. Laquelle activité est interdite par l’article 78, 98, 101 de la loi 94 du 1er janvier 1994, portant régime des Forêts, de la Faune et des Pêches. Les pointes saisies ont été transmises et placées sous scellé à la délégation départementale des Forêts et de la Faune de la Boumba et Ngoko, ainsi que le véhicule. Le suspect est placé en garde à vue, en attendant son jugement dans un tribunal de Yokadouma.

 

Pour de plus amples informations, bien vouloir consulter le lien ci-après: ICI

 

Image crédit: http://fr.africatime.com/cameroun/articles/29-pointes-divoire-saisies-moloundou

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Les pays de l’Afrique centrale unissent leur voix pour le Sommet de l’action sur le Climat de New York.

Les ministres de l’Environnement et des Affaires étrangères composant la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) ont adopté samedi 7 septembre à Brazzaville une position commune en vue de parler d’une même voix à l’occasion du sommet de l’action sur le climat du 23 septembre en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Bien vouloir télécharger la position commune et le communiqué final de la rencontre…

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

environews-rdc-Climat : New York accueillera le 23 septembre prochain, un sommet de l’action sur le climat

En prélude au Sommet de l’action sur le climat prévu le 23 septembre 2019 à New York, plusieurs experts de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont pris part le 07 septembre à Brazzaville, à une réunion extraordinaire des ministres d’Afrique centrale sur la position commune à défendre lors de la prochaine rencontre.

En savoir plus...

Communiqué Final : Atelier de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA.

Les 27 et 28 Août 2019, s’est tenu à l'hôtel Bélavie Bonabéri - Douala, en République du Cameroun, l’Atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile africaine sur les politiques climatiques internationales notamment le mécanisme CORSIA (Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation).

En savoir plus...

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019