United for Wildlife: Les princes William et Charles, appellent à la défense des éléphants

 

Londres (Grandes Bretagne) -  Se tient ces 12 et 13 février 2014, un sommet sur le trafic illicite des produits de faune et de flore sauvages convoqué par le Premier ministre David Cameron. Très engagés dans la lutte pour la conservation de la biodiversité, le prince Charles et son fils William, ont à cette occasion enregistrée une vidéo dans laquelle ils appellent à sauver les éléphants et les autres espèces menacées.

Bien vouloir consulter la vidéo  du Prince Charles et son fils William au secours des éléphants (9min)

 

Ci-dessous et en continuation un article de Claire Arsenault (RFI)

 

Jamais, le braconnage d’éléphants n’a atteint un tel niveau en Afrique centrale : en dix ans, 62 % de ces animaux ont été exterminés. C’est notamment pour mettre un frein au commerce de l’ivoire et renforcer les initiatives prises depuis deux ans contre le développement de cette criminalité que se tient à Londres une conférence sur le commerce illégal d’espèces sauvages. Cette réunion au sommet se tient à l’initiative du prince Charles et du Premier ministre David Cameron. 

Demande insatiable
 
En France, trois tonnes d’ivoire issues de saisie, ont été détruites le 6 février, après la signature d’un pacte France-Afrique pour lutter contre le trafic d’espèces menacées. Le Gabon a aussi procédé récemment à la destruction d’ivoire saisi après les Etats-Unis, l’Inde, les Philippines et le Kenya. La Chine principal pays de destination de l’ivoire de contrebande dans le monde, a elle-même procédé le 6 janvier à la destruction de 6,2 tonnes, un gage de sa loyauté à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites). « La Chine envoie un message très fort, aux Chinois comme à la communauté internationale, en montrant qu'elle n'est pas disposée à tolérer le commerce illégal de l'ivoire d'éléphant », a déclaré le secrétaire général de la Cites, John Scanlon.
 

Ces signes de bonne volonté sont cependant loin d’être suffisants et ne représentent qu’une petite partie du trafic et des stocks saisis. Selon les estimations établies par la Cites, 22 000 éléphants ont été tués illégalement en 2012, un nombre qui a doublé en dix ans. Un rythme d’abattage qui n’assure plus le renouvellement de cette espèce si étroitement associée à l’Afrique… C’est cette urgence à agir qu’ont voulu transmettre le prince Charles d’Angleterre et son fils William dans un message filmé de 9 minutes.
 
« Le développement d'une demande visiblement insatiable, particulièrement en Asie, offre un aiguillon économique à une criminalisation et une professionnalisation accrues du trafic. Des bandes criminelles organisées volent et massacrent éléphants, rhinocéros et tigres ainsi que d'autres espèces à une échelle sans précédent, poussant beaucoup d'entre elles au bord de l'extinction », plaide l’héritier de la couronne britannique.
 
« Si nous échouons, il sera trop tard »
 
A côté de lui, son fils William, duc de Cambridge, tout aussi actif dans la protection de la nature, poursuit le plaidoyer : « Nous devons être la génération qui met fin au commerce illégal et qui garantit l'avenir de ces animaux magnifiques ainsi que de leur habitat. Car si nous échouons, il sera trop tard ». Puis, c’est en arabe, en vietnamien, en swahili, en espagnol et enfin en mandarin que le père et le fils clôturent leur intervention avec ce slogan « Unissons-nous pour la vie sauvage ».
 
La conférence de Londres rassemblera les 12 et 13 février des hauts responsables d’une cinquantaine de pays pour tenter d’enrayer un fléau qui ne fait que s’étendre. Pour ne citer que la Chine, l’importation illégale d’ivoire non seulement ne recule pas mais elle s’accroît de 10 % par année estimait récemment un spécialiste de la contrebande employé des Douanes chinoises. Et, constatent les spécialistes, la demande asiatique est en constante augmentation que ce soit pour la bijouterie ou la décoration. 

Rien n’indique en effet un ralentissement du braconnage : en 2013, plus de 41 tonnes d’ivoire ont été saisies dans le monde. « Malgré des efforts considérables pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages, celle-ci continue d’être un problème dans le monde entier » ne peut cependant que constater John Scanlon le secrétaire général de la Cites.

 

Source images:Here

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

La chine se remet au vert !

Pékin joue un rôle incontournable dans le commerce florissant du bois. Après avoir sacrifié toutes ses forêts à la construction pendant la période maoïste, la Chine replante ses arbres pour rendre le pays à nouveau respirable. Comment concilier exigence environnementale et importations massives ?

En savoir plus...

JM-Journée Internationale de la protection de la couche d'ozone

En 1994, l'Assemblée générale de l'ONU a proclamé le 16 septembre, date anniversaire de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone, Journée internationale de la protection de la couche d'ozone (résolution 49/114 du 19 décembre).

En savoir plus...

Les Partenaires du PFBC préparent la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena

Yaoundé, 6 septembre 2019 -­ S’est tenue dans la salle de réunion du Programme Gestion durable des Forêts dans le Bassin du Congo de la GIZ, une réunion préparatoire de la réunion des experts du suivi de la conférence internationale de N'Djamena des Ministres en charge de la défense, de la sécurité́ et des aires protégées sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières.

En savoir plus...

Journées du Réseau de Recherche sur les Forêts d’Afrique Centrale (R2FAC), 27-28 septembre Douala Cameroun

Quatorze institutions de la sous-région et internationales en sont les membres fondateurs, mais il vise à fédérer le plus grand nombre de chercheurs, comme l'indique la Charte: "Ce réseau a vocation à rassembler les différentes institutions signataires afin de conduire en partenariat des activités de recherche et de développement relatives aux objectifs généraux du Réseau et mettre à disposition des informations de qualité en vue de contribuer à l’amélioration de la gestion des forêts d’Afrique centrale. Le Réseau est également ouvert à des chercheurs individuels qui ne relèvent pas d’institutions de recherche mais qui ont démontré leurs capacités en matière de production scientifique.

En savoir plus...

Vers plus de Co-Management, Partenariat Public et Privé en Afrique centrale

Deux articles scientifiques recommandent des partenariats Public et Privé pour améliorer la conservation de la biodiversité des forêts du Bassin du Congo; la gestion des aires protégées et faciliter un soutien financier et technique à long terme…

En savoir plus...

Le collège de la société civile en marche pour la tenue d’une journée spéciale le 18 décembre 2019

Thème: "Les forêts du Bassin du Congo à la croisée des chemins entre Conservation – Gestion et Développement Durable – Changements Climatiques et Investissements en milieu forestier : Rôle de la société civile et attentes des communautés riveraines"

En savoir plus...

Voaafrique-Le Cameroun et le Nigeria préoccupés par la sécurité de leur frontière commune

Les Gouverneurs des régions du Cameroun et États du Nigeria, des responsables administratifs et de sécurité ont discuté de la sécurité sur leur frontière commune pendant deux jours à Yaoundé mi-juillet.

En savoir plus...

CAWHFI NEWS N°004

La phase actuelle du projet CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) mise en œuvre par l’UNESCO, grâce au soutien financier de l’Union européenne s’achèvera en mars en 2020. Un des résultats majeurs attendus à son terme est le lancement du processus d’inscription de nouveaux sites de la sous-région sur la Liste du patrimoine mondial.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019