Utilisation des drones pour traquer les braconniers ?

 

 

En Afrique, des drones intelligents chassent les braconniers pour que les éléphants vivent en paix.

 

La fondation Lindbergh lance un nouveau programme dans les réserves d'animaux du sud de l'Afrique. Des drones intelligents partent à la chasse aux braconniers pour sauver les éléphants et les rhinocéros. Comment lutter contre le braconnage endémique dans les réserves animalières ? Des drones intelligents pourraient protéger les rhinocéros et les éléphants d’Afrique en repérant puis en ciblant les braconniers.  

En savoir plus…

 

 

Au Kenya, 28 braconniers arrêtés de nuit grâce à des caméras

 

Le Fonds mondial pour la nature a équipé deux unités de gardes d’une technologie capable de repérer la signature thermique des individus.

 

Cette technologie de pointe a été mise à disposition de deux unités mobiles de gardiens armés dans deux parcs dont la réserve naturelle du Masai Mara. Les hommes sont chargés de traquer les braconniers qui chassent notamment les éléphants, les rhinocéros ou les pangolins pour faire trafic des défenses en ivoire, des cornes ou des écailles du petit mammifère insectivore.

En savoir plus....

 

 

Des drones pour contrer la déforestation

 

L’Université de Wake Forest a trouvé un moyen de ralentir la déforestation en Amazonie. Des drones d’environ un mètre d’envergure scrutent les arbres depuis le ciel afin de débusquer les activités illégales qui menacent la forêt.

 

Pour «surveiller» la forêt contre les malfaiteurs, l’association de conservation du bassin amazonien dispose de cinq agents qui scrutent les 145 000 hectares de verdure. Mais c'est beaucoup trop peu pour obtenir un contrôle efficace. De fait, l’Amazonie connaît une forte déforestation due aux exploitations forestières et minières illégales. Des images provenant du satellite Landsat ont permis de voir l’ampleur des dégâts et Google a également montré 40 ans de dévastation dans une vidéo timelapse.

En savoir plus…

 

 

Chypre - Utilisation des drones pour traquer les braconniers ?

 

Un drone high-tech de la police de Chypre utilisé avec le succès dans la lutte contre les braconniers d'oiseaux migrateurs qui sévissent massivement sur l'île Chypre. Le drone, qui peut aller jusqu’à plus de 80 kilomètres par heure.

En savoir plus…

 

 

Quebec - Une utilisation contre-productive des drones

 

Le ministre Blanchette s’attaque aux drones - Le ministre Luc Blanchette a décidé d'actualiser la loi sur la conservation de la faune et d’interdire l’utilisation de drones pour traquer les animaux.

 

Cette technologie n’était pas répandue lors de la dernière révision de la loi, en 2009, ce qui a poussé le gouvernement Couillard à agir, a expliqué le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, lors d’une conférence de presse, vendredi.

 

Les lunettes de vision nocturne et d’imagerie thermale seront également prohibées dans un contexte de chasse, a-t-il précisé.

 

Selon le ministre, ce genre d’instruments n’est utile qu’aux braconniers et ne laisse aucune chance aux animaux. Cette éventuelle réglementation n’affectera pas la chasse récréative et légale, assure-t-il.  «Ça va faire en sorte que maintenant on va pouvoir mieux contrôler ces utilisations, qui sont un peu de tricher avec la nature», a expliqué le ministre.

 

Groupes criminels organisés

Il a indiqué que les groupes criminels de braconnage sont de plus en plus «organisés» et qu’ils ne «laissent rien au hasard» pour mener à bien leurs activités illégales.

En savoir plus…

 

 

Braconnage: le ministre Blanchette s’attaque aux drones

QUÉBEC | Le ministre Luc Blanchette a décidé d'actualiser la loi sur la conservation de la faune et d’interdire l’utilisation de drones pour traquer les animaux.

 

En savoir plus… 

 

 

Lire aussi :

"La police des bases britanniques est totalement engagée à viser quiconque impliqué dans la prise au piège illégale d’oiseaux et nous utiliserons toutes les méthodes légales à cette fin", a déclaré à la presse le commandant Jon Ward, dans des propos rapportés par l’AFP.

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Le secteur de la pêche du Sénégal et la Guinée-Bissau désormais « Sécurisé »

Le protocole signé lundi à Bissau est la prorogation d’un accord d’avril 2016 prévoyant l’octroi de 300 licences aux pêcheurs artisanaux sénégalais et de 10 licences pour la pêche au thon industrielle, ont indiqué les responsables des deux pays.

En savoir plus...

afrique.lalibre «La gratuité empêche les pays africains de bien se développer»

Deogratias Niyonkuru est l’une des nombreuses personnalités qui dénoncent les effets pervers de l’aide humanitaire, notamment en Afrique. « L’aide humanitaire déconstruit les tissus sociaux, pousse à l’assistanat et, au final, détruit la dignité humaine. C’est ce que nous avons pu constater au Sud Kivu (RDC) et au Burundi. »

En savoir plus...

AICED Rapport-L ’Agroécologie au service de la lutte contre les changements climatiques dans le Parc National des Virunga

L’organisation AICED mène une activité dénommé «  l’Initiative locale à l’Agro-écologie par l’adaptation de l’agriculture familiale au Changement Climatique  pour la gestion du sol  et la protection des écosystèmes  du Parc National des Virunga ». Bien vouloir télécharger son rapport…

En savoir plus...

OSFACO Lettre d'information Janvier 2019

A lire : APPUI CARTOGRAPHIQUE Cameroun Suite à l’atelier de démarrage organisé en juin 2018 à Yaoundé, les opérateurs Camerounais du ST-REDD+ ont réalisé la photo-interprétation des échantillons, qui ont ensuite été utilisés pour l'analyse des changements du couvert forestier dans le sud du Cameroun (zone du Programme de Réduction des Emissions), plus spécifiquement pour l’estimation des données d’activité et leur incertitude….

En savoir plus...

Conférence OSFACO « Des images satellites pour la gestion durable des territoires en Afrique »

L’objectif général de la présente conférence du 11-15 mars 2019 - Hôtel Azalai - Cotonou - Bénin, est d’organiser une rencontre scientifique et technique entre experts, chercheurs, enseignants, acteurs d’ONG ou de bureaux d’études, et services techniques des institutions publiques ayant des intérêts dans l’utilisation des données satellitaires pour la cartographie, le suivi spatial des terres et du couvert forestier ainsi que le développement durable en Afrique Centrale et de l’Ouest.

En savoir plus...

Son Excellence François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année 2018 et vous présente ses meilleurs vœux pour l'année 2019 !

J’ai apprécié, au cours de cette année 2018, vos diverses contributions riches et variées qui ont enrichi notre Partenariat commun. Ensemble, nous avons encore avancé avec d’une part l'adhésion de plusieurs nouveaux membres, portant à 113 le nombre des membres du PFBC et d’autres part, nous disposons d’une « Déclaration de Bruxelles » adoptée au cours de la 18e Réunion des Parties du PFBC, laquelle culmine l’ensemble des efforts de la Facilitation du Royaume de Belgique du PFBC à favoriser le dialogue, impulser l’action pour un leadership politique plus fort et plus adéquat du Partenariat...

En savoir plus...

Les forêts d’Afrique centrale peuvent aider à atténuer la crise globale de l’eau qui pointe à l’horizon selon un rapport de plus de 50 scientifiques de 20 pays.

Une crise globale de l’eau pointe à l’horizon. Exacerbée par la croissance démographique mondiale et le changement climatique dans plusieurs endroits du monde, elle s’approche à grands pas. Plus de 50 scientifiques de 20 pays ont contribué à une étude mondiale des liens entre forêts, eau, climat et êtres humains.

En savoir plus...

UN: Le changement climatique pousse l’Afrique vers le point de non-retour

« L'Afrique est à un tournant. Les nations ont connu une croissance économique, politique et sociale impressionnante au cours des dernières décennies. Mais les disparités entre riches et pauvres sont toujours là. La pauvreté, même si réduite, demeure un problème sérieux pour certains pays. Les changements climatiques, les sécheresses, les inondations, les variations des précipitations et les conflits ont le potentiel de faire échouer les mesures prises pour réduire la faim et  atteindre les objectifs énoncés dans l’Accord de Paris et le Programme de développement durable à l'horizon 2030 » , a déclaré Ahunna Eziakonwa

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC