A Addis Abeba, la lutte contre l’évasion fiscale des multinationales divise...

La fraude fiscale des multinationales fait perdre des dizaines de milliards d'euros par an aux pays pauvres. Mais les acteurs du financement du développement, réunis depuis lundi à Addis Abeba, peinent à s'entendre sur les moyens d'enrayer cette évasion.

Plusieurs chefs d’Etat africains ont exigé lundi, au premier jour d'une conférence internationale sur le financement du développement dans la capitale éthiopienne, de nouvelles normes fiscales mondiales. Mais les pays riches refusent leur proposition d’un organisme fiscal international sous l’égide de l'ONU.

"Les flux illicites et l’évasion fiscale font perdre entre 30 et 60 milliards de dollars par an à l’Afrique. C’est plus que le montant de l’aide publique au développement", s’est exclamé le président sénégalais, Macky Sall.

"Un régime d’imposition internationale fort est crucial pour éradiquer la pauvreté. Nous voulons un accord sur la fiscalité à Addis", a renchéri son homologue kényan, Uhuru Kenyatta.

Les pays en développement, emmenés par le groupe du G77 qui rassemble 134 nations, veulent mettre un terme aux transferts de bénéfices permettant aux multinationales d’échapper à l'impôt dans les pays dans lesquels elles opèrent, souvent en ayant recours à des paradis fiscaux.

Ces pratiques font perdre chaque année près de 100 milliards de dollars en recettes fiscales aux pays en développement, selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

"C’est du vol! Ce système permet aux riches multinationales de dévaliser les pays pauvres", dénonce Winnie Byanyima, directrice exécutive d’Oxfam.

Le géant industriel américain "Caterpillar qui emploie près de 30% de son personnel en Asie et en Afrique et réalise 30% de ses ventes en Asie et en Afrique, n’y a enregistré que 1% de ses profits. 80% de ses profits sont partis dans des paradis fiscaux. Nous devons combler ces failles", ajoute-t-elle, citant une enquête du Sénat américain.

- 'Promesses pas tenues' -

Le G77 propose de créer un organisme intergouvernemental de coopération sur les questions de fiscalité, sous l’égide de l’ONU. Cet organisme serait chargé d’établir de nouvelles règles mondiales sur l'évasion fiscale, la propriété réelle des entreprises et les échanges de renseignements fiscaux.

Pour l'heure, les normes internationales en matière fiscale sont développées au sein de l'OCDE, "club de pays riches" au sein duquel les pays en développement se plaignent de ne pas avoir droit à la parole.

La création d’un organe fiscal onusien a reçu le soutien de nombreuses personnalités de la société civile comme le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz, mais elle se heurte à l'opposition des pays de l’OCDE qui refusent de voir cette proposition figurer dans le document final du sommet d'Addis, pour lequel les négociations sont toujours dans l'impasse.

"Les pays avancés ont fait des promesses sur l’aide au développement qu’ils n’ont pas tenues. Ils ont fait des promesses sur le financement (du changement) climatique qu’ils n'ont pas tenues. Au moins, s’ils ne donnent rien, qu’ils n’empêchent pas les pays émergents et en développement de collecter l’argent qui leur revient de droit", a réclamé Joseph Stiglitz dans un entretien à l’AFP.

L'OCDE a déjà développé un programme baptisé "érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices" pour prévenir l'évasion fiscale des multinationales. L'organisation soutient également l'envoi d’experts fiscaux pour améliorer le recouvrement de l’impôt.

Un nouvel organisme onusien serait "redondant", estime Pascal Saint-Amans, directeur fiscal de l’OCDE. "Un comité de l'ONU se transformera en forum de discussion où les pays feront valoir leur point de vue, mais rien n'avancera, c’est certain. Le monde a vraiment besoin d'un ensemble de règles. Dans un comité onusien avec 200 pays et autant de législations fiscales et sans aucune dynamique, on ne peut pas y arriver".

Mais pour les pays en développement, le refus de l’OCDE de les inclure dans les discussions pour définir les moyens de lutter contre l’évasion fiscale s’apparente à une volonté de protéger leurs multinationales.

"Quand une multinationale canadienne, américaine, britannique ou française arrive en Afrique, il y a toujours un gouvernement qui l’accompagne. Au point que l’aide va souvent de pair avec un accès aux marchés pour leurs entreprises", constate Léonce Ndikumana, professeur de l’Université du Massachusetts Amherst et ancien directeur de recherche à la Banque africaine de développement.

"Les pays donateurs doivent donner plus de liberté aux pays africains pour leur permettre de négocier avec les multinationales sans trop de pression politique".

- See more at: http://fr.africatime.com/burundi/articles/addis-abeba-la-lutte-contre-levasion-fiscale-des-multinationales-divise#sthash.gatnOlK1.dpuf

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019