FAO : Les populations autochtones sont essentielles en vue de protéger la faune et les moyens d’existence ruraux

 

 

3 mars 2017, Rome - Il est essentiel d'impliquer activement les populations autochtones et les communautés locales dans les efforts visant à conserver la faune afin de maintenir la biodiversité et d'assurer la durabilité des moyens d'existence ruraux, a annoncé aujourd'hui la FAO à l'occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage.

 

 

Les défis urgents auxquels le monde est confronté dans sa quête visant à maintenir la biodiversité à travers le monde impliquent l'autonomisation des populations autochtones pour leur permettre d'agir à l'échelle nationale et ce, avec l'aide de la communauté internationale, a indiqué la FAO.

 

 

« Les cultures des populations autochtones et des communautés locales exigent une bonne gestion de la faune. Ils ne peuvent imaginer leur vie sans la nature et trouvent un grand intérêt à gérer les ressources de manière durable », a déclaré Mme Eva Müller, Directrice de la Division de la FAO chargée des politiques et des ressources forestières. « L’autonomisation de ces groupes, leurs connaissances et leurs techniques de planification à long terme sont essentiels afin de garantir la survie des générations futures, de la race humaine et de la faune ».

La relation entre les êtres humains et la faune est évoquée dans la nouvelle édition d'Unasylva, une revue forestière trimestrielle de la FAO, également publiée aujourd'hui. L'ouvrage est produit en collaboration avec le Partenariat collaboratif pour une gestion durable de la faune (CPW), qui comprend 14 organisations internationales, dont la FAO, ainsi que des secrétariats.

 

 

L'ouvrage cite plusieurs cas de figure dans différents pays qui illustrent la manière dont les populations autochtones peuvent optimiser les bénéfices tirés de leurs moyens d'existence tout en protégeant la faune, à condition qu'elles soient en mesure de prendre leurs propres décisions dans les territoires où elles vivent.

 

 

Au Nord du Mont Kenya, par exemple, les Masai il- Laikipia (qui signifie «les populations de la faune») possèdent et gèrent l'unique sanctuaire communautaire de rhinocéros du pays. Ces populations autochtones ont réussi à réduire les conflits opposant les humains à la faune qui surviennent dans la région, en raison de l'intrusion sur leurs terres d'animaux sauvages à la recherche d'eau, de gibier ou encore de pâturages en période de sécheresse. En taillant moins de buissons, il reste davantage de fourrage aux animaux sauvages présents sur leurs terres. Grâce à cette stratégie de conservation, les populations autochtones ont démontré qu'elles pouvaient coexister et vivre en harmonie avec la faune, tout en vacant à leurs occupations pastorales et en s'adonnant à leurs cultures.

Trouver des solutions pour une coexistence qui bénéficiera mutuellement aux êtres humains et à la faune

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Invitation à vous inscrire à la 17ème Réunion des Parties (RdP) du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) du 24 au 27 octobre 2017 à Douala, Cameroun et des évènements connexes

La Facilitation européenne du PFBC est heureuse de vous informer que la 17ème Réunion des Parties (RdP) du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) se tiendra à Douala (République du Cameroun) du 24 au 27 octobre 2017. La Réunion est organisée avec l’appui financier de l’Union européenne.

En savoir plus...

Save the date : La 17ème Réunion des Parties (RdP) du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) - 24 au 27 octobre 2017 à Douala, Cameroun

La Facilitation européenne du PFBC et le Gouvernement du Cameroon se sont accordés pour fixer la 17ème Réunion des Parties (RdP) du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) à Douala (République du Cameroun) du 24 au 27 octobre 2017. La Réunion est organisée avec l’appui financier de l’Union européenne.

En savoir plus...

Le Réseau des Parlementaires pour la Gestion Durable des Ecosystèmes Forestiers d’Afrique Centrale (REPAR) : Le 100e membre du PFBC !

Yaoundé le 14 juin 2017. Conformément à l’engagement pris à KIGALI en novembre 2016, le Réseau des Parlementaires pour la Gestion Durable des Ecosystèmes Forestiers d’Afrique Centrale (REPAR) a officiellement rejoint les 99 membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) qui œuvrent pour la promotion de la gestion durable des ressources et l’amélioration des conditions de vie des Populations.

En savoir plus...

Un nouveau Chef à la tête du Projet GIZ d’Appui à la COMIFAC

Martial Nkolo, économiste de l’environnement prend les rênes du Projet régional GIZ d’Appui à la COMIFAC en ce début du mois d’aout 2017.

En savoir plus...

Flegt: République du Congo et le rapport annuel 2016 de presse de l'UE sur les progrès VPA

La République du Congo et l'UE ont publié un rapport conjoint sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre de l'Accord de partenariat volontaire en 2016.

 

En savoir plus...

Flegt: La FAO renforce son soutien pour promouvoir le commerce légal du bois en République démocratique populaire lao

L'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations Unies (FAO) intensifie le soutien pour le commerce légal du bois en République démocratique populaire lao avec le lancement officiel de deux nouveaux projets qui renforceront le rôle de la société civile et du secteur privé dans l'amélioration de la forêt application de la loi, la gouvernance et échanges commerciaux (FLEGT) dans le pays.

En savoir plus...

Flegt: Les mises à jour de mise en œuvre et l'application de Règlement sur le bois de l'UE

ClientEarth examine comment la RBUE a été mis en œuvre et est appliquée dans chaque pays, et a compilé info- des séances d'information sur certains États membres. Les info-séances d'information sur les principaux détails définis de chaque mise en œuvre de l'approche de la législation et de l'application d'un État membre.

En savoir plus...

Flegt : Le programme FLEGT FAO-UE lance un nouvel appel à notes conceptuelles dans les pays VPA

Le programme FLEGT FAO-UE accepte maintenant notes conceptuelles des institutions gouvernementales, de la société civile, peuples indigènes et tribaux et les organisations du secteur privé dans les pays engagés dans les accords de partenariat volontaire (APV) avec l'Union européenne. Subventions jusqu'à 110 000 USD sont disponibles par le biais du programme pour soutenir les processus VPA en cours dans les pays ciblés.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030