FAO : Les populations autochtones sont essentielles en vue de protéger la faune et les moyens d’existence ruraux

 

 

3 mars 2017, Rome - Il est essentiel d'impliquer activement les populations autochtones et les communautés locales dans les efforts visant à conserver la faune afin de maintenir la biodiversité et d'assurer la durabilité des moyens d'existence ruraux, a annoncé aujourd'hui la FAO à l'occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage.

 

 

Les défis urgents auxquels le monde est confronté dans sa quête visant à maintenir la biodiversité à travers le monde impliquent l'autonomisation des populations autochtones pour leur permettre d'agir à l'échelle nationale et ce, avec l'aide de la communauté internationale, a indiqué la FAO.

 

 

« Les cultures des populations autochtones et des communautés locales exigent une bonne gestion de la faune. Ils ne peuvent imaginer leur vie sans la nature et trouvent un grand intérêt à gérer les ressources de manière durable », a déclaré Mme Eva Müller, Directrice de la Division de la FAO chargée des politiques et des ressources forestières. « L’autonomisation de ces groupes, leurs connaissances et leurs techniques de planification à long terme sont essentiels afin de garantir la survie des générations futures, de la race humaine et de la faune ».

La relation entre les êtres humains et la faune est évoquée dans la nouvelle édition d'Unasylva, une revue forestière trimestrielle de la FAO, également publiée aujourd'hui. L'ouvrage est produit en collaboration avec le Partenariat collaboratif pour une gestion durable de la faune (CPW), qui comprend 14 organisations internationales, dont la FAO, ainsi que des secrétariats.

 

 

L'ouvrage cite plusieurs cas de figure dans différents pays qui illustrent la manière dont les populations autochtones peuvent optimiser les bénéfices tirés de leurs moyens d'existence tout en protégeant la faune, à condition qu'elles soient en mesure de prendre leurs propres décisions dans les territoires où elles vivent.

 

 

Au Nord du Mont Kenya, par exemple, les Masai il- Laikipia (qui signifie «les populations de la faune») possèdent et gèrent l'unique sanctuaire communautaire de rhinocéros du pays. Ces populations autochtones ont réussi à réduire les conflits opposant les humains à la faune qui surviennent dans la région, en raison de l'intrusion sur leurs terres d'animaux sauvages à la recherche d'eau, de gibier ou encore de pâturages en période de sécheresse. En taillant moins de buissons, il reste davantage de fourrage aux animaux sauvages présents sur leurs terres. Grâce à cette stratégie de conservation, les populations autochtones ont démontré qu'elles pouvaient coexister et vivre en harmonie avec la faune, tout en vacant à leurs occupations pastorales et en s'adonnant à leurs cultures.

Trouver des solutions pour une coexistence qui bénéficiera mutuellement aux êtres humains et à la faune

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Traffic: Prévalence du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale

Selon un nouveau rapport de TRAFFIC, des groupes armés étrangers, notamment l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), les Janjaweeds (une milice soudanaise) et d’autres milices non-étatiques, sont les principaux auteurs du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale, une région allant de la frontière nord-ouest de la République démocratique du Congo à la frontière sud-ouest de la République centrafricaine.

En savoir plus...

Projet APA GIZ COMIFAC : Formation sur la Gestion du Centre d’Echanges sur le mécanisme APA au Cameroun

22 Chefs de Services en charge d’information environnementale des Délégations Régionales du MINEPDED ont été formés sur les techniques de collecte et de publication sur le Centre d’Echange APA au Cameroun.

En savoir plus...

Projet GIZ APA-COMIFAC : Les premiers accords d’accès aux ressources génétiques d’APA au Cameroun évalués

Les premières expériences des Conditions Convenues d’un Commun Accord (CCCA) sur l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des plantes Echinops giganteus et Mondia whitei ont été évalués.  Il est ressorti que d’une manière générale, que les clauses des accords entre les parties signataires dans les deux CCCA sont bien respectées.

 

En savoir plus...

Le Projet GIZ COMIFAC appuie les réseaux de la CEFDHAC dans l’élaboration de leurs stratégies !

Pour une participation multi-acteurs efficace aux prises de décision. Deux documents de stratégie des réseaux de la CEFDHAC ont été élaborés et validés à travers un processus participatif et inclusif au sein de chaque réseau concerné grâce aux différents appuis du Projet régional GIZ COMIFAC.

En savoir plus...

Les chercheurs et les juristes se mettent à l’école de l’APA

Pour une meilleure implication effective de toutes les parties prenantes au mécanisme d’Accès et de Partage des Avantages (APA) du Protocole de Nagoya. 13 chercheurs et 15 juristes des pays de l’espace COMIFAC ont été sensibilisés et formés sur le Protocole de Nagoya et la Convention sur la biodiversité Biologique. Des cahiers de charges ont été élaborés par ces acteurs en vue de leur participation à la mise en place des processus nationaux dans leurs pays respectifs.

En savoir plus...

La sonnette d’alarme est tirée !

Mme la Secrétaire Adjointe du MEP, représentant le Ministre de l’Elevage et des Pêches (MEP), a ouvert l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation de la mise en œuvre du plan d’aménagement (PA) du PNSO. La Mission d’évaluation confiée au Dr Dolmia Malachie (consultant), avait pour objectif global d’évaluer la mise en œuvre du PA du parc suscité dans ses aspects techniques et financiers pour la période allant de 2010 à 2016, afin de proposer des mesures correctives transitoires et de formuler des orientations à soumettre à l’appréciation des parties prenantes pour leur prise en compte lors de sa révision.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo mobilise au cœur de la COP 23 à Bonn…

Bonn (Allemagne) -14 novembre 2017 – s’est tenu dans la salle de Réunion Brum -  BULA ZONE 3,  un événement parallèle de haut niveau organisé par la COMIFAC. La session a été rehaussée par la participation de plusieurs ministres des pays membres de la COMIFAC et des autres pays partis, la CEEAC et les représentants des organisations internationales.  

En savoir plus...

Note additionelle: Formation accréditée Lead Auditeur FSC en GF et CoC- Rainforest Alliance

Suite à de nombreux questionnements au sujet de la dite formation, Rainforest Alliance souhaite apporter clarifications sur les points suivants : ASI ayant renforcé ses procédures de qualification d’auditeurs FSC, toute personne ayant suivi précédemment une formation d’auditeur FSC FM-CoC mais SANS s’être qualifiée lors du FSC TRANSITION EXAM de Juillet 2017, se voit perdre son statut d’auditeur...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030