FAO : Les populations autochtones sont essentielles en vue de protéger la faune et les moyens d’existence ruraux

 

 

3 mars 2017, Rome - Il est essentiel d'impliquer activement les populations autochtones et les communautés locales dans les efforts visant à conserver la faune afin de maintenir la biodiversité et d'assurer la durabilité des moyens d'existence ruraux, a annoncé aujourd'hui la FAO à l'occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage.

 

 

Les défis urgents auxquels le monde est confronté dans sa quête visant à maintenir la biodiversité à travers le monde impliquent l'autonomisation des populations autochtones pour leur permettre d'agir à l'échelle nationale et ce, avec l'aide de la communauté internationale, a indiqué la FAO.

 

 

« Les cultures des populations autochtones et des communautés locales exigent une bonne gestion de la faune. Ils ne peuvent imaginer leur vie sans la nature et trouvent un grand intérêt à gérer les ressources de manière durable », a déclaré Mme Eva Müller, Directrice de la Division de la FAO chargée des politiques et des ressources forestières. « L’autonomisation de ces groupes, leurs connaissances et leurs techniques de planification à long terme sont essentiels afin de garantir la survie des générations futures, de la race humaine et de la faune ».

La relation entre les êtres humains et la faune est évoquée dans la nouvelle édition d'Unasylva, une revue forestière trimestrielle de la FAO, également publiée aujourd'hui. L'ouvrage est produit en collaboration avec le Partenariat collaboratif pour une gestion durable de la faune (CPW), qui comprend 14 organisations internationales, dont la FAO, ainsi que des secrétariats.

 

 

L'ouvrage cite plusieurs cas de figure dans différents pays qui illustrent la manière dont les populations autochtones peuvent optimiser les bénéfices tirés de leurs moyens d'existence tout en protégeant la faune, à condition qu'elles soient en mesure de prendre leurs propres décisions dans les territoires où elles vivent.

 

 

Au Nord du Mont Kenya, par exemple, les Masai il- Laikipia (qui signifie «les populations de la faune») possèdent et gèrent l'unique sanctuaire communautaire de rhinocéros du pays. Ces populations autochtones ont réussi à réduire les conflits opposant les humains à la faune qui surviennent dans la région, en raison de l'intrusion sur leurs terres d'animaux sauvages à la recherche d'eau, de gibier ou encore de pâturages en période de sécheresse. En taillant moins de buissons, il reste davantage de fourrage aux animaux sauvages présents sur leurs terres. Grâce à cette stratégie de conservation, les populations autochtones ont démontré qu'elles pouvaient coexister et vivre en harmonie avec la faune, tout en vacant à leurs occupations pastorales et en s'adonnant à leurs cultures.

Trouver des solutions pour une coexistence qui bénéficiera mutuellement aux êtres humains et à la faune

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

GEAPE Rapport : Implication des femmes dans la vente de la viande du gibier dans le territoire de Walikale en République démocratique du Congo, une pression toujours grandissante sur les grands singes.

...La majorité des femmes pratiquent les commerces  de la viande  de brousse  comme un moyen de survie, car la  guerre a plongé la population dans une pauvreté extrême,  et suite à la guerre elle n’a pas eu le temps de cultiver le champ, de faire l’élevage et dont malheureusement, les bétails, petits bétails  et autres  étaient  souvent   pillés  par les groupes armés....

En savoir plus...

WWF Report-2016 : Des succès étonnants malgré les révélations alarmantes

2016 fut indubitablement une année bien spéciale pour le WWF Cameroun. En effet, le WWF a apporté des contributions significatives dans le Bassin du Congo voir partout dans le monde de manière générale à la conservation et au Cameroun en particulier.

En savoir plus...

Projet AAP2 165 PAM: Engagement de TOOGGA Sarl, entreprise

L'entreprise s'engage à soutenir le programme proposé par le Professeur Abdellahi Mohamed Vall HMEYADA dans le cadre de la réponse à l'appel d'offre PSPD2 de 2017 et s'y investir fortement.

 

En savoir plus...

RIFFEAC : Clôture de réception des dossiers de Candidature pour les bourses d’études REDD+

Le Coordonnateur Régionale du RIFFEAC déclare, close la réception des dossiers de Candidature pour les bourses d’études REDD+. Tous les dossier reçus avant la date de clôture (20 Avril) seront analysés conformément aux exigences applicables

En savoir plus...

WWF-UE Atelier de réflexion stratégique sur la gestion du massif forestier de Ngoyla-Mintom

L’atelier de réflexion stratégique sur la gestion du massif forestier de Ngoyla-Mintom et de clôture du Projet WWF-UE de Ngoyla-Mintom s’est tenu le 28 mars 2017, à l’Hôtel Hilton, à Yaoundé, au Cameroun. Il a été organisé à l’initiative du Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF), en partenariat avec le Fonds Mondial pour la Nature (WWF) et avec l’appui financier de l’Union Européenne.

En savoir plus...

Les acteurs de la protection des droits des populations autochtones se concertent à Yaoundé

L’Hôtel Djeuga Palace de Yaoundé a servi de cadre les jeudi 06 et vendredi 07 avril 2017 à l’atelier de renforcement des capacités des acteurs intersectoriels sur la protection des droits des Populations Autochtones (PA) dans la mise en œuvre des programmes et projets de conservation de la biodiversité.

 

En savoir plus...

Fonds Vert pour le Climat : Vacances de postes

Le FVC valorise la diversité et encourage les applications de personnes de toutes les origines, quel que soit leur âge, race, sexe, orientation sexuelle, citoyenneté, religion, handicap ou autres attributs similaires. Si vous êtes motivé par notre mandat et pensez que votre profil peut intéresser le Fonds, veuillez consulter les offres ci-après. 

En savoir plus...

ONU-REDD : Une réussite congolaise : Deuxième partie - Persévérance et appropriation par le gouvernement

La République du Congo a récemment achevé une analyse économique des coûts et avantages de ses options stratégiques pour REDD+ et un examen des sources de financement pour la mise en œuvre de sa stratégie nationale REDD+. Emelyne Cheney et Jonathan Gheyssens de l'ONU Environnement discutent dans cette deuxième partie de la conversation leur expérience de soutien au pays avec ce travail difficile mais finalement décisif.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030