FAO : Les populations autochtones sont essentielles en vue de protéger la faune et les moyens d’existence ruraux

 

 

3 mars 2017, Rome - Il est essentiel d'impliquer activement les populations autochtones et les communautés locales dans les efforts visant à conserver la faune afin de maintenir la biodiversité et d'assurer la durabilité des moyens d'existence ruraux, a annoncé aujourd'hui la FAO à l'occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage.

 

 

Les défis urgents auxquels le monde est confronté dans sa quête visant à maintenir la biodiversité à travers le monde impliquent l'autonomisation des populations autochtones pour leur permettre d'agir à l'échelle nationale et ce, avec l'aide de la communauté internationale, a indiqué la FAO.

 

 

« Les cultures des populations autochtones et des communautés locales exigent une bonne gestion de la faune. Ils ne peuvent imaginer leur vie sans la nature et trouvent un grand intérêt à gérer les ressources de manière durable », a déclaré Mme Eva Müller, Directrice de la Division de la FAO chargée des politiques et des ressources forestières. « L’autonomisation de ces groupes, leurs connaissances et leurs techniques de planification à long terme sont essentiels afin de garantir la survie des générations futures, de la race humaine et de la faune ».

La relation entre les êtres humains et la faune est évoquée dans la nouvelle édition d'Unasylva, une revue forestière trimestrielle de la FAO, également publiée aujourd'hui. L'ouvrage est produit en collaboration avec le Partenariat collaboratif pour une gestion durable de la faune (CPW), qui comprend 14 organisations internationales, dont la FAO, ainsi que des secrétariats.

 

 

L'ouvrage cite plusieurs cas de figure dans différents pays qui illustrent la manière dont les populations autochtones peuvent optimiser les bénéfices tirés de leurs moyens d'existence tout en protégeant la faune, à condition qu'elles soient en mesure de prendre leurs propres décisions dans les territoires où elles vivent.

 

 

Au Nord du Mont Kenya, par exemple, les Masai il- Laikipia (qui signifie «les populations de la faune») possèdent et gèrent l'unique sanctuaire communautaire de rhinocéros du pays. Ces populations autochtones ont réussi à réduire les conflits opposant les humains à la faune qui surviennent dans la région, en raison de l'intrusion sur leurs terres d'animaux sauvages à la recherche d'eau, de gibier ou encore de pâturages en période de sécheresse. En taillant moins de buissons, il reste davantage de fourrage aux animaux sauvages présents sur leurs terres. Grâce à cette stratégie de conservation, les populations autochtones ont démontré qu'elles pouvaient coexister et vivre en harmonie avec la faune, tout en vacant à leurs occupations pastorales et en s'adonnant à leurs cultures.

Trouver des solutions pour une coexistence qui bénéficiera mutuellement aux êtres humains et à la faune

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

atibt : Le Guide d’utilisation des bois africains éco-certifiés est en ligne et à la vente

Ce guide, qui a bénéficié de l’appui financier du Programme de Promotion de l’Exploitation Certifiée des Forêts (PPECF) et de l’Agence Française de Développement (AFD), s’inscrit dans le programme marketing de l’ATIBT : c’est un outil promotionnel des essences africaines certifiées en Europe.

En savoir plus...

atibt : P3FAC, un nouveau projet de recherche ATIBT-FFEM sur la dynamique forestière

28.02.2017.  Le FFEM et l’ATIBT ont signé un accord de financement de 2 millions d’euros pour la mise en oeuvre du projet P3FAC, un partenariat public-privé pour gérer durablement les forêts d’Afrique Centrale. Le projet va consolider sur 5 ans de nouvelles données scientifiques sur la dynamique forestière et mobilisera les acteurs publics et privés du secteur autour des résultats de ces recherches en faveur de politiques forestières plus durables.

En savoir plus...

senpresse : RESSOURCES GÉNÉTIQUES: L’APA pour un partage effectif des bénéfices

07 Mars 2017. Dans le but de conserver la diversité biologique et l’utilisation durable des éléments, comme les gènes, les espèces et les écosystèmes, la capitale sénégalaise abrite depuis hier et jusqu’au 10 du mois courant le 10ème atelier panafricain sur l’accès et le partage effectifs des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques.

En savoir plus...

IISD : ENB+ Services de rapports des conférences

Les Services de rapports de l'IISD, Earth Negotiations Bulletin (ENB), apportent plus de transparence au processus d'élaboration de politiques de l'Accord Multilatéral sur l'Environnement et constituent de facto un record indépendant pour les négociations du MEA...

En savoir plus...

Bonne nouvelle pour le Bassin du Congo : La COMIFAC comme organisation observatrice auprès du Fonds Vert pour le Climat (FVC).

Le Conseil, conformément à la décision B.08/20 et par une décision prise entre les réunions par consentement tacite : Approuve l'accréditation des organisations ci-après comme organisations observatrices auprès du Fonds...

En savoir plus...

COMIFAC : Création et mise en ligne de SUIVI CONVERGENCE

Le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC vient de se doter d'une plate-forme électronique en ligne de suivi-évaluation de la mise en œuvre du Plan de convergence et autres initiatives sous-régionales. Cette plate-forme encore appelée SUIVI CONVERGENCE fait partie de la gamme d'outils du dispositif de suivi évaluation de la COMIFAC.

En savoir plus...

IITA : Un produit biologique "Aflasafe" réduit l’aflatoxine sur l’arachide et le maïs

Dakar (SÉNÉGAL), 22 mars 2017 – Les effets des aflatoxines sur la santé, l’agriculture et le commerce en Afrique sont considérables. L’aflatoxine est parmi les vecteurs du cancer du foie qui fait chaque année des milliers de victimes dans le monde, mais c’est l’Afrique qui paye le plus lourd tribut avec un taux de 30%, particulièrement dans les pays producteurs de l’arachide, du maïs, du riz entre autres.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

L'AIF et l'Agenda 2030