FAO : Les populations autochtones sont essentielles en vue de protéger la faune et les moyens d’existence ruraux

 

 

3 mars 2017, Rome - Il est essentiel d'impliquer activement les populations autochtones et les communautés locales dans les efforts visant à conserver la faune afin de maintenir la biodiversité et d'assurer la durabilité des moyens d'existence ruraux, a annoncé aujourd'hui la FAO à l'occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage.

 

 

Les défis urgents auxquels le monde est confronté dans sa quête visant à maintenir la biodiversité à travers le monde impliquent l'autonomisation des populations autochtones pour leur permettre d'agir à l'échelle nationale et ce, avec l'aide de la communauté internationale, a indiqué la FAO.

 

 

« Les cultures des populations autochtones et des communautés locales exigent une bonne gestion de la faune. Ils ne peuvent imaginer leur vie sans la nature et trouvent un grand intérêt à gérer les ressources de manière durable », a déclaré Mme Eva Müller, Directrice de la Division de la FAO chargée des politiques et des ressources forestières. « L’autonomisation de ces groupes, leurs connaissances et leurs techniques de planification à long terme sont essentiels afin de garantir la survie des générations futures, de la race humaine et de la faune ».

La relation entre les êtres humains et la faune est évoquée dans la nouvelle édition d'Unasylva, une revue forestière trimestrielle de la FAO, également publiée aujourd'hui. L'ouvrage est produit en collaboration avec le Partenariat collaboratif pour une gestion durable de la faune (CPW), qui comprend 14 organisations internationales, dont la FAO, ainsi que des secrétariats.

 

 

L'ouvrage cite plusieurs cas de figure dans différents pays qui illustrent la manière dont les populations autochtones peuvent optimiser les bénéfices tirés de leurs moyens d'existence tout en protégeant la faune, à condition qu'elles soient en mesure de prendre leurs propres décisions dans les territoires où elles vivent.

 

 

Au Nord du Mont Kenya, par exemple, les Masai il- Laikipia (qui signifie «les populations de la faune») possèdent et gèrent l'unique sanctuaire communautaire de rhinocéros du pays. Ces populations autochtones ont réussi à réduire les conflits opposant les humains à la faune qui surviennent dans la région, en raison de l'intrusion sur leurs terres d'animaux sauvages à la recherche d'eau, de gibier ou encore de pâturages en période de sécheresse. En taillant moins de buissons, il reste davantage de fourrage aux animaux sauvages présents sur leurs terres. Grâce à cette stratégie de conservation, les populations autochtones ont démontré qu'elles pouvaient coexister et vivre en harmonie avec la faune, tout en vacant à leurs occupations pastorales et en s'adonnant à leurs cultures.

Trouver des solutions pour une coexistence qui bénéficiera mutuellement aux êtres humains et à la faune

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Bienvenue au Secrétariat pour l’Evaluation Environnementale en Afrique Centrale (SEEAC) : Le nouveau membre du PFBC !

Yaoundé, le 12 juin 2017. Conformément à l’engagement pris lors de la Réunion des Parties du PFBC de novembre 2016 à Kigali, le Secrétariat pour l’Evaluation Environnementale en Afrique Centrale (SEEAC) a officiellement rejoint les 97 membres du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Pour ce faire, le SEEAC a soumis les documents requis et a accepté de respecter le cadre de coopération des membres du PFBC pour promouvoir la gestion durable des écosystèmes forestiers en Afrique Centrale.

En savoir plus...

CAFI : Le Gabon s’engage à préserver sa forêt et se donne les moyens de réduire ses émissions de CO2 de 50%

Paris, le 27 juin 2017 :  Le Gouvernement du Gabon et l’Initiative pour la Forêt de l’Afrique Centrale (CAFI) ont signé aujourd’hui une Lettre d’intention d’un montant de 18 millions de dollars américains pour protéger les forêts du pays et accélérer la lutte contre le changement climatique.

En savoir plus...

CAFI : La Lettre d'intention avec le Gabon

La lettre d’intention (LOI) entre le Gouvernement du Gabon et CAFI établit un partenariat pour mettre en œuvre le Cadre d’investissement national du Gabon.  La LOI est signée par le Ministre gabonais de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du Développement durable, le Ministre norvégien du Climat et de l’Environnement, et le Bureau du Fonds Spécial Multi partenaire du PNUD. Une cérémonie a été tenue à Paris le 27 juin, qui a mis en exergue la manière dont la LOI aidera le pays à atteindre sa Contribution Nationale Déterminée (NDC) sous l’Accord de Paris.

En savoir plus...

CAFI /RDCongo : Consensus et avancées majeures sur la gestion des risques

Au terme de 5 jours de travail intense, société civile, gouvernement, bailleurs et secteur privé s'accordent sur une matrice de gestion des risques et une plateforme multipartites de suivi de la réforme forestière.

En savoir plus...

Lemonde/ Akinwumi Adesina : « C’est l’Afrique qui devrait nourrir le monde, pas l’inverse »

Le directeur de la Banque africaine de développement mise sur l’agriculture et rappelle que le continent possède 65 % des terres arables non exploitées dans le monde.

En savoir plus...

lemonde/L’Agence française de développement se défend de livrer les forêts du Congo aux grandes concessions

Une coalition d’ONG environnementales demande à l’Initiative pour les forêts d’Afrique centrale de rejeter le projet de la France en République démocratique du Congo.

 

En savoir plus...

En marche vers la loi APA….!!!!

Sourcing, Bioprospection, Gestion durable, réglementation, bonnes pratiques, tels étaient les thèmes consacrés à l’occasion de la réunion organisée les 1 et 2 Juin 2017 à Paris, à l’initiative de l’Union internationale pour le commerce bioéthique (Union Ethical biotrade-UEBT).

En savoir plus...

Processus d’élaboration d’un système de gestion des connaissances : Le rôle de plaque tournante du Secrétariat Exécutif de la COMIFAC mis en exergue

L’état des lieux de la gestion des connaissances et des outils existants a permis au Secrétariat Exécutif de la COMIFAC de définir ses besoins et ses attentes pour une meilleure structuration et organisation des connaissances générées par la COMIFAC à l’issue d’une mission qui s’est tenue du 5 au 16 juin 2017.

 

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030