Les forêts communautaires du Sud-Cameroun : un outil d’application du développement durable à l’échelle villageoise ?

 

Si les approches de développement participatif en Afrique ont fait l'objet d'un certain nombre de travaux, d'articles et même de thèses, beaucoup de chercheurs se sont rendu compte de la difficulté que représentent des enquêtes centrées sur l'objet de recherche hautement conflictuel qu'est la « forêt communautaire ». Cette thèse soutenue en 2010 est issue des résultats d'enquêtes de terrain menées dans le Dja et Lobo dans le contexte de la mise en œuvre du premier manuel d'attribution et de procédure de gestion des forêts communautaires au Cameroun. Révisé en 2009, ce guide répond en partie aux préoccupations soulevées dans cette publication. Cependant, le sujet abordé demeure d'actualité même si, à l’exception du Cameroun, aucun pays d’Afrique centrale n’a une politique forestière explicitement définie sur le sujet. Le constat est que cette modalité de gestion des forêts est reprise dans les nouvelles politiques forestières des pays de la COMIFAC qui se sont engagés dans la formulation de leur politique forestière. C’est le cas du Congo Brazzaville, de la République Démocratique du Congo, de la République Centrafricaine, du Burundi et du Gabon.

 

Le Congo formule actuellement sa politique forestière. Son énoncé sera disponible sous peu. La RDC a déjà formulé la sienne. Le projet d'application des directives de mise en œuvre des « forêts des communautés locales » est actuellement sur la table du Gouvernement. La RCA a lancé le processus mais celui-ci n’avance guère en raison de la situation politico-militaire. Le Burundi l'a initié avec l’appui de la COMIFAC. Le Gabon, quant à lui, vient de signer les conventions pour les deux premières forêts communautaires avec l’appui des projets DACEFI et OIBT.

 

Dans cette nouvelle donne marquée par le scepticisme, le problème est de démontrer que les forêts communautaires peuvent surmonter les critiques, notamment lorsqu'on aborde les questions de développement local durable. Cette thèse est diffusée à un moment délicat pour l'ensemble de l'édifice professionnel et ses institutions, alors que les approches de développement participatif sont contestées de toutes parts, que la place et le rôle des populations locales sont remis en cause, que les gouvernements et les organisations de la société civile peinent à dégager des voies nouvelles.

 

La publication pose globalement la question de l'universalité des énoncés sur la « bonne gouvernance » ou le développement durable. Cette problématique englobe quatre dimensions centrales : la gouvernance territoriale ; les conflits d'appropriation découlant du rapport entre droit »moderne » et droit « coutumier » ; l'exploitation des ressources communautaires et les stratégies d'acteurs mettant en jeu différents groupes communautaires ou autochtones, les ONG d'appui, les chefs traditionnels ou les rapports de genre. Les questions de territorialité y sont ciblées, illustrant les difficultés de transfert de pouvoir dans le cadre de la décentralisation de la gestion des forêts. Ainsi la thèse critique l'approche techniciste et bureaucratique qui a façonné le développement des forêts communautaires au Cameroun durant la période de terrain de l'auteur. L'analyse se fonde sur plusieurs points dont les modalités de gestion pluraliste, la proposition concernant la surface maximale des forêts allouées aux communautés locales et les limites voire les dérives du « rendement soutenu ».

 

L'auteur ne passe pas sous silence les difficultés de terrain lorsqu'on aborde un sujet si sensible qu'est la forêt communautaire. En effet, il montre que la gestion des forêts communautaires est généralement conflictuelle compte tenu des montants financiers colossaux générés par le secteur du bois.

 

Tout en saluant l’originalité d’une démarche critique, l’auteur souligne aussi les limites d’une démonstration qui ne s’interroge pas de manière approfondie sur le concept empirique d’« allochtone » ou d’« étranger ». C’est à ce titre que cette grille de lecture ne mérite pas moins d’être discutée aux yeux des recherches plus récentes sur la question. Ces différents regards ne remettent pas en cause l’importance de l’analyse menée car elle fournit des pistes pour comprendre la problématique de la gestion forestière locale. C’est tout l’intérêt d’un perpétuel questionnement sur la valeur ajoutée des approches de développement participatif jusque-là promue en Afrique.  

 

La première partie apporte un éclairage sur le cadre théorique de l'étude. La deuxième présente la procédure de transfert de pouvoir de l’administration centrale vers les acteurs locaux. La troisième met l’accent sur la question foncière et son impact sur la gestion forestière locale. Dans la quatrième, l’idée est de se questionner sur les contours de la filière artisanale de l’exploitation du bois dans les forêts communautaires avec un accent particulier sur les stratégies d’aménagement de ces espaces alloués aux « ayants-droit ». L'ouvrage débouche sur des recommandations concrètes en termes de gouvernance, du point de vue de l'organisation territoriale et spatiale.

 

Cette thèse s'adresse aux politiques, aux praticiens en appui conseil, aux chercheurs, aux enseignants et étudiants, aux acteurs de développement qui se préparent à l'exercice du métier de l'ingénierie forestière et sociale, ainsi qu'à ceux qui suivent l'évolution de ce concept dans le Bassin du Congo.

 

Théophile BOUKI

 

Bien vouloir télécharger ci-dessous la la publication de Dr Théophile BOUKI:

 

Page de couverture

 

 Résumé du document

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Traffic: Prévalence du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale

Selon un nouveau rapport de TRAFFIC, des groupes armés étrangers, notamment l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), les Janjaweeds (une milice soudanaise) et d’autres milices non-étatiques, sont les principaux auteurs du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale, une région allant de la frontière nord-ouest de la République démocratique du Congo à la frontière sud-ouest de la République centrafricaine.

En savoir plus...

Projet APA GIZ COMIFAC : Formation sur la Gestion du Centre d’Echanges sur le mécanisme APA au Cameroun

22 Chefs de Services en charge d’information environnementale des Délégations Régionales du MINEPDED ont été formés sur les techniques de collecte et de publication sur le Centre d’Echange APA au Cameroun.

En savoir plus...

Projet GIZ APA-COMIFAC : Les premiers accords d’accès aux ressources génétiques d’APA au Cameroun évalués

Les premières expériences des Conditions Convenues d’un Commun Accord (CCCA) sur l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des plantes Echinops giganteus et Mondia whitei ont été évalués.  Il est ressorti que d’une manière générale, que les clauses des accords entre les parties signataires dans les deux CCCA sont bien respectées.

 

En savoir plus...

Le Projet GIZ COMIFAC appuie les réseaux de la CEFDHAC dans l’élaboration de leurs stratégies !

Pour une participation multi-acteurs efficace aux prises de décision. Deux documents de stratégie des réseaux de la CEFDHAC ont été élaborés et validés à travers un processus participatif et inclusif au sein de chaque réseau concerné grâce aux différents appuis du Projet régional GIZ COMIFAC.

En savoir plus...

Les chercheurs et les juristes se mettent à l’école de l’APA

Pour une meilleure implication effective de toutes les parties prenantes au mécanisme d’Accès et de Partage des Avantages (APA) du Protocole de Nagoya. 13 chercheurs et 15 juristes des pays de l’espace COMIFAC ont été sensibilisés et formés sur le Protocole de Nagoya et la Convention sur la biodiversité Biologique. Des cahiers de charges ont été élaborés par ces acteurs en vue de leur participation à la mise en place des processus nationaux dans leurs pays respectifs.

En savoir plus...

La sonnette d’alarme est tirée !

Mme la Secrétaire Adjointe du MEP, représentant le Ministre de l’Elevage et des Pêches (MEP), a ouvert l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation de la mise en œuvre du plan d’aménagement (PA) du PNSO. La Mission d’évaluation confiée au Dr Dolmia Malachie (consultant), avait pour objectif global d’évaluer la mise en œuvre du PA du parc suscité dans ses aspects techniques et financiers pour la période allant de 2010 à 2016, afin de proposer des mesures correctives transitoires et de formuler des orientations à soumettre à l’appréciation des parties prenantes pour leur prise en compte lors de sa révision.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo mobilise au cœur de la COP 23 à Bonn…

Bonn (Allemagne) -14 novembre 2017 – s’est tenu dans la salle de Réunion Brum -  BULA ZONE 3,  un événement parallèle de haut niveau organisé par la COMIFAC. La session a été rehaussée par la participation de plusieurs ministres des pays membres de la COMIFAC et des autres pays partis, la CEEAC et les représentants des organisations internationales.  

En savoir plus...

Note additionelle: Formation accréditée Lead Auditeur FSC en GF et CoC- Rainforest Alliance

Suite à de nombreux questionnements au sujet de la dite formation, Rainforest Alliance souhaite apporter clarifications sur les points suivants : ASI ayant renforcé ses procédures de qualification d’auditeurs FSC, toute personne ayant suivi précédemment une formation d’auditeur FSC FM-CoC mais SANS s’être qualifiée lors du FSC TRANSITION EXAM de Juillet 2017, se voit perdre son statut d’auditeur...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030