Fonds vert pour le climat - Hela Cheikhrouhou : "L'Afrique n'a pas été bien servie jusqu'ici par les finances climatiques"

 

 

INTERVIEW. La directrice du Fonds vert pour le climat a répondu aux questions du Point Afrique sur les financements possibles avec sa structure.

 

 

Ancienne responsable du département Énergie, Environnement et Changement climatique à la BAD, Hela Cheikhrouhou est directrice du Fonds vert depuis 2013. Elle se rend à Bamako afin de sensibiliser les ministres des Finances de la zone franc réunis dans la capitale malienne.

 

 

Le Point Afrique : La communauté internationale s'est engagée à Lima, lors de la Conférence sur le climat. Six mois après, les États ont-ils tenu leurs promesses ?

Hela Cheikhrouhou : Le Fonds vert a entamé son processus de mobilisation des ressources à partir du mois de juin 2014. Dans un laps de temps extrêmement court, nous avons reçu des promesses de l'ordre de 10 milliards de dollars environ [à Lima]. Ces promesses-là n'ont pas été encore converties en accord de contribution, du moins pour la plus grande partie. Toutefois, l'objectif est que près de la moitié de ces promesses soient converties en accord de contribution, dans les quelques semaines qui viennent.

 

 

Quel est le principal défi du Fonds vert pour le climat ?

 Notre mandat est extrêmement ambitieux et difficile à remplir. Il s'agit de promouvoir un changement de paradigme, par les pays en voie de développement, pour passer vers un développement durable faible en carbone et résilient aux effets du changement climatique. Les études scientifiques et les autres analyses indiquent que grosso modo près de 500 milliards de dollars par an doivent être investis par les pays en voie de développement dans le monde comme investissement additionnel pour transformer leurs économies. Vis-à-vis de cette donne, les 10 milliards du Fonds vert pour une période de 4 ans, ça nous donne à peu près 2 milliards et demi par an à investir. Notre principal défi est d'utiliser ces ressources, qui sont limitées de la manière la plus innovante pour pouvoir amener d'autres participants à nos côtés dans ces investissements.

 

 

D'après un expert de la finance climatique, la Banque mondiale a élu domicile près de vos locaux. Y a-t-il une pression particulière de cette institution sur le Fonds vert ?

 Le bureau de la Banque mondiale, basé en Corée du Sud, est un bureau de représentation de la Banque pour servir le gouvernement de la Corée et la sous-région Asie pour des activités de connaissance de la Banque mondiale. Le bureau qui est ici n'a aucune relation particulière avec le Fonds vert pour le climat. Par ailleurs, la Banque mondiale, basée à Washington, nous sert d'intermédiaire. La Banque mondiale est le banquier du Fonds vert. Mais, il n'y a aucune contrainte particulière liée à ça. La Banque mondiale ne fait qu'exécuter les décisions de notre conseil d'administration.

 

 

De nombreuses conférences sur la finance climatique ont eu lieu ces dernières semaines, les États africains sont-ils suffisamment informés sur les objectifs du Fonds vert ?

 Nous cherchons toutes les opportunités pour attirer l'attention des ministres africains sur l'existence de ce fonds. Un de nos principaux objectifs est de s'assurer que les pays qui n'ont pas eu leur chance sur le MDP (Mécanisme de développement propre) et sur d'autres mécanismes de financement climat puissent bénéficier du Fonds vert. L'Afrique n'a pas été bien servie jusqu'ici par les finances climatiques. Nous avons des clauses claires dans notre instrument fondateur sur l'importance de servir les pays vulnérables, notamment en Afrique. Je vais me rendre au Mali prochainement, et je vais assister dans quelques semaines aux assemblées de printemps du FMI et de la Banque mondiale [à Washington, le 16 avril] pour rencontrer des ministres africains. J'étais au Japon récemment, lors de la conférence mondiale sur la réduction des désastres, pour participer à une table ronde ministérielle avec différents représentants des régions du monde. Je les ai informés sur le rôle du Fonds vert qui travaille entre autres sur l'adaptation de la réduction des catastrophes liées au climat. Par ailleurs, on va organiser deux séminaires dédiés à l'Afrique, Afrique francophone et Afrique anglophone, pour élever la connaissance des points focaux gouvernementaux du Fonds vert. Actuellement, de nombreux pays africains ont déjà nommé une personne comme point focal au sein de leur gouvernement. Nous souhaitons nous assurer que ces points focaux soient le plus à même de comprendre les règles du Fonds vert pour disséminer cette connaissance, pour préparer les projets. Ce sont ces points focaux qui doivent sensibiliser leur gouvernement, leur société civile sur l'existence du Fonds vert. Les points focaux sont très importants pour nous. Aucun projet ne pourra être financé par le Fonds vert sans leur accord. Mais les projets validés peuvent être de toute taille.

 

 

Le Fonds vert s'est-il inspiré des autres fonds, tels que le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme  ?...

 

 

Pour d’amples informations, bien vouloir consulter: ICI

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

3 mars 2020 : La Journée mondiale de la vie sauvage se célèbre

La Journée mondiale de la vie sauvage 2020 sera célébrée dans le monde entier le 3 mars sur le thème « Maintenir toutes les formes de vie sur Terre », en lien avec « l’année décisive pour la biodiversité » au cours de laquelle plusieurs événements majeurs placeront la biodiversité au premier plan de l’action mondiale menée en faveur du développement durable.

En savoir plus...

Les forêts jouent un rôle central dans la lutte contre le dérèglement climatique

Cette note de décryptage de Coordination SUD et Fern analyse les nombreuses questions qui doivent être prises en compte pour assurer leur contribution optimale à la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays forestiers tropicaux. Il s’agit notamment du respect des droits et préservation des conditions de vie des populations locales et la protection et restauration de la biodiversité ainsi que l’amélioration de la gouvernance forestière. La gestion de ces défis nécessite une participation étroite de la société civile.

En savoir plus...

Evaluation besoins de formation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles

En collaboration avec Queen’s University au Canada, Forêt Internationale, et Développement Environnemental - IFED est dans le processus de finalisation de son plan de formation professionnelle et de renforcement des capacités 2020 Afrique pour les techniciens, ingénieurs, cadres de l’Administration, étudiants et autres professionnels exerçant dans les domaines de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles. C’est afin de mieux prendre en compte vos besoins réels de formation que le présent sondage a été conçu et soumis à votre appréciation.

En savoir plus...

Recrutement de l'équipe d'exécution technique du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière fôret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

Dans le cadre de la préparation du lancement du Projet d'Appui au Développement de la Formation continue dans la filière foret-bois en Afrique Centrale (ADEFAC), The leading authority on tropical timber (ATIBT) et Réseau des institutions de formations forestière et environnementale d'Afrique centrale (RIFFEAC) recrute les experts pour les postes suivants : Assistant(e) Administratif(ve) et Logistique (AAL); Assistant(e) Technique appui à la gestion de projet Congo (AT CONGO); Assistant(e) Technique Communication et Suivi-Evaluation (AT C-SE); Assistant(e) Technique Principal (ATP); Responsable Projet siège ATIBT. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 Janvier 2020.

En savoir plus...

Communiqué final des travaux de la Réunion des Experts pour le suivi de la conférence de N’Djamena sur la feuille de route Sahel - Bassin du Congo sur la déclinaison opérationnelle de la Déclaration de N’Djamena.

La Facilitation du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) en étroite collaboration avec la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et le Gouvernement de la République du Cameroun, a organisé du 16 au 17 décembre 2019 à Douala – Cameroun, la  Réunion des Experts pour le suivi de la conférence Internationale sur la sécurité, la lutte anti- braconnage, l’encadrement de la transhumance et la circulation des groupes armés entre le Sahel et l’Afrique équatoriale

En savoir plus...

Version finale- Communiqué final ayant sanctionné les assises de la Journée Spéciale du Collège de la Société Civile du 18 décembre 2018

L’an deux mil dix-neuf le 18 Décembre 2019, s’est tenue à l’hôtel RABINGHA de Douala au Cameroun, la journée du Collège de la Société Civile du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC).

En savoir plus...

rainforestfoundationuk Newsletter-Tradition et changement : les communautés des forêts protègent leurs terres pour l'avenir

Dans la newsletter de cette semaine, nous nous penchons sur l’organisation interne des forêts communautaires. Alors que leur nombre augmente régulièrement en République Démocratique du Congo (RDC), nous examinons l’exemple d’Ilinga, une communauté qui a franchi une étape significative vers la gestion durable de leur forêt en obtenant l’approbation officielle de leur Plan Simple de Gestion (PSG).

En savoir plus...

Nouvelles du FSC Afrique Décembre 2020

A lire : Point d’avancement sur les normes nationales du Bassin du Congo ; La norme nationale de gestion forestière de la République de Namibie a été approuvée ; Le FSC Afrique du Sud sensibilise le public à la gestion responsable des forêts via un programme ambitieux de formation ; Des emplois crées et l’environnement préservé grâce au charbon de bois certifié FSC® de Namibie….

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC