Bonne nouvelle pour le Bassin du Congo : Niveau record des financements en faveur de l’environnement mondial - 4,43 milliards de dollars de contributions annoncées au Fonds pour l’environnement mondial

 

GENÈVE, 16 avril 2014—30 bailleurs de fonds ont annoncé aujourd’hui qu’ils verseraient 4,43 milliards de dollars de contributions au Fonds pour l’environnement mondial (FEM) afin de soutenir les efforts déployés par les pays pour lutter contre la dégradation de l’environnement mondial au cours des quatre prochaines années.

 

« La décision annoncée aujourd’hui montre clairement que la communauté internationale estime urgent d’inverser les tendances négatives observées dans l’environnement si l’on veut assurer un avenir viable pour tous », affirme Naoko Ishii, directrice générale et présidente du FEM. « Je suis très encouragée de voir un aussi large groupe uni par la conviction que le FEM peut jouer un rôle crucial en aidant à opérer

cette transformation. »

 

Les ressources mobilisées aideront à financer des projets dans plus de 140 pays afin de lutter contre les nombreuses menaces qui pèsent sur l’environnement mondial, notamment le changement climatique, le déboisement, la dégradation des sols, l’extinction de certaines espèces, les produits chimiques et les déchets toxiques, ainsi que les menaces qui pèsent sur les océans et les ressources en eau douce. Le FEM est le principal mécanisme mis en place au niveau mondial en vue d’aider les pays en développement à faire le nécessaire pour honorer les engagements qu’ils ont pris dans le cadre des principaux accords multilatéraux sur l’environnement. Pour la sixième reconstitution de la Caisse du FEM (FEM-6), les bailleurs de fonds ont approuvé un nouveau mécanisme de financement à l’appui de la Convention de Minamata sur le mercure, dont l’adoption en 2013 a porté à cinq le nombre total de conventions internationales sur l’environnement appuyées par le FEM.

 

« Le Fonds pour l’environnement mondial a gagné la confiance des partenaires de développement grâce à son excellent travail en matière de protection de l’environnement et à sa gestion efficace de leurs ressources », souligne Joachim von Amsberg, vice-président chargé des financements concessionnels et des partenariats mondiaux au Groupe de la Banque mondiale, qui fait office d’Administrateur du FEM. « La communauté internationale a de grands défis environnementaux à relever, et le financement du programme de FEM-6 nous aidera à atteindre notre objectif commun de développement durable. »

 

Les bailleurs de fonds ont souligné la contribution du FEM à la recherche de solutions novatrices et intégrées aux enjeux environnementaux mondiaux. L’une des nombreuses innovations inscrites au programme de FEM-6 est l’adoption à titre pilote d’une nouvelle approche intégrée visant à relever ces enjeux en s’attaquant à certaines causes sous-jacentes de la dégradation de l’environnement, un accent particulier étant mis par exemple sur la sécurité alimentaire en Afrique, le développement urbain durable et la création de filières mondiales d’approvisionnement en produits de base qui excluent le déboisement — questions qui ne peuvent être réglées que si l’on parvient à réunir autour d’un programme d’action commun de nombreux acteurs représentant un large éventail de pays et de secteurs.

 

« Pour avoir un impact sur l’environnement mondial, il faut que les gouvernements, les entreprises et les ménages tiennent systématiquement compte des considérations environnementales dans les décisions qu’ils prennent. FEM-6 intervient à un moment critique et offre un cadre essentiel pour encourager toutes les parties prenantes à jouer leur rôle », note le Secrétaire des finances et du crédit public du Mexique, Luis Videgaray, qui accueillera une Assemblée des 183 pays membres du FEM à Cancun (Mexique), en mai prochain.

 

Le programme de FEM-6 prévoit d’allouer une plus grande partie des ressources aux pays bénéficiaires à faible revenu. Le FEM poursuivra également ses travaux dans des domaines tels que la mobilisation du secteur privé, la transversalisation de la problématique hommes-femmes et la collaboration avec les organisations de la société civile, à quoi s’ajoute un recentrage sur les résultats et la mobilisation d’autres sources de financement à l’appui de l’environnement mondial en accroissant les niveaux de cofinancement de ses projets.

 

Pour soutenir ces efforts, le FEM formule actuellement une stratégie à long terme, FEM 2020, qui vise à renforcer l’impact de ses interventions en les axant davantage sur les causes sous-jacentes de la dégradation de l’environnement.

 

Bien vouloir consulter le Communiqué de Presse intégral ci-après : Niveau record des financements en faveur de l’environnement mondial - 4,43 milliards de dollars de contributions annoncées au Fonds pour l’environnement mondial

 

Images credits: From Left: Bruno Oberle, Swiss State Secretary of the Environment, Naoko Ishii, CEO & Chairperson of the GEF, and Joachim von Amsberg, Vice President for Concessional Finance and Global Partnerships in the World Bank Group: http://www.thegef.org/gef/node/10428

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019