CAFI /RDCongo : Consensus et avancées majeures sur la gestion des risques

 

Bien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

RDC - Matrice de Gestion des Risques FORETS 30 Mai 2017.pdf (544.2 Ko)

RDC- Plan Action_Gestion des risques_Forets- 24 Mai 2017.pdf (209.6 Ko)

 

 

Au terme de 5 jours de travail intense, société civile, gouvernement, bailleurs et secteur privé s'accordent sur une matrice de gestion des risques et une plateforme multipartites de suivi de la réforme forestière.

 

 

Dans le cadre des efforts consentis par la RDC pour aborder tous les risques qui pourraient être subis ou causés par ses programmes, le Fonds National REDD+ (FONAREDD) a entrepris récemment un vaste travail de consultation sur les risques liés au secteur forestier. Ce travail, initié l'année dernière, fait écho à l'un des jalons de la Lettre d'intention sous l'objectif Gouvernance, et représente une réponse à la Décision EB. 2017.02 du Conseil d'administration de CAFI. Une série d'ateliers a ainsi réuni plus de 70 acteurs de tous bords et s'est conclue le 24 mai avec la validation de la matrice de gestion des risques et l'accord sur une plateforme multi-partites de suivi.

 

 

Réponses croisées à nos questions de Victor Kabengele, co-cordinateur du Secrétariat Exécutif Intérimaire du FONAREDD et Louise Kavira, Coordonnatrice Nationale de l'ONG "Organisation des Amis de la Nature".

  1. Quel est l’enjeu de cette matrice de risques, notamment pour le programme Gestion Durable des Forêts ?

 

Victor Kabengele : D’un point de vue programmatique, cette matrice de risques identifie tous les écueils que nous pourrions rencontrer pour la réalisation des jalons de la Lettre d’Intention relatifs au secteur Forêts. Elle incorpore des mesures d’atténuation ainsi que des activités que les participants ont identifiées collectivement. Le programme Gestion Durable des Forêts (GDF) devrait incorporer les actions et les mesures d’atténuation applicables dans son cadre de résultats et être revu dans ce sens. Et cela parce que tous les programmes financés par CAFI doivent nous aider à réaliser les jalons de la Lettre d'Intention.

 

D’un point de vue du processus, nous avons là des documents qui représentent environ 2800 heures de travail collectif, étalées sur 5 jours que les parties prenantes ont passé ensemble. C’est un consensus indéniable qui, pour le programme GDF, assure une adhésion et une légitimité inégalées. Nous attendons de l’Agence Française pour le Développement [AFD, soumissionnaire d'une proposition sous l'AMI 04, qui a été récemment examinée par le Comité Technique] qu’elle capitalise tous ces efforts.

 

Louise Kavira : Je suis satisfaite du travail qui a été fait. De manière générale, nous disons oui à l'exploitation industrielle de bois dans notre pays, à condition que les populations autochtones et locales soient formées à négocier sur les clauses sociales et les cahiers de charge souvent signés entre eux et les exploitants forestiers. Ceci permettra de mettre fin aux dérapages, régulièrement observés sur terrain, commis par des exploitants forestiers, dérapages dont les populations autochtones et locales font l'objet, et ceci sous la nez et la barbe des agents de l’État. 

 

 

RELIRE:

CAFI : La Lettre d'intention avec le Gabon

Pour d’amples informations, bien vouloir télécharger les documents ci-dessous:

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Traffic: Prévalence du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale

Selon un nouveau rapport de TRAFFIC, des groupes armés étrangers, notamment l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), les Janjaweeds (une milice soudanaise) et d’autres milices non-étatiques, sont les principaux auteurs du braconnage et du trafic des espèces sauvages dans le paysage Garamba-Bili-Chinko en Afrique centrale, une région allant de la frontière nord-ouest de la République démocratique du Congo à la frontière sud-ouest de la République centrafricaine.

En savoir plus...

Projet APA GIZ COMIFAC : Formation sur la Gestion du Centre d’Echanges sur le mécanisme APA au Cameroun

22 Chefs de Services en charge d’information environnementale des Délégations Régionales du MINEPDED ont été formés sur les techniques de collecte et de publication sur le Centre d’Echange APA au Cameroun.

En savoir plus...

Projet GIZ APA-COMIFAC : Les premiers accords d’accès aux ressources génétiques d’APA au Cameroun évalués

Les premières expériences des Conditions Convenues d’un Commun Accord (CCCA) sur l’accès aux ressources génétiques et au partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des plantes Echinops giganteus et Mondia whitei ont été évalués.  Il est ressorti que d’une manière générale, que les clauses des accords entre les parties signataires dans les deux CCCA sont bien respectées.

 

En savoir plus...

Le Projet GIZ COMIFAC appuie les réseaux de la CEFDHAC dans l’élaboration de leurs stratégies !

Pour une participation multi-acteurs efficace aux prises de décision. Deux documents de stratégie des réseaux de la CEFDHAC ont été élaborés et validés à travers un processus participatif et inclusif au sein de chaque réseau concerné grâce aux différents appuis du Projet régional GIZ COMIFAC.

En savoir plus...

Les chercheurs et les juristes se mettent à l’école de l’APA

Pour une meilleure implication effective de toutes les parties prenantes au mécanisme d’Accès et de Partage des Avantages (APA) du Protocole de Nagoya. 13 chercheurs et 15 juristes des pays de l’espace COMIFAC ont été sensibilisés et formés sur le Protocole de Nagoya et la Convention sur la biodiversité Biologique. Des cahiers de charges ont été élaborés par ces acteurs en vue de leur participation à la mise en place des processus nationaux dans leurs pays respectifs.

En savoir plus...

La sonnette d’alarme est tirée !

Mme la Secrétaire Adjointe du MEP, représentant le Ministre de l’Elevage et des Pêches (MEP), a ouvert l’atelier de restitution des résultats de l’évaluation de la mise en œuvre du plan d’aménagement (PA) du PNSO. La Mission d’évaluation confiée au Dr Dolmia Malachie (consultant), avait pour objectif global d’évaluer la mise en œuvre du PA du parc suscité dans ses aspects techniques et financiers pour la période allant de 2010 à 2016, afin de proposer des mesures correctives transitoires et de formuler des orientations à soumettre à l’appréciation des parties prenantes pour leur prise en compte lors de sa révision.

En savoir plus...

Le Bassin du Congo mobilise au cœur de la COP 23 à Bonn…

Bonn (Allemagne) -14 novembre 2017 – s’est tenu dans la salle de Réunion Brum -  BULA ZONE 3,  un événement parallèle de haut niveau organisé par la COMIFAC. La session a été rehaussée par la participation de plusieurs ministres des pays membres de la COMIFAC et des autres pays partis, la CEEAC et les représentants des organisations internationales.  

En savoir plus...

Note additionelle: Formation accréditée Lead Auditeur FSC en GF et CoC- Rainforest Alliance

Suite à de nombreux questionnements au sujet de la dite formation, Rainforest Alliance souhaite apporter clarifications sur les points suivants : ASI ayant renforcé ses procédures de qualification d’auditeurs FSC, toute personne ayant suivi précédemment une formation d’auditeur FSC FM-CoC mais SANS s’être qualifiée lors du FSC TRANSITION EXAM de Juillet 2017, se voit perdre son statut d’auditeur...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030