Global Forest Watch : Nouvelle plateforme dynamique de protection des forêts partout dans le monde – Plus de 40 partenaires lancent un système de surveillance forestière quasi en temps réel

 

Le Communiqué de presse au format PDF : Global Forest Watch : Plateforme dynamique de protection des forêts partout dans le monde

 

Plus de 40 partenaires lancent un système de surveillance forestière quasi en temps réel

 

WASHINGTON (États-Unis) – 20 février, 2014 - Le World Resources Institute (WRI), Google et un groupe de plus de 40 partenaires ont lancé Global Forest Watch (GFW), un système dynamique de surveillance forestière et d’alerte en ligne qui permet à ses utilisateurs partout dans le monde de mieux gérer les forêts. Pour la première fois, Global Forest Watch regroupe la technologie satellitaire dernier cri, des données ouvertes et l’approvisionnement par la foule (crowdsourcing) pour garantir l’accès à des informations ponctuelles et fiables sur les forêts.

 

« Les entreprises, les gouvernements et les communautés ont désespérément besoin d’informations sur les forêts. Ils sont désormais servis », a déclaré le Dr. Andrew Steer, Président et CEO, WRI. “Global Forest Watch est une plateforme de surveillance quasi en temps réel qui va radicalement changer la gestion des forêts par les individus et les entreprises. Désormais, les méchants ne pourront plus se cacher et les bons seront réputés pour leur engagement. »

 

Selon des données issues de l’Université du Maryland et de Google, le monde a perdu 2,3 millions de kilomètres carrés (230 millions d’hectares) de couvert végétal entre 2000 et 2012, soit l’équivalent de 50 stades de football de forêt perdu à chaque minute tous les jours pendant 12 ans. Les pays qui ont subi les plus lourdes pertes de couvert végétal sont : La Russie, le Brésil, le Canada, les États-Unis et l’Indonésie.

 

Nous avons l’honneur d’avoir pour partenaire WRI et d’équiper la plateforme de Global Watch Platform avec la technologie cloud, des données abondantes et la science turbo de Google, » a déclaré Rebecca Moore, Responsable de l’Ingénierie, Google Earth Outreach et Earth Engine. « GFW est une vision ambitieuse, mais ponctuelle et réalisable étant donné les connaissances de WRI dans le domaine des sciences et de la politique environnementales, des partenariats forts et la haute performance de la technologie cloud de Google que nous mettons à la disposition de cette initiative. »

 

Qu’y a-t-il ne neuf en rapport avec Global Forest Watch ?

 

  • Haute résolution : Perte annuelle du couvert végétal et acquisition de données à l’échelle mondiale à une résolution de 30 mètres, disponible pour analyse et téléchargement.
  • Quasi en temps réel : Données sur la perte mensuelle du couvert végétal dans les tropiques humides à une résolution de 500 mètres.
  • Vitesse :Services informatiques dématérialisés fournis par Google, facteur de multiplication de la vitesse de traitement des données.
  • La foule : GFW regroupe des informations de haute résolution en provenance des satellites avec la puissance de l’approvisionnement par la foule (crowdsourcing).
  • Gratuit et facile à utiliser :GFW est gratuit pour tous et ne nécessite aucune expertise technique.
  • Alertes : Lorsque des alertes de perte forestière sont détectées, un réseau de partenaires et de citoyens à travers le monde peuvent se mobiliser pour intervenir.
  • Outils analytiques : Couches marquant les limites des aires protégées partout dans le monde ; exploitation forestière, minière, exploitations de palmiers à huile et autres concessions ; alertes quotidiennes d’incendies de forêts lancées par la NASA ; produits agricoles, paysages forestiers vierges et pôles de biodiversité.

 

Aujourd’hui, un groupe de leaders gouvernementaux, d’entreprises et la société civile ont lancé Global Forest Watch au Newseum, à Washington, D.C.

 

« Des partenariats tels que Global Forest Watch qui regroupent des gouvernements, des entreprises et la société civile et l’innovation technologique sont le type de solutions dont nous avons besoin pour réduire les pertes de forêts et la pauvreté, et promouvoir une croissance économique durable » a déclaré l’Administrateur Rajiv Shah, de l’Agence Américaine pour le Développement  International.

 

Global Forest Watch aura des implications de grande portée dans différents secteurs. Les institutions financières peuvent mieux évaluer si les sociétés dans lesquelles elles investissent évaluent de manière adéquate les risques liés aux forêts. Les consommateurs des principaux produits tels que l’huile de palme, le soja, le bois et la viande de bœuf peuvent mieux surveiller s’ils sont respectueux des lois, des engagements de durabilité et des normes. Et les fournisseurs peuvent de manière crédible défendre leurs produits comme étant respectueux des forêts et légaux.

 

« La déforestation constitue un risque majeur pour les entreprises qui s’appuient sur les cultures qui se rapportent à la forêt. Une exposition à ce risque est potentiellement dangereuse pour l’avenir de telles entreprises, » a relevé Paul Polman, PDG, Unilever. C’est pourquoi le Plan de Développement Durable d’Unilever a défini des cibles d'approvisionnement à 100 pour cent en matières premières agricoles de manière durable. Tandis que nous nous efforçons d’améliorer la visibilité sur l’origine de nos produits, le lancement de Global Forest Watch – un outil novateur et fantastique fournira les informations dont nous avons besoin de toute urgence pour prendre les bonnes décisions, favoriser la transparence, imposer la responsabilité et faciliter les partenariats. »

 

Global Forest Watch peut soutenir d’autres utilisateurs, notamment les communautés, qui peuvent alors lancer des alertes et des photos lorsque leurs terres sont violées et les ONG qui peuvent identifier les pôles de déforestation, mobiliser une action et collecter des preuves permettant d'établir la responsabilité des gouvernements et des entreprises. Au même moment, de nombreux pays tels que l’Indonésie et la République Démocratique du Congo, accueillent Global Forest Watch parce qu’il peut les aider à élaborer des politiques plus intelligentes, faire appliquer les lois forestières, détecter les cas de défrichage illégal de la forêt, assurer une gestion plus durable des forêts et atteindre les objectifs se rapportant à la conservation et au climat. « L’Indonésie s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 26 ou  41 pour cent avec un appui international, ce qui reflète les engagements nationaux et internationaux pour combattre les changements climatiques.  La réalisation de ces engagements par l’Indonésie est largement tributaire de notre gestion des forêts », a déclaré Heru Prasetyo, Chef de l’agence REDD+, Indonésie. « La capacité à mieux surveiller nos forêts et à disposer d’informations actualisées pour prendre les décisions appropriées. Je loue l’initiative Global Forest Watch, je continuerai de la soutenir et j’espère qu’elle constituera un outil efficace pour le monde et pour chaque pays tandis que la négligence et l’ignorance deviennent de lointains souvenirs. »

 

Global Forest Watch a été créée par le World Resources Institute et plus de 40 partenaires, dont Google, Esri, l’Université du Maryland, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), Imazon, Center for Global Development, Observatoire par Satellite des Forêts d'Afrique Centrale (OSFAC), Global Forest Watch Canada, ScanEx, Transparent World, the Jane Goodall Institute et Vizzuality. Des sociétés de premier ordre ont également contribué au début, c’est le cas d’Unilever et de Nestlé l'ensemble du Partenariat Tropical Forest Alliance 2020. Les principaux parrains sont la Norwegian Climate and Forests Initiative, l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), Global Environment Facility (GEF), le Département Britannique pour le Développement International (DFID) et le Tilia Fund.

 

Pour de plus amples informations, consultez : www.globalforestwatch.org.

 

À propos du World Resources Institute

 

WRI est une organisation de recherche mondiale présente dans plus de 50 pays, avec des bureaux aux États-Unis, en Chine, en Inde, au Brésil et plus. Plus de 300 de nos experts et personnel travaillent avec des dirigeants pour transformer de grandes idées en action pour la sauvegarde de nos ressources naturelles, base d’opportunités économiques et du bien-être humain. (www.wri.org)

 

À propos de Global Forest Watch

Global Forest Watch (GFW) est un système de surveillance forestière et d’alerte en ligne qui garantit une meilleure gestion des forêts partout dans le monde. Pour la première fois, GFW regroupe la technologie satellitaire dernier cri, des données ouvertes et l’approvisionnement par la foule (crowdsourcing) pour garantir l’accès à des informations ponctuelles et fiables sur les forêts. Forts des informations les plus actualisées fournies par GFW, les gouvernements, les entreprises et les communautés peuvent mettre un terme à la perte des forêts. (www.globalforestwatch.org)

 

Crédit images : GFW

 

Le Communiqué de presse au format PDF : Global Forest Watch : Plateforme dynamique de protection des forêts partout dans le monde

 

**SOUS EMBARGO JUSQU’À JEUDI, 20 FEVRIER, 2014, à 9h00 EST**

 

Contact : Lauren Zelin, WRI, lzelin@wri.org; +1 (301) 807-9527 begin_of_the_skype_highlighting +1 (301) 807-9527 GRATUIT

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

UE - Afrique centrale: Un appui de l'UE pour préserver la biodiversité et renforcer la gestion des écosystèmes forestiers

Le volet Cameroun du "Programme d’Appui à la Préservation de la biodiversité et aux Ecosystèmes Fragiles (ECOFAC)" a été officiellement lancé le 25 octobre 2017 à Douala en marge de la 17ième Réunion des Parties du PFBC. En plus de 25 ans, à travers les programmes ECOFAC, l’Union européenne appuie les efforts de l'Afrique centrale en matière de préservation de leur biodiversité exceptionnelle et de gestion de leurs écosystèmes forestiers. Ainsi, depuis 1992, l’UE a investi plus de 90 milliards de Francs CFA (138 millions d'euro) dans la région à travers les 5 premières phases de ce programme phare.

En savoir plus...

GIZ - Bureau d'appui à la COMIFAC « Bilan de dix ans de partenariat entre la République Fédérale d’Allemagne et la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) 2005 – 2015 »

Depuis sa création en 2005, la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) a connu des évolutions de plusieurs ordres, ceci entre autres avec l’appui des partenaires techniques et financiers, au rang desquels la coopération allemande à travers la GIZ. Cette alliance scellée tout au début du processus en 2005, est aujourd’hui vieille de plus de 10 ans.

En savoir plus...

UE : L'UE reste le marché le plus important et le plus ouvert aux produits alimentaires et manufacturés africains

Les exportations de l'Afrique vers l'Union européenne (UE) se sont élevées à plus de 116 milliards d'euros en 2016. L'Europe est de loin le plus grand marché d'exportation de l'Afrique (35% des exportations africaines), suivie de l'Afrique (18%), de la Chine (11%), des États-Unis (8%) et de l'Inde (7%).

En savoir plus...

COP23 : L’Italie et l’ONU lancent un programme de bourse pour Pays vulnérables aux changements climatiques

ONU Changements Climatiques Infos, Bonn, 16 nov – Le Gouvernement italien et l’ONU Changements Climatiques ont signé un nouveau protocole d'accord pour le lancement d’un nouveau programme de bourses visant le renforcement des capacités institutionnelles des petits États insulaires en développement (PEID) et des pays les moins avancés (PMA) à répondre aux défis du changement climatique.

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park Bulletin mensuel Octobre 2017

Le mois dernier, une centaine de pêcheurs sur la rivière Sangha ont reçu une formation par les équipes du Parc sur la construction et l’utilisation des fours Chorkor, faisant ainsi la promotion d'une technique de fumage du poisson optimisant sa conservation et contribuant à la réduction du prélèvement sur les ressources halieutiques. En savoir plus...

En savoir plus...

FSC : Retour sur l'Assemblée Générale du FSC 2017

Faire le lien entre FSC et les Objectifs de Développement Durable. Les Objectifs de Développement Durable (ODD) offrent aux entreprises une excellente occasion de s'engager à imprimer un changement positif pour les hommes et la planète, de façon claire et structurée. Mais en quoi ces objectifs concernent-ils les entreprises ? Et pourquoi FSC devrait-il jouer un rôle dans l'atteinte de ces objectifs ?...

En savoir plus...

EU : Bassin du Congo : Vers une mutualisation des efforts de lutte contre le commerce illicite du bois l’exploitation illégale des forêts

La ville de Yaoundé a abrité, mi-novembre 2017, une conférence régionale sur l’exploitation illégale du bois. L'événement était soutenu par l’Union européenne, dans le cadre du projet "Voix des Citoyens pour le Changement : Observation Forestière dans le Bassin du Congo", une initiative d’observation indépendante de l'exploitation forestière. Pour la 1ere fois, les autorités chargées de l’application de la loi et des acteurs non étatiques se sont ainsi retrouvés, dans le but de créer une synergie d'action contre l'illégalité qui plombe le développement de ce secteur.

En savoir plus...

Lancement du programme ECOFAC6 (Volet Cameroun) et du projet RIOFAC

Ce 25 octobre s’est tenu marge de la 17ème réunion du Partenariat des Forêts du bassin du Congo à Douala, la réunion de lancement de Volet Cameroun du Programme ECOFAC 6. Ce volet, d’un montant 10 milliards de CFA (12.5 millions d’euros) sur les 40 milliards apportés à l’Afrique Centrale, est destiné au renforcement de la protection des écosystèmes forestiers notamment par l’appui aux parcs du Dja et du Faro, et à l’Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale ». Pour en savoir plus sur le projet d’appui à l’OFAC.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2017

FVC : Intégration du genre
UICN : Rapport annuel 2016
Infosylva 09/2017
UE Forest Watch Avril 2017
L'AIF et l'Agenda 2030