Global Forest Watch : Nouvelle plateforme dynamique de protection des forêts partout dans le monde – Plus de 40 partenaires lancent un système de surveillance forestière quasi en temps réel

 

Le Communiqué de presse au format PDF : Global Forest Watch : Plateforme dynamique de protection des forêts partout dans le monde

 

Plus de 40 partenaires lancent un système de surveillance forestière quasi en temps réel

 

WASHINGTON (États-Unis) – 20 février, 2014 - Le World Resources Institute (WRI), Google et un groupe de plus de 40 partenaires ont lancé Global Forest Watch (GFW), un système dynamique de surveillance forestière et d’alerte en ligne qui permet à ses utilisateurs partout dans le monde de mieux gérer les forêts. Pour la première fois, Global Forest Watch regroupe la technologie satellitaire dernier cri, des données ouvertes et l’approvisionnement par la foule (crowdsourcing) pour garantir l’accès à des informations ponctuelles et fiables sur les forêts.

 

« Les entreprises, les gouvernements et les communautés ont désespérément besoin d’informations sur les forêts. Ils sont désormais servis », a déclaré le Dr. Andrew Steer, Président et CEO, WRI. “Global Forest Watch est une plateforme de surveillance quasi en temps réel qui va radicalement changer la gestion des forêts par les individus et les entreprises. Désormais, les méchants ne pourront plus se cacher et les bons seront réputés pour leur engagement. »

 

Selon des données issues de l’Université du Maryland et de Google, le monde a perdu 2,3 millions de kilomètres carrés (230 millions d’hectares) de couvert végétal entre 2000 et 2012, soit l’équivalent de 50 stades de football de forêt perdu à chaque minute tous les jours pendant 12 ans. Les pays qui ont subi les plus lourdes pertes de couvert végétal sont : La Russie, le Brésil, le Canada, les États-Unis et l’Indonésie.

 

Nous avons l’honneur d’avoir pour partenaire WRI et d’équiper la plateforme de Global Watch Platform avec la technologie cloud, des données abondantes et la science turbo de Google, » a déclaré Rebecca Moore, Responsable de l’Ingénierie, Google Earth Outreach et Earth Engine. « GFW est une vision ambitieuse, mais ponctuelle et réalisable étant donné les connaissances de WRI dans le domaine des sciences et de la politique environnementales, des partenariats forts et la haute performance de la technologie cloud de Google que nous mettons à la disposition de cette initiative. »

 

Qu’y a-t-il ne neuf en rapport avec Global Forest Watch ?

 

  • Haute résolution : Perte annuelle du couvert végétal et acquisition de données à l’échelle mondiale à une résolution de 30 mètres, disponible pour analyse et téléchargement.
  • Quasi en temps réel : Données sur la perte mensuelle du couvert végétal dans les tropiques humides à une résolution de 500 mètres.
  • Vitesse :Services informatiques dématérialisés fournis par Google, facteur de multiplication de la vitesse de traitement des données.
  • La foule : GFW regroupe des informations de haute résolution en provenance des satellites avec la puissance de l’approvisionnement par la foule (crowdsourcing).
  • Gratuit et facile à utiliser :GFW est gratuit pour tous et ne nécessite aucune expertise technique.
  • Alertes : Lorsque des alertes de perte forestière sont détectées, un réseau de partenaires et de citoyens à travers le monde peuvent se mobiliser pour intervenir.
  • Outils analytiques : Couches marquant les limites des aires protégées partout dans le monde ; exploitation forestière, minière, exploitations de palmiers à huile et autres concessions ; alertes quotidiennes d’incendies de forêts lancées par la NASA ; produits agricoles, paysages forestiers vierges et pôles de biodiversité.

 

Aujourd’hui, un groupe de leaders gouvernementaux, d’entreprises et la société civile ont lancé Global Forest Watch au Newseum, à Washington, D.C.

 

« Des partenariats tels que Global Forest Watch qui regroupent des gouvernements, des entreprises et la société civile et l’innovation technologique sont le type de solutions dont nous avons besoin pour réduire les pertes de forêts et la pauvreté, et promouvoir une croissance économique durable » a déclaré l’Administrateur Rajiv Shah, de l’Agence Américaine pour le Développement  International.

 

Global Forest Watch aura des implications de grande portée dans différents secteurs. Les institutions financières peuvent mieux évaluer si les sociétés dans lesquelles elles investissent évaluent de manière adéquate les risques liés aux forêts. Les consommateurs des principaux produits tels que l’huile de palme, le soja, le bois et la viande de bœuf peuvent mieux surveiller s’ils sont respectueux des lois, des engagements de durabilité et des normes. Et les fournisseurs peuvent de manière crédible défendre leurs produits comme étant respectueux des forêts et légaux.

 

« La déforestation constitue un risque majeur pour les entreprises qui s’appuient sur les cultures qui se rapportent à la forêt. Une exposition à ce risque est potentiellement dangereuse pour l’avenir de telles entreprises, » a relevé Paul Polman, PDG, Unilever. C’est pourquoi le Plan de Développement Durable d’Unilever a défini des cibles d'approvisionnement à 100 pour cent en matières premières agricoles de manière durable. Tandis que nous nous efforçons d’améliorer la visibilité sur l’origine de nos produits, le lancement de Global Forest Watch – un outil novateur et fantastique fournira les informations dont nous avons besoin de toute urgence pour prendre les bonnes décisions, favoriser la transparence, imposer la responsabilité et faciliter les partenariats. »

 

Global Forest Watch peut soutenir d’autres utilisateurs, notamment les communautés, qui peuvent alors lancer des alertes et des photos lorsque leurs terres sont violées et les ONG qui peuvent identifier les pôles de déforestation, mobiliser une action et collecter des preuves permettant d'établir la responsabilité des gouvernements et des entreprises. Au même moment, de nombreux pays tels que l’Indonésie et la République Démocratique du Congo, accueillent Global Forest Watch parce qu’il peut les aider à élaborer des politiques plus intelligentes, faire appliquer les lois forestières, détecter les cas de défrichage illégal de la forêt, assurer une gestion plus durable des forêts et atteindre les objectifs se rapportant à la conservation et au climat. « L’Indonésie s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 26 ou  41 pour cent avec un appui international, ce qui reflète les engagements nationaux et internationaux pour combattre les changements climatiques.  La réalisation de ces engagements par l’Indonésie est largement tributaire de notre gestion des forêts », a déclaré Heru Prasetyo, Chef de l’agence REDD+, Indonésie. « La capacité à mieux surveiller nos forêts et à disposer d’informations actualisées pour prendre les décisions appropriées. Je loue l’initiative Global Forest Watch, je continuerai de la soutenir et j’espère qu’elle constituera un outil efficace pour le monde et pour chaque pays tandis que la négligence et l’ignorance deviennent de lointains souvenirs. »

 

Global Forest Watch a été créée par le World Resources Institute et plus de 40 partenaires, dont Google, Esri, l’Université du Maryland, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), Imazon, Center for Global Development, Observatoire par Satellite des Forêts d'Afrique Centrale (OSFAC), Global Forest Watch Canada, ScanEx, Transparent World, the Jane Goodall Institute et Vizzuality. Des sociétés de premier ordre ont également contribué au début, c’est le cas d’Unilever et de Nestlé l'ensemble du Partenariat Tropical Forest Alliance 2020. Les principaux parrains sont la Norwegian Climate and Forests Initiative, l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), Global Environment Facility (GEF), le Département Britannique pour le Développement International (DFID) et le Tilia Fund.

 

Pour de plus amples informations, consultez : www.globalforestwatch.org.

 

À propos du World Resources Institute

 

WRI est une organisation de recherche mondiale présente dans plus de 50 pays, avec des bureaux aux États-Unis, en Chine, en Inde, au Brésil et plus. Plus de 300 de nos experts et personnel travaillent avec des dirigeants pour transformer de grandes idées en action pour la sauvegarde de nos ressources naturelles, base d’opportunités économiques et du bien-être humain. (www.wri.org)

 

À propos de Global Forest Watch

Global Forest Watch (GFW) est un système de surveillance forestière et d’alerte en ligne qui garantit une meilleure gestion des forêts partout dans le monde. Pour la première fois, GFW regroupe la technologie satellitaire dernier cri, des données ouvertes et l’approvisionnement par la foule (crowdsourcing) pour garantir l’accès à des informations ponctuelles et fiables sur les forêts. Forts des informations les plus actualisées fournies par GFW, les gouvernements, les entreprises et les communautés peuvent mettre un terme à la perte des forêts. (www.globalforestwatch.org)

 

Crédit images : GFW

 

Le Communiqué de presse au format PDF : Global Forest Watch : Plateforme dynamique de protection des forêts partout dans le monde

 

**SOUS EMBARGO JUSQU’À JEUDI, 20 FEVRIER, 2014, à 9h00 EST**

 

Contact : Lauren Zelin, WRI, lzelin@wri.org; +1 (301) 807-9527 begin_of_the_skype_highlighting +1 (301) 807-9527 GRATUIT

 

 

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

Cinq priorités pour les lois relatives à la foresterie communautaire en République du Congo

La foresterie communautaire peut avoir des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques en améliorant la gestion des forêts et les moyens de subsistance des communautés locales. Tanja Venisnik, conseillère en droit et politique publique à ClientEarth, explique que des lois claires et cohérentes sont indispensables au succès de la foresterie communautaire.

En savoir plus...

Alwihdainfo-Innovation environnementale : la tchadienne Hindou Oumarou remporte le prix Pritzker de 100 000 dollars

Native du Tchad, Hindou Oumarou reçoit 100 000 dollars pour un travail d'unification des cultures autour d'une ressource en eau qui se raréfie et qui dessert quatre pays africains.

En savoir plus...

mediaterre-Participation de la Francophonie à la CdP - COP25

À chaque Conférence des Parties négociant sur le climat depuis la CdP21 en 2015, la Francophonie a réservé et aménagé un Pavillon pour les acteurs francophones. Le pavillon mis à disposition permet durant deux semaines de la CdP permet d'abriter des événements, totalisant une participation de près de 2000 personnes à chaque édition. Cette expérience a toujours été couronnée de succès et beaucoup appréciée par les États et Gouvernements membres de la Francophonie ainsi que par les acteurs de la société civile et du privé!

En savoir plus...

SNOIE* I Note d’information I Numéro 8

Deux entreprises forestières dénoncées pour exploitation forestière illégale par le Système Normalisé d’Observation Indépendante Externe (SNOIE) suspendues.

En savoir plus...

Lemonde-Après le désistement du Chili, la COP25 sur le climat sera organisée en Espagne en décembre

Après le renoncement du président chilien, Sebastian Piñera, en raison des troubles dans le pays, l’Espagne organisera la conférence aux dates prévues, du 2 au 13 décembre.

En savoir plus...

Lemonde-L’Afrique incontournable pour conduire la transition énergétique mondiale

L’Afrique subsaharienne consomme à peine plus d’électricité que l’Espagne. C’est pourtant sur le continent que se joue une importante bataille contre le dérèglement climatique. A quelques semaines de la 25e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP25), l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publie, vendredi 8 novembre, un rapport que les négociateurs africains auraient tort de ne pas mettre dans leurs valises avant de s’acheminer vers Madrid. Ils y trouveront de solides arguments pour faire entendre leurs voix à côté des pays gros émetteurs de gaz à effet de serre. « La façon dont l’Afrique parviendra à satisfaire ses besoins énergétiques est cruciale pour l’avenir du continent, et du monde », posent d’emblée les auteurs de cette deuxième édition des Perspectives économiques de l’Afrique, une somme de près de 300 pages.

En savoir plus...

SWM Programme - Bulletin d'information numéro 3 - juillet - octobre 2019

Le troisième bulletin d’information du Programme de gestion durable de la faune sauvage (de l’anglais Sustainable Wildlife Management «SWM» Programme) vient tout juste de paraître. Ce troisième numéro présente les dernières avancées de la mise en œuvre du programme entre juillet et octobre 2019, à travers treize pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Il est disponible....

En savoir plus...

Trentième réunion du Groupe de Travail Biodiversité d’Afrique Centrale (GTBAC) : Une position commune adoptée.

Cette réunion a été organisée du 11 au 13 novembre 2019, à Kigali (Rwanda), dans la salle de réunion de l’hôtel CHEZ LANDO, en prélude de la onzième réunion du Groupe de Travail sur l’Article 8 (j) et les dispositions connexes (WG8J 11) et à la 23ème réunion de l’Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques (OSASTT-23) qui se tiendront du 20 au 22 et du 25 au 29 novembre 2019 à Montréal au Canada. Bien vouloir télécharger le communiqué final...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019