FEM 7 - Programme d’impact sur le bassin du Congo - Soutenir l’innovation pour la transformation

 

 

 FEM : Soutenir l’innovation pour la transformation : Nouveaux programmes d'impact du FEM pour s'attaquer de manière intégrée aux facteurs de dégradation de l'environnement

 

 

Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) est confronté à une tâche exigeante mais apparemment réalisable : aider les pays à promouvoir une transformation de la manière dont les individus, les communautés et les entreprises utilisent et protègent la nature. Mais rien de moins ne suffira si nous voulons relever les défis environnementaux urgents et préserver le patrimoine mondial.

 

 

Depuis sa création, le FEM a organisé ses efforts dans plusieurs domaines d’intervention largement indépendants, notamment la biodiversité, l’atténuation des changements climatiques et la gestion durable des terres.  Mais il est devenu de plus en plus évident que non seulement ces défis sont étroitement liés entre eux, mais qu’ils sont aussi liés, de façon multiple et complexe, à des questions d’économie, de gouvernance, de santé, d’équité et bien d’autres.

 

 

Alors que certains problèmes peuvent être traités de manière relativement étroite - par exemple, l’amélioration de la gestion des aires protégées et des infrastructures pour assurer la conservation de la biodiversité et d’autres biens naturels - beaucoup d’autres ne le peuvent pas. Nous n’avons aucun espoir réaliste d’améliorer la vie des personnes, en particulier celles qui sont pauvres et qui dépendent souvent le plus directement des ressources naturelles, à moins que nous ne considérions comment les facteurs écologiques déterminent leur santé, leur accès à l’énergie et la disponibilité des terres productives.

 

 

Des solutions systémiques sont nécessaires, car des interventions sectorielles isolées peuvent être annulées par ce qui se passe dans d'autres secteurs.  Par exemple, nous savons que la production alimentaire devra augmenter pour répondre à la demande croissante d’une population plus nombreuse et progressivement plus riche. Mais si nous nous concentrons uniquement sur cet objectif, à long terme, le problème s’aggravera avec l’épuisement des sols, le gaspillage de l’eau, la perte de pollinisateurs et l’augmentation de la désertification et de la déforestation.

 

 

Il n’y a donc pas d’autre moyen que d’intégrer à la fois notre réflexion et la façon dont les projets et programmes que nous finançons sont conçus, avec l’avantage supplémentaire de générer de multiples avantages environnementaux mondiaux dans tous les domaines d’intervention.

 

 

Selon la stratégie initiale du FEM 2020, pour atteindre les objectifs des accords multilatéraux sur l’environnement, il faudrait que l’appui du FEM aux priorités nationales vise à s’attaquer de manière intégrée aux causes de la dégradation de l’environnement, et non seulement à ses symptômes.  C’est pourquoi les stratégies des domaines d’intervention pour le septième cycle de reconstitution des ressources (FEM-7) ont permis aux pays de participer aux programmes d’impact et autres approches programmatiques. Les programmes Impact sur les systèmes alimentaires, l'utilisation des terres et la restauration (FOLUR), les villes durables et l'aménagement forestier durable sont pertinents. Ces trois Programmes Impact s’attaquent collectivement aux principaux facteurs de dégradation de l’environnement et offrent au FEM la possibilité de contribuer à un changement systémique.

 

 

Les Programmes Impact sont conçus pour aider les pays à adopter des approches holistiques à l’égard du changement transformationnel dans ces systèmes clés. Les Programmes Impact permettront également aux pays de s'engager auprès d'un large éventail de parties prenantes, y compris le secteur privé, d'améliorer le partage des connaissances et l'apprentissage et de garantir une utilisation plus efficace des ressources du FEM.

 

 

 En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

FERN-Nos forêts, nos vies : Récits d’espoir et de résilience recueillis auprès de communautés forestières à travers le monde

Les récits portent la voix de femmes libériennes qui luttent pour le droit de posséder et de gérer des terres qui leur reviennent de droit, des populations autochtones guyaniennes qui résistent à des entreprises tentant de saisir leurs forêts, des communautés rurales laotiennes qui s’adaptent aux transformations profondes de leur mode de vie ancestral, ou encore des Ghanéens obtenant enfin justice face aux exploitants forestiers.

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus- Protocole de Nagoya : Le Congo a validé le manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication…

Un atelier de validation du manuel de procédures APA, de la stratégie et plan d’action de communication relatif a la mise en œuvre du protocole de Nagoya sur APA au Congo a été organisé, du 08 au 10 octobre 2019, à Brazzaville (Congo) .

En savoir plus...

Afriquenvironnementplus-Catastrophes naturelles : les congolais appelés à la résilience des communautés et à une solidarité

La lutte contre la réduction des risques de catastrophes est un défi mondial. D’où la prise de conscience par la communauté internationale en instituant la journée internationale pour la réduction de risques de catastrophes chaque le 13 octobre de chaque année. Au Congo, le gouvernement, par le biais de madame Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, a fait une déclaration.

En savoir plus...

greenrdc-Conflit forestier à la Tshopo : Greenpeace Afrique tire la sonnette d’alarme !

Depuis plus d’un mois, la tension s’est accentuée entre les communautés forestières basées à la Tshopo et la société canadienne des Plantations et Huileries du Congo SA (PHC) qui est une entreprise de la firme Feronia Inc.

En savoir plus...

Greenpeace-Cameroun-Les communautés locales et autochtones, sont progressivement privées de leurs droits fonciers

Il est important que les organismes internationaux de développement et le gouvernement camerounais puissent repenser leurs approches de développement. Ceci afin de s’assurer non seulement que leurs opérations n’amplifient pas les problèmes environnementaux et sociaux, mais aussi d’assumer leurs responsabilités lorsque ceux-ci surviennent.

En savoir plus...

Des progrès et innovations réalisés par les pays membres de l’espace COMIFAC dans la mise en œuvre du protocole de Nagoya

30 Septembre au 1er Octobre 2019, Douala Cameroun, forum sous- régional d’échange d’expériences en matière d’APA entre les chercheurs de l’espace COMIFAC et le secteur privé japonais.

En savoir plus...

Fern-Déclaration des Organisations de la Société Civile de Pays Forestiers Tropicaux

En septembre 2019, des défenseurs de l'environnement et des droits humains d'Afrique et d'Asie sont venus dans l'Union européenne pour tirer la sonnette d'alarme concernant l'accélération de la perte de forêts dans les régions du bassin du Congo et du Bas-Mékong. Leur message était clair: l'UE doit jouer un rôle clé dans la recherche de solutions mondiales si elle veut vraiment protéger la biodiversité et écologiser ses politiques.

En savoir plus...

Une pépinière des prochains négociateurs climat voit le jour à Yaoundé

 Du 08 au 10 Octobre 2019, s’est tenue dans la salle de conférence de la chambre d’Agriculture Yaoundé, l’Atelier sous régional de formation des jeunes et femmes leaders et négociateurs climats vers COP 25, Sous le thème : Temps pour l’Action – Genre et Finance Climat qui va se tenir à Santiago au Chili. Bien vouloir télécharger les documents de la formation...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

La chine se remet au vert !
CAWHFI NEWS N°004
Telos-Total et les forêts
Forest Watch Mars 2019