FEM 7 - Programme d’impact sur le bassin du Congo - Soutenir l’innovation pour la transformation

 

 

 FEM : Soutenir l’innovation pour la transformation : Nouveaux programmes d'impact du FEM pour s'attaquer de manière intégrée aux facteurs de dégradation de l'environnement

 

 

Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) est confronté à une tâche exigeante mais apparemment réalisable : aider les pays à promouvoir une transformation de la manière dont les individus, les communautés et les entreprises utilisent et protègent la nature. Mais rien de moins ne suffira si nous voulons relever les défis environnementaux urgents et préserver le patrimoine mondial.

 

 

Depuis sa création, le FEM a organisé ses efforts dans plusieurs domaines d’intervention largement indépendants, notamment la biodiversité, l’atténuation des changements climatiques et la gestion durable des terres.  Mais il est devenu de plus en plus évident que non seulement ces défis sont étroitement liés entre eux, mais qu’ils sont aussi liés, de façon multiple et complexe, à des questions d’économie, de gouvernance, de santé, d’équité et bien d’autres.

 

 

Alors que certains problèmes peuvent être traités de manière relativement étroite - par exemple, l’amélioration de la gestion des aires protégées et des infrastructures pour assurer la conservation de la biodiversité et d’autres biens naturels - beaucoup d’autres ne le peuvent pas. Nous n’avons aucun espoir réaliste d’améliorer la vie des personnes, en particulier celles qui sont pauvres et qui dépendent souvent le plus directement des ressources naturelles, à moins que nous ne considérions comment les facteurs écologiques déterminent leur santé, leur accès à l’énergie et la disponibilité des terres productives.

 

 

Des solutions systémiques sont nécessaires, car des interventions sectorielles isolées peuvent être annulées par ce qui se passe dans d'autres secteurs.  Par exemple, nous savons que la production alimentaire devra augmenter pour répondre à la demande croissante d’une population plus nombreuse et progressivement plus riche. Mais si nous nous concentrons uniquement sur cet objectif, à long terme, le problème s’aggravera avec l’épuisement des sols, le gaspillage de l’eau, la perte de pollinisateurs et l’augmentation de la désertification et de la déforestation.

 

 

Il n’y a donc pas d’autre moyen que d’intégrer à la fois notre réflexion et la façon dont les projets et programmes que nous finançons sont conçus, avec l’avantage supplémentaire de générer de multiples avantages environnementaux mondiaux dans tous les domaines d’intervention.

 

 

Selon la stratégie initiale du FEM 2020, pour atteindre les objectifs des accords multilatéraux sur l’environnement, il faudrait que l’appui du FEM aux priorités nationales vise à s’attaquer de manière intégrée aux causes de la dégradation de l’environnement, et non seulement à ses symptômes.  C’est pourquoi les stratégies des domaines d’intervention pour le septième cycle de reconstitution des ressources (FEM-7) ont permis aux pays de participer aux programmes d’impact et autres approches programmatiques. Les programmes Impact sur les systèmes alimentaires, l'utilisation des terres et la restauration (FOLUR), les villes durables et l'aménagement forestier durable sont pertinents. Ces trois Programmes Impact s’attaquent collectivement aux principaux facteurs de dégradation de l’environnement et offrent au FEM la possibilité de contribuer à un changement systémique.

 

 

Les Programmes Impact sont conçus pour aider les pays à adopter des approches holistiques à l’égard du changement transformationnel dans ces systèmes clés. Les Programmes Impact permettront également aux pays de s'engager auprès d'un large éventail de parties prenantes, y compris le secteur privé, d'améliorer le partage des connaissances et l'apprentissage et de garantir une utilisation plus efficace des ressources du FEM.

 

 

 En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) NEWS N°003

Comme vous le lirez ou découvrirez dans cette lettre d’information, l’UNESCO a organisé, en décembre 2018, un atelier pour le lancement de « Patrimonito au Cameroun : le tourisme durable dans la Réserve de Faune du Dja » pour les jeunes et les enfants des écoles dans la localité riveraine du site, dont les détails sont ci-dessous. Ce lancement fut un succès et nous espérons renouveler l’expérience, qui est une première dans la région, dans le courant de l’année…

En savoir plus...

unenvironmen-La Chine accueillera la Journée mondiale de l'environnement 2019 qui aura pour thème la pollution de l'air

Chaque année, environ 7 millions de personnes dans le monde meurent prématurément des causes la pollution atmosphérique, dont environ 4 millions en Asie-Pacifique. La Journée mondiale de l'environnement 2019 exhortera les gouvernements, l'industrie, les communautés et les individus à se réunir pour explorer les possibilités existantes en termes d'énergies renouvelables et de technologies vertes et à améliorer la qualité de l'air dans les villes et les régions du monde.

En savoir plus...

Forêt : En RDC, l’exploitation du bois d’Afrormosia prend des allures inquiétantes

Très prisé dans l’industrie du bois d’œuvre, Afrormosia de son scientifique (Pericopsis elata) attire l’attention des scientifiques au regard de menaces de disparition auxquelles cette espèces est actuellement confrontée en République démocratique du Congo.  Cette espèce qui a déjà disparu dans plusieurs pays du bassin du Congo risque de disparaître également en RDC à cause d’une demande de plus en plus croissante sur le marché national et international.

En savoir plus...

Environews-Forêt : Les scientifiques volent au secours de l’Afrormosia dans la Tshopo

C’est une expérience inédite que les scientifiques du projet FORETS (Formation, Recherche, et Environnement dans la Tshopo) mènent depuis 1 an et demie à Kisangani chef-lieu de la province de la Tshopo. Ils sont motivés par le souci de trouver une solution durable à la disparition de cette espèce qui manifeste de sérieux problèmes de régénération. Ces experts forestiers voient en la disparition de l’Afrormosia (Pericopsis elata), une perte économique énorme pour la République démocratique du Congo dont le secteur de l’exploitation du bois d’œuvre repose notamment sur cette espèce très prisée dans l’industrie, à cause de la très haute qualité de son bois.

En savoir plus...

14e session du Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF-14) : l’Afrique Centrale se prépare

Douala- Cameroun –29 et 30 avril 2019. La réunion sous-régionale préparatoire des pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) à la 14ème session du Forum des Nations Unies sur les Forêts (FNUF) s’est tenue à l’Hôtel la Falaise Akwa, en vue de formuler une position commune consensuelle sous régionale sur les thématiques inscrites à l’ordre du jour de la session du FNUF prévue du 6 au 10 mai 2018 au siège des Nations Unies à New York.

En savoir plus...

Les Populations Autochtones se mobilisent pour une gestion durable des forêts d’Afrique Centrale

Brazzaville- République du Congo- 23 au 24 avril 2019. Il s’est tenu dans la salle de conférence du Ministère de l’Économie Forestière, l’atelier de lancement du plan opérationnel du cadre stratégique du REPALEAC pour le développement des populations autochtones et communautés locales de la République du Congo.

En savoir plus...

Gestion des aires protégées en Guinée Equatoriale : de nouvelles compétences disponibles

Altos de Nsork, République de Guinée Equatoriale, 15-17 avril 2019- Un atelier de formation pour renforcer les compétences des conservateurs et administrateurs sur la gestion des aires protégées à travers l’utilisation de l’outil d’évaluation de l’efficacité de gestion des aires protégées et d’aide à la décision, dénommé IMET (Integrated Management Effectiveness Tool) a été organisé par le Secrétariat Exécutif de la COMIFAC avec l'appui technique et financier du Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne (CCR-CE).

En savoir plus...

République de Guinée Equatoriale: les acteurs du groupe national mieux outillés pour la collecte des données des indicateurs COMIFAC

Malabo, Guinée Equatoriale,10 au 12 Avril 2019 : l’atelier national de formation des acteurs du groupe national et de lancement de la campagne de collecte des données des indicateurs COMIFAC dont les principaux objectifs étaient de renforcer les capacités du groupe national sur le processus harmonisé et l’utilisation des outils de collecte et d’encodage des données des indicateurs COMIFAC d’une part...

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2019

Forest Watch Mars 2019