Dailymail-L’armée britannique va envoyer des troupes en Afrique pour protéger les rhinocéros noirs menacés par les braconniers alors que le Royaume-Uni intensifie sa lutte contre le commerce de « l’ivoire du sang »

 

 

Les soldats britanniques vont se déployer en Afrique pour protéger les rhinocéros en voie de disparition des braconniers pour la première fois, a annoncé le Secrétaire à la Défense aujourd'hui.

 

 

L’armée envoie environ deux douzaines de soldats au Malawi le mois prochain alors que la Grande-Bretagne intensifie sa lutte contre le commerce de « l’ivoire du sang », apprend-on.

 

 

Les soldats utiliseront des tactiques anti-insurrectionnelles tirées des combats en Afghanistan et en Iraq tout en entraînant des gardes forestiers dans ce pays africain pour traquer les braconniers.

 

 

  1. Williamson a déclaré : « Nos forces armées défendent la bonne cause à travers le monde et sont à l'avant-garde de la protection des espèces les plus menacées du monde telles que les éléphants et les rhinocéros des gangs criminels.

 

 

« Ce commerce diabolique rapporte 17 milliards de livres sterling et constitue une menace existentielle pour les mammifères les plus majestueux de la planète - il est de notre devoir de les préserver pour les générations futures ».

A-t-il ajouté. « La Grande-Bretagne ouvre la voie à la fin du braconnage illégal et sauvage de la faune, et je suis fier de l'immense contribution que nos forces armées apportent pour empêcher les criminels de tirer profit du massacre des rhinocéros et des éléphants.

 

 

« Le gouvernement introduit également l’une des interdictions les plus sévères au monde en matière d’ivoire, montrant à quel point nous prenons ce problème au sérieux. »

La criminalité internationale liée à la faune rapporte 17 milliards de livres sterling à bandes criminelles organisées.

 

 

Les éléphants et les rhinocéros sont ciblés pour leurs précieuses défenses et cornes d'ivoire.

Le gouvernement craint que les profits tirés des ventes d’ivoire et du commerce illégal d’espèces sauvages soient canalisé vers des gangs criminels et terroristes à travers l’Afrique, pour à leur tour financer l'extrémisme.

 

 

Les troupes, tirées d’un certain nombre d’unités de l’armée britannique, passeront des semaines à travailler aux côtés des gardes du parc en leur transmettant leur expertise dans des domaines tels que le repérage, acquise lors de précédentes opérations dans des pays en proie à la guerre.

 

 

Le Commandant James Cowen, qui dirigera le déploiement au Malawi, a déclaré : « Nous sommes enthousiastes à l’idée de cette mission car elle représente une réelle opportunité de transmettre notre expertise et de nouer des partenariats avec nos homologues qui travaillent d’arrache-pied pour contribuer à protéger ces animaux.

 

 

« C’est une preuve que l’armée britannique est flexible et engagée dans une perspective internationale ».

Le déploiement intervient après que le Duc de Cambridge, qui a fait de la campagne en faveur de la faune l’un de ses principaux objectifs de charité, ait déclaré plus tôt cette année que la destruction des populations animales était un scénario presque impensable.

 

 

À son avis, s’il continuait au rythme actuel, il ne resterait plus de rhinocéros sauvages sur la planète au moment où le Prince George et la Princesse Charlotte deviendraient adultes.

Au cours de l’année écoulée, plusieurs équipes de l’armée britannique ont travaillé au Gabon en Afrique centrale et au Malawi en Afrique de l'Est pour aider les gardes forestiers à traquer les braconniers armés qui vendent l'ivoire pour financer le djihad.

 

 

La formation a permis aux habitants de couvrir des distances beaucoup plus grandes alors qu’ils tentent de repérer des criminels qui tirent sur les éléphants pour leur ivoire.

Les opérations précédentes se sont concentrées sur les éléphants - mais pour la première fois le mois prochain, elle sera étendue aux rhinocéros alors que le gouvernement britannique élargit sa mission.

 

 

Plus tôt ce mois-ci, le Premier ministre Theresa May a confirmé que la Grande-Bretagne interdirait les ventes d'ivoire dans le cadre d'un plan visant à protéger les éléphants pour les générations futures.

 

 

L'interdiction couvrira les articles en ivoire de tous les âges - pas seulement ceux produits après une certaine date.

La pénalité maximale pour violation de l’interdiction sera une interdiction illimitée ou jusqu’à cinq ans de prison ferme.  

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

VOX-Des ONG interpellent sur l’exploitation illégale des forêts

Le responsable du programme ressources naturelles et communauté forestière à l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), Nina Kiyindou Yombo a indiqué le 5 septembre à Brazzaville que les pouvoirs publics devraient recadrer les sociétés agro industrielles pour qu’elles ne versent pas dans l’exploitation illégale des forêts. 

En savoir plus...

Nouabalé-Ndoki National Park °° Bulletin mensuel | Août 2018

En août, en prélude à la célébration de la Journée Mondiale de l'Eléphant, un objectif important a été atteint pour les éléphants du Parc National de Nouabalé-Ndoki et de la République du Congo. Le Congo a en effet adopté son Plan d'Action National pour les Eléphants (NAPE), un grand pas en avant pour la conservation des éléphants.

 

En savoir plus...

Gaboninitiatives : L’Ong Muyissi Environnement s’active en prélude de la Journée internationale de lutte contre les monocultures d’arbres

Ndendé, 18 septembre 2018 (GabonInitiatives) – À l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les monocultures d’arbres l’Ong Muyissi Environnement organise du 21 au 22 septembre prochain au regroupement de villages de Ferra, proche de Ndendé, chef-lieu du département de la Dola au sud-Gabon dans la province de la Ngounié, une rencontre des femmes riveraines des plantations d’Olam et SOTRADER.

En savoir plus...

Gaboninitiatives : Le PACJA primé à Nairobi en marge de l’AMCEN

Nairobi, 19 septembre 2018 (GabonInitiatives) – C’est désormais officiel. L’Alliance Panafricaine Pour la Justice Climatique ( PACJA), a reçu ce mercredi à Nairobi, au Kénya, en marge de la Conférence Ministérielle Africaine sur l’environnement (AMCEN), un prix décerné pour son engagement responsable et une meilleure gouvernance climatique en Afrique et dans le reste du monde décerné par l’agence du NEPAD récompensant la contribution exceptionnelle à la gestion de l’environnement et de la gouvernance en Afrique au cours de ces 50 dernières années.

 

En savoir plus...

CIFOR : Rejoignez des experts à Nairobi pour promouvoir la restauration des paysages en Afrique

NAIROBI (1er août 2018) - Trouver des solutions pour relever le défi de la restauration des paysages en Afrique, où près de 50 millions d’hectares de terres sont dégradés chaque année, est un défi complexe nécessitant une réponse internationale innovante et coordonnée, déclare un expert en foresterie qui interviendra lors d’une prochaine conférence à Nairobi.

En savoir plus...

IIED long read: Trouver une approche verte pour la Chine et l’Afrique ?

Les entreprises chinoises se répandent sur le sol africain. Les bûcherons, les mineurs, les agriculteurs et les commerçants chinois, ainsi que les investissements d’infrastructure de plusieurs millions de dollars, sont en train de devenir courants à travers le continent. Certains d'entre eux engloutissent des forêts et des bois. Certains apportent d’énormes avantages aux économies africaines. D’autres font les deux. Tous changent l’Afrique.

En savoir plus...

Politique climatique : Quels sont les moteurs du changement de politique pour la REDD + ? Analyse comparative qualitative de l'interaction entre les facteurs institutionnels et politiques

La réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts (REDD+) est devenue un mécanisme prometteur d’atténuation des changements climatiques dans les pays en développement. Afin d’identifier les conditions propices à la réalisation de progrès dans la mise en œuvre d’une REDD+ efficace, efficiente et équitable, le présent document examine les paramètres politiques nationaux dans une analyse comparative dans 13 pays, en mettant l’accent sur le contexte institutionnel et le cadre réel de la scène politique.

En savoir plus...

ScienceDirect : Une allométrie régionale pour les forêts du Bassin du Congo basée sur le plus grand échantillonnage destructif de tous les temps

L’estimation et la surveillance de l’énorme quantité de carbone contenu dans les forêts tropicales, et plus particulièrement dans la biomasse aérienne (BA) des arbres, sont nécessaires pour la mise en œuvre réussie des stratégies d'atténuation des changements climatiques. Sa précision dépend de la disponibilité d’équations allométriques fiables pour convertir les données d’inventaire forestier en estimations de BA. Dans cette étude, nous avons testé si les forêts d’Afrique centrale sont vraiment différentes des autres forêts tropicales en ce qui concerne l’allométrie de la biomasse et nous avons examiné les variations régionales de l’allométrie des arbres tropicaux dans les forêts du Bassin du Congo.

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018