Dailymail-L’armée britannique va envoyer des troupes en Afrique pour protéger les rhinocéros noirs menacés par les braconniers alors que le Royaume-Uni intensifie sa lutte contre le commerce de « l’ivoire du sang »

 

 

Les soldats britanniques vont se déployer en Afrique pour protéger les rhinocéros en voie de disparition des braconniers pour la première fois, a annoncé le Secrétaire à la Défense aujourd'hui.

 

 

L’armée envoie environ deux douzaines de soldats au Malawi le mois prochain alors que la Grande-Bretagne intensifie sa lutte contre le commerce de « l’ivoire du sang », apprend-on.

 

 

Les soldats utiliseront des tactiques anti-insurrectionnelles tirées des combats en Afghanistan et en Iraq tout en entraînant des gardes forestiers dans ce pays africain pour traquer les braconniers.

 

 

  1. Williamson a déclaré : « Nos forces armées défendent la bonne cause à travers le monde et sont à l'avant-garde de la protection des espèces les plus menacées du monde telles que les éléphants et les rhinocéros des gangs criminels.

 

 

« Ce commerce diabolique rapporte 17 milliards de livres sterling et constitue une menace existentielle pour les mammifères les plus majestueux de la planète - il est de notre devoir de les préserver pour les générations futures ».

A-t-il ajouté. « La Grande-Bretagne ouvre la voie à la fin du braconnage illégal et sauvage de la faune, et je suis fier de l'immense contribution que nos forces armées apportent pour empêcher les criminels de tirer profit du massacre des rhinocéros et des éléphants.

 

 

« Le gouvernement introduit également l’une des interdictions les plus sévères au monde en matière d’ivoire, montrant à quel point nous prenons ce problème au sérieux. »

La criminalité internationale liée à la faune rapporte 17 milliards de livres sterling à bandes criminelles organisées.

 

 

Les éléphants et les rhinocéros sont ciblés pour leurs précieuses défenses et cornes d'ivoire.

Le gouvernement craint que les profits tirés des ventes d’ivoire et du commerce illégal d’espèces sauvages soient canalisé vers des gangs criminels et terroristes à travers l’Afrique, pour à leur tour financer l'extrémisme.

 

 

Les troupes, tirées d’un certain nombre d’unités de l’armée britannique, passeront des semaines à travailler aux côtés des gardes du parc en leur transmettant leur expertise dans des domaines tels que le repérage, acquise lors de précédentes opérations dans des pays en proie à la guerre.

 

 

Le Commandant James Cowen, qui dirigera le déploiement au Malawi, a déclaré : « Nous sommes enthousiastes à l’idée de cette mission car elle représente une réelle opportunité de transmettre notre expertise et de nouer des partenariats avec nos homologues qui travaillent d’arrache-pied pour contribuer à protéger ces animaux.

 

 

« C’est une preuve que l’armée britannique est flexible et engagée dans une perspective internationale ».

Le déploiement intervient après que le Duc de Cambridge, qui a fait de la campagne en faveur de la faune l’un de ses principaux objectifs de charité, ait déclaré plus tôt cette année que la destruction des populations animales était un scénario presque impensable.

 

 

À son avis, s’il continuait au rythme actuel, il ne resterait plus de rhinocéros sauvages sur la planète au moment où le Prince George et la Princesse Charlotte deviendraient adultes.

Au cours de l’année écoulée, plusieurs équipes de l’armée britannique ont travaillé au Gabon en Afrique centrale et au Malawi en Afrique de l'Est pour aider les gardes forestiers à traquer les braconniers armés qui vendent l'ivoire pour financer le djihad.

 

 

La formation a permis aux habitants de couvrir des distances beaucoup plus grandes alors qu’ils tentent de repérer des criminels qui tirent sur les éléphants pour leur ivoire.

Les opérations précédentes se sont concentrées sur les éléphants - mais pour la première fois le mois prochain, elle sera étendue aux rhinocéros alors que le gouvernement britannique élargit sa mission.

 

 

Plus tôt ce mois-ci, le Premier ministre Theresa May a confirmé que la Grande-Bretagne interdirait les ventes d'ivoire dans le cadre d'un plan visant à protéger les éléphants pour les générations futures.

 

 

L'interdiction couvrira les articles en ivoire de tous les âges - pas seulement ceux produits après une certaine date.

La pénalité maximale pour violation de l’interdiction sera une interdiction illimitée ou jusqu’à cinq ans de prison ferme.  

 

En savoir plus...

Retour

Actualités du PFBC

Actualités

CAWHFI NEWS N° 002

Le projet CAWHFI (Central African World Heritage Forest Initiative) est mis en œuvre dans les pays d’Afrique Centrale dans un contexte dominé par un braconnage transfrontalier intensif, notamment celui des éléphants.Les activités du projet se concentrent sur la protection de la biodiversité et contribuent à réduire l’impact du braconnage dans les sites de mise en œuvre. A travers la lutte anti-braconnage qui suit une approche concertée et efficace, impliquant le renforcement des capacités matérielles et humaines, la multiplication des patrouilles, l’utilisation des outils innovants dans la collecte des données et le renforcement du volet judiciaire, la gestion du Dja et du TNS, deux sites fortement soumis aux pressions des braconniers s’améliore.

En savoir plus...

Le PFBC mobilisé à N’Djamena pour préparer la conférence internationale ministérielle sur la lutte contre le braconnage et autres activités criminelles transfrontalières

Signature du protocole d’entente concernant l’organisation de la Conférence et ses termes de référence… le Facilitateur du PFBC est reçu par son Excellence Monsieur Idriss Deby, président de la République du Tchad… le Facilitateur du PFBC remet aux diplomates de la sous-région les termes de références de la Conférence… Définition des thèmes de la session des experts des 23/24 janvier 2019 et désignation des chefs de file des 4 thématiques retenues…

En savoir plus...

Sciencesetavenir : Le changement climatique pose un risque "extrême" pour deux tiers des villes africaines

Un rapport émanant d'un cabinet de conseil met en garde sur la vulnérabilité économique au changement climatique, qui concerne tout particulièrement les grandes villes africaines...Bangui, capitale et plus grande ville de la République centrafricaine, est l'une des villes les plus vulnérables au changement climatique selon ce rapport.

En savoir plus...

Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du PFBC reçu en audience par le Président Idriss Deby ITNO

N’Djamena, le 23 octobre 2018Le Ministre d'État François-Xavier de Donnea, Facilitateur du Royaume de Belgique du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC), le Secrétaire Exécutif de la COMIFAC M. Ndomba Ngoye Raymond et le Co-Facilitateur Maxime Nzita ont été reçus par son Excellence Monsieur Idriss Deby ITNO, Président de la République du Tchad.  

En savoir plus...

UEREDD Facility-Insights sur les chaînes d'approvisionnement en produits présentant des risques pour la forêt

Le mécanisme UEREDD a le plaisir de partager avec vous quelques mises à jour sur l’initiative Transparence pour des économies durables (Trase), qui vise à améliorer la transparence, la clarté et l’accessibilité de l’information sur les chaînes d’approvisionnement en produits de base qui sont à l’origine du déboisement tropical.

 

En savoir plus...

Oecdobserver : Données vs déforestation : Une percée dans la transparence de la chaîne d’approvisionnement

Nous nous frayons un chemin à travers les forêts tropicales. Qu’il s’agisse d’un cappuccino pour le petit-déjeuner, d’un hamburger pour le déjeuner ou d’une tablette de chocolat en fin de repas, ce que nous consommons dans les pays de l’OCDE est souvent lié à la déforestation sous les tropiques, où les arbres tombent à une vitesse alarmante.

En savoir plus...

rainforestfoundationuk-En désaccord : le moratoire sur l’exploitation forestière, la programmation géographique et la cartographie communautaire en RDC

Sur les trois conditions à respecter pour lever le moratoire de la RDC sur les nouvelles concessions d’exploitations forestières, seulement la troisième, sur « la programmation géographique de futures allocations » pour une période de trois ans « définie par un processus consultatif », doit encore être remplie. En théorie, cette condition relativement vague pourrait facilement être remplie ce qui rendrait dix millions d’hectares de forêt accessibles aux entrepreneurs forestiers. Cependant, ce briefing montre, grâce à des données collectées par MappingForRights et d’autres sources, que tout processus qui ne prend pas assez en compte les communautés et les autres usagers des forêts aurait inévitablement des conséquences négatives.

En savoir plus...

Communiqué final du Forum sur la Gouvernance Forestière

Du 30-31 Octobre 2018, s’est tenu dans la salle Mbé de l’hôtel Ledger à Brazzaville, République du Congo, le Forum régional sur la Gouvernance Forestière (FGF) sous le haut parrainage du Premier Ministre, Chef de Gouvernement de la République du Congo. Cet événement est le 1er du genre pour le projet CV4C, mais le 11ème d’une série de conférences internationales similaires organisées sous les auspices du précédent projet SAFG et le projet EU-CFPR du Centre International pour le Développement et la Formation (CIDT).

En savoir plus...

Archive des actualités du PFBC

2018

CAWHFI NEWS N° 002
FGF Brazzaville 2018